Mélange Animation / "Live"

Un peu d’histoire...

La technique mélangeant les parties animées en 2D avec des parties "live" est particulièrement appréciée chez Disney. Il faut dire que Walt Disney en personne maitrisait l'art de mêler prises de vues réelles et animation 2D. Dès les années 1920, il travaille, il est vrai, la méthode dans une série à succès de cartoons muets, les Alice Comedies. Dans les années 40, son fidèle collaborateur, Ub Iwerks, peaufine pour lui la technique et l'applique au format du long-métrage (Le Dragon Récalcitrant, Victory Through Air Power, Mélodie du Sud et Danny, le Petit Mouton Noir). C'est ce dernier procédé qui est finalement utilisé pour Mary Poppins, en 1964, même si, bien sûr, il a, entre temps, été considérablement amélioré. L'interaction entre humains et passages animés est désormais fluide et semble réelle au possible. La même technique est utilisée dans L'Apprentie Sorcière en 1971. En 1977, Peter et Elliott le Dragon la fait encore évoluer. Chez ses deux prédécesseurs, des personnages "live" évoluent, en effet, dans un monde animé alors que chez lui, la dynamique s'inverse. Un personnage animé, Elliott, se retrouve ainsi dans un monde "live" interagissant avec son environnement. La technique est encore plus étoffée en 1988 dans Qui Veut la Peau de Roger Rabbit, considéré comme le meilleur film du genre. Enfin, en 2007, elle est remise au goût du jour dans Il Était une Fois.

Le mélange de l'animation et du "live" a également permis à Walt Disney d'investir, par la petite porte, le genre des longs-métrages de cinéma avant son premier film d'animation qu'est Blanche Neige et les Sept Nains en 1937. Ainsi, il prêtre son personnage de Mickey à Douglas Fairbanks qui l'inclut dans un documentaire en 1931 où il anime une courte scène de moins d'une minute. L'expérience est étendue en 1934 dans deux films, un pour la MGM et l'autre pour la Fox. Succès aidant, après Hollywood Party et Entrée de Service, Walt Disney n'acceptera jamais plus de fournir des séquences animées pour des longs-métrages "live" appartenant à d'autres studios. Il réserve, il est vrai, farouchement son talent au bénéfice de sa seule compagnie ; à une exception près, celle d'un film mexicain de 1963 : Cri-Crí, El Grillito Cantor.

Voici la liste officielle de tous les films Disney mélangeant animation 2D et parties "live" et, en Hors Collection, celle, exhaustive, des films "live" produits par un autre studio mais pour lequel Disney a réalisé une séquence d'animation inédite.