Saludos Amigos
L'affiche du film
Titre original :
Saludos Amigos
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 6 Février 1943
(première à Rio de Janeiro le 24 Août 1942)
Genre :
Animation 2D / Film "Live"
Réalisation :
Norman Ferguson
Wilfred Jackson
Jack Kinney
Hamilton Luske
Bill Roberts
Musique :
Ary Barroso
Zequinha De Abreu
Ervin Drake
Aloysio Oliveira
Edward H. Plumb
S.K. Russell
Paul J. Smith
Ned Washington
Charles Wolcott
Durée :
42 minutes

Le synopsis

Ce long-métrage raconte le voyage d’agrément en Amérique du Sud d'un groupe d’artistes des studios Disney, dont Walt Disney lui-même. Le film comprend quatre courts-métrages liés par des documentaires en prises de vues réelles.
Lake Titicaca
Sur le lac Titicaca, l’équipe Disney rencontre un étrange touriste américain en la personne de Donald Duck habillé d’un costume local. Ce dernier entend se rendre dans la montagne à dos de lama en ignorant que son animal est sujet au vertige...
Pedro
L’équipe Disney est impressionnée par l’aérodrome local chilien d’où partent les vols de l’aéropostale. Les dessinateurs laissent courir leur imagination et mettent au point  l’histoire de Pedro, un petit avion décidé à suivre les traces de son père malade…
El Gaucho Goofy
Dans la Pampa, l’équipe Disney, à la vue des gauchos, imaginent intégrer un cow-boy à la région. C’est le malheureux Dingo qui s'y colle...
Aquarela do Brasil
L’équipe Disney se rend à Rio où le Carnaval bat son plein. Le thème musical annuel de l'événement, la samba et l'art de la fête inspirent les dessinateurs qui créent José Carioca, un oiseau tropical multicolore...

La critique

rédigée par
★★★

Saludos Amigos cumule trois particularités intéressantes à soulever. Il est, en effet, le plus court des longs-métrages d'animation Disney et se place, d'ailleurs à la sixième position dans la catégorie des grands classiques  Il est, ensuite, le tout premier film animé d'anthologie des studios de Mickey et marque, en ce sens, un tournant dans leur histoire. Il est, enfin, le résultat de l'implication nouvelle de Walt Disney en personne dans l'effort de guerre américain pour le second conflit mondial.

Au début des années 40, alors que l'Europe s'enfonce irrémédiablement dans l'affrontement militaire, les Etats-Unis ne sont, eux, que très légèrement impliqués même si de sombres nuages s'amoncèlent à l'horizon. Le Président américain, Franklin D. Roosevelt, s'inquiète, il est vrai, de l'influence grandissante de l'Allemagne nazie sur ses voisins d'Amérique du Sud. Il semble, avec le recul, vouloir déjà préparer le peuple américain à entrer dans le conflit. Son gouvernement, via le Département d'Etat des affaires latino-américaines, demande d'ailleurs, très vite, à Walt Disney de se préparer à participer à l'effort de guerre en défendant, en interne et à l'international, les valeurs américaines. Le papa de Mickey pose tout  de même une condition incontournable : il exige de voir son implication se limiter à des considérations artistiques et jamais politiques. Il met, très vite, à profit, dans cet  esprit, un voyage en Amérique du Sud dont le but premier est de rencontrer des artistes locaux et capter l'ambiance des pays visités. Il  y convie, ainsi, non seulement ses propres collaborateurs mais aussi des représentants du gouvernement américain. L'importance du voyage se mesure sans mal à sa durée : débuté le 17 août 1941, il s'étale sur plusieurs mois.

Walt Disney s'implique, d'ailleurs, bien volontiers, dans ce projet. Le Maître est, il est vrai, bousculé par une grève, extrêmement dure, qui frappe alors ses studios. En 1941, ses animateurs entament ainsi un conflit qui reste le plus long de l'histoire de sa compagnie (cinq semaines) et qui change, à jamais et profondément, l'ambiance de travail chez Disney. Nul ne sait exactement comment  la grève a démarré. La légende veut que, lors du chantier de Blanche Neige et les sept nains, Walt Disney lui-même, conscient de la masse de travail exceptionnel que génère son ambitieux projet, promet à ses artistes des primes exceptionnelles selon les résultats commerciaux de ce qui deviendra le tout premier long-métrage d'animation de l'histoire du cinéma. Le film devenu un  succès colossal tout comme un phénomène de société, les collaborateurs du Maître s'attendent donc à récolter le fruit de leur travail. Ils ne verront rien venir ! Walt Disney, jugeant Hypérion Avenue trop petit pour les nouveaux projets, préfère, en effet, oublier sa promesse et investir tous les bénéfices dans un nouveau studio à Burbank. La colère et l'incompréhension n'ont alors cessé de monter entre ses collaborateurs et  lui, pour en arriver finalement à une grève totale. Cette situation est d'autant plus surprenante, que les artistes des studios Disney étaient, à l'époque, assurément les mieux payés de tout Hollywood. Le conflit fut extrêmement dur. Walt Disney en sort blessé et trahi. Il change dès lors irrémédiablement ses relations au sein de sa compagnie. Finie la gestion  paternaliste : il  se résout à prendre une posture de chef d'entreprise. Pourtant, la fin de crise ne s'obtiendra qu'avec l'éloignement du Maître, dont le départ pour l'Amérique latine a, il est vrai, le don d'apaiser les tensions. La gestion du conflit est déléguée à son staff, histoire de dépassionner les débats...

Walt Disney part donc sur le continent sud-américain un peu résigné, entre son souhait de s'éloigner de ses studios en crise et la volonté de son gouvernement de l'impliquer dans l'effort de guerre qui se prépare. Il a néanmoins l'excellente idée d'emmener avec lui  une caméra 16 mm afin de réaliser un reportage de son voyage en terre latine. De retour, les rushes servent donc à la réalisation d'un court-métrage, intitulé South of the Border With Disney (Au Sud de la Frontière avec Disney) et sorti sous l'auspice du Bureau de la Coordination des Affaires Inter-Américaines, le 23 novembre 1942. Mais, l'essentiel n'est pas là ! Une question obsédante occupe en effet le Maître. Comment mettre à profit son voyage pour  aider son studio qui voit, avec la guerre apparue en Europe, 40% de ses ressources coupées. Pinocchio, Fantasia et Bambi ont, il est vrai, déjà faits les frais de la fermeture du marché européen et, échecs financiers sans précédent, ont vidé les caisses de la compagnie. Walt Disney sait désormais qu'il n'a plus les moyens de réaliser un long-métrage dans le même standard que les précédents. Mais il sait aussi qu'il se doit absolument de proposer des oeuvres au grand public afin de maintenir en vie la signature Disney dans l'inconscient collectif. Ses artistes lui apporteront fort heureusement la matière. Il ont, en effet, ramené de leur voyage en Amérique Latine un nombre impressionnant d'idées, de couleurs et de musiques. Walt Disney s'empresse de les utiliser pour des courts-métrages qu'il décide brillamment de réunir dans un film d'anthologie. Saludos Amigos est né. Mieux, la matière ramenée du continent sud américains est telle qu'elle ouvre la voie à un deuxième opus, deux ans plus tard : Les Trois Caballeros.

Mélange de prises de vues réelles et de cartoons, Saludos Amigos a l'immense privilège de compter parmi ses intervenants humains, Walt Disney en personne. C'est d'ailleurs le seul grand classique où apparaît le Maître, omission faite bien sûr, de sa présence dans Le Dragon Récalcitrant, qui - il est utile de le rappeler - ne fait pas partie de la famille enviée des " Grands Classiques Disney". Parmi les intervenants "toon", c'est Donald qui fait son show. Il faut dire qu'en 1943,  le canard  est au sommet de sa carrière. Il est en effet devenu la nouvelle star des studios Disney. Mickey, véritable icône, est, lui, désormais enfermé dans un simple rôle de représentation de la Compagnie : toutes irrévérences lui sont strictement interdites. Très logiquement, Donald relève donc la délicate mission de participer à l'effort de guerre. Le canard a, il est vrai, un avantage de taille. Il est incompréhensible dans sa langue maternelle et ne nécessite, dès lors, aucun lourd effort de traduction pour le marché extérieur. Son tempérament et sa gestuelle priment en effet sur son discours qui, en ces temps agités, passe non seulement à merveille auprès du public étranger, mais aussi, ne risque pas de déclencher un incident "diplomatique" avec l'armée ou les autorités.

Saludos Amigos est ainsi composé de quatre courts-métrages.
Pedro reprend ce qui constitue une véritable marque de fabrique des studios Disney. Un objet est en effet animé et personnifié. Cette fois-ci, c'est un "bébé" avion qui prend vie. Le style de Pedro est très proche de celui du train Casey Junior déjà vu dans Dumbo et Le Dragon Récalcitrant.
El Gaucho Goofy est ,quant à lui, très proche de la série des "How To" inaugurée dans Le Dragon Récalcitrant par le cartoon de Dingo : How to Ride a Horse.  L'humour de la séquence de ralenti, dont la "chute" n'est pas en rapport avec celle de la scène à vitesse normale, fait des merveilles.
Lake Titicaca offre à Donald un pur moment de délire. Le passage avec le lama vaut d'ailleurs son pesant d'or en fou rire.
Aquarela do Brasil est sans aucun doute le clou du spectacle. L'idée du pinceau est tout simplement bluffante. Ajoutez à cela,  la chanson Brazil, les rythmes de la Samba et la musique brésilienne, et vous obtenez un pur moment de bonheur musical. Donald se voit accompagné d'un excellent guide dont le personnage est créé tout spécialement pour la situation. Le perroquet José Carioca est né. Il remporte d'ailleurs un tel succès qu'il apparaît plus tard dans deux autres films : Les Trois Caballeros et Mélodie Cocktail. Il mène ensuite une magnifique carrière dans la bande dessinée. Véritable pépite dans le film, Aquarela do Brasil  termine de façon splendide Saludos Amigos par un feu d'artifice mémorable sur la plage de Copacabana.

Saludos Amigos marque donc un tournant dans la vie des Studios Disney. L'image de la compagnie est en effet écornée par le conflit social et ses caisses sont mises à mal par la guerre. Il n'en fallait pas plus pour voir la Critique changer d'opinion générale sur les productions du papa de Mickey. Si jusqu'alors, elles avaient pu en effet bénéficier d'un soutien sans faille de la presse spécialisée,  Saludos Amigos change la donne. Simple film d'anthologie, il lui est reproché d'être d'une qualité moindre que ses prédécesseurs, et tant pis, si  les effet de la guerre en sont la cause. Walt Disney ne s'en formalise pas pour autant. Il est vrai que le film est quand même nominé pour l'Oscar® du meilleur son, de la meilleure musique et de la meilleure chanson. En fait, pour le Maître, l'essentiel est ailleurs : son studio est toujours présent à l'affiche, et c'est primordial. Il se trouve d'ailleurs conforté par la réaction du public qui réserve à Saludos Amigos un accueil très positif qui permet à Disney de s'abstenir de demander au gouvernement des compensations financières pour sa réalisation. Mieux, le film fait également une brillante carrière sur le continent sud-américain.
Il est de nouveau à l'affiche des cinémas en 1949 tandis que ses courts-métrages sortent ensuite séparément en 1955 : le 18 février pour Lake Titicaca, le 13 mai pour Pedro, le 10 juin pour El Gaucho Goofy et le 24 juin pour Aquarela do Brasil.

Saludos Amigos est un pur produit de son époque, en ce sens qu'il est assurément une oeuvre de circonstances. Mais le talent de Walt Disney a fait le reste : un film d'une très grande qualité, aujourd'hui incontournable.

Les personnages

1934
Cinéma

L'équipe du film

1912 • 2004
Acteur
1904 • 1968
Animateur
1907 • 1979
Animateur
1909 • 1987
Animateur
1909 • 1985
Animateur
1911 • 1952
Animateur
1914 • 2002
Animateur
1913 • 1992
Peintre Décorateur
1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Jaquette Saludos Amigos
Jaquette Saludos Amigos
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2008
Zone 2 Simple 2004