Victory Through Air Power
L'affiche du film
Titre original :
Victory through air power
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 17 Juillet 1943
Genre :
Animation 2D / Film "Live"
Réalisation :
Perce Pearce
Clyde Geronimi (animation)
Jack Kinney (animation)
James Algar (animation)
H.C. Potter ("live")
Musique :
Oliver Wallace
Paul J.Smith
Edward H.Plumb 
Durée :
65 minutes

Le synopsis

Le film débute sur une phrase d'introduction qui pose solennellement le débat. "Notre pays, dans le passé, a connu tant d'instants d'angoisses, de difficultés, de doutes. Mais nous avons toujours été sauvé par des hommes visionnaires et courageux qui nous ont ouvert l'esprit et montré la voie pour sortir de la confusion."
Le Général Billy Mitchell, ignoré et moqué par ses pairs au lendemain de la Première Guerre Mondiale, apparaît bien vite à l'écran : Victory Through Air Power lui est dédié.
Un livre s'ouvre ensuite et entreprend de raconter l'histoire de l'aviation aux Etats-Unis - du tout premier vol historique des frères Wright à Kitty Hawk jusqu'aux vols transcontinentaux, en passant par l'utilisation militaire des avions lors de la première Guerre Mondiale.
Les nombreuses contributions du Major Alexander P. de Seversky aux progrès de l'aviation sont à cette occasion présentées. Il apparaît alors en "live" à son bureau. Il expose le contexte de la Seconde Guerre Mondiale et la stratégie militaire utilisée en Europe depuis 1939. L'animation illustre comment la ligne Maginot, abusivement considérée comme infranchissable, a été neutralisée par Hitler et son aviation ou comment la bataille d'Angleterre a permis aux britanniques de prendre la mesure de l'impérieuse nécessité d'avoir la maîtrise totale du ciel.
Il poursuit son exposé en expliquant les différences fondamentales entre les lignes de défenses des Alliés et celles des Nazis. Les premières dépendent de multiples sources de ravitaillement qui, pouvant facilement tomber sous les feux ennemis, les obligent à disposer de stocks sur de longues distances, rallongeant d'autant leur temps d'acheminement. L'organisation des seconds peut, elle, être comparée à une roue de vélo, avec un stock disposé au centre et un approvisionnement déployable efficacement sur n'importe quelles lignes de front. L'unique moyen de retourner l'avantage est de passer les ligne ennemies et d'attaquer le centre. Seule l'aviation peut rendre cet exploit réalisable.
La plus grosse difficulté est, pour le Major Alexander P. de Seversky, de combattre le Japon, l'ennemi le plus dangereux à ses yeux. Les distances imposent en effet que l'aviation décolle de bases d'avant-poste comme l'Alaska. Elle doit être composée de bombardiers capables de voler jusqu'à leur destination, sans escale, avec, à leur bord, de nouvelles bombes plus destructrices que celles utilisées jusqu'alors.
Pour être efficaces, toutes les attaques aériennes de par le monde, doivent être coordonnées par un seul et unique commandement militaire. La scène finale montre ainsi l'attaque aérienne idéale imaginée par le Major Alexander P. de Seversky sur le Japon : un aigle immense apparaît dans les airs et pique en attaque sur une pieuvre géante qui étend ses tentacules sur toutes les îles du Pacifique...

La critique

rédigée par
★★★

Victory Through Air Power aurait pu être un simple film de pure propagande. C'est, en réalité, le plus gros effort de guerre de la Compagnie de Mickey qui n'a d'ailleurs reçu, pour lui, aucune commande du gouvernement américain. Toute la machine Disney s'est, en fait, sous l'impulsion de Walt lui-même, mise au service de la nation américaine. Il estimait, ainsi, que sa compagnie, déjà indissociable de l'inconscient collectif, ne pouvait se tenir à l'écart de ce conflit majeur. Du propre aveu du Maître de l'animation, Victory Through Air Power poursuit en effet un double objectif : initier le grand public à la stratégie militaire et mener une action de lobbying sur les autorités de l'époque pour leur faire prendre en compte la théorie du Major Alexander P. de Seversky.

A la différence des autres producteurs de documentaires, Walt Disney, dès qu'il exploite le genre des films d'entraînement et de propagande, prend toute la mesure du pouvoir du cinéma. Il sait que les spectateurs ne s'intéressent pas au propos si son abord n'est pas rendu ludique et pédagogique. Il refuse ainsi les lectures monocordes et soporifiques des sujets. L'information distillée dans une œuvre ne doit, certes, pas être sacrifiée. Mais elle peut assurément être présentée de manière simple et captivante avec beaucoup de dessins et autant de graphiques. Instructif et divertissant, Victory Through Air Power devient un modèle du genre.

Parfait outil de propagande, le film pêche, néanmoins, par un manque de moyens évidents, en particulier dans son animation. Il parvient toutefois à retenir l'attention grâce à des passages amusants dans sa première partie consacrée à l'histoire de l'aviation et à l'exposé limpide de la théorie qu'il défend. La scène finale, où l'aigle américain frappe en plein cœur la pieuvre japonaise, bénéficie en revanche d'une qualité proche de Fantasia. Pas étonnant dans ces conditions que le film ait été nominé pour l'Oscar de la Meilleur Musique. Victory Through Air Power a aussi servi de ban d'essai pour une technique qui fera fureur dans les années 50 : l'animation minimaliste.

Les passages d'acteur sont eux particulièrement bien traités. Walt Disney refuse d'emblée l'idée de proposer les interventions du Major Alexander P. de Seversky, de manière traditionnelle. Hors de question en effet de mettre à l'écran des plans fixes et un cours magistral. Il engage ainsi le réalisateur H.C. Potter, pilote d'avion et ami du Major de Seversky afin de faciliter la mise en scène. De nombreux artifices sont naturellement utilisés pour rendre vivant l'exposé. L'astuce la plus visible est sans aucun doute l'emploi de cartes ou de dessins en début et fin de chaque partie "live". Les transitions, assurées ainsi par de l'animation, n'en sont que plus douces.

Victory Through Air Power, fut boudé par le grand public. Il eut néanmoins le mérite méconnu d'influer sur le cour des évènements militaires. Churchill, en personne, convainc en effet Roosevelt de le visionner, et contribue ainsi à persuader le Président des États-Unis, contre son haut commandement qui exécrait le Major Alexander P. de Seversky, de bombarder la Normandie pour préparer le débarquement...

Avec Victory Through Air Power, Walt Disney, dans un élan patriotique fort, a fait prendre à la Compagnie un parti prix dangereux. En effet, si la cause défendue (délivrer le monde du joug nazi et despotique) est noble, l'histoire nous enseigne les limites de la théorie qui lui était chère : une guerre ne peut pas se gagner uniquement par des bombardements, ciblés ou intensifs. Au delà de l'erreur de stratégie militaire, Walt Disney a aussi amené la compagnie sur le délicat terrain politique, lui faisant courir le risque mortel de la "partisaniser". On est là bien loin des valeurs d'universalité que la Walt Disney Company n'a eu de cesse de revendiquer depuis... Est-ce pour autant critiquable ? Assurément, non ! Les enjeux du deuxième conflit mondial étaient tels qu'ils méritaient bien un engagement clair de la firme de Mickey. Et qui pouvait mieux que Walt en personne décider de "sonner la mobilisation" ?

Il faut attendre 2004, plus de 60 ans après la sortie du film, pour que Victory Through Air Power, ait enfin droit d'être de nouveau proposé au public. Le film est en effet resté, jusque là, dans les archives de la Compagnie sans jamais être projeté nulle part, même pas et curieusement, dans les festivals dédiés au genre. Seule la partie sur l'Histoire de l'aviation, désolidarisée du film, a l'honneur d'être diffusée dans un épisode de l'émission télé, Walt Disney's Wonderful World of Color : Fly with Von Drake, le 13 octobre 1963.

Victory Through Air Power n'entre bien sûr pas dans la catégorie des films de divertissement mais se classe hors norme.

L'équipe du film

1904 • 1968
Animateur
1911 • 1976
Animateur
1912 • 2008
Animateur
1913 • 2000
Animateur
1914 • 2002
Animateur
1912 • 1998
Directeur de Séquence
1913 • 1992
Peintre Décorateur
1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Introuvable jusqu'alors, aussi bien en VHS que DVD, Victory Through Air Power se faisait, jusqu'à cette re-sortie salutaire, plus rare encore que Mélodie du Sud.

Le film est ainsi inclus dans la collection Walt Disney Treasures, sous une dénomination particulière Walt Disney sur les Lignes de Front compilant les cartoons et films de propagandes réalisés durant la Seconde Guerre Mondiale.