Peter et Elliott le Dragon
L'affiche du film
Titre original :
Pete's Dragon
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 3 Novembre 1977
Genre :
Animation 2D / Film "Live"
Réalisation :
Don Chaffey
Musique :
Joel Hirschhorn
Al Kasha
Irwin Kostal
Durée :
134 minutes

Le synopsis

Au début du siècle dernier, l'arrivée de Peter, un jeune orphelin fuyant sa famille adoptive, à Passamaquoddy, petite ville de la Nouvelle-Angleterre, ne passe pas inaperçue. D'étranges évènements se produisent en effet à sa proximité immédiate, tous dus à son compagnon Elliott, un dragon doué d'invisibilité. Ou presque ! Lampie, un habitant plutôt porté sur la boisson, parvient, il est vrai, à voir l'animal lance-flamme sans toutefois convaincre personne de son existence, tant il est discrédité par son vice.

La situation est d'autant plus explosive que Peter et son dragon sont hébergés par sa propre fille, Nora. Le danger va ainsi grandissant. Non seulement, les habitants de Passamaquoddy les tiennent pour responsables du manque de poissons tandis que le Docteur Terminus cherche à livrer Peter à ses parents et, pire, dépecer le dragon pour le vendre en morceaux à des préparateurs en pharmacie...

La critique

rédigée par
★★★★

Peter et Elliott le Dragon est assurément le projet des studios Disney le plus ambitieux dans les années 70, depuis L'Apprentie Sorcière, tout genre confondu, à l'exception notable de L'Île sur le Toit du Monde. Ils cherchent en effet avec lui à reproduire le succès de Mary Poppins. Tentative vaine. Le film n'est jamais parvenu à se faire une place au soleil. Pire, il est, dès sa sortie, victime d'une réputation de navet, totalement injuste pour le coup.

La mort de Walt Disney paralyse le staff de la maison Mickey. En panne d'imagination, il n'a, en effet, de cesse de ressortir des étagères des projets remisés du vivant du Maître, à l'exemple de L'Apprentie Sorcière ou encore Les Aristochats. Jugées par leur frileuse direction incapables de voler de leurs propres ailes, les équipes Disney de l'époque sont ainsi invitées à suivre les pas de feu leur patron, quitte à oublier toute créativité. La pauvreté du catalogue Disney des années 70 trouve ici son explication. Débouchant sur une crise profonde, autant commerciale qu'artistique, cette triste période aboutit à un changement radical de Direction en 1984 avec l'arrivée du fringant Michael Eisner, qui, avant de littéralement péter les plombs en fin de mandat, transformera la firme de Mickey en empire de la communication...

Les premières ébauches de Peter et Elliott le Dragon datent ainsi de la seconde moitié des années 50. A l'origine, il est simplement prévu de réaliser un épisode de télévision de 45 minutes à destination de l'émission d'anthologie, Disneyland, présentée par Walt Disney lui-même. Les droits d'adaptation de l'histoire signée de Seton I. Miller et S.S. Field sont ainsi acquis par les studios Disney, qui finalement n'y donnent pas suite.
A l'origine donc, le récit est un drame psychologique dans lequel un jeune garçon, Peter, en mal de vivre, s'invente pour échapper à la dureté de son quotidien, un monde imaginaire où il rencontre Elliott. Initialement, il n'est pas prévu de faire apparaitre le dragon à l'image. C'est en effet bien plus tard, que le producteur Jerome Courtland, qui relance le projet, décide de donner apparence à Elliot en limitant toutefois son intervention à une seule et unique scène. Lors d'un rêve, Peter rencontre ainsi son copain lance-flamme dans un monde surréaliste, un peu effrayant. A ce stade, le film prend des airs inhabituels pour une production Disney. En décalage avec le caractère familial de la signature, il aurait sans doute plus sa place dans le catalogue Touchstone (dont la création interviendra sept ans plus tard !). Pourtant, une fois les animateurs entrés dans le processus de création du film, Peter et Elliott le Dragon s'éloigne sérieusement de sa destinée. Le script jugé bien trop sérieux est d'abord contesté de toutes parts. Quel intérêt ensuite de faire apparaître le dragon une seule et unique fois dans le long-métrage alors même que son nom trône dans le titre ? Les artistes au pinceau entrent alors en résistance. Sans trop de mal, ils trouvent auprès de Ron Miller, beau-fils de Walt Disney et nouveau responsable des productions du studio Disney, une oreille attentive. Il valide leurs volontés de transformer l'œuvre projetée en un mélange de "live" et d'animation. Au final, ils obtiennent une présence notable d'Elliott qui apparait pas moins de 22 minutes dans le film.

Le projet Peter et Elliott le Dragon subit également une influence importante des compositeurs chargés de sa bande originale. Al Kasha et Joel Hirschhorn, auréolés de leurs Oscars pour les chansons des films L'Aventure du Poseïdon et La Tour Infernale, sortis chez la Fox, se voient, en effet, dans un premier temps, simplement confier le titre clé du film. Ils livrent ainsi une enthousiasmante mélodie, Candle on the Water, vrai clin d'œil à leurs précédentes œuvres dont ils reprennent les références aux éléments (respectivement l'eau et le feu) en y joignant une magnifique métaphore pour le phare où vit Nora. Le résultat est jugé tellement bon que l'équipe imagine transformer l'essai en une comédie musicale. La Direction de Disney rêve, sans l'avouer, d'un nouveau Mary Poppins. La Critique ne sera pas du même avis : elle est insensible aux charmes des ritournelles qui pourtant ne déméritent pas, pour la plupart d'entre elles (I Love You Too, It's not Easy, Brazzle Dazzle Day, There's Room for Everyone).

Mué en comédie musicale au récit édulcoré, à des années lumières du drame psychologique envisagé à l'origine, Peter et Elliott le Dragon entre désormais parfaitement dans les critères du catalogue Disney. Sa réalisation le formate d'ailleurs un peu plus ! Confiée à Don Chaffey, un prolixe vétéran de la maison aussi bien pour le grand écran (Bobby de Greyfriars, Les Trois Vies de Thomasina et Mais où est Donc Passé Mon Poney ?) que pour la petite lucarne (Le Prince et le Pauvre, L'Affaire du Cheval Sans Tête et Born to Run), elle apparait efficace mais totalement convenue. Alternant les moments tendres, les scènes spectaculaires et les belles chorégraphies, elle livre au spectateur un film collant à merveille à la signature Disney. Aucune surprise : le terrain est connu, trop peut-être...

L'histoire ne dit pas si la Direction de Disney a alors conscience du plat réchauffé qu'elle est en train de préparer. Une chose est sure, le casting de Peter et Elliott le Dragon joue lui la carte de l'innovation. Une fois n'est pas coutume, aucune tête déjà vue dans d'autres productions du studio de Mickey ne dépasse.
Sean Marshall, inconnu alors au bataillon, endosse donc le rôle titre dans ce qui est pour lui son tout premier film. Jouant avec fraicheur et sincérité un orphelin, perdu et déboussolé, ayant pour seul ami un dragon, le jeune acteur sert une prestation touchante et attachante. Outre des qualités de comédien indéniables, il est un artiste complet quand il s'agit de chanter et danser. Les quatre chansons qu'il interprète sont assurément parmi les meilleurs moments du film.
Le premier rôle féminin est lui tenu par une chanteuse américaine, Helen Reddy, fort populaire à l'époque. Endossant une femme forte, qui attend avec détermination son amour perdu en mer et gère à la fois la responsabilité du phare et les tracas causés par un père alcoolique, elle assume un personnage complexe dont elle maitrise visiblement l'envergure. La Critique de l'époque va pourtant se déchainer contre elle conspuant la fadeur de sa prestation. C'est aller un peu vite en besogne même s'il convient de reconnaitre que la seule chanson qu'elle interprète en solo, Candle on the Water, thème centrale du film, tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Mais est-ce vraiment sa faute ?
Mickey Rooney, acteur très connu dans les années 70, assume quant à lui le personnage du père alcoolique, Lampie, qu'il s'emploie à rendre attachant. La chanson qu'il interprète et la chorégraphie qui la soutient l'y aident d'ailleurs beaucoup. Si à l'époque, le vice de l'alcool est envisagé avec bienveillance, il passe beaucoup plus mal de nos jours, plombant dès lors l'aura du personnage tout entier...

Peter et Elliott le Dragon affiche une galerie de méchants impressionnante.
Le premier d'entre eux, joué par Jim Dale, est sans aucun doute le Dr. Terminus, un charlatan vendant très cher des potions placébos. Son seul but est de se faire de l'argent ! Sa noirceur impressionne au détour de ses nombreuses scènes ou chansons, dont la très drôle Passamaquoddy est un bijou de mauvaise foi. Comme souvent chez Disney, le vilain en titre dispose d'un faire-valoir, Hoagy, plus bête que méchant. Assumé par Red Buttons, il fait des merveilles : la scène où il découvre Elliott est à ce titre fort réussie.
A côté de ce duo de vilains prémiums, évolue la famille Gogan, répugnante, sale et grossière. Similis Thénardier, ses membres entendent récupérer l'orphelin qu'ils ont acheté dans le but d'assumer toutes les corvées de leur ferme. Ils poussent à l'occasion la chansonnette où ils brillent notamment avec la très rythmée The Happiest Home in These Hills.

Au-delà de la qualité indéniable des scènes live, la partie animée constitue à n'en pas douter le principal atout de Peter et Elliott le Dragon.
Le personnage du dragon est d'abord bien connu chez Disney. Il a, il est vrai, déjà fait ses preuves dans des registres certes différents (Le Dragon Récalcitrant, La Belle au Bois Dormant) mais toujours avec un fort impact. En revanche, pour sa conception cette fois-ci, aucun membre des Neufs Vieux Messieurs n'est de l'aventure.
Seul le vétéran, Ken Anderson, participe en effet au film. Rentré aux studios en 1934, recruté pour sa grande connaissance des éléments architecturaux, il lui est demandé dans un premier temps d'apporter des idées fraiches sur certains Silly Symphonies à l'exemple de Goddess of Spring ou Three Orphan Kittens. Il travaille ensuite sur de nombreux longs-métrages (dont Blanche Neige et les Sept Nains) et endosse, au cours de sa carrière, de bien des casquettes : directeur artistique, producteur designer, scénariste, artiste layout, designer de personnage... Il participe également à l'élaboration de certaines attractions de Disneyland. Ken Anderson prend sa retraite en 1978, Peter et Elliott le Dragon constituant ainsi son tout dernier projet sur lequel il signe le design du personnage.
L'animation d'Elliott est elle confiée à la jeune génération, fraichement arrivée dans les studios de Mickey. Don Bluth (Brisby et le Secret de N.I.M.H.), en assume notamment la réalisation. Il quittera d'ailleurs la maison quelques années plus tard avec fracas tant il conteste l'inertie qui la caractérise alors. Les animateurs qui l'entourent sur le film ne sont, pour leur part, pas en reste. Des noms prestigieux comme Glen Keane (Tarzan) ou Ron Clements (La Petite Sirène) participent en effet à Peter et Elliott le Dragon !
Au final, Elliott est un personnage de pantomime totalement adorable et terriblement attachant. Vraie réussite du film, il en est un fil rouge parfait. Son aura lui permet d'ailleurs de quitter le grand écran pour se retrouver dans la fameuse Parade Electrique des Parcs Disney du monde entier.

L'erreur la plus courante pour apprécier Peter et Elliott le Dragon est de chercher à le comparer avec Mary Poppins ou L'Apprentie Sorcière. Impossible alors de lui trouver grâce. Non pas qu'il démérite techniquement - au contraire - mais tout simplement parce qu'il ne se situe pas sur le même registre. Chez ses deux prédécesseurs, des personnages "live" évoluent, en effet, dans un monde animé alors que chez lui, la dynamique s'inverse. Un personnage animé, Elliott, se retrouve ainsi dans un monde "live" interagissant avec son environnement. Il est en quelque sorte un grand parent du célébrissime Qui Veut la Peau de Roger Rabbit qui reprend la même technique en la sublimant, onze ans plus tard. Il est aisé de railler aujourd'hui le résultat obtenu sur Peter et Elliott le Dragon. Pourtant, le film est, à l'époque, en 1977, à la pointe de la technologie. Il apporte en outre de notables innovations. Les scènes où Elliott récupère la larme de Peter ou joue au morpion avec un bout de bois réel constituent alors de vraies prouesses. D'ailleurs, ses effets spéciaux ne s'arrêtent pas au seul mélange "live" / animation. De nombreux trucages physiques sont au rendez-vous de ce film qui se veut résolument spectaculaire. L'invisibilité du dragon est, en effet, l'occasion de moments bluffants. La scène où il marche dans le ciment, dont le rendu à l'écran est particulièrement réussi, a d'ailleurs bousculé tout le planning du film, les équipes techniques ayant eu la mauvaise idée d'anticiper d'une journée l'étalement du ciment sur le plateau, le rendant inutilisable car durci au moment du tournage...

Aux USA, Peter et Elliott le Dragon sort le 3 novembre 1977 dans sa version Roadshow Program affichant une durée de 134 minutes dans une combinaison de salles limitée. L'accueil du public est alors décevant. Aussi - comme cela a été également le cas pour la quasi-totalité des comédies musicales Disney depuis Mary Poppins (Le Plus Heureux des Milliardaires, L'Apprentie Sorcière) - le film est raccourci pour sa sortie nationale, le 16 décembre 1977, à 121 minutes. Il connait un sort identique pour sa première édition en vidéo de location (la toute première pour un film Disney !) en mars 1980 et perd encore 17 minutes. Deux scènes de chansons sont entièrement coupées (Candle on the Water et The Happiest Home in These Hills) et trois autres sont expurgées de certaines chorégraphies (I Saw a Dragon, There's Room for Everyone et Brazzle Dazzle Day). La musique du générique est également enlevée et remplacée par la version sonore de Candle on the Water. Lors de sa sortie à la vente sur le marché américain, en octobre 1980, le film affiche un montage de 129 minutes qu'il conservera dès lors pour toutes ses carrières en vidéo. Cette version serait toutefois différente de celle du Road Show Program dans la mesure où la scène I Saw a Dragon serait différente. Les 6 minutes manquantes n'ont jamais été revues depuis la première du film et il est difficile de savoir si elles ont été conservées par les studios Disney. Peter et Elliott le Dragon a droit à une ressortie au cinéma aux Etats-Unis en 1984 avec, cette fois-ci, le montage de 104 minutes.

En France, le film connait, peu ou prou, les mêmes turbulences. Il sort pour la première fois le 18 octobre 1978 sans qu'il soit aujourd'hui possible de savoir quel est le montage présenté. Son édition en VHS dans les années 80 affiche elle la version de 104 minutes, avec la chanson Candle on the Water en générique. Est-ce là, la version internationale sortie au cinéma ? Probable. Vu le faible succès du film aux Etats-Unis, Disney a surement proposé directement une version raccourcie, supposée plus digeste, pour le marché étranger. Cette politique a toutefois une fâcheuse conséquence sur le doublage de l'œuvre qui se trouve originellement limitée à la version courte. Dès lors, toute présentation d'un montage allongé pose problème, les voix n'étant plus forcément disponibles, condamnant le spectateur francophone à peiner à disposer de la version la plus proche de l'originale.
Ainsi, Peter et Elliott le Dragon est une première fois distribué en DVD zone 2 par Warner en 1999 avec le montage court, à la nuance prés que le générique de début est changé, reprenant avec inspiration l'original. La ressortie en DVD Zone 2 en 2003, organisée par Disney cette fois-ci, offre elle l'édition normale, dite longue, correspondant à la version américaine de 129 minutes. Tout naturellement, un redoublage intégral est effectué pour l'occasion devant l'impossibilité d'utiliser l'originel, forcément incomplet.

Peter et Elliott le Dragon subit les foudres de la Critique qui lui préfère largement Les Aventures de Bernard et Bianca sorti quelques mois plut tôt. Injustement accusé d'être une pâle copie de Mary Poppins, de s'embourber dans la fadeur de ses acteurs, et de s'agrémenter de chansons insipides, le film est littéralement descendu. Seul le design d'Elliott trouve des défenseurs, peu audibles. Les professionnels se ravisent toutefois un tant soit peu en accordant au film deux nominations aux Oscars pour la Meilleure Musique Originale et la Meilleure Chanson (Candle on the Water).

Le long-métrage rapporte 18 millions $ aux Etats-Unis, une recette certes honorable mais à mille lieux des espérances de la Direction des studios. Peter et Elliott le Dragon enterre alors bien malgré lui, et pour un long moment chez Disney, toutes velléités à produire des mélanges de films "live" et d'animation ainsi que des comédies musicales. Il faudra attendre 1988 et Qui Veut la Peau de Roger Rabbit pour voir le premier genre renouer avec le succès chez Disney et 1992, avec Newsies - The News Boys, pour le second qui signe lui un flop retentissant ! L'association des deux attendra, quant à elle, 2007 avec Il Etait une Fois et un score au box-office plus qu'honorable.

Peter et Elliott le Dragon conserve aujourd'hui une place de choix dans l'inconscient des spectateurs qui l'ont vu enfants. Ses chansons entrainantes, sa jolie histoire, ses beaux personnages, son charme d'un autre temps et son splendide personnage animé en font une expérience cinématographique marquante.

L'équipe du film

1954 • ....
Animateur
1933 • ....
Producteur
1949 • 2015
Producteur

L'édition vidéo

Jaquette Peter et Elliott le Dragon
Jaquette Peter et Elliott le Dragon
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2009
Zone 2 Simple 2009
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple Multizone 2012
Zone B Simple 2013