Basil, Détective Privé
L'affiche du film
Titre original :
The Great Mouse Detective 
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 2 juillet 1986
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Burny Mattinson
David Michener
Ron Clements
John Musker 
Musique :
Henry Mancini
Durée :
73 minutes

Le synopsis

En cette nuit de l'année 1897, Mr Flaversham, génial inventeur, célèbre l'anniversaire de sa jeune fille, Olivia. Mais la fête tourne court quand une horrible créature le kidnappe. Déboussolée, la pauvresse se décide alors à chercher de l'aide auprès du célèbre détective Basil.

D'abord bien peu compréhensif, ce dernier se fait plus réceptif quand il comprend que l'auteur de l'enlèvement ne peut-être que Fidget, une chauve-souris fidèle et stupide serviteur du démoniaque Professeur Ratigan. Régnant sur les bas quartiers de Londres, ce Vilain n'a, en effet, d'autres obsessions que de renverser la Reine des Souris au Palais de Buckingham pour s'emparer du pouvoir.

Commence alors une longue et difficile enquête semée d'embûches et de dangers...

La critique

rédigée par
★★★

Deuxième film de la nouvelle génération Disney, Basil, Détective Privé, le 26ème long-métrage des studios de Mickey est un film sans prétention, si ce n'est celle de faire oublier le désastre commercial (et certains diront artistique) de Taram et le Chaudron Magique. Le long-métrage se devait, en effet, d'être une œuvre reconnue tout en étant construit sur un budget maîtrisé. Le parfait contraire de son prédécesseur en quelque sorte ! Le pari fut, fort heureusement, relevé.

Basil, Détective Privé est une adaptation du roman pour enfants, Basil of Baker Street, d'Eve Titus. Cette auteure américaine, née le 16 juillet 1922 à New York et décédée le 4 février 2002 à Orlando en Floride, qui fut également pianiste de concert, poétesse et nouvelliste pour des magazines, est, en effet, surtout connue pour ses aventures des souris anthropomorphes Anatole et Basil dont tous les opus ont été illustrés par Paul Galdone. Sa série sur Basil -une souris habitant sous la maison de Sherlock Holmes- a fait ainsi l'objet de cinq volumes : Basil of Baker Street (1958), Basil and the Lost Colony (1964), Basil and the Pygmy Cats (1971), Basil in Mexico (1976) et  Basil in the Wild West (1982).

Basil, Détective Privé nait de la frustration de certains artistes, nouveaux venus chez Disney, ressentie à la suite des innombrables problèmes rencontrés au cours de la production de Taram et le Chaudron Magique. Agacés par l'ambiance détestable qui y régnait alors, ils décident, en effet, de faire sécession et mettent en chantier un projet parallèle : l'adaptation de Basil of Baker Street. Ron Clements et John Musker (futurs réalisateurs de La Petite Sirène, Aladdin, Hercule, La Planète au Trésor ou La Princesse et la Grenouille) sont les premiers d'entre eux. La fronde ne porte pourtant pas immédiatement ses fruits. Le dossier reste, il est vrai, six mois en suspens, en attente d'une décision managériale. C'est le changement de Direction Générale, initié par Roy Disney qui fait bouger les lignes. Le neveu de Walt Disney ne tarde pas, en effet, à prendre en charge le département Animation du studio de son oncle et, convaincu de la qualité du pré-travail réalisé sur l'adaptation de l'histoire de Basil, à soutenir le projet. Il n'a ainsi aucun mal à convaincre Michael Eisner et Jeffrey Katzenberg d'assister à la présentation des story-boards. Michael Eisner est d'ailleurs un familier de ce processus qu'il a appris à connaitre du temps où il était responsable de la programmation des émissions "Jeunesse" sur ABC, avant de prendre la tête de la Paramount... Jeffrey Katzenberg n'est pas en reste puisque, lui-aussi, et toujours chez Paramount, y a pris l'habitude d'analyser des story-boards de films, mais uniquement "Live" et, pour la plupart, du genre "Action". En revanche, ni l'un, ni l'autre n'a l'habitude de se voir présenter un film en entier, uniquement du point de vue de son story-board. La séance est donc délicate : s'éternisant en longueur, elle est même qualifiée de "difficile" par les intervenants. Pourtant, les nouveaux patrons de Disney en sortent relativement enthousiastes. Ils posent néanmoins deux conditions : le film doit être fait en moitié moins de temps que Taram et le Chaudron Magique et avec un budget divisé par deux. Ils assignent pour cela pas moins de quatre réalisateurs : Burny Mattinson, David Michener, Ron Clements et John Musker.
Fin 1984, Basil of Baker Street, qui devient The Great Mouse Detective, est mis en chantier. Il est terminé en juillet 1986 sans dépassement de budget.

Malgré la marque de confiance de la nouvelle Direction sur le projet Basil, le moral des animateurs Disney n'est pas bon. L'échec de Taram et le Chaudron Magique, puis le déménagement de leurs bureaux à Glendale, dans des préfabriqués, marquent les esprits. Pire, le staff de la compagnie, noyauté par les financiers, montre à la moindre occasion que l'Animation est le cadet de ses soucis, quand elle n'est pas présentée comme un boulet à trainer... Fort heureusement Roy Disney veille au grain, aidé en cela par Jeffrey Katzenberg : tous deux veulent, au contraire, revitaliser la division historique du studio. Ils partent ainsi sans tarder à la recherche de nouveaux talents passant de 160 personnes à 600. Les deux hommes pensent d'ailleurs qu'un manager à temps plein, véritable coach, capable de canaliser l'énergie des artistes et de la guider vers l'excellence (au contraire d'un technicien ou bureaucrate) est indispensable à la réussite de l'entreprise. Ils finissent par trouver la perle rare en la personne de Peter Schneider. Metteur en scène de renom, il commence sa carrière au théâtre en 1972. Il est alors connu pour son travail sur bon nombre de musicals, tel The Breakup Notebook, Regina, Norman's Ark ou Grand Hotel - The Musical. C'est après avoir organisé le festival d'Arts Olympiques à Los Angeles durant les jeux de 1984, qu'il est embauché chez Disney. Bien qu'il ne connaisse rien à l'animation, Peter Schneider est choisi pour amener un regard neuf et un nouvel état d'esprit. Devenu le premier Président de la nouvelle filiale Disney, Walt Disney Feature Animation, il fait preuve d'un sens managérial et artistique d'une exemplarité rare. Il canalise alors mieux que personne l'énergie et les idées des animateurs Disney, révélant toute l'étendue de leurs talents.

Le tout premier atout de Basil, Détective Privé est à l'évidence son script. Le scénario, certes très simple, est, en effet, terriblement efficace. Il déroule ainsi, sans temps mort, les péripéties d'une brillante souris détective. Le suspense, notamment, est omniprésent et rend l'action trépidante. Son rythme provient d'abord d'une importante coupe, rognant pas moins de 20 minutes de film. Il prend ensuite sa force dans les nombreux gags visuels ou répliqués, les dialogues étant, à ce titre, savoureux par moment. L'une des scènes les plus réussies est ainsi celle où Basil et Dawson, prisonniers de Ratigan doivent affronter son ingénieux et mortifère stratagème. Le Vilain utilise, il est vrai, un nombre impressionnant d'armes, se déclenchant les unes à la suite des autres après un compte à rebours monté tel un jeu de domino que même les auteurs de Saw ne renieraient pas. Basil et Dawson s'en sortent bien-sûr haut-la-main, le plus drôle étant qu'ils prennent la pose pour la photo finale que le mauvais rat avait prévu pour célébrer sa victoire. Tout simplement jouissif !

Le scénario de Basil Détective Privé brillant plus par son rythme que par son originalité, sa galerie de personnages aurait dû faire la différence : force est de constater que cela n'est pas vraiment le cas !
Le plus gros problème vient du héros principal qui emporte difficilement l'adhésion. Il semble froid et ses motivations plus axées sur l'esprit de vengeance que la main tendue vers son prochain. Basil donne ainsi plus l'impression d'accepter d'aider la petite Olivia pour coincer Ratigan que par bonté d'âme. En outre, son aversion pour les enfants n'est forcément très inspirée dans un film Disney dans la mesure où l'inconscient collectif de génération entière de spectateurs est marqué à jamais par l'action généreuse de SOS Société et de Bernard et Bianca en particulier... Après, il est vrai que le côté bourru et vieux garçon du personnage a tout de même un certain charme, rehaussé d'ailleurs en français par le magnifique doublage opéré par Roger Carel.
Le Docteur Dawson est lui beaucoup plus attachant. Malgré sa grande intelligence, il conserve en effet une amusante attitude d'enfant alliée à une bienveillance permanente. Sa véritable personnalité apparait d'ailleurs dans une scène riche en enseignements, où, enivré, il perd toutes notions de savoir-vivre et danse en public sans retenue. En réalité, celui qui ne devrait être qu'un faire-valoir du héros joue tout au long de l'aventure un trop fort contrepoids ; une situation menant alors au parasitage d'images entre les deux, preuve indéniable de la mauvaise construction du casting tout entier.
Si le héros ne brille pas par son humanité, la victime, elle, est, dans son registre, tout à fait convaincante. Olivia, une petite souris qui vient de voir son père enlevé sous ses yeux, est en effet un personnage terriblement attachant dont les ressources sont nombreuses. Ainsi, passé le choc du kidnapping, elle ne verse pas dans l'apitoiement mais reste au contraire déterminée à faire face à l'adversité.
Face aux camps des gentils dont la cohésion n'est pas forcément évidente, celui des vilains est autrement plus convaincant. Charismatiques à souhait, Ratigan et Fidget sont, en effet, des personnages impressionnants de noirceur. Le premier, en particulier, doublé dans la version originale par Vincent Price et animé de main de maître par Glen Keane (heureux papa d'Ariel dans La Petite Sirène ou de La bête dans La Belle et la Bête) est la méchanceté personnifiée. Son esprit malade, calculateur et inventif fait, il est vrai, des merveilles. Le second est, lui, une belle transposition de Crapaud, le seul personnage réussi de Taram et le Chaudron Magique. Pas très futé, maladroit, il sait néanmoins se montrer parfois tout aussi effrayant que son Maître. Il est, à n'en pas douter, un idéal acolyte de méchant !
Les personnages principaux, gentils comme méchants, évoluent bien évidement au milieu d'une galerie de rôles secondaires plus ou moins bien définis. Certains sont toutefois à distinguer. La reine des souris animée par Andreas Deja (Gaston dans La Belle et la Bête ou Jafar dans Aladdin), le chien de Toby, fort sympathique et la chatte de Ratigan, Felicia, aux multiples mimiques disposent, en effet, des ressources suffisantes pour véritablement exister dans le récit. Tous les autres, en revanche, ne font que passer...

Si l'histoire de Basil, Détective Privé tout comme sa galerie de personnages ne sont pas totalement vertueuses, il est une décision qui apparait elle tout à fait salutaire : le film marque, en effet, le retour des chansons. Disney effectue là un virage à 180 degrés par rapport à son film précédent qui en était, imbécilement, dépourvu. La leçon sera d'ailleurs retenue : véritables institutions dans les longs-métrages de la firme de Mickey, les chansons ne feront plus défaut à aucune de ses productions pour les quinze années à venir.
Curieusement, ici, c'est le vilain qui se taille la part du lion : Ratigan a, il est vrai, l'honneur d'interpréter deux des trois morceaux du long-métrage (The World's Greatest Criminal Mind, Goodbye So Soon), volant, au passage, un peu plus, la vedette à Basil. Si la deuxième chanson, jouée au travers d'un tourne-disque, ne fait qu'accompagner le fabuleux stratagème pour se débarrasser du détective, la première -un vrai morceaux de music-hall dont Broadway ne rougirait pas !- est, elle, destinée à accompagner le récit. Enfin, la troisième chanson échappe aussi à Basil : Let Me Good to You est, il est vrai, interprétée par une danseuse de la taverne où Dawson s'enivre, permettant d'ailleurs à ce dernier de développer sensiblement son capital-sympathie.
Toujours côté musique, le film dispose également d'une superbe partition écrite et orchestrée par Henry Mancini, particulièrement connu pour son générique de La Panthère Rose.

Académique sur bien des points, Basil, Détective Privé innove pourtant sur le plan de la technologie. Il est, en effet, le premier film d'animation Disney à utiliser aussi intensément les images de synthèse. Dans la somptueuse scène finale, course poursuite mémorable à l'intérieur de Big Ben, les rouages de la fameuse horloge londonienne sont ainsi réalisés en 3D et servent de décors aux personnages animés, eux, en 2D puis intégrés. Le résultat final est tout simplement époustouflant, surtout pour l'époque.
En revanche, si les progrès techniques sont visibles, l'animation (budget oblige !) n'est pas forcément parfaite tout au long du film : la majorité des plans est certes superbe mais les arrière-plans, eux, trop souvent statiques, gêneront les amateurs d'animation les plus attentifs.

Basil, Détective privé est accueilli par des critiques bienveillantes et soulagées de voir Disney de retour avec un film plus modeste et plus léger. Pour autant, victime d'une campagne de promotion défaillante comme les équipes de Mickey s'en rendent parfois coupables (Kuzco, l'Empereur Mégalo, La Planète au Trésor...), le succès commercial lui échappe. Il ne rapporte ainsi que 21 millions de dollars (soit la même somme que Taram et le Chaudron Magique) là où La Belle et le Clochard ressorti la même année engrange 10 millions de plus. Il n'empêche : Basil, Détective Privé, compte tenu du son budget maitrisé, est un long-métrage économiquement rentable (d'autant plus qu'il a droit à une ressortie au cinéma en 1992 sous le titre de The Adventures of the Great Mouse Detective !)
Mieux, il redonne de l'espoir aux équipes Disney qui prennent, avec lui, conscience que le succès est à portée de pinceau. L'imagination revient ainsi doucement au pouvoir avec des projets qui marqueront, eux, l'histoire de l'animation tels Qui Veut la Peau de Roger Rabbit ou encore La Petite Sirène.

Basil, Détective Privé se doit d'être (re)découvert : il s'agit d'un dessin animé sans prétention, certes, mais terriblement sympathique !

Les personnages

1986
Cinéma
1986
Cinéma

L'équipe du film

1921 • 1998
Animatrice
1905 • 1988
Consultant
1954 • ....
Superviseur de l'Animation

L'édition vidéo

Jaquette Basil, Détective Privé
Jaquette Basil, Détective Privé
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2010
Zone 2 Simple 2003
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple Multizone 2012
Zone B Simple 2015