Chicken Little
L'affiche du film
Titre original :
Chicken Little
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 4 novembre 2005
Genre :
Animation 3D
Disney Digital 3-D
Réalisation :
Mark Dindal
Musique :
John Debney
Durée :
77 minutes

Le synopsis

Depuis qu'il s'est ridiculisé auprès de tout son village, il y a deux ans maintenant, en criant à cors et à cris qu'un morceau de ciel lui était tombé sur la tête, Chicken Little a appris à raser les murs et à se faire encore plus petit que son patronyme le laisse entendre. Le signe avant-coureur d'un immense cataclysme n'était en effet qu'un malheureux gland tombé d'un chêne sur le crâne du jeune écervelé. Mais la panique avait été telle, chez les habitants d'Oakey Oaks, que sa réputation était irrémédiablement entachée...

Le petit poulet s'affaire, depuis ce triste épisode, à un seul et unique objectif : passer inaperçu et se faire oublier ! Mais le destin semble en décider autrement et lui joue à nouveau un drôle de tour. Chiken Little reçoit, en effet, cette fois-ci, un véritable morceau de ciel sur la tête. Comment va t'il parvenir à alerter les habitants de son village auprès desquels il est totalement discrédité ? Arrivera t'il à les sauver malgré eux ?

La critique

rédigée par
★★★

Chicken Little a cela de particulier qu'il est,  pour la Compagnie de Mickey,  le tout premier long métrage d'animation 3D, "pur" Disney. Sa genèse est d'ailleurs indissociable d'un épisode délicat dont la Walt Disney Company semble s'être fait une spécialité au fil de son histoire.

Tout avait pourtant bien commencé pour elle et la révolution numérique dans l'animation. Les studios Disney ont toujours été en effet à l'avant-poste des techniques de création des dessin animés. L'utilisation de l'ordinateur, en qualité d'outil artistique, dans une de ses productions, remonte, ainsi à plus de vingt ans. Le fameux Tron ouvre  la voie, en 1982, à ce qui constituera, bien plus tard, la révolution 3D. Puis sont venus des films tels La belle ou la bête ou Le roi lion dont certaines scènes clés ont été magnifiées par les possibilités offertes par le numérique. En 2000, c'est au tour de Dinosaure de voir le jour, mêlant, lui, des personnages animés en 3D à des décors majoritairement réels. Parallèlement, les studios Disney se sont associés avec d'autres, pour distribuer des films entièrement réalisés par ordinateur. On compte ainsi, parmi les plus célèbres, les opus issus de son association avec le studio Pixar comme Toy Story ou Les Indestructibles mais aussi des coups d'essais moins glorieux tel, Vaillant - Pigeon de Combat ! en collaboration avec Vanguard.

Disney a également utilisé le marché de la vidéo, moins exposé, pour fourbir ses armes et présenter ses propres réalisations en animation 3D. Il n'hésitera pas, d'ailleurs, à mettre à contribution, en 2004, sa star Mickey dans Mickey, il était deux fois Noël. Mais rien de tout cela ne pèse vraiment devant l'enjeu que représente Chicken Little. Pour la toute première fois, un grand classique Disney (c'est à dire un film créé par le studios de Californie) est en 3D. Tout repose en effet sur les frêles épaules de ce nouveau lointain cousin de Mickey. Pas étonnant dans ces conditions que la Walt Disney Company se soit, toute entière, mobilisée pour en faire un triomphe. Si le dernier grand classique en animation 2D, La ferme se rebelle, avait été soutenu du bout des lèvres, Chicken Little, lui, a droit à tous les honneurs. Même le parc à thèmes parisien, Walt Disney Studios, lui a attribué, - et c'est une première - sa gigantesque façade d'entrée comme support publicitaire.

Il faut dire que le film sort en pleine guéguerre avec l'allié originel pour la 3 D.  Disney a en effet pris sous son aile le studio Pixar, à la fin des années 80, à une époque où personne ne croit encore à la technologie qui s’imposera pourtant quinze ans plus tard comme la référence des long-métrages animés. Il est alors un petit studio d'animation 3D identifié par une lampe de bureau tout droit sortie de son premier court-métrage, Luxo Jr.  Après avoir totalement financé la réalisation par Pixar de Toy Story, la compagnie de Mickey signe pour 5 autres films à 50/50, cette fois-ci. Le deal est simple : Pixar réalise et Disney distribue.

Le succès est immédiatement au rendez-vous. Le public se rue en effet dans les salles obscures voir les petits chefs d'œuvre d’animation 3D qui profitent aussi bien de l'imagination de Pixar que de la logistique de la Walt Disney Company pour leur distribution et leur merchandising. Les deux studios exploitent ainsi avec bonheur leur joint-venture. Il est vrai que le studio de Mickey est passé maître dans le maintien en vie de ses personnages qu’il décline  aussi bien dans ses parcs à thèmes qu’à la télévision, sur son réseau mondial exclusif, à forte valeur ajoutée, Disney Channel. Buzz l’éclair, héros de Toy Story, en est ainsi un parfait exemple. Alors que la star de Dreamwork Shrek a du mal à exister en dehors de ses longs métrages, les personnages 3D signés Pixar/Disney rayonnent bien au-delà des salles de cinéma.

Mais voila, Pixar, fort des succès critiques et commerciaux de ses œuvres, se sent pousser des ailes et en veut plus que son accord originel. Il exige de Disney de revoir ses prétentions pour envisager la poursuite de leur association. La Walt Disney Company, sure du poids de sa seule signature, refuse catégoriquement. Le studio à la lampe de bureau se lance alors sur le marché à la recherche d’un nouvel allié. Disney tombe de haut et découvre douloureusement son retard criant dans la maîtrise de la  technologie 3D. Que cela ne tienne : il met les bouchées doubles et entend recouvrer sa suprématie dans l’animation. C'est ainsi, qu'après des essais plus ou moins heureux, seul sur le marché de la vidéo ou en association au cinéma avec d'autres petits studios (Vanguard par exemple), Disney produit en interne son tout premier long-métrage 3D : Chicken Little.
Oubliés les tâtonnements technologiques. Remisée la joint-venture avec Pixar. Abandonnées les alliances de circonstances. L'heure de vérité a enfin sonné. La Walt Disney Company se trouve face à ses responsabilités. Les aventures de son petit dernier tracent ainsi l'avenir de sa division animation toute entière. Autant d'enjeux et de pressions sur les frêles épaules de Chicken Little, et ce sont tous les fans de la compagnie de Mickey qui tremblent  : le film a t'il réussi son pari ?

Assurément oui !

La qualité d'animation est au rendez-vous et n'a plus rien à envier au meilleur standard du marché. Sans égaler le sympathique Les Indestructibles de Pixar, le film lorgne du côté de Toy Story ou 1001 pattes avec lesquels il partage la présence de personnages pour le moins caricaturaux. L'emploi de mouvements à animation saccadée, avec un air lointain de L'étrange Noël de Monsieur Jack colle d'ailleurs parfaitement à ce casting particulier, où, décidément, tout le monde rivalise d'excès.

Les personnages sont, il est vrai, terriblement attachants. Chicken Little, dont la voix française, Lorant Deutsch, fait des merveilles, est à craquer. Gageons d'ailleurs que peu d'entre-nous résisteront à ce "petit bout", malmené par un problème de communication récurrent avec ses proches, à commencer par le premier d'entre eux, son père. Ajoutez à cela, ses trois amis inséparables, tout aussi paumés et rejetés que lui, et vous obtenez une équipe de choc, aussi émouvante que drôle. Aby, doublée en français par Claire Keim, est ainsi la bonne copine, toujours prêtre à prodiguer des conseils pas vraiment réfléchis tandis que son copain porcin, Boulard, est un parfait "monsieur catastrophe" tant il semble porter sur ses épaules toute la maladresse et le stress de la Création. Sans oublier bien sûr, Fish, un petit poisson, qui jouît d'une étonnante témérité...

Tout ce joyeux petit monde se démène, avec force, dans une ambiance et un décor particulièrement soignés. Le film regorge ainsi de petits détails et d'attentions visuelles qui justifient à eux seuls, assurément, plusieurs visionnages. Vous vous étonnerez ainsi de retrouver des clins d'œil à Indiana Jones, Mars attacks, ou encore Signes... Mais au delà de ces hommages, c'est le foisonnement des personnages secondaires, voire anecdotiques, qui est bluffant. Toute une ville a été, en effet, créée de toutes pièces, avec l'ensemble de ses éléments constitutifs et de ses habitants. Le design du film a d'ailleurs pris le parti de nous proposer une image chaude et attrayante, en reposant les décors sur des couleurs flamboyantes et des courbes appuyées. Le spectateur se retrouve ainsi emmitouflé dans une sensation de bien-être dont l'absence semble desservir les personnages quand ils sont "extraits" du film. Une simple photo du personnage d'Aby suffit, par exemple, à éprouver ce fort décalage entre ce qu'elle est dans le long-métrage et l'image qu'elle donne au dehors.

Chicken Little oscille, de bout en bout, entre le comique, l'action et l'émotion. La caricature d'une petit ville moyenne (vue au travers du regard de jeunes adolescents mal dans leur peau) est ainsi d'une parfaite drôlerie tandis que l'attaque d'extraterrestres (oui, oui, vous ne rêvez pas et vous ne vous en étonnerez même plus une fois plongés dans le film !) saura vous en mettre plein les yeux. Ajoutez à cela quelques larmes d'émotion suscitées par les rapports de Chicken avec son père et vous passerez une séance aux multiples sensations.

Si l'ensemble du long-métrage est réussi, curieusement le premier Grand Classique 3D, "pur" Disney, pêche par sa bande-son ! Seules deux chansons ont été, en effet écrites, pour le film et demeurent, sommes toutes, assez anecdotiques. Le reste est constitué, ainsi, pauvrement de reprises de tubes contemporains, dont le choix, plus ou moins heureux, cherchent à l'ancrer dans la modernité. Le calcul est en fait hasardeux. Ce genre d'artifices a, il est vrai, pour fâcheuse conséquence de "dater" à outrance l'œuvre alors que des compositions originales la protège justement. Le somptueux Roi Lion ne reste t'il pas, ainsi, tout aussi drôle et moderne, dix ans après ?

Mélange de Monstre et compagnie, pour le design et de Kuzco, l'empereur mégalo pour le comique, sans oublier Lilo & Stitch pour la critique sociale, Chicken Little a tellement de niveaux de lecture qu'il plaira au plus grand nombre : des tout petits aux ados en passant par leur parents et grands-parents. Et les fans dans tout cela ? Ils y trouveront à coups sûrs un florilège d'hommages au catalogue Disney tout entier. Résolument ancré dans son époque, le film en ouvre, en réalité, une autre, toute aussi passionnante : celle du retour de Disney, seul, sur le devant de la scène. Le studio de Mickey peut espérer avec lui voir ses prochains purs Disney en 3D  susceptibles de palier à sa désunion d'avec Pixar.

Pourtant l'avenir en décide autrement. Alors que Disney fête la sortie de son petit dernier en 3D, le studio à la lampe de bureau ne trouve lui toujours personne à qui s’adosser et commence au mieux à s'impatienter, au pire à s'inquiéter. Il court en fait le  risque de se « Dreamworkiser » en voyant ses personnages difficilement exister en dehors de ses films. Disney, lui, en grande forme financière, rachète à tout va et snobe son ancien allié. Kermit devient ainsi le cousin de Mickey. Tandis que Dreamwork, mal en point, est sur le point d'être avalé par Viacom, Pixar, lui, prend conscience que sans Disney, point de salut. Concomitamment, à la faveur d’un changement de PDG, la compagnie de Walt mûrit elle sa réflexion : plutôt que de partir de zéro pour sa division 3D dont Chicken Little  est le premier produit, pourquoi ne pas avaler le joyau Pixar ? Les deux anciens associés s’accordent finalement. Et Pixar, désormais intégré à l’empire Disney, prend naturellement la responsabilité de la division animation du Studio du papa de Mickey.

Premier Grand Classique 3D "pur" Disney, Chicken Little est à voir pour ce qu'il est avant tout : une belle réussite...

L'édition vidéo

Jaquette Chicken Little
Jaquette Chicken Little
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2006
Zone 2 Simple 2006
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple 2007
Zone B Simple 2007
Edition Blu-ray Disc 3D
Zone A Simple 2011