L'Âge d'Or de Mickey Mouse - Tome 05
1942 - 1944 : Mickey le Hardi Marin

L'Âge d'Or de Mickey Mouse - Tome 05 (1942 - 1944)
La couverture
Éditeur :
Glénat
Date de publication France :
Le 05 décembre 2012
Genre :
Daily Strips
Auteur(s) :
Floyd Gottfredson
Nombre de pages :
128

Le sommaire

Le monde de Mickey :
• Patriotisme, science et piraterie
• Les couvertures de Daan Jippes

Les histoires :
• Planches Quotidiennes  (1942 -1943)
• Planches Quotidiennes (1943)
• Mickey ou la Vie Sauvage (1943)
• Le Sous-marinNazi (1943)
• Mission Secrète pour Mickey (1943)
• La Boîte aux Watts (1943)
• Planches Quotidiennes (1943 - 1944)
• Mickey le Hardi Marin (1944)
• Planches Quotidiennes (1944)

Les collaborateurs de Floyd Gottfredson :
• Bob Karp
• Dick Shaw
• Dick Moores

La critique

rédigée par
★★★

Ce cinquième tome de l'intégrale de Floyd Gottfredson est déroutant à plus d'un titre. Très imprégné par le second conflit mondial, il en devient ainsi beaucoup moins universel que les volumes précédents et par la même, bien moins charmant. Mais d'autres bouleversements, sans lien avec la Guerre, pointent également le bout de leur nez comme la disparition de l'un des neveux de Mickey ou celle des histoires à suivre dans les strips.

Du 13 janvier 1930 (date de la première bande quotidienne de Mickey dessinée par Ub Iwerks) au 21 novembre 1942, les aventures de Mickey ont toujours été, dans la presse quotidienne, des histoires à suivre du lundi au samedi. Seules les planches dominicales, en couleur et sur trois bandes, se consacraient ainsi à distiller des gags en one-shot. Ce mécanisme de production semble intangible quand Floyd Gottfredson perd son scénariste Merrill De Maris qui quitte les studios Disney pour raisons de santé. Ce dernier n'avait certes pas le talent pour écrire les détails d'une histoire en continu, mais savait, en revanche, mettre de l'ambiance dans ses écrits avec notamment de belles trouvailles comme le fameux personnage du Fantôme Noir. Pour palier à son absence, le dessinateur décide donc de faire appel à un trio formé de Bob Karp, Dick Shaw et Bill Walsh. Les deux premiers sont ainsi plutôt des auteurs de gags tandis que le dernier étoffe lui ses scénarios. Il fait d’ailleurs ses armes dans les histoires de 1943 et 1944 puis laisse exploser son talent qui l'amènera, par exemple, à créer, en 1946, le personnage d'Iga Biva, devenu culte depuis pour son interaction dans le monde de Mickeyville. Mais tout cela est de l’anticipation pour l’époque : le lecteur ne sait pas, en effet, que l'abandon des histoires à suivre sera définitif à partir de 1955 ; les planches quotidiennes se limitant alors à des simples gags. Les années de guerre semblent ainsi servir de test à une évolution d’édition majeure, dix ans plus tard.

Une autre raison de l'utilisation de strips quotidiens est la guerre elle-même. En 1942, le conflit fait rage : il est partout tout comme l'outil de propagande omniprésent, y compris dans les bandes dessinées de Mickey censées pourtant divertir les gens. De nombreuses histoires à suivre voient ainsi l'icone de Disney partir en mission secrète, arrêter un sous-marin nazi ou même se rendre en Allemagne. Les planches quotidiennes permettent elles en un gag de faire respirer cette tension palpable. Dans cette ambiance lourde, l'histoire la plus perturbante est assurément Mission Secrète pour Mickey ou la célèbre souris part combattre les nazis dans un avion furtif épousant de la sorte le combat idéologique contre le Reich. La légende veut que cette BD énerva profondément Hitler à tel point qu’il demanda à Mussolini d'interdire la publication du magazine Topolino en 1943, et ce jusqu'à la fin de la guerre. Certes flatteur pour l’aura de Mickey, cette décision est sans doute plus la manifestation d’un anti-américanisme culturel des dictatures de l’Axe à l’endroit de tous les produits venus d’outre-Atlantique...

Loin de ces tumultes, l'histoire Mickey ou la Vie Sauvage voit, elle, une triste dernière. C'est, en effet, la toute dernière fois que Jojo et Michou, nés du crayon de Floyd Gottfredson en 1932, font leur apparition ensemble dans les bandes quotidiennes. A dater de ce jour funeste, seul Jojo continuera à évoluer aux côtés de Mickey pour apparaitre quotidiennement. Le dessinateur pense, en effet, que les neveux de Mickey étaient trop ressemblants avec ceux de Donald, Riri, Fifi et Loulou. Il supprime donc Michou tout en choisissant de développer la personnalité de Jojo, en faisant de lui une sorte génie de la mécanique. Pour autant, les deux neveux ne disparaissent pas totalement de la circulation, puisque des auteurs comme Bill Wright, Paul Murry ou Tony Strobl les utiliseront de nouveau ensemble dans les comic book.

A partir du 17 avril 1944, et le début de l’histoire, Mickey le Hardi Marin,, la guerre n’est plus abordée dans les planches quotidiennes. Le lecteur retrouve ainsi dans ce récit une aventure avec un grand A, digne de celles produites en avant-guerre, dans laquelle règne un mélange de science-fiction et de fantastique. Mickey y tombe sous le charme d'une autre demoiselle que Minnie, se fait un ennemi en la personne d'un sosie de Pat Hibulaire, combat des monstres marins et voyage dans le temps ! Tout ceci se déroule sur une période de trois mois et constitue clairement le sommet de ce recueil somme toute globalement en dessous des précédents.

L'Âge d'Or de Mickey Mouse - Tome 05 est déroutant dans son contenu. Ses histoires liées à la Guerre sont certes passionnantes d'un point de vue historique mais écornent malheureusement trop l'image du Mickey universel, plébiscité par le public contemporain.