L'Âge d'Or de Mickey Mouse - Tome 08
1948 - 1950 : Le Mystère de l'Atombrella

L'Âge d'Or de Mickey Mouse - Tome 08 (1948 - 1950)
La couverture
Éditeur :
Glénat
Date de publication France :
Le 27 novembre 2013
Genre :
Daily Strips
Auteur(s) :
Floyd Gottfredson
Nombre de pages :
128

Le sommaire

Le monde de Mickey :
• Vent de guerre (froide)

Les histoires :
• Le Bandit Père Noël (1948)
• Le Kumquat Adéquate(1948)
• Le Mystère de l'Atombrella (1948)
• Mickey et le Poète Espion (1948)
• Le Procès d'Iga Biva (1948)
• L'Étrange Pouvoir de Flip (1948 - 1949)
• La Planète des Zourmis (1949)
• La Ville Fantôme (1949)
• Mickey et Iga Bivas, Détectives Privés (1948 - 1950)

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 15 janvier 2014

Le huitième tome de l'intégrale de Floyd Gottfredson continue d'investir sur le personnage d'Iga Biva découvert dans le volume précédent. Offrant en effet une grande richesse ouvrant un nombre foisonnant d'idées et d'aventures, les auteurs Bill Walsh et Floyd Gottfredson vont l'utiliser pendant plus de deux ans à tel point que Mickey deviendra à ses côtés un personnage secondaire et que Dingo, Minnie ou Pluto ne seront, eux, plus que des personnages anecdotiques.

Dans le dyptique Le Mystère de l'Atombrella / Mickey et le Poète Espion, les histoires s'inscrivent manifestement dans l'air du temps. Iga Biva grâce à un génie inégalé invente, il est vrai, une défense à faire baver d’envie les puissances extérieures. Il s'agit de l'Atombrella, une sorte parapluie qui protège contre toutes les attaques atomiques et autres retombées radioactives. Malheureusement, dans la deuxième partie de l'histoire, un espion à la solde de l’ennemi va tout faire pour dérober cette arme de défense inouïe. La guerre froide et la menace nucléaire rentrent ainsi dans le quotidien des américains durant cette fin des années quarante et pour presque quatre décennies. La bonne idée est ici d'avoir donné de la personnalité à l'espion qui essaye de voler l'invention. En lui accordant de la prestance, de l'érudition et surtout en le faisant parler uniquement en vers et en rimes, ce nouveau personnage de poète criminel, répondant au nom d'Alex Handrin, est définitivement une belle trouvaille.

Après avoir leurs aventures urbaines, les auteurs décident, dans La Planète des Zourmis, d'envoyer les deux héros dans un endroit exotique. Et quoi de plus étonnant qu'une planète extraterrestre cachée par la Lune. Il faut dire que la science-fiction connait à l’époque et à nouveau un essor incroyable dans la société américaine. Non seulement les pulps (les magazine de science-fiction) se vendent comme des petits pains mais en plus les feuilletons radiophoniques ou télévisées commencent à voir le jour, en plus du cinéma qui recommence à explorer le genre. Mickey et Iga Biva arrivent donc sur la planète B Junior et y trouvent des humains sans visage, ayant perdu littéralement la face après avoir laissé les animaux prendre le pouvoir. Ces derniers sont des sortes d'Ours appelés Zourmis. Il est possible d'y voir, une fois encore, une allusion à la guerre froide. La science-fiction est décidément vraiment propice pour faire passer des messages sans que la censure y voit une quelconque objection. Les Ours peuvent, en effet représenter les Soviétiques, l'animal étant une emblème du pays tandis que les habitants humains seraient les éternels enfants comme peuvent être les Américains...

La Ville Fantôme permet à Mickey de se retrouver une nouvelle fois dans le far-west. Ici avec Iga Biva, il a fort à faire avec une bande de fantômes qui n'en sont pas vraiment. Les deux héros tentent donc de démasquer d’abord la supercherie avant de comprendre les dessous de l'affaire. Ils vont ainsi tomber face à une méchante digne de ce nom. Le chef des gangsters est, en effet, une vieille femme qui a trouvé une pierre capable de rendre la jeunesse éternelle. Celle-ci se métamorphose, devant Mickey et Iga Biva ébahis, en une créature enchanteresse de l'extérieur mais toujours aussi noire à l'intérieur. Mystère, western, science-fiction sont alors le cocktail de cette aventure qui sort de l'ordinaire.

Le recueil se termine avec l'histoire, Mickey et Iga Bivas, Détectives Privés. Comme son titre l'indique, Mickey est de plus en plus enclin à solutionner des énigmes. Le point de départ du récit est ici l'étrange passion de Flip, le chien d'Iga Biva, pour les feuilletons radiophoniques policiers. L'étrange créature semble avoir la capacité de deviner les crimes avant que ceux-ci ne soit connus. Malheureusement, la police ne croit à ce sujet ni Mickey, ni Iga Biva. Tous deux décident donc de résoudre eux-mêmes les affaires qu’ils connaissent avant tout le monde. Mickey joue ainsi à Humphrey Bogart dans Le Faucon Maltais tandis que le talent de secret de Flip qui déplait au crime organisé le conduit à se faire kidnapper par une organisation secrète ; la base secrète de cette dernière se révélant vraiment amusante avec une poursuite en wagonnet bien amenée.

L'Âge d'Or de Mickey Mouse - Tome 08 est étonnant à plus d'un titre. D'un côté, le lecteur regrette un peu l'omniprésence d'Iga Biva qui éclipse trop les autres habitants de Mickeyville mais de l'autre, sa présence donne les meilleures histoires de Mickey depuis le début de la Seconde Guerre Mondiale.