L'Âge d'Or de Mickey Mouse - Tome 10
1952 - 1954 : Le Roi Midas

L'Âge d'Or de Mickey Mouse - Tome 10 (1952 - 1954)
La couverture
Éditeur :
Glénat
Date de publication France :
Le 02 juillet 2014
Genre :
Daily Strips
Auteur(s) :
Floyd Gottfredson
Nombre de pages :
128

Le sommaire

Le monde de Mickey :
• Les cousins du Souris sapiens

Les histoires :
• Le Roi Midas (1952)
• L'Île de Moula-la (1952)
• Mickey et les Robots Extraterrestres (1952 - 1953)
• Mickey contre Mickey (1953)
• Le Soulier Magique (1953)
• Mickey Prend Ombrage (1953 - 1954)

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 29 août 2014

Dans ce dixième tome de L'Âge d'Or de Mickey Mouse, les histoires de Mickey flirtent avec le fantastique, la fantaisie, l'aventure, le mystère, la science-fiction et aussi la satire.

Le Roi Midas, la première histoire du recueil, donne son titre à la compilation. Elle voit ainsi Mickey atteint d'une malédiction. Le héros reçoit, en effet, une bague qui le rend chanceux dans tout ce qu'il entreprend, lui rapportant forcément richesse et gloire. Malheureusement, comme chaque nouveau riche, des vautours tournent autour de lui. En particulier une secrétaire qui semble moins charmante qu'elle n'y parait de prime abord. Dans ce récit, Floyd Gottfredson et Bill Walsh livrent une critique savoureuse du modèle capitaliste, en particulier de la richesse qui isole. Les auteurs s'amusent d’ailleurs pour l’occasion à proposer une nouvelle méchante, qui est une femme fatale aussi belle que dangereuse.

L'Île de Moula-la dont la publication s'étale sur plus de six mois est, quant à elle, très riche dans sa thématique. Mickey retourne ici à l'aventure dans les îles du pacifique à la recherche d’un trésor. Sur le chemin, il tombe sur un magicien prestidigitateur qui, de gentil allié, va devenir finalement très dangereux. Pire encore, Mickey n’est pas au bout de ses peines puisqu’il va retrouver son ennemi de toujours en la personne de Pat Hibulaire. Cela constitue d'ailleurs la dernière fois que Floyd Gottfredson dessine ce personnage dans des planches journalières.

Le récit suivant, Mickey et les Robots Extraterrestres, est encore plus extraordinaire. Mickey et Dingo font face, en effet, à des envahisseurs accompagnés d'une armée de robots. La visite et les mœurs de cette civilisation sont bien vite fascinantes. Naturellement, les nouveaux venus n'ont pas forcément de bonnes intentions pour les deux compères, Dingo devant notamment épouser contre son gré la fille du chef extraterrestre. Un détail amusant est à noter avec le drôle de produit que les aliens utilisent : le blérium, sorte de produit malléable. Il rappelle, il est vrai, énormément le flubber. Rien d'étonnant à cela : le scénariste Bill Walsh est également le créateur du flubber dans le script qu'il écrit pour le film de 1961, Monte là-d'ssus, qui connait un remake en 1997 sous le titre de Flubber avec le regretté Robin Williams.

Changement d'ambiance dans Mickey contre Mickey où le lecteur passe dans une atmosphère de mystère et de polar. Mickey revient chez lui pour se rendre compte qu'un être mystérieux à pris sa place et commet des méfaits et des vols en son nom, ternissant sa réputation dans toute la ville. Là encore, les auteurs savent manier à ravir le suspense : le final où ni Minnie ni le Commissaire Finot ne savent reconnaitre le vrai du faux est ainsi savoureux. Plus tristement, c'est au cours de la publication de cette histoire que la dernière apparition au cinéma de Mickey aura lieu : le 18 avril 1953 dans Mickey à la Plage.

Du 22 juin 1953 au 28 octobre 1953, Mickey rejoint l’Irlande pour les besoins de l'histoire, Le Soulier Magique. A la recherche d'un médecin capable de le guérir de son hoquet, il part, en effet, sur l'île européenne afin de trouver un spécialiste du sujet. Au lieu de cela, il tombe sur le fameux petit peuple d'Irlande, connu aussi sous le nom de Leprechauns. Ce récit propose ainsi une ambiance vraiment fantaisiste avec ces farfadets qui ne sont pas sans rappeler les Munchkin du Magicien d'Oz. Est-ce que l'histoire de Mickey servira d'inspiration ou pas à un autre projet de Walt Disney ? Mystère. En tous les cas, les studio Disney reviendront sur le folklore irlandais dans le film de 1959 avec Sean Connery, Darby O'Gill et les Farfadets. Pour sa promotion, Walt Disney lui-même jouera la comédie dans l'épisode de l'émission d'anthologie, I Captured the King of the Leprechauns, diffusé le 29 mai 1959.

Enfin, dans la dernière histoire du recueil, Mickey Prend Ombrage, les auteurs proposent à leurs lecteurs un beau récit sociologique. Mickey recueille, en effet, chez lui l'animal d'un oncle éloigné. Sauf qu'il s'agit ici d'un gorille. Et pas n'importe quel gorille : une bête aussi bien élevé que n'importe quel aristocrate, la parole en moins. Floyd Gottfredson et Bill Walsh en profitent alors pour faire une jolie critique du racisme, du rejet et de la méfiance de ce qui est différent. Mais surtout, ils essayent de montrer comment un individu, à cheval entre deux mondes ou deux cultures, se fait finalement rejeter par les deux. Le modèle occidental qui prône pourtant la tolérance et l'acceptation mais visiblement selon une façade hypocrite qui n'arrive pas longtemps à résister à son aversion de ce qui sort de la norme, en prend ici pour son grade !

Le dixième tome de l’intégrale Floyd Gottfredson offre six histoires aussi variées qu’enthousiasmantes : à dévorer d’une traite !