La Dynastie Donald Duck - Tome 20
1944 - 1946 : L'Or de Glace

La Dynastie Donald Duck - Tome 20 (1944 - 1946)
La couverture
Éditeur :
Glénat
Date de publication France :
Le 06 juillet 2016
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Carl Barks
Nombre de pages :
384

Le sommaire

Le monde de Donald :
• Pat Hibulaire... mais presque !
• La comédie des bipèdes à plumes

Les histoires :
• L'Or de Glace (1945)
• Partie de Pêche (1944)
• La Folie des Photos (1944)
• Le Faucon Maté (1944)
• Le Mastic Volé (1944)
• Sur le Fil (1944)
• Une Pièce de Collection (1944)
• Les Pieds dans l'Eau (1944)
• La Guerre des Rats (1945)
• Canards en Danger ! (1945)
• Le Poulain Récalcitrant (1945)
• Le Mystère des Marais (1945)
• La Terreur de la Rivière (1946)
• Transport Maritime (1945)
• Patineur Explosif ! (1945)
• Cow-boy Electrique ! (1945)
• Ratissage de Frigo (1945)
• Une Photo en Or (1945)
• Le Radar du Canard (1945)
• Traque à la Trace (1945)
• Rallye Nautique (1945)
• Panique à 10 Dollars (1945)
• Noël Glacial (1945)
• Douce Nuit (1945 / 1981)
• Le Chapeau Rouge (1945)

Portfolio :
• Donald vaillant soldat
• Carl et Floyd, maîtres et amis

Les personnages :
Miss Frappe
• Mickey Mouse

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 31 août 2016

Le 20ème tome de La Dynastie Donald Duck continue de proposer les débuts du maître Carl Barks. Le recueil s'attarde ainsi sur les années 1944 à 1946, comprenant pour la plupart des histoires courtes mais aussi... la seule histoire de Mickey que dessinera l'auteur.

Au début de sa carrière, Carl Barks va principalement fournir des courtes histoires de Donald et de ses neveux. D'une longueur de dix pages, elles vont alors être publiées comme un métronome à hauteur d'une histoire par mois dans le magazine Walt Disney's Comics and Stories. Les récits de cette époque se divisent en trois catégories. La plus importante est assurément celle où Donald embête ses neveux soit en voulant leur donner une bonne leçon ou soit en étant jaloux de leur réussite. A chaque fois, la situation se retourne contre le canard colérique. Parmi ces histoires, il peut être cité La Folie des Photos, Sur le Fil, Patineur Explosif ! ou Le Radar du Canard. La seconde catégorie est celle où Donald affronte son voisin Lagrogne : c'est alors à celui qui sera le plus violent et le plus méchant. Des combats mémorables peuvent êtres vus dans Le Mastic Volé ou Douce Nuit. Enfin, il y a les récits où Donald se crée lui-même des ennuis soit par excès de confiance, soit par naïveté et doit finalement se sortir du pétrin où il s'est fourré, à l'exemple de Transport Maritime ou Les Pieds dans l'Eau.

Pour densifier ses histoires, Carl Barks développe peu à peu l'univers des canards, en plus de Riri, Fifi et Loulou. Déjà, dans Noël Glacial, il dessine pour la première fois Grand-Mère Donald, le personnage créé par Al Taliaferro. Ensuite, il commence à imaginer des membres de la famille de Donald, même si ces premières créations n'auront pas autant de succès que celles réalisées en 1947 (l'oncle Picsou) et en 1948 (le cousin Gontran). Ainsi, dans Le Faucon Maté, Donald reçoit un colis de son oncle Barnabé Duck, un personnage juste cité par Carl Barks sans jamais être dessiné. Le personnage devra alors son apparence physique à Don Rosa qui le croquera pour la première fois dans La Jeunesse de Picsou. Dans son arbre généalogique, Barnabé Duck (Eider Duck en anglais) est le père des cousins Abner et Popop et l'un des fils de Grand-Mère Donald.
Le deuxième membre de la famille de Donald à faire son apparition dans ce volume est l'oncle Herbert. Dans Cow-boy Electrique !, il part, en effet, aider son oncle dans son ranch tout en voulant prouver à ses neveux qu'il sait dompter les chevaux. Le personnage ne sera ensuite plus jamais cité ou utilisé jusqu'à ce que Don Rosa l'intègre dans l'arbre généalogique des Duck. Il le nomme Herbert Écoutum (Cuthbert Coot), le rendant descendant direct du fondateur de la ville de Donaldville, Cornélius Écoutum. Il est aussi le frère de la mère de Gus Glouton, et donc le neveu de Grand-Mère Donald.

Le recueil possède par ailleurs trois histoires longues de 24 pages publiées dans les one-shot, Four Color Comics. La première est L'Or de Glace où Donald et ses neveux affrontent Pat Hibulaire qui veut récupérer un paquet caché dans l'avion des canards. Donald va essayer de sauver sa vie tout en tendant d'arrêter le bandit. La deuxième histoire est sans nul doute la plus connue du volume. Dans Le Mystère des Marais, Donald et ses neveux partent, en effet, dans les marais des Everglades en espérant découvrir des contrées inexplorées, persuadés qu'ils ne trouveront finalement pas l'aventure avec un grand A. Ils tombent alors nez à nez devant une nouvelle civilisation : les Gnoutons, sorte de petits personnages aux gros nez et aux oreilles palmées. Enfin, dans La Terreur de la Rivière, Donald et ses neveux descendent le Mississippi quand ils tombent sur un monstre marin qui ressemble étonnamment à un dragon. Ils découvrent alors que l'animal est un faux, conduit par un scientifique fou qui prend Donald en otage. Riri, Fifi et Loulou feront tout pour sauver leur oncle...

La dernière histoire du volume, Le Chapeau Rouge, a une saveur particulière. C'est en effet la première et seule histoire de Mickey jamais dessinée par le Maître des Canards. Il confiera d'ailleurs des années plus tard qu'elle n'était pas de son fait mais la résultante d'une demande de Western Publishing qui manquait de dessinateurs pendant la période de la guerre. Ils lui fournissent alors le scénario et Carl Barks se contente là de mettre en image l'aventure  où Mickey et Minnie se retrouvent malgré eux mêlés à un complot à cause d'un chapeau trop voyant. En plus de Mickey et Minnie, l'artiste dessine aussi Clarabelle et Dingo pour la première fois. Carl Barks s'inspire pour cet épisode de son collègue Floyd Gottfredson, en particulier de l'histoire Mickey et le Nouveau "Fiancé" de Minnie. Peu à l'aise avec le monde des souris il ne réitérera plus jamais l'expérience !

Le tome 20 de La Dynastie Donald Duck offre une panoplie assez variée de l'auteur dans ses premières années en tant que dessinateur de bandes dessinées : les premiers balbutiement de la famille Duck, des histoires inventives aussi bien longues que courtes... et même une aventure de Mickey !