An Animator’s Gallery
Eric Goldberg Draws the Disney Characters

An Animator’s Gallery - Eric Goldberg Draws the Disney Characters
La couverture
Titre original :
An Animator’s Gallery - Eric Goldberg Draws the Disney Characters
Éditeur :
Disney Editions
Date de publication USA :
Le 08 septembre 2015
Genre :
Recueil de dessins
Auteur(s) :
Dave Bossert (Textes)
Eric Goldberg (Dessins)
Nombre de pages :
196

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 22 novembre 2015

Vibrant hommage aux films Disney d’hier et d’aujourd’hui, An Animator’s Gallery - Eric Goldberg Draws the Disney Characters est un projet né en novembre 2012. A cette époque, Dave Bossert, animateur, producteur et directeur créatif aux studios d’animation Disney, notamment en charge des récentes restaurations des classiques de la compagnie et de spectacles comme World of Color ou Disney Dreams!, est approché par Larry Davis, l’un des exécutifs en charge du Shanghai Disney Resort. La mission est simple. Les équipes de Bossert doivent imaginer une série de dessins représentant les plus grands personnages de Disney, destinée à recouvrir les murs d’un nouveau restaurant prévu pour le parc chinois. Les artistes doivent alors s’inspirer des caricatures de vedettes accrochées à l’intérieur du The Brown Derby Restaurant des Disney’s Hollywood Studios. Le cahier des charges prévoit la création de 144 dessins représentant des personnages Disney et Pixar, créés dans le style d’artistes comme Ward Kimball, Fred Moore et Mary Blair. L’idée est également d’utiliser le coup de crayon si reconnaissable d’Al Hirschfeld, célèbre caricaturiste ayant croqué les plus grandes célébrités du XXème siècle. Reste à trouver les artistes qui dessineront les personnages. Si plusieurs noms sont évoqués, celui d’Eric Goldberg ressort bientôt.

Eric Goldberg nourrit une passion pour les dessins animés depuis l’enfance. Dans les années 1950, le garçon trépigne à l’idée de découvrir les cartoons de la Warner, de Chuck Jones, de Tex Avery et de Disney diffusés régulièrement à la télévision. Il garde un souvenir impérissable de son premier visionnage de La Belle au Bois Dormant et des (Les) 101 Dalmatiens dans un drive-in et potasse jours après jours son exemplaire de L’Art de l’Animation de Bob Thomas. Elève à la Cherry Hill High School East, dans le New Jersey, il s’éprend aussi de l’art d’Al Hirschfeld. A quinze ans, Goldberg réalise son premier film, Up, Up and Away puis part sur les bancs du Pratt Institute de Brooklyn. Son diplôme en poche, il débute au Richard Williams Studio de New York et travaille sur Raggedy Ann & Andy : A Musical Adventure. Il suit ensuite Williams à Londres et collabore à des publicités pour la télévision ainsi qu’au film Le Voleur et le Cordonnier. Installé ensuite en freelance, il est rappelé par Williams à Los Angeles et travaille sur Ziggy’s Gift. De retour à Londres auprès d’Oscar Grillo, Eric Goldberg rejoint les studios Disney et est l'un des premiers animateurs recrutés pour Aladdin, film dans lequel il donne vie au génie, dont le style rappelle celui d’Hirschfeld. Co-réalisateur de Pocahontas, une Légende Indienne, il anime Philoctère dans Hercule et supervise deux séquences de Fantasia 2000, Rhapsody in Blue et Le Carnaval des Animaux. Alors que les films d’animation traditionnelle se font de plus en plus rare, Goldberg intègre Walt Disney Animation Studios Special Projects en 2004. Il travaille successivement sur une publicité avec le génie pour la fondation Make-A-Wish, le spectacle World of Color de Disney California Adventure et les audioanimatronics de l’attraction Seven Dwarfs Mine Train à Walt Disney World. Il anime Mickey dans A Cheval !, court-métrage de 2013 nommé aux Oscars.

Dave Bossert prend donc contact avec Eric Golberg, animateur de légende et grand spécialiste du style d’Al Hirschfeld. Dès le départ, Golberg est impatient de débuter. Sa mission est de terminer chacune des œuvres avant septembre 2013. Le rythme est soutenu. L’artiste doit produire au minimum deux caricatures par jour. Le choix des personnages fait, il se met au travail, imaginant pour certains films des dessins connectés, se suivant les uns les autres, comme ceux représentant les personnages de La Belle et le Clochard, des (Les) 101 Dalmatiens, des (Les) Aventures de Bernard et Bianca, de Raiponce, des (Les) Mondes de Ralph ou de Toy Story 2. Parmi ses personnages préférés, ceux d’Alice au Pays des Merveilles et des (Les) Trois Caballeros qu’il trouve très beaux. Pour Oswald, Goldberg se fait plaisir en dessinant le lapin sous plusieurs poses. L’ombre d’Hirschfeld flottant sur sa table de dessin, Eric Golberg termine le projet dans les temps, en parallèle des autres projets sur lesquels il est engagé.

Avant d’être envoyés à Shanghai, tous les portraits sont accrochés dans le couloir principal du Roy E. Disney Animation Building de Burbank, berceau de l’animation Disney. Tous sont pour l’occasion placés dans des cadres noirs de la même dimension (environ 28 cm sur 35). Placés dans l’ordre chronologique, les dizaines de dessins révèlent cependant des manques. Certains films sont absents. Bossert et Goldberg décident de compléter l’œuvre en y ajoutant notamment les récents personnages des (Les) Nouveaux Héros. Au final, plus de 200 personnages sont compilés. La plupart, mais pas tous faute de place sur les murs, orneront le Tony’s Restaurant du Shanghai Disney Resort.

Accrochés aux murs du département animation de Burbank, les dessins d’Eric Golberg séduisent les personnels et les visiteurs. La question est rapidement posée : seront-ils un jour rassemblés dans un livre ? An Animator’s Gallery - Eric Goldberg Draws the Disney Characters est né. L’ouvrage, de grand format, rassemble donc l’œuvre créée par le créateur du génie. Dans l’ordre chronologique, d’Oswald à Baymax et Hiro, certains personnages occupent joliment une page entière. D’autres sont rassemblés sur une seule et même page. Sur des dizaines de pages, le style élégant d’Hirschfeld, le coup de crayon de génie de Goldberg et la diversité des personnages font de ce livre une belle galerie d’art qui donnera sans le moindre doute l’envie à certains d’isoler certains dessins afin de les encadrer ! L’ouvrage se termine sur une note d’émotion. Reproduisant l’œuvre créée pour l’occasion par Golberg et le mémo de Bob Iger, le livre rend hommage à feu Robin Williams, la voix du génie dans Aladdin, disparu au cours de l’été 2014.

An Animator’s Gallery - Eric Goldberg Draws the Disney Characters fait partie de ces beaux livres que Disney Editions sait fabriquer. Disposant finalement de très peu de textes en anglais, exception faite de l’introduction de Dave Bossert, il offre une belle galerie de portraits que même les lecteurs non anglophones sauront apprécier.