Sacré Cupidon
L'écran titre
Titre original :
Alice Plays Cupid
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 15 octobre 1925
Genre :
Animation 2D / Film "Live"
Réalisation :
Walt Disney
Durée :
7 minutes

Le synopsis

Alice aide Julius à séduire sa belle...

La critique

rédigée par
★★★

Sacré Cupidon aborde pour la première fois, une situation qui sera approfondie par la suite, dans quelques cartoons... Julius a, en effet, une aventure amoureuse ! Jusqu’à présent, le matou était, il est vrai, resté de marbre devant la gente féminine et n’avait jamais manifesté la moindre velléité à lui faire la cour, étant, en cela, le parfait contraire d’Oswald, un coureur de jupon invétéré, mais également de Mickey qui dispose très vite d’une fiancée attitrée, Minnie. Julius met, lui, plus de temps à succomber aux charmes féminins et se révèle donc dans cet épisode, où, sauvant sa belle des flammes, il décroche un baiser ! Curieuse situation après coup : la fiancée en question ressemble comme deux gouttes d’eaux à une chatte dont Oswald s’encanaillera dans certains de ses propres cartoons notamment Sky Trappers (et ce, bien que sa partenaire officielle soit une lapine répondant au nom de Fanny). Il n’empêche ! Julius trouve ici l'amour, un sentiment qu’il portera à son apogée dans Alice Helps the Romance.

Toutefois, à la différence d’Oswald et de Mickey, Julius va vite concrétiser. Non seulement, il va faire la cour à sa gente dame (même si c’est en réalité, elle, qui tombe amoureuse la première !) mais va même jusqu'à  l'épouser et avoir plein de petits chatons. La scène du mariage est d’ailleurs une belle occasion de gags cocasses : la voiture des mariés, conduite par Alice (dont le rôle se ici réduit à la portion congrue), entraine, en effet, dans sa fuite du beau-père, l'église tout entière...

Non content de reposer sur un thème inédit, Sacré Cupidon accumule les situations savoureuses : une vraie réussite !

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Les bobines de Sacré Cupidon existent et sont conservées dans la collection privée de Lobster Films, la société de Serge Bromberg.