Oswald, Le Lapin Chanceux

Un peu d’histoire...

La collection des Alice Comedies  offre à Walt Disney, de 1924 à 1927, un premier et vrai succès d'estime. Pourtant après trois saisons, son producteur Charles Mintz et lui-même considèrent que le mélange "live-toons", utilisé jusque là, a fait son temps et qu'il est nécessaire de se renouveler. Alice est donc stoppée dans ses aventures et contrainte de laisser sa place à un petit nouveau, entièrement animé en 2D : Oswald, le Lapin Chanceux.

En 1927, Charles Mintz est assurément en position de force. Les séries qu'il distribue ont, en effet, suffisamment de succès pour les proposer à des majors. Sa propre production, Krazy Kat, est ainsi achetée par Paramount tandis qu'il signe avec Universal la sortie de la toute nouvelle collection de Walt Disney. Ce dernier découvre à l'occasion les avantages d'une distribution à grande échelle, en terme de qualité d'exposition de ses œuvres et de puissance de marketing. Mieux, Universal le soutient, contre son distributeur attitré, dans sa volonté de ne pas poursuivre avec Julius, dont il a été, un temps, question de réaliser sa propre série détachée des Alice Comedies. Walt Disney souhaite, en effet, se tourner vers un personnage inédit et propose, dans ce but, les premières ébauches de sa "nouvelle star", Oswald. Universal est emballé, Charles Mintz se résigne, lui, à dire adieu définitivement au compagnon félin d'Alice.

Le changement de personnage étant acquis, Walt Disney et Ub Iwerks se concentrent sur le design du lapin. Ils travaillent notamment sur ses grands pieds et ses longues oreilles, en le structurant à partir de cercles, bien plus faciles pour faire mouvoir un toon. Mais, très vite, celui qui ne s'appelle pas encore Oswald leur donne du fil à retordre tant ses caractéristiques physiques sont complexes. Ses oreilles, spécifiquement, ne sont pas sans poser de problèmes de fluidité et de concordance dans les mouvements. Pour se faire la main, les deux compères mettent d'ailleurs les Alice Comedies à contribution : ainsi, certaines des souris apparaissant dans l'un des derniers épisodes, Alice the Whaler, se voient gratifiées d'oreilles particulièrement protubérantes...

Le nom du lapin est, en revanche, laissé au choix d'Universal. Il est, en effet, dû au responsable du Département Publicité de la major bien que Walt Disney, un brin revanchard, fera dire plus tard à sa fille Diane qu'il a été, en fait, tiré d'un chapeau. Universal croit dur comme fer au succès d'Oswald. Elle mise, il est vrai, beaucoup sur le personnage, renouant grâce à lui, depuis bien longtemps, avec une série animée. Des pages entières sont notamment achetées dans les journaux et vantent, avec enthousiasme, son arrivée au cinéma.

A la mi-mars 1927, le nom et le design du personnage sont scellés. Walt Disney et ses artistes se lancent alors dans la production du premier cartoon de la série, Poor Papa. Le film, terminé au début du mois suivant, est soumis pour avis à Charles Mintz et Universal. Les deux sont unanimes pour le rejeter en bloc. Le héros est trouvé peu sympathique, trop vieux et trop gros tandis que ses gags sont jugés poussifs et répétitifs. Walt Disney encaisse les critiques et accepte de recommencer intégralement le travail, non sans défendre farouchement la contribution d'Ub Werks qu'il considère alors exemplaire. Oswald subit donc une cure de jouvence. Ses aventures gagnent également en action, humour et fluidité.

Poor Papa rejeté, Walt Disney tente un nouvelle fois sa chance avec un deuxième opus, Trolley Troubles, qu'il soumet, là encore, à l'approbation de ses distributeurs. L'accueil est radicalement différent tant Universal et Charles Mintz sont emballés. La major le prouve d'ailleurs en accordant au premier cartoon d'Oswald proposé au public une large promotion à travers le pays tout entier et une présence simultanée aussi bien sur la cote Est que la cote Ouest des Etats-Unis. La critique, quant à elle, est unanime dans l'éloge.

Avec le recul, Oswald est vu aujourd'hui comme la transition parfaite entre Julius, le chat des Alice Comedies, et Mickey Mouse, la souris. Il faut dire que ce nouveau personnage a de quoi épater la galerie. Libéré des contraintes de prises de vues réelles inhérentes à la série précédente, Oswald explose littéralement grâce à son énergie exubérante, son optimisme sans faille et son esprit de gentilhomme. L'adoption par le public est ainsi quasi instantanée et partage, après coups, avec Mickey Mouse, le même processus d'addiction. La qualité et l'invention de son animation invitent, en effet, le spectateur à vite s'attacher au personnage tandis que son comportement épouse toutes les conventions d'Hollywood. A la grande différence de Julius, Oswald est, il est vrai, un héros romantique, Don Juan à ses heures, ne ratant jamais une occasion de séduire la gente féminine, qu'elle soit d'ailleurs ou non, de son espèce. Peu importe, même, si ses décisions le plongent dans des situations inconfortables ou dangereuses, il sait toujours tirer son épingle du jeu. Mickey Mouse héritera deux ans plus tard, dans son tout premier cartoon, Plane Crazy, des mêmes traits de caractère. Il partagera également avec Oswald le fait d'avoir une petite amie attitrée même si le coquin lapin se fait fort d'hésiter, lui, entre Fanny, une lapine et une autre fiancée féline (son infidélité se limitant toutefois à seulement quelques cartoons !).

Si Julius n'a plus droit de citer depuis l'avènement de la série des Oswald, un personnage issu des Alice Comedies est, lui, rappelé sous les feux des projecteurs. Pat Hibulaire, qui, dans les derniers épisodes de la collection précédente avait évolué vers une attitude moins menaçante et plus bouffonne, reprend, en effet, du service au côté du lapin chanceux. Auprès de Mickey Mouse, celui qui s'impose comme le plus ancien personnage récurrent de la galaxie Disney changera à nouveau de caractère pour revenir à son tout premier, vil et malfaisant.

Fort d'une commande de vingt-six cartoons dès la première saison, Walt Disney s'empresse d'agrandir son équipe pour assurer la cadence de production. L'une de ses recrues la plus notable à l'époque reste assurément Les Clark qui rejoindra plus tard le club très fermé des Neufs Vieux Messieurs correspondant à la crème de la crème des animateurs mythiques des studios Disney. Parallèlement, le Maitre de l'Animation en devenir met au point - c'est une première dans la profession - un système de primes rémunérant individuellement ses artistes et récompensant notamment l'apport d'idées nouvelles de gags.

Walt Disney découvre également avec Oswald un aspect de son métier qu'il va, dès Mickey Mouse, développer au point d'en faire une véritable marque de fabrique de sa signature toute entière. Il met, en effet, au point toute une stratégie de marchandisage, avec la intention avouée d'envahir le marché par tous les produits dérivés imaginables à l'effigie du lapin. Il entend ainsi décupler les possibilités de rentabiliser son personnage.

En février 1928, alors que la moitié des cartoons d'Oswald est déjà réalisée et que le succès du lapin va grandissant, Walt Disney rejoint New York en train, pour - pense t'il alors - simplement renégocier son contrat avec son distributeur, Charles Mintz. Sa série remportant tous les suffrages, il espère, en effet, obtenir une rallonge notable sur le prix d'un film, l'imaginant passer de 2250$ à 2500$. Le rendez-vous avec le distributeur tourne malheureusement vite à la bérézina. Non seulement, ce dernier exige une baisse du coût par épisode mais annonce aussi avoir conclu, avec tous les animateurs clés, des contrats à son nom. Il a purement et simplement dépecer, à son profit, l'équipe de Walt Disney et sa capacité de production. Considéré aujourd'hui par tous les fans du papa de Mickey comme un véritable mécréant, Charles Mintz n'a pourtant agi que dans la stricte légalité. Le futur Maitre de l'Animation n'était pas, en effet, sans savoir que les contrats de l'époque donnaient alors le contrôle des séries et les droits sur les personnages exclusivement au distributeur et non pas au producteur. Si l'issue du contrat est douloureuse pour le grand Walt, elle n'est pas, sur ce point précis, une vraie surprise. La déception est, en revanche, légitime pour le comportement des animateurs qui n'ont, à deux exceptions prés, Les Clark et Ub Iwerks, fait preuve d'aucune loyauté et se sont "vendus" en secret au distributeur.

Charles Mintz n'a pas pris à l'époque la mesure de la personnalité de Walt Disney. Son objectif n'est, alors, absolument pas  de le court-circuiter au point de se passer de ses services. Au contraire, il souhaite l'intégrer à son équipe. Il n'envisage pas un instant que Walt Disney n'accepte pas sa proposition. Il n'est d'ailleurs ni le premier, ni le dernier à autant l'avoir sous-estimer. Le papa d'Oswald déchu se rend vite à l'évidence. Il abandonne scandalisé toute ambition sur son lapin chanceux, rompt tout contact avec Charles Mintz et Universal, se limitant strictement à honorer son contrat initial et terminer la livraison des cartoons prévus. Walt Disney est désormais convaincu qu'il lui faut voler de ses propres ailes. Avec l'aide de son frère Roy et des animateurs qui lui sont restés fidèles, Les Clark et Ub Iwerks, il entend ravir son indépendance et la protéger jalousement. La légende veut d'ailleurs que, dans le train le ramenant à Hollywood, Walt Disney imagine déjà un nouveau personnage : une petite souris...

Charles Mintz se retrouve vite dans une situation extrêmement délicate. N'ayant pas envisagé que Walt Disney lui claque la porte au nez, il se retrouve, en effet, seul, face à Universal, qui, ravi du succès d'Oswald, commande, sans se soucier des péripéties de production, une deuxième saison. Il s'organise donc, tant bien que mal, pour honorer le contrat et produire les cartoons lui-même, simultanément avec son autre série, Krazy Kat. Pour gagner du temps, il prend la décision de sortir le tout premier cartoon d'Oswald, Poor Papa, qu'il avait pourtant refusé un an plus tôt car jugé trop peu qualitatif ! Il ressort également deux anciens opus, The Fox Chase et Sagebrush Sadie. Les premiers Oswald produits par Charles Mintz s'intercalent finalement avec le dernier Oswald produit par Walt Disney. La vie cinématographique du personnage se poursuit cahin-caha. En 1929, les droits de la série changent à nouveau de mains et atterrissent chez Walter Lantz qui en assure la production, directement pour Universal, sans grand panache et ce, jusqu'à son arrêt total, dans le plus grand anonymat, en 1938.
En février 2006, les droits des vingt six premiers Oswald sont rachetés à Universal par la Walt Disney Company, grâce à une négociation directe entre les PDG des deux compagnies.

  • Critique(s) : 15/26

Liste des cartoons

▼ Aller en bas de la liste ▼
001
Trolley Troubles
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
002
Oh Teacher
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
003
The Mechanical Cow
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
004
Great Guns !
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
005
All Wet
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
006
The Ocean Hop
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
007
The Banker's Daughter
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
008
Empty Socks
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
009
Rickety Gin
Animation 2D
1927
Cinéma
1927
Cinéma
010
Harem Scarem
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
011
Neck 'n' Neck
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
012
The Ol' Swimmin' Hole
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
013
Africa Before Dark
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
014
Rival Romeos
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
015
Bright Lights
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
016
Sagebrush Sadie
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
017
Ride'em Plow Boy
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
018
Ozzie of the Mounted
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
019
Hungry Hobos
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
020
Oh, What a Knight
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
021
Sky Scrappers
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
022
The Fox Chase
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
023
Tall Timber
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
024
Sleigh Bells
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
025
Poor Papa
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
026
Hot Dog
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
▲ Retour en haut de la liste ▲