Mickey Mouse

Un peu d’histoire...

La naissance de Mickey Mouse a toujours été entourée d'une aura de légende. De nombreuses versions ont, en effet, circulés sur sa création, dont plusieurs de la bouche même de Walt Disney ou d'Ub Iwerks.

Walt Disney aurait ainsi imaginé Mickey dans le train qui le ramenait à Hollywood après son entrevue houleuse avec Charles Mintz, un homme d'affaires lié à Universal qui venait tout juste de le déposséder non seulement des droits de son personnage d'alors, (Oswald, Le Lapin Chanceux) mais également de la totalité de ses collaborateurs, à deux exceptions notables près, son frère Roy et Ub Iwerks. Le Maître de l'animation en devenir est, à ce moment précis, aussi bien scandalisé qu'effondré et le voyage de retour vers la Californie, effectué en train avec sa femme Lillian, reste pour lui un de ses pires moments professionnels. Son studio était, il est vrai, désormais orphelin et son équipe, décimée même si elle comprenait toujours ses plus précieux piliers. Pourtant, le grand Walt conserve une fois inébranlable en ses capacités de rebonds. Cet épisode fâcheux n'était, en effet, pas son premier et il avait appris depuis longtemps que la réussite était tout sauf un long fleuve tranquille. Mieux, il tire de cette mésaventure une règle à laquelle il ne dérogera plus jamais. Il connait désormais l'impérieuse nécessité de toujours garder pour soi la totale propriété de ses œuvres et d'en assurer, en permanence, un contrôle draconien. Walt Disney se trouve donc dans l'obligation de trouver un nouvel héros pour relancer la machine et produire une autre série de cartoons. Une souris anthropomorphisée lui apparait bien vite comme la solution idéale puisque il n'en existait aucune autre ayant le rôle principal : les chiens, chats ou lapins lui étant toujours préférés... La légende veut également que le choix de se porter sur une souris viendrait du fait que Walt était parvenu, dans son ancien studio de Kansas City, à  en apprivoiser un spécimen, qu'il avait dénommé Mortimer, nom qu'il attribue dans la foulée à son nouveau personnage. Sa femme Lillian, n'adhérant pas au patronyme, jugé par trop solennel pour un animal de dessin animé, le rebaptise rapidement Mickey.

Le personnage de Mickey est en réalité le fruit d'une collaboration entre Walt Disney et Ub Iwerks. Ce dernier est, de loin, le meilleur animateur de l'époque. Il définit ainsi les caractéristiques physiques de la souris, même si son futur papa "officiel" a assurément une grande influence dans son aspect final. Mickey a, en fait, une petit air d'Oswald avec un corps plus fin et des oreilles rondes. Il est construit à partir de deux grands cercles, un pour le tronc et l'autre pour la tête, complétés de deux autres, plus petits, pour les oreilles. Ses bras et jambes, en forme de tuyau d'arrosage, se terminent par des mains potelées (non gantées au début !) et de grands pieds qui lui assurent la stabilité. Il est également doté d'une longue et fine queue, d'un nez en forme de prune et de yeux ronds comme des boutons. Ses formes privilégient, en fait, des forces circulaires bien plus faciles à animer à l'époque. Mais - plus important - Mickey a une particularité qui est alors une véritable nouveauté dans le milieu de l'animation. Le futur ambassadeur de Disney dispose, en effet, d'une personnalité. Cet élément est sans aucun doute la contribution la plus durable de Walt Disney au succès de Mickey. Si l'apparence de la souris est à l'évidence due au talent d'Ub Iwerks, le contrôle par Walt Disney des situations dans lesquelles évolue le personnage lui ouvre la voie à une existence quasi-humaine. Le papa de Mickey a compris, avant tout le monde, que les "toons" se devaient de donner l'illusion de penser par eux-mêmes... Et rien de tel pour cela que de maitriser les scénarii de leurs aventures !

Après deux essais infructueux (Plane Crazy et The Gallopin' Gaucho), Walt Disney décide d'innover en créant le premier dessin animé sonore : Steamboat Willie. Cette véritable révolution dans le petit monde de l'animation lui apporte un triomphe à la mesure de l'exploit. Après sa première projection, Walt Disney se voit, en effet, proposer un contrat de distribution  par l'homme d'affaires Pat Powers associé à Celebrity Productions. Il aurait assurément préféré signé avec un grand studio, mais ces derniers le snobent encore à l'époque. Il signe donc un "timide" contrat d'un an .Les deux premiers courts-métrages sont ainsi sonorisés et ouvrent la voie à la mise en production d'autres cartoons. Mais, le Mickey qui crève à l'écran à la fin des années vingt n'est pas encore, tout à fait, le personnage bien élevé que Disney propose aujourd'hui. Il est alors, en réalité, espiègle et affiche même un certain penchant pour la cruauté. Dès ses débuts, en effet, il montre une forte personnalité qui le différencie sans mal de ses prédécesseurs. Mickey a d'ailleurs rapidement besoin d'une voix et c'est tout naturellement Walt Disney qui lui prête la sienne. En 1929, plusieurs de ses films sortent. En l'espace de quelques mois, la petite souris met des gants, des chaussures et adopte un comportement plus sympathique. Walt Disney décide, alors, de modifier quelque peu le process de fabrication de ses cartoons et pose comme règle préalable à toute nouvelle production, l'enregistrement de la bande sonore avant la réalisation de l'animation. Sans le savoir, il fait faire au dessin animé un bond en avant. Les animateurs peuvent, en effet, travailler sur les images et arriver à un bien meilleur rythme et une excellente synchronisation. D'ailleurs, pour parfaire le résultat et gérer la partie musicale, Walt Disney embauche Carl Stalling, une vieille connaissance de Kansas City qui a, derrière lui, des années d'expérience dans l'accompagnement de films muets...

En 1930, le studio connait une nouvelle crise de taille avec le départ d'Ub Iwerks et Carl Stalling. Le contrat de distribution qui lie Pat Powers à Walt Disney arrive, en effet, à son terme, et comme Charles Mintz avant lui, ce dernier sous-estime l'importance du grand Walt dans la réussite de l'entreprise de Mickey. Pat Powers pense ainsi qu' Ub Iwerks a autant, si ce n'est plus, de talent que son Maitre et lui propose, en sous-marin, de réaliser sa propre série de dessins animés. L'accord conclu,  il s'empresse de contacter les frères Disney en leur proposant de déchirer le contrat qui les liait avec leur fidèle collaborateur. Walt et Roy refusent aussitôt si bien qu' Ub Iwerks, pris entre deux chaises, décide finalement de quitter de son  propre chef les studios Disney pour rallier l'entreprise de Powers. Terrible erreur ! Il  ne connaitra, il est vrai, jamais le même succès qu'avec Disney et reviendra, en 1940, aux studios de Mickey. Entre temps, il abandonne définitivement l'animation pour se concentrer sur ce qui le passionne le plus :  la caméra et les effets-spéciaux. Un peu après le départ de l'animateur fétiche des studios, Carl Stalling quitte lui aussi le navire, apparemment persuadé que la bulle Disney allait éclater sans Iwerks.
Imperturbables, les frères Disney signent alors un nouveau contrat avec Columbia Pictures. La popularité croissante de Mickey assure à leurs studios un succès grandissant. Fin 1930, Mickey était devenu une célébrité internationale. Columbia Pictures, flairant le succès, met en place une distribution nationale des dessins animés Disney, allant même jusqu’à organiser une ressortie  pour nombres d’entre eux. Cette politique a d’ailleurs la fâcheuse conséquence de semer la pagaille dans l’historique des cartoons. Les premiers dessins animés de la compagnie de Mickey ont ainsi des dates de sorties fluctuantes au regard de la réalité. Ainsi, à l’exemple de The Barn Dance, un film de 1928 qui affiche une date de sortie fixée au 14 mars 1929, bien d’autres connaissent le même sort et supportent encore aujourd’hui une confusion dans leur « généalogie ».
Columbia Pictures reste le distributeur des studios Disney jusqu'en 1932. Ces derniers s’adossent alors à d’autres  distributeurs : United Artists de 1932 à 1937, puis pour le film Victory Through Air Power en 1943, et RKO Pictures de 1937 à 1953. A partir de 1953, et devant le refus opposé par RKO de distribuer le premier long-métrage de sa toute nouvelle série True-Life Adventures, Le Désert Vivant, Walt Disney décide de créer son propre distributeur, Buena Vista, qui conserve encore aujourd’hui l’exclusivité de la distribution Disneyenne. 

L'équipe du studio se consolide au fur et à mesure. C'est d'ailleurs, à cette époque, qu'un département attaché aux histoires et scénarii des films estampillés Disney est tout spécialement créé. Au tout début, les récits sont notés à la façon de bandes dessinées sur un simple carnet. Bien vite, le nouveau service, par l'intermédiaire de Webb Smith, un dessinateur maison, commence à faire des dessins sommaires sur des feuilles de papier séparées, puis à les punaiser les unes après les autres sur un panneau. Cette technique de story board qui ne dit pas son nom permet ainsi au réalisateur d'avoir une vision globale du film sans avoir à passer par le stade couteux de l'animation. Si des changements s'avèrent nécessaires, il suffit d'enlever des dessins ou d'en rajouter. De plus, elle offre à Walt Disney, pour son plus grand bonheur, la possibilité de s'impliquer  totalement dans l'élaboration des scénarii et de demander à ses collaborateurs de se démener dans l'inventivité, même si, lui-même, ne dessine déjà plus...

Mickey devient une véritable institution en seulement trois ans. Le succès est tel que le public va au cinéma pour voir le court-métrage d'animation de la première partie plutôt que le film à l'affiche. En 1931, il est un personnage suffisamment populaire pour que le magazine Time lui consacre un article de fond. Au fur et à mesure, Mickey devient un symbole national, et en tant que tel, est censé se comporter correctement en toutes circonstances. S'il lui arrive de commettre  un écart, le studio est, alors, immédiatement inondé de lettres de parents en colère ou d'associations de vigilance, inquiets de l'influence de la souris sur l'éducation de la jeunesse américaine. Il est de plus en plus difficile de lui trouver des situations comiques qui ne froissent pas telle ou telle partie de l'opinion. Mickey se retrouve ainsi de plus en plus cantonné dans le rôle de l'honnête homme. Mais cette évolution n'érode pas encore le fondement de sa personnalité et ses films du milieu des années trente sont tous inventifs. Afin de palier à ses tracas de bonne réputation forcée, Mickey Mouse est , il est vrai,  vite entouré de personnages secondaires récurrents. Minnie, sa fiancée, l'accompagne dès son premier cartoon tout comme le couple Clarabelle, la vache, et Horace, le cheval que le public aura vite fait de bouder. Son fidèle chien, Pluto, apparaît lui pour la première fois en 1930 dans The Chain Gang. Ses meilleurs amis, Dingo et Donald, font leur entrée respectivement,  pour le premier, en 1932 dans Mickey's Revue et  pour le second, en 1934 dans le cartoon Une Petite Poule Avisée de la série Silly Symphonies.  En 1934, Orphan's Benefit, voit Donald intégrer pour la première fois la série des Mickey Mouse tandis que Dingo adopte son nom américain, Goofy. Ce cartoon est également la première occasion de voir réuni le trio Mickey, Donald et Dingo !

Curieusement, la star Mickey doit patienter jusqu'en 1935 pour avoir l'honneur de la couleur (le tout premier cartoon en couleur, issu de la série des Silly Symphonies, remonte, en effet, à 1932). L'affront est néanmoins réparé en grandes pompes avec La Fanfare. Et l'impensable se produit ! La couleur fait perdre à Mickey  une partie de sa notoriété aux profits de ses acolytes Donald, Dingo et Pluto dont le succès est couronné par la mise en production de leurs propres séries. Plusieurs cartoons proposent ainsi  le trio formé de Mickey, Donald et Dingo au sommet de leurs formes, et  notamment Vacances à Hawaï, Nettoyeurs de Pendules ou Les Revenants Solitaires. Pour autant, Mickey ne démérite pas. Certaines de ses prestations "en solo" sont de véritables petits bijoux, à l'image de De l'Autre Côté du Miroir ou du (Le) Brave Petit Tailleur qui est, en fait, son dernier grand cartoon. Il coute, à l'époque, tellement cher à réaliser qu'il fit dire à un Walt Disney, décidément bon gestionnaire : "Plus jamais cela !".

En 1939, la carrière de Mickey est déjà derrière lui. Ses acolytes, Donald, Dingo et Pluto, lui ont déjà ravi la vedette et sont maintenant à l'affiche de leurs propres séries. Son relookage, qui fixe son image moderne, n'y change d'ailleurs rien. Mickey n'apparaîtra plus que dans 17 cartoons entre 1939 et 1953 ! Mais il aura droit, en revanche, à deux rôles dans des longs métrages. Apprenti-sorcier dans le magnifique film Fantasia, il endosse ainsi, ce qui reste encore aujourd'hui, sa meilleure prestation. Il retrouve ensuite ses amis, Donald et Dingo dans Mickey et le Haricot Magique, un extrait de Coquin de Printemps, sorti en 1947. Ce rôle marque d'ailleurs pour lui un changement de voix. Mickey perd celle de son créateur, Walt Disney, désormais trop occupé, au profit du talentueux bruiteur, Jim MacDonald.

Il faut ensuite patienter jusqu'en 1983 pour retrouver Mickey à l'affiche des salles obscures avec Le Noël de Mickey. Suivent alors deux autres pépites, le moyen-métrage Le Prince et le Pauvre, tiré du roman de Mark Twain et Mickey Perd la Tête, un cartoon réalisé dans feux les studios Disney de Montreuil.

  • Critique(s) : 34/121

Liste des cartoons

▼ Aller en bas de la liste ▼
001
L'Avion Fou
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
002
Mickey Gaucho
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
003
Willie, le Bateau à Vapeur
Animation 2D
1928
Cinéma
1928
Cinéma
004
Bal de Campagne
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
005
L'Opéra
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
006
When the Cat’s Away
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
007
Champ de Bataille
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
008
The Plow Boy
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
009
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
010
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
011
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
012
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
013
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
014
The Haunted House
Animation 2D
1929
Cinéma
1929
Cinéma
015
Les Vagues Sauvages
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
016
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
017
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
018
Qui s'y Frotte s'y Pique
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
019
Combattants du Feu
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
020
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
021
Symphonie Enchaînée
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
022
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
023
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
024
Pioneer Days
Animation 2D
1930
Cinéma
1930
Cinéma
025
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
026
Mickey et les Embouteillages
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
027
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
028
La Chasse à l'Élan
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
029
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
030
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
031
Rythme en Bleu
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
032
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
033
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
034
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
035
Mickey Jardinier
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
036
Les Orphelins de Mickey
Animation 2D
1931
Cinéma
1931
Cinéma
037
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
038
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
039
Chien Enragé
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
040
Olympiques Rustiques
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
041
Mickey au Théâtre
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
042
Le Fermier Musicien
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
043
Mickey in Arabia
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
044
Le Cauchemar de Mickey
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
045
Trader Mickey
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
046
The Whoopee Party
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
047
Mickey Marque un Essai
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
048
Mickey et le Canari
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
049
Mickey au Grand Nord
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
050
Mickey Père Noël
Animation 2D
1932
Cinéma
1932
Cinéma
051
Bâtissons
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
052
The Mad Doctor
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
053
Mickey et son Ami Pluto
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
054
Mickey’s Mellerdrammer
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
055
Mickey au Moyen-Âge
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
056
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
057
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
058
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
059
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
060
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
061
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
062
Animation 2D
1933
Cinéma
1933
Cinéma
063
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
064
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
065
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
066
Mickey Gulliver
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
067
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
068
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
069
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
070
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
071
Animation 2D
1934
Cinéma
1934
Cinéma
072
Animation 2D
1935
Cinéma
1935
Cinéma
073
La Fanfare
Animation 2D
1935
Cinéma
1935
Cinéma
074
Animation 2D
1935
Cinéma
1935
Cinéma
075
Animation 2D
1935
Cinéma
1935
Cinéma
076
Le Jardin de Mickey
Animation 2D
1935
Cinéma
1935
Cinéma
077
Mickey Pompier
Animation 2D
1935
Cinéma
1935
Cinéma
078
Le Jour du Jugement de Pluto
Animation 2D
1935
Cinéma
1935
Cinéma
079
Mickey Patine
Animation 2D
1935
Cinéma
1935
Cinéma
080
L'Equipe de Polo
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
081
Partie de campagne
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
082
Grand Opéra
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
083
De l'Autre Côté du Miroir
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
084
Le Rival de Mickey
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
085
Le Déménagement de Mickey
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
086
Les Alpinistes
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
087
Le Cirque de Mickey
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
088
Animation 2D
1936
Cinéma
1936
Cinéma
089
Animation 2D
1937
Cinéma
1937
Cinéma
090
Mickey Magicien
Animation 2D
1937
Cinéma
1937
Cinéma
091
Animation 2D
1937
Cinéma
1937
Cinéma
092
Animation 2D
1937
Cinéma
1937
Cinéma
093
Vacances à Hawaï
Animation 2D
1937
Cinéma
1937
Cinéma
094
Animation 2D
1937
Cinéma
1937
Cinéma
095
Les Revenants Solitaires
Animation 2D
1937
Cinéma
1937
Cinéma
096
Animation 2D
1938
Cinéma
1938
Cinéma
097
Animation 2D
1938
Cinéma
1938
Cinéma
098
Animation 2D
1938
Cinéma
1938
Cinéma
099
Animation 2D
1938
Cinéma
1938
Cinéma
100
Le Brave Petit Tailleur
Animation 2D
1938
Cinéma
1938
Cinéma
101
Mickey à l'Exposition Canine
Animation 2D
1939
Cinéma
1939
Cinéma
102
Chien d'Arrêt
Animation 2D
1939
Cinéma
1939
Cinéma
103
Le Remorqueur de Mickey
Animation 2D
1940
Cinéma
1940
Cinéma
104
Le Rêve de Pluto
Animation 2D
1940
Cinéma
1940
Cinéma
105
Le Voyage de Mickey
Animation 2D
1940
Cinéma
1940
Cinéma
106
Le Tourbillon
Animation 2D
1941
Cinéma
1941
Cinéma
107
The Nifty Nineties
Animation 2D
1941
Cinéma
1941
Cinéma
108
Mickey Bienfaiteur
Animation 2D
1941
Cinéma
1941
Cinéma
109
L'Anniversaire de Mickey
Animation 2D
1942
Cinéma
1942
Cinéma
110
L'Heure Symphonique
Animation 2D
1942
Cinéma
1942
Cinéma
111
Animation 2D
1947
Cinéma
1947
Cinéma
112
Mickey, Pluto et l'Autruche
Animation 2D
1948
Cinéma
1948
Cinéma
113
Mickey et le Phoque
Animation 2D
1948
Cinéma
1948
Cinéma
114
Animation 2D
1951
Cinéma
1951
Cinéma
115
La Fête de Pluto
Animation 2D
1952
Cinéma
1952
Cinéma
116
L'Arbre de Noël de Pluto
Animation 2D
1952
Cinéma
1952
Cinéma
117
Mickey à la Plage
Animation 2D
1953
Cinéma
1953
Cinéma
118
Le Noël de Mickey
Animation 2D
1983
Cinéma
1983
Cinéma
119
Le Prince et le Pauvre
Animation 2D
1990
Cinéma
1990
Cinéma
120
Mickey Perd la Tête
Animation 2D
1995
Cinéma
1995
Cinéma
121
À Cheval !
Animation 2D / Animation 3D • Disney Digital 3-D
2013
Cinéma
2013
Cinéma
▲ Retour en haut de la liste ▲