Le Magasin de Porcelaine

Le Magasin de Porcelaine
L'écran titre
Titre original :
The China Shop
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 13 janvier 1934
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Wilfred Jackson
Musique :
Leigh Harline
Durée :
8 minutes

Le synopsis

Quand le vieux propriétaire d'un magasin de porcelaine quitte les lieux, sa boutique prend vie...

La critique

rédigée par
★★
Publiée le 27 juillet 2017

Le Magasin de Porcelaine est un cartoon peu connu de la série des Silly Symphonies. Il faut dire qu'il n'est pas forcément le plus attrayant.

Le Magasin de Porcelaine est une adaptation lointaine d'un conte d'Hans Christian Andersen, La Bergère et le Ramoneur.
Danois, né en 1805 et issu d'un milieu misérable, Hans Christian Andersen se retrouve orphélin de père encore enfant. Il quitte ensuite très vite le giron familial et se met à travailler dès l'âge de 14 ans. Il exerce alors plusieurs métiers, notamment dans le domaine artistique. S'il reste désargenté, une rencontre va changer sa vie. Il fait en effet la connaissance du Directeur du Théâtre Royal de Copenhague qui le prend sous son aile et finance, plus tard, ses études. Baccalauréat en poche, Hans Christian Andersen se décide bien vite à publier son tout premier livre, Promenade du Canal de Holmen à la Pointe Orientale d'Amagre, qui ne rencontre toutefois qu'un succès relatif. Il visite alors différents pays, notamment la France et l'Italie, dont les paysages lui serviront de décors pour certains de ses textes ultérieurs. De retour au Danemark, il publie Contes pour Enfants.. Le succès est cette fois-ci immédiat. Toujours entre deux voyages, il écrit par la suite d'autres volumes de ses récits enfantins, mais aussi des poèmes, pièces de théâtre et romans. Destinés en premier lieu aux enfants, les contes d'Andersen s'adressent en réalité à un plus large public, tant ils bénéficient par leurs poésies, leurs morales et leurs thèmes de différents niveaux de lecture.

Le principe du récit du (Le) Magasin de Porcelaine est assez basique. Il s'agit, en effet, d'objets qui s'animent quand leur propriétaire, ici le tenancier d'une boutique de porcelaine, s'absente pour la nuit et ferme son échoppe. Même au sein des Silly Symphonies, une trame identique a déjà été utilisée dans deux cartoons en noir-et-blanc : Midnight in a Toy Shop en 1930 et The Clock Store en 1931. L'idée sera ensuite reprise bien des années plus tard dans Tick Tock Tale en 2010. Enfin, il est evidemment impossible de ne pas penser à la saga Toy Story.

La suite de cartoon voit un satyre de porcelaine enlever la jeune fille puis défier le bellâtre. Ce dernier commence alors à se défendre mais le diablotin envoie ses congénères (assiettes, chopes et autres ustensiles...) sur le pauvre sauveur qui veut libérer sa belle. Dans cette bataille, tout le magasin se retrouve casser ou ébrécher. Néanmoins, après un âpre combat, le jeune amoureux vient à boût  de son adversaire. Le matin, le propriétaire retrouve sa boutique sens dessus dessous. Mais il ne se démonte pas et décide de transformer son magasin de porcelaine... en magasin d'antiquités, tout en augmentant les prix.

D'un point de vue technique, Le Magasin de Porcelaine se démarque sur deux plans. Tout d'abord, l'utilisation de la couleur est faite avec justesse en donnant l'impression de texture de porcelaine sur les objets avec ce reflet si caractéristique. Ensuite, et même si ce sont des statues, le cartoon constitue l'une des toutes premières fois où les artistes Disney proposent des personnages humains plutôt réalistes ; leurs mouvements, notamment lorsqu'ils dansent étant particulièrement convaincants.

Malgré ses prouesses techniques pour l'époque, Le Magasin de Porcelaine souffre en revanche d'un récit  à l'ancienne, pour Disney tout du moins. Ainsi, alors que le studios de Mickey deviennent de plus en plus représentatifs de la personnalisation hors normes de leurs personnages comme l'atteste le succès sans précédent des (Les) Trois Petit Cochons, ici ils semblent revenir à une narration qui caractérise plutôt leur période noir-et-blanc, se contentant techniquement de rajouter la couleur.

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti, en DVD Zone 1, dans le volume Plus de Silly Symphonies de la collection des Walt Disney Treasures.

Nos Réseaux Sociaux