Un Lion de Société
L'affiche
Titre original :
Social Lion
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 15 octobre 1954
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack Kinney
Durée :
7 minutes

Le synopsis

Le roi des animaux se laisse capturer pour découvrir la civilisation d'une grande ville américaine. L’aventure ne s’avère pas de tout repos...

La critique

rédigée par
★★★

Un Lion de Société marque le chant du cygne d'un animateur de renom : Norman Ferguson.
Après des études publicitaires au Pratt Institute, il entre comme cadreur aux studios d'animation Paul Terry en 1920, avant d'en devenir l'un des principaux animateurs. Il est engagé aux studios Disney en 1929 et commence à travailler sur les courts-métrages des Silly Symphonies et de la série Mickey Mouse. Il anime entre autres le Grand Méchant Loup des (Les) Trois Petits Cochons (1933). Très inspiré par les comiques du vaudeville américain, il compense des lacunes en tant que dessinateur par un sens du rythme et de l'observation qui confère aux personnages qu'il anime un réalisme et une psychologie novateurs. Dans Mickey Patine (1935), Norman Ferguson signe ainsi la scène où Pluto s’emploie à essayer de patiner. Il fixe, de la sorte, les caractéristiques et le jeu d'expressions du personnage, qui seront repris ultérieurement par tous les autres animateurs. Dans le même ordre d’idées, son animation de la séquence de Pluto Jongleur (1934) dans laquelle Pluto est aux prises avec un papier tue-mouche est considérée, encore aujourd'hui, comme « un chef d'œuvre de l'animation ». Logiquement, Norman Ferguson est ensuite intégré à l'équipe de production du premier long-métrage des studios, Blanche Neige et les Sept Nains (1937), où il prend en charge le personnage de la sorcière pour laquelle il s'inspire de l'acteur Lionel Barrymore. Selon Frank Thomas et Ollie Johnston, il a été choisi pour superviser l'animation du film aux côtés de Hamilton Luske, Fred Moore et Vladimir Tytla en raison de sa « maîtrise de la mise en scène ». Sur Pinocchio (1940), il anime les personnages de Grand Coquin et Gédéon. Surnommé « Fergy » par ses collègues, il développe également plusieurs techniques d'animation dont le « chevauchement de l'action » (« overlaping action »), consistant à faire bouger les différentes parties du corps d'un personnage à différentes vitesses ce qui lui confère plus de fluidité, ou l'utilisation de brouillons (roughs) dans l'élaboration des scènes plutôt que de dessins finalisés, formant ainsi une nouvelle génération d'animateurs. Parmi ses assistants, se trouve John Lounsbery qui deviendra dans la décennie suivante l'un des Neuf Vieux Messieurs. Au début des années 1940, Walt Disney décide de l'écarter de l'animation pure pour lui confier la supervision (ce qui correspond à la réalisation) de séquences sur des longs-métrages. Il a ainsi en charge La Danse des Heures dans Fantasia et La Marche des Éléphants Roses dans Dumbo. Superviseur de production sur Saludos Amigos (1943), il réalise Les Trois Caballeros (1945) puis supervise l'animation de Cendrillon, Alice au Pays des Merveilles et Peter Pan. Un Lion de Société est donc la dernière participation de Norman Ferguson à un projet Disney. Il quitte les studios en 1953, se sentant dépassé par l'évolution des techniques d'animation. Il meurt en novembre 1957 des complications d'un diabète à l'âge de 53 ans.

Remis dans son contexte, Un Lion de Société est un cartoon touchant. Pour l'animateur habitué au style Disney, il fut, en effet, bien difficile à passer au nouveau style d'animation minimaliste inauguré par Adventures in Music : Melody et par Les Instruments de Musique. Lui, habitué à une animation plus ronde, a bien du mal avec ce nouveau style. Dès lors, le rendu ne semble pas abouti et ne parvient pas à restituer toute la passion qu’il devrait. Le discours du cartoon est également très (trop ?) cynique ! Un lion débarque dans une grande ville et n'arrive pas à se faire entendre. Ayant quitté ses terres natales, il est noyé dans une modernité qui le dépasse et ne trouve pas sa place. Le plus drôle (ou pathétique c'est selon) sera de voir les humains qui l’entourent, le remarquer enfin quand il se décide à revêtir des habits d'homme chic ; le lion se retrouvant alors immédiatement placé dans un... zoo !

Un Lion de Société est un subtil cartoon sur les excès des sociétés modernes et leur propension à vouloir confiner chacun des éléments les constituant, dans une place ou un rôle prédéfinis pour eux...

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti, en DVD Zone 1, dans le volume Les Raretés de Disney de la collection des Walt Disney Treasures.