Paul Bunyan
L'écran titre
Titre original :
Paul Bunyan
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 1 août 1958
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Musique :
George Bruns
Durée :
17 minutes

Le synopsis

Paul Bunyan, un géant, à la force herculéenne, bénéficie avec son inséparable ami, un immense bœuf, d'une grande renommée tant ils parviennent à abattre, en un temps record, n'importe quel arbre. Mais la mécanisation va tout changer...

La critique

rédigée par
★★★

Ce n'est pas la première fois que le studio au château enchanté s'attaque aux légendes du folklore U.S. Que cela soit en animation (Pecos Bill, Casey Jones, Mighty Casey et même Benjamin Franklin) ou en "live" (Davy Crockett, Texas John Slaughter, Daniel Boone...), Walt Disney, a, en effet, lui-même initié ces productions, fruits d'une passion qu'il entretenait pour ces histoires aux relents patriotiques évidents. Le Maître décédé, il faut attendre 1995 pour voir sa signature revenir sur le terrain des légendes américaines, abordées dans un film "live", Les Légendes de l'Ouest où le spectateur retrouve des héros comme Pecos Bill ou Paul Bunyan.

Paul Bunyan est un héros du folklore américain qui le présente comme un bûcheron géant mythique. La légende, telle que racontée dans les ouvrages de E. Shepard, Paul Bunyan (1924), et de J.D. Robins, Logging with Paul Bunyan (1957), lui attribue ainsi la création des Grands Lacs, des Rocheuses et des marées de la baie de Fundy. Il en partage d'ailleurs le mérite avec Babe, son bœuf bleu. Les premières traces de la mythologie du géant Paul Bunyan se retrouvent publiées sous forme de chroniques par le Detroit News Tribune (1910).

En 1958, la production des cartoons aux studios Disney est réduite à une portion congrue. Il n’y a, ainsi, plus quasiment qu'un à deux courts-métrages animés par an. Ils poursuivent d'ailleurs le même but que feue la série des Silly Symphonies : permettre aux animateurs Disney de s'essayer à différents styles et procédés entre deux productions de long-métrage. Toutes les techniques d'animation vont donc passer, grâce à eux, au ban d'essai du studio de Mickey tel la minimaliste, l'image par image ou le procédé Xerox... Paul Bunyan rentre dans la première catégorie.

Les Clark, un des neuf vieux messieurs se charge de sa réalisation. Il utilise pour lui une animation minimaliste typique de ce que faisait Disney à la fin des années 50 et qui était censé préparer le terrain pour des personnages stylisés, à l'exemple de ceux vus -plus tard- dans La Belle au Bois Dormant. Le court-métrage (qui est, en réalité, plus proche du moyen métrage compte tenu de sa durée de 17 minutes) ne cherche donc pas à être réaliste. Même bébé, Paul Bunyan y est un vrai géant dépassant de plusieurs mètres les humains. Les artistes s'appliquent ainsi à faire du personnage le symbole de la force humaine et de tout ce qu’elle est capable d’accomplir. Mais le travail manuel se trouve un beau jour menacé par le progrès technique et le développement de la machine. La force manuelle n'est bien vite plus indispensable. Assurément poignante, la fin de l'opus met alors en valeur les métiers disparus à la faveur de l’automatisation galopante.

Cartoon fort sympathique, Paul Bunyan s'est vu reconnaître par une nomination pour l'Oscar du meilleur court-métrage.

L'équipe du film

1916 • 2000
Artiste
1914 • 1983
Compositeur
1925 • 2015
Décors
1901 • 1966
Producteur
1907 • 1979
Réalisateur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti, en DVD Zone 1, dans le volume Les Raretés de Disney de la collection des Walt Disney Treasures.

Il est également disponible en DVD Zone 1, dans la compilation, Légendes Américaines. Il se retrouve aussi en DVD Zone 1 et DVD Zone 2 dans la compilation Walt Disney Collection Animation : Les Intemporels - Le Lièvre et la Tortue.