Eyes in Outer Space
L'écran titre
Titre original :
Eyes in Outer Space
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 18 juin 1959
Série :
Genre :
Animation 2D / Film "Live"
Réalisation :
Musique :
Durée :
26 minutes

Le synopsis

Et si le futur annonçait d'éventuelles possibilités de contrôles climatiques au moyen de satellites météorologiques...

La critique

rédigée par
★★
Publiée le 19 août 2015

Eyes in Outer Space est un court-métrage dans la même veine des épisodes des émissions d'anthologie dédiés à Tomorrowland, À la Conquête de l'Espace, Man and the Moon et Mars et Au-Delà, à la différence près qu'il est, lui, prévu pour le cinéma.

Le court-métrage est ainsi construit avec le même état d'esprit. Rien d'étonnant à cela puisque que Ward Kimball y est aussi le réalisateur. Même si elle est finalement peu présente, représentant à peine un tiers de l’épisode, l'animation signée du « vieux monsieur » est toujours superbe. Il utilise notamment l'animation minimaliste très stylisée, à la façon du studio UPA, et inaugurée chez Disney en 1953 sur les cartoons Adventures in Music : Melody et Les Instruments de Musique, pour présenter les superstitions et les changements d'humeur liés à la météo ainsi que les manières plus ou moins farfelues de prédire le temps qu'il va faire. En particulier, le spectateur rencontre un vieux scientifique, genre savant fou, qui répertorie toutes les méthodes pour établir des prévisions météorologiques. Le reste de l'animation se veut, en revanche, bien plus abstrait pour vulgariser alors le système de condensation, de création de nuages et préciser des notions comme les anticyclones et les dépressions. Enfin, même si ce n'est pas de l'animation à proprement parler, les décors peints, en particulier ceux de l'espace, des vaisseaux spatiaux ou des satellites - très réalistes - sont tout simplement magnifiques.

La partie à prises de vues réelles est donc deux fois plus importante que l'animation. Elle est divisée en deux parties. La première parle du présent et notamment la façon dont les satellites météorologiques sont placés en orbite et comment leur utilisation sert à la vie de tous les jours. Il faut alors bien garder en tête que le court-métrage date de 1959. Il cherche déjà à démontrer que l'utilisation des satellites pour observer le ciel est vite devenue courante alors même que Spoutnik, le premier engin placé en orbite autour de la Terre, marquant le début de l'ère spatiale, a été à peine lancé par l'URSS le 4 octobre 1957, soit moins de deux ans avant la sortie du court-métrage ! Ce rappel permet de bien comprendre l'impact sur le public américain de la conquête spatiale dans la vie de tous les jours. Walt Disney en était d’ailleurs un fervent défenseur comme un formidable ambassadeur. A la fin des années 50, l'espace et l'atome sont, en effet, deux domaines qui terrifiaient autant qu’ils fascinaient l'Amérique : les émissions de Walt Disney témoignaient de cette fascination tandis que des séries comme La Quatrième Dimension surfaient, elles, sur le questionnement qu'ils posaient.

L'aspect le plus intriguant du court-métrage est assurément sa deuxième partie qui imagine ce que pourrait être le futur en combinant les satellites aux fusées, le tout afin de contrôler la météo. Ce passage d'anticipation est amené à grand renfort de suspens et de tension tout en essayant d’être crédible. Réalisé comme un film de science-fiction de l'époque, le passage est prenant et s'éloigne considérablement de l'aspect didactique du reste du propos. Le recours à la fiction permet également à Eyes in Outer Space une utilisation intensive d'effets spéciaux, plongeant de la sorte le spectateur dans les décennies futures. Certes, désormais, le rendu est daté et accuse le temps surtout que le propos imaginé relève toujours de la science-fiction !

La narration du court-métrage ainsi que les voix des personnages sont l'œuvre de Paul Frees. L'acteur a d'abord commencé chez Disney en qualité de narrateur sur de nombreux épisodes de la série Disneyland mais aussi fait des voix dans des films comme Monte là-d'ssus. Il est également connu pour être la voix-off de Haunted Mansion dans le parc Disneyland, de nombreuses voix de Pirates of the Caribbean ou encore le narrateur de Great Moments with Mr. Lincoln. Pourtant, son rôle de doubleur qui restera dans les mémoires du grand public est clairement celui de Donald Dingue (Ludwig Von Drake).

Eyes in Outer Space, réalisé tout d'abord pour le cinéma, a été ensuite incorporé à l'épisode Spy in the Sky, diffusé le 1er avril 1962 dans Walt Disney's Wonderful World of Color. Il est là combiné avec une présentation du film, Un Pilote dans la Lune.

Eyes in Outer Space possède des moments intéressants notamment dans ses animations et la dernière partie sur le contrôle de la météo. Néanmoins, il n’offre rien de vraiment palpitant et se situe à mille lieues de la fascination ressentie devant les trois émissions sur l'espace qu'avait réalisées avant lui, Ward Kimball.

L'équipe du film

1914 • 1983
Compositeur
1901 • 1966
Producteur
1914 • 2002
Réalisateur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti, en DVD Zone 1, dans le titre de la collection Walt Disney Treasures : Tomorrowland.