Fun With Mr. Future
L'écran titre
Titre original :
Fun With Mr. Future
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 27 octobre 1982
Série :
Genre :
Animation 2D / Film "Live"
Réalisation :
Darrell Van Citters
Musique :
Tom McIntosh
Durée :
7 minutes

Le synopsis

Mr. Future révèle aux spectateurs de quoi sera fait le futur...

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 25 septembre 2014

Si l'élection du cartoon le plus bizarre des Walt Disney Animation Studios devait être lancée, il est certain que Fun With Mr. Future ferait partie des finalistes. Son mélange d'animation, d'audio-animatronics et de films "live" est, en effet, vraiment détonnant sans oublier son propos presque surréaliste. Et pourtant, il n'en reste pas moins un formidable témoin de son époque au sein des studios Disney. C'est, il est vrai, un parfait condensé du savoir-faire des équipes de Mickey : il mélange ainsi l'animation, les parcs et les films à prises de vues réelles tout en livrant une image concrête des projets tous plus ou moins expérimentaux de la firme au début des années 80 ; quand il ne sert pas en plus de terrain de jeu à la pépinière de jeunes artistes qui vient d’intégrer les studios.

En 1980, dans une tentative désespérée d'enrailler sa descente aux enfers, Disney décide donc de prendre le monde du cinéma à contre-pied Il n'hésite pas, en effet, à promouvoir Tom Wilhite, un jeune homme de 27 ans, responsable publicitaire du label pour la télévision depuis 1977. Il devient Vice-président en charge du développement créatif des productions pour le cinéma. En phase avec son époque, il insuffle au label endormi la conviction de changer, en profondeur, ses méthodes. Il fait accepter par exemple l'idée qu'un projet peut venir de l'extérieur du studio et être supporté par lui, quitte à intéresser les créatifs venus d'ailleurs aux résultats des œuvres : un procédé habile pour s'adjoindre la collaboration de stars ou réalisateurs de renoms ! Osant jusqu'à l'impensable il y a peu, Tom Wilhite met ainsi le pied à l'étrier d'un certain Tim Burton pour son premier court-métrage, Vincent. C'est lui encore qui valide la mise en chantier du film de Steven Lisberger, Tron...

Dans sa volonté d'expérimentation, Tom Wilhite va donc accepter qu'un groupe de jeunes animateurs utilisent les rushs d'une émission spéciale sur Epcot Center précédemment annulée afin de faire un petit court-métrage. C'est ainsi Darrell Van Citters qui se place à la tête du projet et réalise le cartoon expérimental. Ce dernier est un jeune réalisateur : il a fait ses débuts chez Disney où  il ne restera pas bien longtemps. Il fonde, il est vrai, par la suite, le studio Renegade Animation qui se spécialisera dans la télévision notamment sur la série The Tom and Jerry Show diffusée sur Cartoon Network. Par contre, son équipe mérite attention. Elle est, en effet, composée, entre autres, de Mike Giamo (qui va travailler notamment en qualité de directeur artistique sur Pocahontas, une Légende Indienne et La Reine des Neiges) ; Joe Ranft (le fameux scénariste de La Belle et la Bête, Le Roi Lion, Toy Story ou 1001 Pattes (a bug's life) qui perdra brutalement la vie dans un accident de voiture) ; Mike Gabriel (le réalisateur de Bernard et Bianca au Pays des Kangourous, Pocahontas, une Légende Indienne et de Lorenzo) ; Tad Stones (le producteur de nombreuses séries animées comme Tic & Tac - Rangers du RisqueMyster Mask ou Hercule) ; Chris Buck (le réalisateur de Tarzan et de La Reine des Neiges) ; Mark Dindal ( le réalisateur de Kuzco, l'Empereur Mégalo et de Chicken Little)  et, enfin, Pixote Hunt (le réalisateur de l'une des séquences de Fantasia 2000 et d'Un Par Un). Nombre d’entre eux se retrouveront également sur des projets comme Footmania pour Dingo ou Qui Veut la Peau de Roger Rabbit...

Fun With Mr. Future utilise donc tout d'abord la tête de l'audio-animatronic d'Abraham Lincoln, réplique de celle de l'attraction Great Moments with Mr. Lincoln. Ce robot, qui se voit associé la voix de Phil Proctor, propose alors un aperçu de ce que sera la futur. Pour illustrer son propos, de nombreux extraits de films "Live" sont montrés dont Babes in Toyland (1961) où Mary Contrary est clonée et marche avec les mains ; Après Lui, le Déluge (1963) où un homme porte un carotte géante ; Un Singulier Directeur (1971) où le singe regarde la télé et encore et Peter et Elliott le Dragon (1977) où un groupe d'enfants danse dans la rue. Il est amusant également de noter qu'à la fin du court-métrage, le robot se met à chanter, fort à propos, There's a Great Big Beautiful Tomorrow, un air composé par les frères Sherman.

L'animation en elle-même dure à peine la moitié du court-métrage et consiste en deux longues séquences. La première voit un scientifique fou faire des expériences sur des prises électriques. C'est alors Vincent Price qui double le rire démoniaque du personnage. L'acteur avait été déjà entendu dans Vincent et sera le fameux Professeur Ratigan dans Basil, Détective Privé. La deuxième scène est plus longue encore et suit une famille qui cherche à démontrer comment les ordinateurs permettront de gagner du temps dans le futur. Il y a ainsi, avec le recul, des annonces qui s'avèrent vraies comme le télé-travail qui se répand de plus en plus ou la télévision en 3-D, mais qui n'est pas encore holographique. Le cartoon s'amuse également à proposer de petits gags bien sentis comme la façon dont les parents s'embrassent ou comment la machine à manger redonne, en guise de déjeuner à emporter, au garçon de la famille, le petit-déjeuner qu’il avait jeté. Enfin, l'animation est très stylisée, bien plus que ce qu'il se faisait à l'époque aux Walt Disney Animation Studios.

 

Fun With Mr. Future ne sera diffusé qu'une seule semaine, à partir du 27 octobre 1982, dans une unique salle à Los Angeles, le tout afin que le cartoon soit éligible aux Oscars ; nomination qu'il n'obtiendra pas d'ailleurs. Il n'a ensuite plus jamais été montré au grand public, et semblait avoir disparu de la mémoire de Disney. Il réapparait néanmoins à la fin des années 2000 dans deux expositions : l'une au cours du Newport Beach Film Festival, en avril 2009, lors de la diffusion de cartoons rares dans le cadre d’une séance animée par le producteur Don Hahn et Dave Bossert ; et l'autre, au MoMA de New York en octobre 2010 au sein d’un programme commémoratif pour accompagner la publication du livre de John Canemaker, Two Guys Named Joe. Ainsi, et en réalité, peu de gens ont pu le voir ; Fun With Mr. Future restant remisé le plus long de son temps dans les coffres de Disney pour quelques obscures raisons. Heureusement, un internaute est tombé sur une copie et a choisi de la mettre à disposition sur le net. Une fois de plus, il est bien dommage de voir Disney incapable de faire vivre son patrimoine et de laisser au marché parallèle le soin de s’en charger...

Au final, Fun With Mr. Future est assez anecdotique artistiquement mais terriblement symbolique d’un point de vue historique. Il est, en effet, le témoin d’une époque où les studios Disney, en pleine remise en cause, se cherchaient et pouvaient dès lors sortir des œuvres aussi bizarres. Fun With Mr. Future est donc à ranger aux côtés de Vincent et autre Hansel et Gretel...

L'édition vidéo

Le cartoon n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.