La Petite Fille aux Allumettes
L'affiche
Titre original :
The Little Matchgirl
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 6 septembre 2006
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Roger Allers
Durée :
7 minutes

Le synopsis

En plein hiver, alors qu'un tempête de neige s'abat sur la ville, une fillette vend des allumettes aux passants. N'y parvenant pas, elle cède à la tentation de les griller pour se réchauffer...

La critique

rédigée par
★★★★

La Petite Fille aux Allumettes est assurément le court-métrage le plus touchant et le plus poignant jamais produit par les studios Disney.

Après la sortie de Fantasia 2000, Roy Disney reprend le rêve de son oncle Walt et projette, lui aussi, de continuer l'aventure de la "Grande Musique Animée". Un nouveau long-métrage est ainsi envisagé sous le titre provisoire de Fantasia 2006, avec pour nom de code Fantasia 3. Il présente la particularité, par rapport à ses illustres prédécesseurs, de consacrer, non pas des morceaux entiers de musique classique, mais plutôt la diversité des musiques du monde. Plusieurs parties sont ainsi déjà bien avancées quand les échecs successifs des films d'animation 2D plombent le projet, finalement abandonné. Certains de ses courts-métrages menés à terme, sont, néanmoins, présentés au public, séparément, dans des circuits plus ou moins nobles. Destino, Lorenzo, Un par Un et La Petite Fille aux Allumettes sont, il est vrai, à l'affiche de quelques festivals confidentiels ou rattachés à des œuvres sans prétention, dont certaines se limitent même à une simple sortie en vidéo. Ces opus sont à l'évidence bien mal exposés au regard de leurs grandes qualités intrinsèques.

Avec La Petite Fille aux Allumettes, les studios Disney renouent avec leur habitude d'adaptation d'un conte classique. Ils choisissent ici l'œuvre de Hans Christian Andersen (1805 - 1875). L'auteur ne leur est, en fait, pas totalement inconnu. Ils ont, en effet, déjà revisité un de ses écrits, dès 1931, en noir et blanc, avec Le Vilain Petit Canard, un cartoon dont ils feront d'ailleurs un remake en couleur en 1939. Il emprunte également à l'auteur le thème de La Petite Sirène en 1989 et du (Le) Petit Soldat de Plomb pour une séquence de Fantasia 2000.
Danois, né en 1805 et issu d'un milieu misérable, Hans Christian Andersen perd son papa encore enfant. Il quitte alors très vite le giron familial et se met à travailler dès l'âge de 14 ans. Il exerce ainsi plusieurs métiers, notamment dans le domaine artistique. S'il reste désargenté, une rencontre va pourtant changer sa vie. Il fait, en effet, la connaissance du Directeur du Théâtre Royal de Copenhague qui le prend vite sous son aile et finance, plus tard, ses études. Baccalauréat en poche, Hans Christian Andersen se met à publier. Son tout premier livre, Promenade du Canal de Holmen à la Pointe Orientale d'Amagre, ne rencontre d'ailleurs qu'un succès tout relatif. Il visite alors différents pays, notamment la France et l'Italie, dont les paysages lui serviront de décors pour certains de ses textes ultérieurs. De retour au Danemark, il publie Contes pour Enfants. Le succès est cette fois-ci immédiat. Toujours entre deux voyages, il écrit par la suite d'autres volumes de ses récits enfantins, mais aussi des poèmes, pièces de théâtre et romans. Destinés en premier lieu aux enfants, les contes d'Andersen s'adressent en réalité à un plus large public, tant ils bénéficient par leurs poésies, leurs morales et leurs thèmes, de différents niveaux de lecture.

La Petite Fille aux Allumettes (Den Lille Pige Med Svovlstikkerne en danois) est publié la première fois le 18 novembre 1845 dans le cinquième volume de ses Contes (Nye Eventyr). Pour Disney, c'est le producteur Don Hahn qui propose à Roger Allers, l'un des papa du Roi Lion, l'idée de l'adapter en court-métrage. Décidés à en proposer une version en pantomime, ils envisagent un temps d'utiliser Clair de Lune de Debussy pour finalement retenir Quatuor pour Cordes No. 2 en Ré Majeur (3ème Mouvement) d'Alexandre Borodine.

Prévu à l'origine pour intégrer Fantasia 2006, son histoire vise ainsi à offrir au long-métrage une séquence au ton international. Le conte subit pour cela quelques changements. La première, de taille, voit son action quitter le Danemark pour être déplacée dans la Russie des Tsars. Les auteurs estiment, en effet, que ce pays symbolise mieux que tout autre la notion de froid et de neige. L'époque des Tsars apporte, quant à elle, un fort dépaysement tout en renforçant le contraste entre l'extrême pauvreté de la jeune fille et l'opulence du monde qui l'entoure. Autre modification importante, la famille de l'héroïne est passée sous silence, aussi bien par faute de temps que par manque d'intérêt scénaristique. Le spectateur pense ainsi naturellement avoir affaire à une petite fille orpheline qui tente de survivre en vendant des allumettes alors même que le conte enseigne qu'elle n'ose pas rentrer chez elle sans avoir réalisé de ventes de peur d'être rossée par son père... La fin est en revanche conforme à celle imaginée par Hans Christian Andersen : tragique et touchante. En sept minutes, La Petite Fille aux Allumettes bouleverse ainsi son auditoire. Tout appelle l'émotion : le récit bien sûr, mais également la musique et l'animation. Cette dernière, assise sur une superbe palette de couleurs, fait, il est vrai, des merveilles tant elle est fine et remarquable. Le spectateur averti est d'autant plus sensible à sa qualité que le court-métrage est, à l'époque, censé être la toute dernière production 2D des Walt Disney Animation Studios ; l'avenir étant fort heureusement plus heureux avec la sortie de La Princesse et la Grenouille, en 2009.

La Petite Fille aux Allumettes est un court-métrage qui frappe au cœur : difficile de ne pas être submergé par autant de beautés et d'émotions !

L'équipe du film

1930 • 2009
Producteur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti en bonus de l'édition vidéo du long-métrage La Petite Sirène et en Blu-ray multizone dans la compilation Walt Disney Animation Studios - Short Films Collection.