Le Mariage de Raiponce
L'affiche
Titre original :
Tangled Ever After
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 13 janvier 2012
Série :
Genre :
Animation 3D
Disney Digital 3-D
Réalisation :
Nathan Greno
Byron Howard
Durée :
6 minutes

Le synopsis

Raiponce et Eugène se marient...

La critique

rédigée par
★★★★

C'est incroyable comme le vent peut vite tourner dans le petit monde du cinéma ! Avant la sortie de Raiponce, les Walt Disney Animation Studios vivaient, en effet, des temps troublés. Même si leurs derniers projets (Volt, Star Malgré Lui et La Princesse et la Grenouille) avait été salués par la Critique, le succès public n'avait, lui, pas forcement été au rendez-vous. Seul le moyen-métrage, produit pour la télévision, Lutins d'Élite : Mission Noël avait, il est vrai, véritablement brillé par d’excellentes audiences. Tout le monde ne semblait ainsi ne plus jurer que par Pixar : le public, les critiques et... même les responsables de la Walt Disney Company ! Ed Catmull va ainsi, deux jours avant la sortie du film, jusqu’à déclarer que Raiponce serait le dernier conte de fée Disney avant très longtemps car il estimait que le public s'était lassé du genre. Devant l’ampleur de la polémique suscitée aussi bien par la teneur de ses propos que par le timing de leur prononciation (« On aurait voulu tuer commercialement Raiponce qu’on ne s’y serait pas pris autrement ! »), le responsable des départements animations de Disney et Pixar publie vite un démenti, dont la conviction, là aussi, est sujette à caution... La Direction de Burbank ne croit visiblement pas au succès de Raiponce et se prépare donc à l'échec du film ! Sauf que... Le public en décide autrement avec plus de 200 millions de dollars récoltés sur le territoire américain et près de 600 au niveau mondial. Contre toute attente, Raiponce parvient à rembourser son budget pharaonique de 260 millions de dollars. Pourtant, avec le recul, son succès va bien au-delà du seul tiroir-caisse de la Walt Disney Company. Il a apporté un changement de mentalité dans toute la chaine de décision du département Animation de Mickey. Déjà, il a fait revenir dans la cour des grands les Walt Disney Animation Studios qui étaient au creux de la vague depuis dix ans, éclipsés qu'ils étaient par les succès de Dreamworks et de Pixar. Ensuite, il les a remis, en interne, sur un pied d'égalité avec ceux de Luxo Jr dont Cars 2 a terni durablement l'image auprès des critiques et des financiers, (le dernier Pixar ayant rapporté moins que Raiponce !). Enfin, il a prouvé aux dirigeants de Disney que le public ne s’est pas lassé des contes de fées dès lors que lui sont proposés des films de qualité, ancrés, à l'écriture moderne. Raiponce a ainsi débloqué la production d’un projet resté en gestation durant de nombreuses années : Frozen, une adaptation s'inspirant plus ou moins de La Reine des Neiges, prévue pour 2013.

Surfant sur le succès de son film de référence, Le Mariage de Raiponce réunit donc, dans une situation et un format - le court-métrage – inédits, tous les personnages de Raiponce ; Disney reprenant là un procédé cher à son petit frère Pixar. Depuis Montres & Compagnie, le studio à la lampe de bureau a, en effet, pris l'habitude de proposer, en bonus de l'édition vidéo de ses films, une histoire courte mettant en scène tout le casting précédent. Cette politique a plusieurs avantages. Elle ravit, d'abord, les fans, en leur offrant des sessions supplémentaires avec leurs personnages favoris, le plus souvent dans des séquences finalement non retenues dans le long-métrage initial. Ensuite, elle permet à de jeunes artistes de se faire la main sur des projets moins exposés qu'un film de cinéma (bien que, dans le cas présent, il convient de préciser que Le Mariage de Raiponce a été confié aux réalisateurs du long-métrage.) Enfin, elle propose, sans vraiment l'avouer, des suites (certes au format ultra-court) dont la réalisation est moins onéreuse car effectuée dans le sillage immédiat de celle de l'œuvre principale. Les outils de production sont, de la sorte, à disposition, la mémoire sur les personnages, totalement fraiche et le financement suffisant puisque pris sur le budget principal. La qualité ne souffre donc pas de difficulté tandis que la suite est appréhendée comme un exercice artistique plutôt qu'une recherche de profit facile.
Sur le registre des suites, et contrairement à Pixar, Disney, jusqu'à Volt, Star Malgré Lui, avait, lui, choisi une autre voie : la séquelle en long-métrage sortant directement en vidéo. Bien plus lucrative qu'un simple court-métrage, elle présentait toutefois l'énorme inconvénient d'être perfectible qualitativement et d'entacher ainsi durablement la perception que le public se faisait de la signature du grand Walt. Le rachat de Pixar par la Walt Disney Company a fort heureusement changé la donne : l'arrivée de John Lasseter à la tête de sa division Animation mettant un terme définitif à cette pratique honteuse et suicidaire sur le long terme...

Le Mariage de Raiponce n’a toutefois pas été envisagé au moment de sa production pour une sortie cinéma : dans un premier temps, il devait, en effet, être proposé pour une diffusion à la télévision, en exclusivité sur Disney Channel. Mais le succès du (Le) Roi Lion lors de sa ressortie en 3-D sur les écrans américains a changé indirectement la donne. Engrangeant près de 90 millions de dollars, Simba a montré, de la plus efficace des façons, que la ressortie de classique Disney en 3-D est à l’évidence rentable. Dès lors, aucun atermoiement  n'est à déploré sur le sujet chez Disney qui en programme ainsi quatre sur deux ans : le premier étant La Belle et la Bête dont la reconversion est déjà prête et qui ressort sur les écrans américains, le 13 janvier 2012. Le studio de Mickey a dans la foulée la bonne idée de profiter de l'occasion pour proposer Le Mariage de Raiponce, au cinéma et en 3-D. Que rêver de mieux comme exposition ? Surtout que, même si le succès n'est pas au niveau du (Le) Roi Lion, les résultats de La Belle et la Bête en 3-D sont plutôt encourageants pour un long-métrage déjà disponible en Blu-Ray 3-D depuis quelques mois. Quant à la France, il se murmure que Le Mariage de Raiponce pourrait être proposé avec la ressortie du (Le) Roi Lion dans les salles à partir du 11 avril 2012.

Le Mariage de Raiponce est un excellent cartoon. Tous les personnages adorables et adorés de Raiponce sont de la partie avec un recentrage particulier sur deux d’entre-eux, Maximus et Pascal, spécialement mis à la fête. Une idée qui se révèle excellente : ce que les spectateurs ont ressenti lors du visionnage du long-métrage se confirme ainsi dans le court ! Ces personnages de pantomime se prêtent, en effet, à merveille au comique de situation qui leur est spécifiquement préparé. Le cartoon offre, de la sorte, une succession de rire et de fou-rire durant les six minutes qui le forment. Les situations sont cocasses, les rebondissements foisonnants, les mimiques sublimes. Les deux acolytes sont utilisés au mieux dans chacune de leurs caractéristiques : Pascal avec ses aptitudes à changer de couleur ou happer tout ce qu’il veut avec sa langue et Maximus avec son entrainement militaire qui l'appele à chercher à rester digne en toutes circonstances ! Face à eux, Raiponce et Eugène dont le mariage est célébré ici sont clairement en retrait même si l’ex-bandit de grand chemin réussit, au gré de mimiques toujours bien placés, à rayonner tout en charme ; la princesse étant elle plus dans une posture de « plante verte ». Sa mère semble, quant à elle, victime d’une digression abusive par rapport au long-métrage, en ce sens qu’elle oublie sa retenue de Reine et hurle à l’idée de perte de l’alliance de sa fille, bague de sa grand-mère. Mais c’est sans compter sur la finesse des réalisateurs qui se sont visiblement amusés à commettre une forfaiture d'apparat puisque, s’agissant d’une rêverie de Maximus, l’écart de conduite en question ne s’est en fait jamais produit !

Drôle, créatif, respectueux de son long-métrage de référence, Le Mariage de Raiponce est un petit bijou qui confirme, s’il en était encore besoin, l’incroyable potentiel des personnages de Raiponce, tout comme la grande forme retrouvée des Walt Disney Animation Studios !

L'édition vidéo

Ce cartoon est sorti en bonus de l'édition Blu-ray de Cendrillon et en Blu-ray multizone dans la compilation Walt Disney Animation Studios - Short Films Collection.