Automaboule

Automaboule
L'affiche
Titre original :
Motor Mania
Production :
Walt Disney Animation Studios
Date de sortie USA :
Le 30 juin 1950
Série :
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Jack Kinney
Durée :
6 minutes

Le synopsis

Dingo incarne l'américain moyen des années 50 au volant d'une voiture : de piéton doux comme un agneau, il se mue en fou du volant...

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 15 juin 2016

Attention pépite ! Automaboule est peut-être le cartoon le plus réussi de la carrière de Dingo. C’est également celui qui a une importance historique indéniable : il propose une inflexion dans la thématique des aventures du personnage mais également une modification de son design.

Durant les années 40, le personnage de Dingo est principalement connu pour ses hilarantes démonstrations sportives dans les cartoons de type « How to… ». Les années 50 vont pourtant proposer une évolution notable du personnage. Dingo va désormais incarner l'américain moyen et ses cartoons vont permettre aux studios Disney de décortiquer, avec lui, « l'american way of life » notamment via des parodies de la société de consommation ou des relations de tous les jours. Preuves de leurs qualités et grandes finesses, ces moqueries sonnent tellement justes, qu'elles n'ont toujours pas pris une ride, des décennies plus tard !

Dingo, pour assumer ce nouveau rôle, est touché dans sa chair : il connait en effet une évolution notable de son design. Il perd ainsi ses deux dents de devant mais aussi son petit chapeau. Ses oreilles pendantes disparaissent de temps en temps, comme c’est le cas ici dans Automaboule. Sa personnalité change également. Oublié le bon samaritain un peu naïf, il devient papa d'un enfant, Junior mais aussi un travailleur comme les autres en testant plusieurs métiers, tels employé de bureau ou instituteur. Par contre, il conserve toujours sa maladresse mêlée à sa malchance légendaire.

Automaboule est un cartoon particulièrement bien construit. Il décrit donc comment monsieur tout le monde passe du bon petit piéton gentil au monstre d’incivilité chaque fois qu’il prend le volant. Comme Docteur Jekyll et Mister Hyde, son physique se modifie ainsi que sa personnalité. Alors que Monsieur Piéton ne ferait pas de mal à une fleur, Monsieur Conducteur n’a, lui, aucun scrupule à écraser quiconque l’empêcherait de rouler. Certains passages sont dès lors drôles à souhait, à l’exemple de l’utilisation des logos de voitures qui dépassent du capot comme viseur de cibles potentielles.

Automaboule est tout bonnement extraordinaire : tout fonctionne dedans ! Il parvient, il est vrai, à décrire parfaitement, en le caricaturant à outrance, le comportement des spectateurs, - tout un chacun en réalité – au volant de leurs voitures. Preuve de son efficacité, plus de 60 ans après sa sortie, le cartoon reste toujours furieusement d’actualité. Lui est ses deux petits frères des années 60 Freewayphobia et Goofy's Freeway Troubles, sont d’ailleurs montrés dans les auto-écoles américaines ! Son humour vaut tous les discours sur la sécurité routière et les comportements à bannir sur la route.

Automaboule est un petit bijou de drôlerie au sujet des mauvais conducteurs. A déguster !

L'équipe du film

1913 • 1992
Peintre Décorateur
1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti, en DVD Zone 1, dans le volume L'Intégrale de Dingo de la collection des Walt Disney Treasures.