Gala Day at Disneyland

Gala Day at Disneyland
L'écran titre
Titre original :
Gala Day at Disneyland
Production :
Disney
Date de sortie USA :
Le 21 janvier 1960
Série :
Genre :
Documentaire
Réalisation :
Hamilton Luske
Durée :
27 minutes

Le synopsis

Trois nouvelles attractions (Matterhorn, Submarine Voyage et Monorail) sont fêtées en ce jour de gala à Disneyland Anaheim. Une parade dans Main Street est en effet organisée en présence de Walt et Roy Disney, accompagnés du vice-président Richard Nixon et de nombreuses stars. La cérémonie s'achève, à la nuit tombée, par un feu d'artifice...

La critique

rédigée par
★★★

Passionné de flore et de faune, Walt Disney peut être considéré comme le pionner du documentaire animalier. Dès 1948, il met, en effet, en chantier la collection des True-Life Adventures dont les courts et longs-métrages seront multi-oscarisés. Cette série, inaugurée avec le mini-documentaire, L'Île aux Phoques, constitue d'ailleurs la première véritable incursion de la Compagnie de Mickey dans la production de films "live". Elle comporte un total de sept courts-métrages avant de s'ouvrir, en 1953, avec Le Désert Vivant, au format des longs-métrages qui devient, à partir de cette date, la norme de production des True-Life Adventures. Pour autant, Walt Disney n'entend pas abandonner le genre des courts-métrages documentaires. Il crée, en effet, dans la foulée, une nouvelle collection entièrement dédiée à ce format qu'il baptise People and Places. Cette série s'axe essentiellement sur les us et coutumes des populations à travers le monde. Elle comprend 17 épisodes produits entre 1953 et 1960. Trois, The Alaskan Eskimo en 1953, Men Against the Arctic en 1955 et The Amas Girls en 1958, sont oscarisés. Parallèlement, dès 1954, et jusqu'en 1984, les studios Disney mettent en production des courts et moyens métrages dits "spéciaux", en ce sens qu'ils n'appartiennent à aucune collection ou série, mais restent uniquement des "one shot". La première moitié est ainsi constituée de moyens-métrages, dont la durée est comprise entre 35 et 50 minutes et l'autre, de courts-métrages inférieurs à 35 minutes.

Il existe donc un total de quinze courts-métrages spéciaux. Parmi eux, quatorze ont été produits directement pour le cinéma et un seul a d'abord été diffusé à la télévision pour, ensuite, avoir les honneurs des salles obscures. La plupart remonte aux années cinquante. Mis en production du vivant de Walt Disney, ils sont essentiellement des courts-métrages ayant trait à la nature, soit en qualité de purs documentaires (Islands of the Sea, Nature's Strangest Creatures, Mysteries of the Deep, Emperor Penguins ou Grand Canyon), soit dans le genre du docu-fiction (Arizona Sheepdog, Cow Dog, The Wetback Hound, Niok, Alaskan Sled Dog, Fantasy on Skis ou Footloose Fox). Le papa de Mickey cherche, en effet, bien vite à trouver un autre moyen de raconter des histoires d'animaux que celui du strict format documentaire. Il commence ainsi à expérimenter un type de récits scénarisés, d'abord via le court-métrage pour ensuite utiliser le moyen-métrage (Tribulations de Deux Oursons) et terminer finalement en long-métrage (La Légende de Lobo). Les studios Disney s'attachent parallèlement à produire des courts-métrages pour le cinéma dans le seul but de promouvoir leurs parcs à thème sur grand écran, reprenant là, une méthode déjà utilisée avec succès en télévision. Gala Day at Disneyland fait donc la part belle à trois nouvelles attractions du site californien tandis que The Magic of Walt Disney World vente, lui, les atouts du nouveau resort floridien.

Gala Day at Disneyland est en réalité un remontage de l'émission spéciale, Kodak Presents Disneyland '59, célébrant l'arrivée en grandes pompes à Disneyland de trois nouvelles attractions : le Matterhorn, le Submarine Voyage et le Monorail. La fête, qui se déroule en présence de certaines personnalités du spectacle (Annette, Tommy Kirk) ou de la politique (Richard Nixon), démontre le grand sens de Walt Disney pour organiser des fêtes spectaculaires, divertissantes et magiques. L'émission et le court-métrage restituent, en effet, bien l’étendue de l’engagement personnel et financier du Maitre de Cérémonie. Il faut dire que le retour sur investissement est potentiellement énorme ; Walt Disney faisant ici d'une pierre trois coups. Il éblouit ses invités triés sur le volet le jour de l'inauguration, divertit ses téléspectateurs qui découvrent en direct (et en noir-et-blanc) la cérémonie puis, six mois plus tard, rappelle aux bons souvenirs de ses spectateurs de cinéma le lancement des trois nouvelles attractions de son parc à thèmes.

Gala Day at Disneyland propose ainsi de revenir sur les festivités en offrant une relecture de l'émission télé. Le montage est donc raccourci à trente minutes là où le show s'étalait sur une heure et demi. Le rythme est dès lors plus soutenu et chasse l'ennui ressenti ça et là lors de la diffusion en direct sur le petit écran. L'autre gros avantage du format est de reproposer l’évènement en couleur. Le spectateur redécouvre alors avec délice les secrets du Submarine Voyage, l'aspect innovant du Monorail ou le mouvementé Matterhorn comme jamais auparavant. Le court-métrage met également en avant l'incroyable fête imaginée par Walt Disney, et notamment la spectaculaire parade du parc et le numéro vivifiant devant le Matterhorn.

Gala Day at Disneyland est un court-métrage promotionnel qui permet d'effectuer aujourd’hui un fabuleux voyage dans le temps au sein du parc Disneyland, premier du nom. Rien que de voir Walt Disney s'y promener en personne révèle l'ampleur de son implication dans l'une de ses créations originales qui, 60 ans plus tard, demeure toujours exceptionnelle de magie...

L'équipe du film

1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

Le court-métrage n'est édité, à l'heure actuelle, sur aucun support.