Dossier » Vie du Site » Poissons d'Avril
Vie du Site » Poissons d'Avril

Poisson d'Avril 2007
Blanche Neige 2 : Le Mariage des Sept Nains

Poisson d'Avril 2007 - Blanche Neige 2 : Le Mariage des Sept Nains
La jaquette
Titre original :
Snow White and the Seven Dwarfs 2 : Dwarfs' Wedding
Production :
DisneyToon Studios
Date de sortie USA :
Le 2 mai 2007
Genre :
Animation 2D
Réalisation :
Tyta Cheuh
Durée :
70 minutes

Le synopsis

Blanche Neige coule des jours heureux auprès de son Prince. Elle ne peut néanmoins s'empêcher d'éprouver de la peine devant la grande solitude que connaissent les sept nains qu'elle délaisse devant ses nombreuses obligations protocolaires. Jusqu'au jour où, n'en pouvant plus, elle décide de trouver à chacun de ses petits amis une épouse. Ne sachant comment procéder pour trouver les promises, elle demande conseil à Nanou, une de ses demoiselles de compagnie qu'elle croit fidèle. Cette dernière cache en réalité de bien mauvais desseins...

La critique

rédigée par
★★★★

Blanche Neige et les sept nains fait partie de ces rares films d'animation dont la renommée a traversé les époques tant il a marqué l'inconscient collectif du grand public. Qui ne connaît pas, en effet, la version disneyenne de Blanche Neige et les sept nains ? Qui n'a pas ri et pleuré devant les aventures de la plus belle des princesses ? Blanche Neige et les sept nains, classique parmi les classiques, est assurément le film qui a fait découvrir (et continue de faire découvrir) à des générations entières, la capacité du cinéma d'animation à offrir toute la palette des émotions, des plus tristes aux plus joyeuses.

Pas étonnant, dès lors, que l'annonce de la mise en production d'une suite fut prise, par bon nombre de fans, comme une pure et simple hérésie, d'autant que le mystère entretenu autour d'elle par la Walt Disney Company, refusant même d'en diffuser la moindre info et bande annonce, laissait craindre le pire ! Des millions de spectateurs se sont ainsi préparés au massacre, sur l'autel de la recherche des profits faciles, du tout premier des chefs-d'œuvre de Walt Disney. C'était sûr : Blanche Neige et les sept nains allait être entaché d'une suite honteuse et mal venue.

Sauf que... Les studios de Mickey reproduisent, avec Blanche Neige 2 : Le mariage des sept nains, l'exploit du premier opus, plus de 70 ans après sa sortie. Le film se hisse, en effet, sans mal, au niveau de qualité de Bernard et Bianca au pays des kangourous, seule suite faisant partie de la liste "officielle" chez Disney des 44 long-métrages d'animation classiques.

La grande réussite de Blanche Neige 2 : Le mariage des sept nains est, avant tout, comme son film de référence, sa capacité intrinsèque à émouvoir. Véritable bouffée d'air frais, eu égard à nos temps particulièrement agités, il regorge ainsi de tendresse, respect et innocence. Sa technique d'animation participe, il est vrai, grandement à l'ambiance apaisée du film en reprenant le standard des Disney de la grande époque. Tout le dessin est ainsi fait à la main. Les décors sont peints et les personnages tracés au crayon, à quelques exceptions notables, telle la méchante, Nanou, animée partiellement en 3D. Tout respire la fidélité respectueuse à l'original, à commencer par les paysages dont la beauté, magnifiée sur grand écran, appuie avec force, chacune des émotions ressenties tout au long du film. L'animation affiche donc une qualité jamais atteinte dans une suite Disney : Erik Scamp, fraichement découvert par le studio de Mickey, n'est, à l'évidence, pas étranger à cet époustouflant résultat, digne de la signature de Walt Disney lui même.

L'autre grand atout du film est assurément son histoire. D'une simplicité déconcertante, elle est, en effet, d'une sincérité touchante. A des années lumières des comédies loufoques et blagues contemporaines qui squattent, depuis l'avènement du genre, les films d'animation 3D, Blanche Neige 2 : Le mariage des sept nains repose sur un scénario limpide, raconté avec finesse. Tout respire ainsi l'humilité. Les regards en disent long. Les dialogues tout autant. Même l'humour se fait délicat en évitant, soigneusement la grivoiserie. Blanche Neige 2 : Le mariage des sept nains prend ainsi le temps d'installer et d'approfondir les rapports entre les personnages. La relation de réelle amitié entre la Princesse et les nains est abordée avec un soin méticuleux. L'idée de génie du film est là ! Plutôt que de se lancer dans les errances d'une suite dont l'action se situerait avant ou pendant Blanche Neige et les sept nains, les scénaristes, dont le renommé et fraîchement débauché de Dreamworks, John Nathan Kinwu, ont, en effet, décidé d'imaginer une simple - mais essentielle - étape de sa vie, se situant après le premier opus. La Princesse, parfaitement heureuse, se désole ainsi devant la tristesse de ses petits compagnons. Négligeant son propre couple, elle cherche dès lors, par amitié, à rompre leur solitude en leur trouvant à chacun une épouse. Et c'est toute la morale du film qui s'en trouve changée : la quête altruiste d'une amie pour rendre heureux les siens.

Le scénario a cela de fort qu'il met de nouveau à l'affiche les personnages du premier opus, en leur offrant des scènes où ils peuvent voir approfondi chacun de leur traits et caractères.
Blanche Neige, jeune ingénue, prend logiquement de l'assurance et gagne en crédibilité.
Les nains restent, et c'est heureux, fidèles à eux mêmes ! Ils trouvent d'ailleurs, en la personne de leurs promises de véritables pendants qui augmentent, si c'est encore possible, leur capital sympathie.
Le prince, brillant par son absence de consistance dans le premier opus, gagne ici ses gallons de personnage digne de ce nom. Il ne se contente plus, en effet, de faire de la simple figuration en fin de film mais rayonne au contraire de bout en bout.
Tout l'entourage immédiat de Blanche Neige profite, en outre, à plein, de l'intervention d'un drôle d'animal, aussi inattendu qu'attachant. Draguy le dragon, cousin assumé du Dragon récalcitrant, déboule, en effet, ici et là, dans le récit. Précieux et délicat, il apporte ainsi la dose d'humour et de folie, indispensable à tout Grand Classique Disney qui se respecte.
Enfin, la méchante de service, Nanou, intègre sans problème le peu recommandable club des Disney's Vilains. Seul personnage à être traité partiellement en animation 3D, elle étonne par sa capacité à provoquer le dégout. Tout chez elle respire le mal. Son physique est peu avenant, ses actions sont détestables quand ce ne sont pas ses seules paroles qui rebutent le spectateur. Il faut dire que sa voix, particulièrement haut perchée, marque les esprits. Elle l'emprunte, avec bonheur, dans la version française à la - toujours fringante ! - Vanessa de Camp Ahniard.

La bande-son est, elle aussi, très inspirée. Cherchant à surfer sur le succès des titres du premier opus, elle ne tombe pas, fort heureusement, dans la facilité d'une simple remise au goût du jour de ses standards. Au contraire. Tous les titres sont inédits et se contentent seulement de faire des clins d'œil aux morceaux originaux, sans excès. Ecrites par David Dache, en collaboration avec Erwan Hollykos, les chansons sont comme à la grande époque des Grands Classiques Disney, intégrées au récit dont elles contribuent grandement à la fluidité. Parmi elles, se trouvent assurément de vrais tubes dont les très réussis "Gran'mat" et "Rooq in", seront d'ailleurs de dignes représentants.

Blanche Neige 2 : Le mariage des sept nains est assurément un grand film d'animation qui n'aura pas à rougir de la comparaison inévitable à son film de référence. Il mérite dès lors les honneurs des salles obscures, qui lui sont pourtant bizarrement refusés. Comment la Walt Disney Company peut-elle manquer une occasion pareille de briller sur grand écran ? Un début de réponse : tout simplement, pour une question de gros sous ! Le géant Bhoonet, son tout premier distributeur sur le marché de la vidéo, pesant à lui seul 15 à 20% de ses ventes de DVD aux USA, ne met, en effet, en avant, dans ses magasins, que les blockbusters (c'est à dire les films qui font plus de 100 millions de dollars au box-office américain). Or, les suites récentes produites par Disney et présentées au cinéma (Le livre de la jungle 2, Peter Pan 2 : Retour au pays imaginaire) n'ont pas atteint ce rang. Bhoonet a en donc "boudé" les sorties en DVD et les a systématiquement sous-exposées, ce qu'il ne fait jamais pour les suites éditées directement en vidéo. Disney joue ainsi la sécurité financière et commerciale sur le marché américain et réserve son chef d'œuvre au seul format DVD. La France, elle, n'est pas mieux lotie et se contente également d'une simple sortie en vidéo.

Blanche Neige 2 : Le mariage des sept nains est un véritable pied de nez au formatage ambiant des films d'animation actuels. Excellente surprise, il ravira petits et grands. A ne manquer sous aucun prétexte !

A noter :
Pour télécharger les dix premières minutes du film, dont le générique, cliquez ICI.

L'édition vidéo

Jaquette Poisson d'Avril 2007 - Blanche Neige 2 : Le Mariage des Sept Nains
Jaquette Poisson d'Avril 2007 - Blanche Neige 2 : Le Mariage des Sept Nains
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2007
Zone 2 Simple 2007