Dossier » Télévision » Éditos
Télévision » Éditos

Les Défis de Disney Channel (1/2)

L'article

Publié le 01 janvier 2007

Le Paysage Audiovisuel Français (PAF) a connu, au cours de l’année 2006, des bouleversements qui sont autant de petites révolutions susceptibles de bousculer bien des chaînes et réseaux en 2007.

Le succès fulgurant de la télévision numérique terrestre (TNT), la fusion des bouquets satellites Canal Sat et TPS, le regroupement de tous les câblo-opérateurs sous la même enseigne (Numericable), la multiplication des offres de télévision par ADSL (Free, Orange, Neuf, Alice, Club Internet...) sont, en effet, venus tournebouler intensément le secteur de la télévision dans ses fondements même.

Le pack Disney TV n’est bien sûr pas épargné par ces tumultes. Au contraire, il est en premier ligne ! Seule offre de télévision pour enfants, payante en option, il se voit, il est vrai, embarqué dans une concurrence plus féroce encore où la panoplie des programmes proposés à sa cible n’a jamais été aussi large et disponible.

Le tout premier danger contre Disney Channel répond au doux nom de Gulli et se propose de capter son auditoire gratuitement. La menace est certes récente mais redoutable. La chaîne est, en effet, la dernière née des télévisions pour enfants. Elle est, d’ailleurs, la surprise de la TNT. Détenue à égalité par les groupes Lagardère et France Télévision, elle ne figurait même pas dans le premier tour de table des canaux ouverts à la diffusion numérique terrestre. Beaucoup de professionnels, plus enclins à saluer l’arrivée de chaînes d’information gratuites, prédisaient, il est vrai, un avenir bien sombre à cette télé pour mômes, « bricolée » à la dernière minute par une curieuse joint-venture réunissant la carpe et le lapin : deux groupes, l'un privé et l'autre public, de télévision à la culture radicalement différente. Pourtant l’audace a payé... Et vite ! Gulli, aujourd’hui plébiscitée, est devenue, en quelques mois seulement, la première chaîne en audience de la TNT. Elle occupe ainsi le terrain de l’offre télé pour enfants en contentant – gratuitement et partout - bien des familles.

La fusion des bouquets satellites Canal Sat et TPS vient ensuite frapper le pack Disney TV au portefeuille. Au plus fort de la concurrence entre les deux plateformes satellitaires de télévision payante, la Walt Disney Company avait, en effet, monnayé à prix d’or l’exclusivité des chaînes de Disney Channel sur Canal Sat. Le bouquet avait ainsi accepté de rémunérer les télés de Mickey avec un minimum de reversement particulièrement confortable. Le principe est aussi simple que redoutable ! Le bouquet garantissait au pack Disney TV un taux d’abonnement à l’option de 60% de son parc total d’abonnés, quitte à devoir combler la différence si le taux réel de souscription à Disney Channel se situait en dessous. L’absorption de TPS par Canal Sat change bien sûr la donne. Elle entraînera à coup sûr une renégociation, à la baisse, de l’accord d'exclusivité - devenu aujourd'hui un non sens - avec Disney Channel. Cette dernière pourra néanmoins se consoler par la possibilité de toucher de nouveaux abonnés (les ex-TPS) et de voir certaines de ses concurrentes fermer, victimes des doublons (Piwi, Télétoon, Boomerang,...)

Le regroupement de tous les câblo-opérateurs sous la même enseigne Numericable est sans doute la nouveauté de 2006 qui bouleversera le moins Disney Channel. Au contraire, elle comporte quelques avantages pour le pack Disney TV. Déjà présent dans l’offre de Numericable (le réseau historique), il se voit, en effet, peu à peu, mis à disposition sur les réseaux rachetés et fusionnés à la faveur d’une opération d’harmonisation de l’offre du tout nouvel ensemble.

Enfin, la multiplication des offres de télévisions par ADSL (Free, Orange, Neuf, Alice, Club Internet...) constitue autant d’attaques indolores, mais redoutables, contre Disney Channel. Peu présent sur ce réseau de distribution, le pack Disney TV voit, en effet, lui échapper une part non négligeable d’abonnés potentiels. Ce phénomène, qui revient à voir des clients « ignorés » s’habituer très bien à vivre sans la possibilité de souscrire à Disney Channel, est éminemment dangereux puisqu’il dévalorise la valeur de l’offre télévisuelle payante de la Walt Disney Company toute entière. Le réseau de distribution par ADSL ne peut plus, à l’évidence, être ignoré plus longtemps en 2007, au risque de marginaliser les chaînes Disney.

Disney Channel est donc attaquée de toute part en France. Est-ce pour autant le début de la fin sur le marché tricolore ? Assurément, non !
Les chaînes de Mickey ont, en effet, derrière elles un groupe puissant, à forte valeur ajoutée, qui saura leur donner les armes pour se défendre. Le nerf de la guerre reste avant tout la qualité des programmes. A coups de Grands Classiques Disney, de Disney Channel Original Movies « évènement », de séries pour adolescents incontournables et de dessins animés exclusifs, le Pack Disney Tv dispose, il est vrai, d’une offre exceptionnellement fédératrice pour toute la famille. Disney Channel et ses déclinaisons ont encore de beaux jours devant elles. Disposant des programmes pour attirer l’abonné, il ne leurs reste qu’à simplement consolider leurs positions et développer leur réseau de distribution pour être présentes sur tous les types de diffusion.

Et si 2007 était finalement l’année Disney Channel ?