Séverine, la Sacrifiée
Les Ambassadrices Disney (5/5)

L'article

Publié le 01 octobre 2009

Anne claque la porte de Disney sur un coup de tête. Du haut de ses tout frais dix-huit ans, elle s’est, en effet, lassée d’être l’égérie des enfants et aspire à une vie plus sereine. A la surprise générale, elle refuse donc de reconduire son contrat auprès de la filiale française de Mickey alors même qu’elle n’avait donné aucun signe avant coureur de ses intentions. La rupture est si brutale et inattendue qu’elle ne sera jamais en mesure de prendre congé dignement des téléspectateurs ou même de dire « au revoir » à Jean-Pierre Foucault son co-animateur du Disney Parade, et grand nom de la télévision française.

Le staff de Disney France est sonné tant il ne s’attendait à perdre sa « poule aux œufs d’or » si bien installée dans le cœur des Français. Il convient donc de lui trouver une remplaçante. La démarche n’est pas en soi difficile. Elle est même inscrite dans les gènes de la Firme de Burbank qui a pour habitude d’anticiper le remplacement de ses égéries, histoire de toujours coller aux attentes de son public. Mais là, le tsunami est puissant ! En fait, aucun plan B n’était prêt pour remplacer Anne : il était inimaginable pour Disney France que la jeune fille fasse table rase de son succès d’un simple revers de la main, ou plus prosaïquement à la suite d’un caprice existentiel. La filiale essaye donc de raisonner celle qu’elle voit toujours comme une adolescente pour la faire revenir sur sa décision. Sans succès. Pire, un temps précieux est perdu par des négociations qui n’aboutiront jamais. C’est donc en catastrophe qu’un casting est organisé pour dénicher l’ambassadrice qui aura la lourde tache de faire oublier Anne. Comme les circonstances, le défi est lourd à relever. Trop sans doute. Est-ce à dire que cela excuse presque le choix fort discutable de la nouvelle jeune fille ? A n’en pas douter ! Elle apparait, en effet, vite a minima tant elle pêche par un manque de personnalité, un amateurisme et un effacement que le public ne lui pardonnera jamais. « Ils ont changé Anne pour ça ?! » La critique est sévère mais les foyers français tolèrent décidément toujours mal un changement qu’ils ne comprennent pas. Pourtant, Disney France va s’acharner à la faire accepter. Patiemment. De 1994 à 1997, Séverine Clair, puisque c’est d’elle dont il s’agit, va s’évertuer à jouer les pots de fleurs aux cotés d’un Jean-Pierre Foucault qui cannibalise, bien malgré lui, la présentation de Disney Parade. Trois albums sont également mis sur le marché pour augmenter ses attaches avec le public. Tous constitués de reprises sans imagination de chansons Disney, ils confirment incidemment l’incapacité de la jeune fille à exister par elle-même. Elle ne parvient, en effet, pas à se créer une personnalité propre. Dès lors, le public ne la considère plus. Séverine Clair s’enlise dans le rôle peu glorieux de simple tête de gondole d’hypermarché, sans saveur, usée.


Après un investissement aisément qualifiable d’acharnement thérapeutique, Disney France est contrainte de se rendre à l’évidence : la sauce ne prend pas ; le public continue de regretter Anne. La filiale siffle donc, elle-même, la fin de la récré. Séverine Clair est renvoyée sans aucune autre forme de procès aux affres de l’anonymat. Rien ne lui sera décidément épargné côté humiliation : elle est, en effet, remplacée par, Mélanie, une fillette de onze ans ! Elle se console sans doute en constatant que l’intérim ne dure qu’une petite année ! Disney Parade est, il est vrai, retiré de l’antenne de TF1 ôtant toute exposition digne de ce nom à l’apprentie égérie. Aussitôt invitée à tirer sa révérence, son départ marque la fin des Ambassadrices Disney en France.

Les années 2000 pointent donc le bout de leur nez sans représentante officielle de Disney à la télévision. Le poste reste vacant depuis et sans doute durablement. Mondialisation aidant, l’espace est désormais occupée par les égéries Disney américaines. Pourquoi en effet chercher à investir dans une ambassadrice tricolore quand les Miley Cyrus, Selena Gomez ou Demi Lovato et avant elles, Lindsay Lohan, Anne Hathaway ou Hilary Duff font rêver les petites françaises et, accessoirement, tourner le tiroir caisse…

L’oncle Picsou ne rate décidément pas une occasion de réduire les coûts pour gagner toujours plus !