Dossier » Parcs à Thème » Évènements Presse
Parcs à Thème » Évènements Presse

Toy Story Playland
Ou l'Univers de Toy Story dans un Parc Disney

L'article

rédigé par
Publié le 10 août 2010

Avec la sortie de Toy Story 3, les aventures de Woody et Buzz semblent s'achever. Mais que les fans se rassurent : il n'est question ici que de long métrage au cinéma. Les jouets issus de ce qu'on peut désormais appeler la trilogie Toy Story sont encore très sollicités. En effet, à l'instar des personnages les plus célèbres chez Disney, leur carrière se poursuit sous d'autres formes de divertissements, que ce soit la comédie musicale (Toy Story : The Musical, adaptation sur scène du premier film de la trilogie, créée pour la compagnie de croisière Disney Cruise Line) ou le spectacle sur glace (Disney On Ice), ainsi que dans les parcs à thèmes, avec pour la première fois la création d'un land qui leur est exclusivement consacré et qui ouvre officiellement ses portes le mardi 17 août 2010 : Toy Story Playland, au Walt Disney Studios.

Il faut remonter à la sortie du premier volet de la saga le 22 novembre 1995 pour voir l'univers de Toy Story passer de derrière l'écran à une réalité en trois dimensions. En effet, dès la sortie en salles du film de John Lasseter, le cinéma El Capitan Theatre à Hollywood propose à ses spectateurs une visite dans la Toy Story Funhouse où différentes activités sont proposées, comme apprendre le two-step avec Woody, ou se retrouver dans la peau d'un Soldat Vert en tentant un parcours du combattant affublé d'un bloc aux pieds, et bien sûr pouvoir être pris en photo avec les personnages. La funhouse est présente durant les fêtes de cette fin d'année 1995 avant de déménager temporairement au Tomorrowland de Disneyland accompagnée d'un show où les personnages chantent : Hamm's All-Doll Revue, jusqu'à l'été 1996.

En Floride, les personnages sont présents également dès la sortie du film en salles et défilent au parc Disney-MGM Studios dans une parade qui leur est dédiée.

Il faut attendre quelques semaines après la sortie française le 27 mars 1996 pour voir débarquer les jouets à Disneyland Paris. Peu de temps après, ces deux parcs accueillent un Pizza Planet, qui à l'image du film, mélange restauration et salle d'arcade.

La popularité de Woody, Buzz, et bientôt Jessie, est telle que les Imaginieurs n'hésitent pas à puiser leur inspiration dans la franchise et élaborent de nouvelles attractions.

Le 3 novembre 1998, la première mouture des attractions mettant en vedette Buzz l'Éclair ouvre au Magic Kingdom de Walt Disney World. Il s'agit de Buzz Lightyear's Space Ranger Spin. Durant le parcours où il s'agit de viser des cibles à l'aide d'un pistolet laser, on peut apercevoir l'Empereur Zurg, ennemi juré de Buzz, un an avant son apparition dans le deuxième volet de la saga. Celui-ci était simplement évoqué dans le premier film. L'attraction est dupliquée dans les quatre autres resorts du globe : d'abord en 2004 à Tokyo où elle remporte un franc succès, ensuite en 2005 à Anaheim puis à Hong Kong dès son inauguration, et enfin en 2006 à Marne-la-Vallée, pour remplacer Le Visionarium, ce qui fait perdre un peu de la singularité du Discoveryland de Disneyland Park, son unité. En voulant miser à tout prix sur la popularité d'un personnage et en voulant s'aligner sur les autres Tomorrowland, au détriment du thème initial (les anciens visionnaires du futur), les Imaginieurs ne retrouvent-ils pas leurs craintes initiales, à savoir éviter de refaire un Tomorrowland américian, où les attractions ont tendance à rapidement passer de mode ? Non pas que Buzz est un personnage qui puisse rapidement se démoder, il nous prouve plutôt le contraire actuellement, mais mis à part l'espace, les connexions entre Jules Verne et lui sont loin d'être évidentes. Ce qui distingue un parc Disney d’un autre parc réside justement dans l’unité de ses lands, la thématisation poussée, ici rompue avec l'ajout du ranger de l'espace aux côtés de Videopolis, Orbitron, Autopia, Space Mountain et le Nautilus.

Mais il est clair que Buzz attire beaucoup plus de visiteurs que le Visionarium ne le faisait dans ses derniers jours, et permet ainsi à Disneyland de se renouveler, et de faire revenir son public. Malgré un certain déséquilibre, n'est-ce pas l'essentiel après tout ?

Le 31 mai 2008, une nouvelle attraction 4-D interactive ouvre au parc Disney's Hollywood Studios de Walt Disney World : Toy Story Midway Mania. On peut encore une fois s'interroger sur la pertinence du choix du thème de cette nouvelle attraction pour une meilleure intégration avec le reste du parc. Sa jumelle trouve un emplacement plus approprié sous la montagne russe California Screamin' à Disney California Adventure.

L'univers de Toy Story prend petit à petit ses marques au sein des parcs Disney. Les personnages se retrouvent dans tous types de parades, des plus intimistes aux plus généralistes des royaumes magiques : la Disney Stars and Motor Cars Parade à Disney's Hollywood Studios (2001-2008), la Disney Cinema Parade au Parc Walt Disney Studios (2002-2008), la Block Party Bash à Disney California Adventure (2005-2008), Disney On Parade à Hong Kong depuis l'inauguration du parc en 2005, la Parade des Rêves Disney à Disneyland Park depuis 2007, où les personnages ont intégré le char Dreams of Friendship, la parade Jubilation! à Tokyo Disneyland depuis 2008, et même la nouvelle version japonaise de la parade électrique : Tokyo Disneyland Electrical Parade : DreamLights depuis 2001.

À Disney California Adventure, les jouets défilent actuellement sur la chanson The Toys Are Back In Town durant la Pixar Play Parade, et le soir des extraits des deux premiers volets de Toy Story sont projetés sur des écrans d'eau durant le show World of Color.

À Marne-la-Vallée, c'est également la consécration : 2010 est l'année de la Nouvelle Génération à Disneyland Paris, et Woody, Buzz ainsi que Jessie ont été choisis parmi les héros constitutifs de cette nouvelle génération Disney. Ainsi, on les voit intégrer L'Incroyable Rendez-Vous Disney, le nouveau spectacle sur Central Plaza, ainsi que Le Train Express des Stars Disney. Du coup, le visiteur venant passer un séjour sur le resort français risque peut-être de voir du Toy Story partout : à Discoveryland au Buzz Lightyear's Pizza Planet, mais aussi avec l'attraction Buzz Lightyear Laser Blast ; à Frontierland où le Critter Corral, ranch où on pouvait rendre visite aux animaux de la ferme et qui s'est transformé entre-temps en photolocation, est devenu Critter Corral - Woody's Roundup Village depuis 2007, lieu de rencontre de Woody et Jessie ; durant les deux parades actuellement programmées : la Parade des Rêves Disney et la Disney's Stars'n'Cars ; et enfin durant le spectacle sur le hub.

Si en 2010, on peut observer une omniprésence de la franchise Toy Story, celle-ci se manifeste essentiellement dans le parc Disneyland, et mis à part l’attraction sur Buzz, c’est la plupart du temps une rencontre avec les personnages pour une séance photo ou lors d’un show, mais pas vraiment une immersion totale dans l’univers des jouets.

C'est dans ce contexte que Toy Story Playland apparaît. Cette fois-ci, les Imaginieurs, dont le créatif exécutif et vice-président de Walt Disney Imagineering Tom Fitzgerald, proposent au visiteur de plonger dans l’ambiance des films en allant voir comment Andy a disposé ses jouets dans son jardin avant d’être interrompu et de quitter le terrain de jeux. Seulement, nous ne voyons pas le jardin à l’échelle d’Andy mais à celle d’un Soldat Vert. Le visiteur se retrouve en fait plongé au cœur du jardin, réduit à la taille d’un jouet. Pour être au plus proche de la saga, l’histoire est donc racontée du point de vue des jouets, ce qui est la plupart du temps le cas dans la trilogie.

Si on peut s’interroger à nouveau sur la pertinence du choix du Parc Walt Disney Studios pour l’implantation du land, finalement cette décision importe peu. Par l’abondance de végétation et de bambous mesurant de 4 à 12 mètres de hauteur qui entourent Toy Story Playland, on se retrouve isolé du reste du parc, on pourrait même croire à certains moments avoir quitté les studios. C’est dire si l’immersion est réussie. Bien sûr, celle-ci n’est pas totale puisqu’on est amené à se retrouver en altitude dans deux des trois attractions proposées, où on peut voir au-delà du jardin. Mais c’est le problème de toute attraction de plein air. Ce serait dommage de bouder son plaisir, tellement le soin apporté dans la conception de ce nouveau land est considérable.

« Comme au cinéma, nous nous appliquons à tout justifier du point de vue de l’histoire que nous racontons », explique Tom Fitzgerald. Andy a décidé de sortir ses soldats en plastique vert de leur seau et de les emmener dehors. La présence de ces derniers dans le jardin est à l’origine de la première des trois attractions présentes dans le land : Toy Story Mission Parachute (Toy Soldiers Parachute Drop). Profitant de l’absence d’Andy, les soldats prennent vie et s’organisent dans un camp d’entraînement nommé Fort Emery (nom inspiré de la ville où sont situés les studios Pixar, Emeryville en Californie). Pour guetter le retour du jeune garçon, une sentinelle a été dressée et le Baby Monitor Playskool est utilisé pour faciliter la communication et alerter tous les jouets afin de cesser toute activité en cas de retour imminent. Les soldats recrutent les visiteurs pour effectuer une simulation de saut en parachute, à 27 mètres de haut. Six parachutes pouvant accueillir chacun six personnes (soit un total de trente-six visiteurs par plongeon) sont mis à disposition. Avant de sauter dans les airs, ces derniers passeront la file d’attente recréant l’entrepôt de munitions, ainsi que la station de surveillance. L’utilisation du son est très importante pour plonger le visiteur dans l’ambiance d’une base d’entraînement militaire : ainsi on pourra entendre le survol des avions, les ordres du Sergent qui crie « Go ! Go ! Go ! » avant le saut…

Un autre personnage récurrent de la saga est présent dans le jardin : le chien au long ressort Zig Zag. Celui-ci, sorti de sa boîte restée à proximité, tourne en rond en essayant de rattraper sa queue. Sa course rapide permet de doter l’aire de jeux d’une deuxième attraction : Le Zig Zag Tour (Slinky Dog Zigzag Spin). Zig Zag devient pour l’occasion une chenille de fête foraine nouvelle génération. Avant d’embarquer dans l’une des 17 voitures situées entre les anneaux, le visiteur pourra apprécier l’intérieur de la boîte richement décorée en jeu de société, et servant de file d’attente. À la sortie de l’attraction, un autre personnage récurrent de la saga nous attend pour une séance photo : il s’agit de Rex le tyrannosaure.

La troisième attraction présente à Toy Story Playland est RC Racer – Vitesse Maximale, centrée sur la voiture téléguidée d’Andy. Vingt personnes pourront embarquer sur un half-pipe (circuit en forme de U). Tout l’environnement de l’attraction est thématisé sur les jeux de voitures : le half-pipe nous rappelle un circuit Hot Wheels, la file d’attente extérieure nous permet de circuler sur un circuit 24, tandis qu’à l’intérieur, des éléments de maquettes tapissent les murs, sans oublier le clin d’œil aux productions Pixar avec le passage à proximité de la station essence Dinoco.

Toy Story Playland vient s’ajouter aux attractions issues de la franchise Toy Story déjà présentes à Disneyland Paris. Mais il n’y a aucune redondance. En effet, Woody et Buzz n’en sont pas les vedettes. Ce dernier, du haut de ses 4 mètres, marque juste l’une des deux entrées de la nouvelle aire de jeux et permet aux visiteurs de la repérer de loin. Il est également là pour guetter le retour d’Andy. Les personnages centraux du land sont secondaires dans la saga, mais tout aussi importants et récurrents que le cowboy ou le ranger de l’espace, à savoir les Soldats Verts, Zig Zag, Rex et RC Racer. Tout le monde se réjouira de cette immersion dans le monde des jouets où rien n’est laissé au hasard, que ce soit la décoration avec les structures en forme de K’nex ou en Tinkertoys, les murs en dominos, les inscriptions sous formes de cubes ou en lettres de Scrabble, tout est thématisé dans ce monde de jouets qui nous est si familier, jusqu’aux poubelles, sans oublier la musique de Randy Newman présente en fond sonore, ainsi que les différents clins d’œil aux productions Pixar comme la présence du ballon de Luxo, Jr.

Les Imagineurs n’ont pas à rougir : Toy Story Playland est une vraie réussite.