Dossier » Films d'Animation » Articles
Films d'Animation » Articles

La CalArts

L'article

rédigé par
Publié le 10 avril 2012

Quelques artistes du studio comme Mary Blair, Ollie Johnson et Frank Thomas, Wolfgang Reitherman, ont une formation classique. Sortant du Chouinard Art Institute, ils s’en servent ainsi de base pour transmettre et partager leur savoir-faire auprès de leurs collègues et apprentis-collègues. L’animation, comme le cinéma, n'en est, en effet, déjà plus au seul stade expérimental : un enseignement solide s’avère de plus en plus nécessaire pour les futurs animateurs.
Or, si le Chouinard Institute constitue une école de choix, l'animation n'y est pourtant pas enseignée en tant que telle. Pire, l’établissement est en crise. Sa fondatrice, Nelbert Chouinard, est atteinte d'une maladie incurable tandis que ses comptes sont dans le rouge. Walt Disney, en personne, décide donc d’intervenir et obtient sa fusion en 1961 avec le Conservatoire de Musique de Los Angeles (dont la situation financière n’est pas plus brillante).
Assisté de son frère Roy O. Disney, ainsi que Lulu May Von Hagen, président du Conservatoire, le Maître va encore plus loin et crée le California Institute of the Arts, plus connu sous le nom de CalArts, avec pour but d'en faire un « CalTech » pour les domaines et formations artistiques, où différents arts pourraient être enseignés et s'enrichir les uns des autres.


Nelbert Chouinard

Le concept de base dans l'approche interdisciplinaire de la CalArts vient de Richard Wagner et de son idée de Gesamtkunstwerk (création totale). Rien de nouveau sous le soleil puisque Walt Disney l’applique déjà dans ses studios et souhaite justement l’insuffler à « son » école. Ce genre d'approche est particulièrement visible dans le travail effectué sur Fantasia, où des animateurs, danseurs, compositeurs et tous les artistes possibles et imaginables collaborèrent ensemble pour créer une œuvre à part.
Ainsi, sur le même modèle, Walt Disney Imageenering sera fondée en 1952, toujours sur la volonté du papa de Mickey qui souhaite alors, pour la création de Disneyland, regrouper les talents des artistes de ses studios avec ceux d'autres professionnels, tels des ingénieurs. Fort de la réussite de ce concept appliqué au cinéma, il est persuadé que le schéma peut fonctionner dans une configuration universitaire, où des étudiants de différentes disciplines exploreraient un large choix de directions artistiques.


La Cal Arts à ses débuts

L'école est présentée en 1964 à l'avant-première de Mary Poppins, à l'aide d'un court-métrage vantant les mérites du campus et présentant les valeurs que Disney souhaite donner à son Institut, ainsi que les futurs développements qu'il projette d'y ajouter (ambitions revues ensuite, à la baisse, au gré d'un changement de site en 1971).


Présentation du plan de développement... Mickey caché en prime !

Après la mort de Walt Disney en 1966, ses projets pour CalArts continuent grâce au support de sa famille ainsi que d'autres donateurs. De la sorte, en 1970, six domaines y sont enseignés : l'Art, l'Étude Critique, le Design, le Cinéma, le Théâtre et le duo Musique et Danse.
Robert J. Fitzpatrick en est le président pendant 12 ans à compter de 1975 (avant de prendre ses fonctions de PDG d'EuroDisney Resort !). Il fait suite à Robert W. Corrigan, ancien doyen de l'École des Beaux-Arts de New York, et Herbert Blau, sous-directeur. Leur approche du cursus de l'école est révolutionnaire : elle privilégie le travail artistique, individuel, unique, plutôt qu'un parcours d’enseignement rigide ; et cherche à créer une synergie entre les différents arts présents dans l'école. Ensemble, les deux hommes réunissent bien vite une équipe composée à l'époque des artistes les plus innovants, parmi les chorégraphes, poètes, réalisateurs, pionniers de l'animation (Jules Engel, en l'occurrence) et même joueur de sitar ; leur particularité étant de tous posséder une approche peu orthodoxe de leur art. En 1969, CalArts accepte enfin ses premiers étudiants. Et deux ans plus tard, en 1971, un nouveau campus voit le jour. Pour l'anecdote, c'est cette même année que deux membres de la Faculté, Judy Chicago et Miriam Schapiro, établissent un programme d'Art féministe, le tout premier du genre dans l'éducation supérieure en Amérique !
Les programmes ont par la suite été enrichis ou précisés avec les départements Écriture et Animation. Ce dernier département ouvre ses classes en 1972, initié par Jules Enger (qui est en 2001 nommé Fellow Institute, un immense honneur dont ne jouissent que deux autres personnes - Alexander Mackendrick et Mel Powell). Les premiers diplômés de CalArts sortent en 1976 !


Jules Engel

Ayant fait son propre apprentissage au Chouinard Institute, Elmer Plummer, un aquarelliste de renom et ami de Walt (qui travaille notamment sur Fantasia, Dumbo ou encore Les Trois Caballeros), est le tout premier professeur de la section Animation, dans la fameuse salle A-113, où il transmet son savoir à des élèves portant les noms de John Musker, Brad Bird, Andrew Stanton, ou encore John Lasseter !


La première promo de la fameuse classe A 113

L'apprentissage au sein de l'école s'inspire alors de celui de la Renaissance où apprentis et maîtres vivent une passation de savoir. Ce sont des professionnels qui viennent ainsi enseigner aux élèves. L'école est un endroit où chacun s'épanouit dans son don et où les artistes apprennent les uns des autres. Chacun pousse son art à son maximum sans que personne ne se sente bridé dans un carcan. Elle encourage tout le monde à se forger son esprit, sa pensée, son indépendance et à tirer le meilleur de ses capacités et particularités.
Les exercices d'animations consistent ainsi en un enseignement classique de l'art, agrémentée d'études de modèles vivants (humains ou animaux), d'anatomie, d'exercices d'animation (l'un des premiers demandé est par exemple de donner vie à un simple sac de pommes de terre ! ). Les animateurs apprennent de la sorte à observer le mouvement, le comprendre, et l'interpréter ; une capacité qui leur vaut, à juste titre, le surnom d' « acteurs au crayon » !


Etude de modèles vivants

En 1979, CalArts reçoit le National Endowment for the Arts Challenge Grant, une première pour une école d'art.
Par la suite, elle continue de se développer et de soutenir différentes actions, avec le support de la famille Disney ; la plus notable étant la création d'un espace de performance et d'une galerie d'exposition nommée le Roy and Ella Disney/Calarts Theater en 1997. Elle se fait à l'initiative de Roy E. Disney et de sa femme Patty qui donne au théâtre le non de REDCAT en hommage aux parents de Roy. Elle s’enrichit également de nouvelles matières comme en 1998 où le département Marionnettes est créé.

Comme la Chouinard avant elle, la CalArts est une usine à produire des talents qui seront tous, ensuite, étroitement liés aux Studios Disney : parmi eux se retrouvent Brad Bird, Tim Burton, John Lasseter, Glen Keane, Gary Truesdale, Kirk Wise, et Chris Sanders pour ne citer que les plus connus.

La CalArts est à ce jour reconnue comme l'école référence mondiale en matière d'animation !