Dossier » Parcs à Thème » Articles
Parcs à Thème » Articles

Les Personnages Nés des Parcs à Thème Disney
Passion et Polémique

L'article

rédigé par
Publié le 21 août 2013

La dénomination de personnage Disney se réfère, dans l'inconscient collectif des fans, aux personnages issus des longs et courts métrages des studios Disney, comme une définition universelle tacitement reconnue. Ainsi, cette galaxie compte un nombre incalculable de personnages humains, animaliers ou anthropomorphiques dont Mickey Mouse et ses amis, princes et princesses sont les icônes unanimes. Pourtant, il existe une autre catégorie de personnage Disney, qui suscite parfois la polémique ou déchaîne les passions : il s'agit des personnages nés des Parcs à thème, sans origine cinématographique aucune. Ces personnages trouvent leur origine dans un des Parcs Disney du monde, en lien avec une attraction ou issus d'une stratégie marketing implicite. Quelles sont la portée et la légitimité de ces personnages Disney d'un autre genre ? D'ailleurs, méritent-ils la prestigieuse étiquette de personnages Disney ?

La majeure partie de ces personnages nés dans les Parcs sont directement liés à une attraction dont ils sont la représentation emblématique. Un des exemples les plus illustres n'est autre que Figment, héros de l'attraction Journey Into Imagination à Epcot. Il se présente comme un petit dragon mauve aux ailes oranges, arborant deux cornes au sommet de sa tête, et se distingue par son caractère enjoué et facétieux.

Dans la version originelle de l'attraction, Figment a été créé par Dreamfinder pour symboliser ce « figment of imagination » et démontrer les infinis pouvoirs de l'imagination humaine. Présents dans les versions successives de l'attraction d'Epcot, Figment a été imaginé par Tony Baxter, l'un des Imaginieurs Disney les plus célèbres, qui a notamment joué un rôle prééminent dans la création de Disneyland Paris comme directeur artistique.

Le pavillon qui abrite l'attraction Journey Into Imagination fut l'un des derniers à voir le jour parmi les pavillons originaux d'Epcot, le 5 mars 1983, alors que le Parc avait ouvert ses portes le 1er octobre 1982. Il lui fallait une mascotte : les Imagineers se sont inspirés du projet avorté Discovery Bay qui concernait le Parc californien Disneyland, plus précisément d'une attraction intitulée Professor Marvel's House of Illusions qui présentait un excentrique savant éleveur de dragons - ancêtres du Dreamfinder et de Figment ; quant à son coloris violet, il a été fortement préconisé par Kodak, qui sponsorisait l'attraction et récusait l'usage du vert, couleur d'une marque directement concurrente. C'est ainsi que Figment revêtit l'allure qu'il a aujourd'hui et devint la mascotte de l'attraction, au détriment du Dreamfinder qui est d'ailleurs absent de la version actuelle. Le petit dragon est au cœur d'une chanson composée par les illustres Sherman Brothers, One Little Spark, mélodie emblématique de l'attraction. Figment est par ailleurs décliné sur toute une gamme de merchandising : pins, Vinylmations, T-shirts...

Sa popularité est immense outre-Atlantique, au point que Figment fut au cœur d'un mouvement de contestation inédit : l'attraction connut en effet trois versions successives (1983, 1999 puis 2002), avec dans la seconde un passage de Figment au second plan au profit du Dr Nigel Channing, professeur qui reprend le rôle de guide ; cette marginalisation de Figment, personnage iconique de Future World et au-delà d'Epcot, provoqua une vive opposition populaire, également parmi les actionnaires qui prirent à parti Michael Eisner ; l'attraction fut donc à nouveau modifiée pour rouvrir en 2002, avec une présence restaurée du dragon tant adulé, dont la voix si particulière est à attribuer à Dave Goelz. Outre son rôle de personnage iconique de Parc à thème, le petit dragon fut également utilisé dans toute une série de films pédagogiques produits par Epcot. Figment est donc un personnage extrêmement populaire, connu et reconnu par les fans du resort floridien comme par les passionnés de par le monde.

Moins connu hormis par certains fans plus âgés et par les puristes, Orange Bird est pourtant un digne représentant de ces personnages à rattacher strictement aux Parcs Disney. Sa naissance en 1970 est le fruit d'un accord entre Disney et la Florida Citrus Commission. Cette dernière était entrée en négociation avec Disney pour sponsoriser une attraction au Magic Kingdom, en échange de quoi Disney créerait une mascotte que la société agricole pourrait utiliser dans toutes ses campagnes de communication. Ainsi en 1971, la Florida Citrus Company investit une somme colossale pour l'élaboration d'une attraction intitulée The Tropical Serenade à Adventureland (héritière de The Enchanted Tiki Room) prenant pour mascotte Orange Bird, créé en octobre 1969. Imaginé par C. Robert Moore, Orange Bird a comme son nom l'indique les traits d'un oiseau et d'une orange, et devient l'icône de The Tropical Serenade, tout comme du point de vente de rafraîchissement The Sunshine Tree Terrace qui jouxte l'attraction.

Sa popularité donna lieu à la création d'un merchandising varié, à la sortie d'un disque à son effigie en 1971 (interprété par Anita Bryant) et à l'intronisation d'Orange Bird comme Personnage à part entière, venant prendre la pose avec les visiteurs. Tout comme Figment, Orange Bird fut aussi le héros de campagnes pédagogiques ici à visée nutritionnelle, notamment dans le court-métrage de Disney Educational Productions, Foods and Fun : A Nutrition Adventure (1980). Pourtant l'accord entre la FCC et Disney prit fin en 1986, et sonna le glas pour Orange Bird qui disparut progressivement, dans la lignée du remplacement de The Tropical Serenade par la version californienne de The Enchanted Tiki Room. Mais Orange Bird demeura adulé par certains fans et un véritable culte fut voué à ses produits dérivés. Cet oiseau atypique connut une renaissance à Tokyo Disneyland en 2004, puis à Walt Disney World quelques années plus tard lors de la célébration des 40 ans du resort, avec le lancement d'une nouvelle ligne merchandising qui eut un succès retentissant, orchestré notamment par le club D23 et l'Imagineer Jason Grandt. Outre les produits dérivés, Orange Bird a retrouvé sa place originelle derrière le comptoir de The Sunshine Tree Terrace qui vend des rafraîchissements à son effigie.

D'autres exemples de personnages-mascottes d'attractions sont également considérés comme des icônes disneyennes tant ils sont le symbole d'une créativité illimitée et jouissent d’une aura considérable.

Big Al, l'ours pataud et attachant, en est un parfait exemple. Issu de l'attraction Country Bear Jamboree au Magic Kingdom, c'est un ours parlant, aux talents musicaux contestables, mais au caractère attachant incontesté. La sortie d'un livre autour du personnage a coïncidé avec l'ouverture de l'attraction en 1971, Big Albert Moves In. Sa popularité est telle qu'il est devenu un personnage de Parc qui va à la rencontre des Guests, accompagné des ses acolytes Wendell, Shaker et Liver Lips. Un film inspiré par l'attraction sort en 2002, Les Country Bears, dans lequel Big Al tient une place de choix.

Personnage d'allure moins sympathique, auréolé de mystère, Madame Leota des attractions The Haunted Mansion / Phantom Manor (Disneyland Paris) fait également partie de cette famille des personnages nés dans les Parcs : elle apparaît au cœur d'une boule de cristal, invoquant les esprits et autres créatures fantomatiques. De même que Big Al, elle apparaît dans un film basé sur l'attraction, Le Manoir Hanté et les 999 Fantômes (2003). Autres personnages de cette attraction reconnus et adulés par les fans : les fameux Hitchhiking Ghosts, ces fantômes qui font du stop à la fin du ride de The Haunted Mansion. Créé par Marc Davis et Blaine Gibson, ce trio composé de Gus, Ezra et Phineas s'inscrit à part entière dans la galaxie des personnages des Parcs, au point d'être présents comme Personnages lors d'évènements spéciaux à l’exemple notamment de la célébration du 40e anniversaire de l'attraction.

La liste de ces personnages nés des attractions Disney et devenus aussi populaires que les personnages Disney issus du cinéma pourrait être étirée à l'infini, avec ces Audio-Animatronic que sont les oiseaux chantants Pierre, José et Fritz (The Enchanted Tiki Room), le robot pilote néophyte Rex (Star Tours), l'extraordinaire mélomane et musicien Sonny Eclipse (icône extraterrestre du restaurant Cosmic Ray's Starlight Cafe au Magic Kingdom), ou encore Push, la poubelle parlante qui va à la rencontre des visiteurs du Magic Kingdom à Walt Disney World Resort et qui est apparu plus récemment au Parc Walt Disney Studios. Il pourrait être cité également ces mascottes que sont Ice Gator et Lagoona Gator, deux alligators qui représentent respectivement les Parcs Disney's Blizzard Beach et Disney's Typhoon Lagoon. Ice Gator est intimement lié à l'histoire du Parc Disney's Blizzard Beach, indissociable de son identité visuelle et très apprécié par les visiteurs au point d'avoir été présent sur le Parc en tant que Personnage ; son succès phénoménal a donné lieu à la naissance de son acolyte, Lagoona Gator, mascotte du Parc Disney's Typhoon Lagoon, créée a posteriori en 2004, bien après l'ouverture du Parc en 1989. Ce duo colorés n’apparait plus comme Personnages sur le Resort, mais demeurent des emblèmes à part entière de ces deux Parcs aquatiques, déclinés sur une vaste gamme de merchandising.

A côté de ces personnages intimement liés à l'histoire des Parcs à thème, car emblématiques d'attractions-phares, apparaît une autre catégorie qui elle suscite la polémique : ce sont les personnages qui ne sont pas issus d'une attraction mais qui ont été créés de toutes pièces, en lien avec une stratégie marketing implicite. L'incarnation de cette catégorie se trouve dans tous les Parcs Disney et prend la forme d'un ourson répondant au nom de Duffy. La naissance de Duffy remonte à l'année 2002, où apparut ce qu'il convient de considérer comme sa première ébauche, le Disney Bear. L'ours Disney avait en effet les mêmes caractéristiques que Duffy : un ourson au pelage beige doré, avec un visage sur lequel se dessine la forme d'une tête de Mickey, et arborant d'autres Mickey cachés sur les coussinets des pattes postérieures ainsi qu'en bas de son dos.

 

Le concept du Disney Bear reposait sur une stratégie marketing évidente : il a été créé en 2002 dans le seul et unique but de promouvoir l'ouverture de la boutique Once Upon A Toy, à Downtown Disney Marketplace, à Walt Disney World Resort. L'histoire du Disney Bear était simple et accompagnait chaque ourson sous la forme d'un micro-livret illustré : l'ours en peluche de Mickey avait été transformé en compagnon vivant par la magie de la poussière de fée lancée par Clochette, faisant de cet ours un personnage unique et attachant, nouvel ami de Mickey. Cet ourson était décliné en plusieurs coloris, du beige au gris en passant par le rose, mais ne connut qu'un succès timide aux États-Unis et en Europe, au point de disparaître progressivement des rayons des boutiques des Parcs. L'histoire fut toute autre au Japon, où il fut lancé la même année : son succès fut au contraire retentissant, au point que l'Oriental Land Company en fit un personnage à part entière, lui associant une histoire nettement moins simpliste et lui donnant un nom, Duffy - de l'anglais « duffle bag », sac de toile dans lequel Minnie avait glissé l'ourson en cadeau pour Mickey. En effet, Duffy devint le héros d'un livre illustré, présenté comme un ours initialement conçu par Minnie pour accompagner Mickey lors de ses périples en mer, qui se transforma par magie en un compagnon en chair et en os, un ami inséparable.

Cette histoire avait toutes les composantes des histoires disneyennes : magie, pouvoir de l'amour et de l'amitié, voyages lointains... Au fil des ans, Duffy, « The Bear of Happiness & Luck », devint un personnage emblématique de Tokyo Disney Resort : il fut au cœur des festivités du 25ème anniversaire - date de son intronisation et devint la mascotte de Tokyo DisneySea, avec un land attitré, American Waterfront, de multiples shows dont un spectacle dédié dès mars 2010 (My Friend Duffy), des évènements saisonniers qui lui sont consacrés (Spring Voyage  chaque printemps, Sweet Duffy pour la Saint-Valentin, etc...), une quantité phénoménale de produits dérivés.

Cette Duffy Mania japonaise eut pour conséquence une restauration du personnage outre-atlantique, puisque Duffy fit son retour dans les resorts américains en octobre 2010, et une arrivée sur le sol européen, avec l'intronisation de Duffy à Disneyland Paris pour la saison de Noël 2011. L'association de Duffy au thème du voyage en fait également un personnage clé des croisières Disney, avec une présence de l'ourson sur le Disney Wonder.

L'engouement essentiellement japonais pour Duffy a donné lieu à l'émergence de son double féminin, Shellie May, qui apparaît à ses côtés au sein du resort japonais depuis le 22 janvier 2010 : il s'agit là encore d'un cadeau de Minnie, destiné à tenir compagnie à Duffy. Duffy et Shellie May sont considérés au Japon comme des personnages à part entière, littéralement adulés par les fans.

Dans la lignée du couple Duffy & Shellie May, Mocha & Pudding, duo d'oursons de la collection UniBearsity, ont fait leur apparition au Japon en 2012, avec une backstory les liant à Mickey & Minnie via le professeur Donald Dingue (Ludwig von Drake), à l'initiative de la création de ces ours.

Duffy est donc un personnage hors catégorie, atypique, puisqu'il n'est lié à aucun dessin animé ni à aucune attraction des Parcs ; il est un pur produit de la division Disney Parks, ce qui divise les fans du monde entier. Certains voient en lui un ourson attachant en dépit de son absence de parenté à un long-métrage ou à une attraction, insistant sur son étiquette disneyenne de par ses caractéristiques et l'histoire le liant à Mickey & Minnie ; d'autres au contraire fustigent le caractère artificiel de ce lien, apparu qui plus est a posteriori, comme une justification fausse et artificielle servant à masquer un but purement mercantile.

Ainsi, le concept même de personnage Disney est vaste et propice aux discussions les plus enflammées. Objectivement, il semble pertinent d'associer cette dénomination à toutes les catégories de personnages citées précédemment, bien que ceux-ci ne soient pas issus d'un dessin animé. En effet, ils sont le produit créatif de The Walt Disney Company, membres à part entière de cette généalogie immense, de cette galaxie infinie de personnages imaginaires qui composent le patrimoine Disney universel. Ils suscitent tous, à des degrés différents, l'attachement des fans à travers le monde. Ces personnages, qu'ils soient les mascottes d'une attraction ou les créations ex nihilo d'une division de la Disney Parks, sont donc au sens propre des « personnages Disney » légitimes, s'inscrivant dans la lignée disneyenne dont ils incarnent les valeurs : créativité, singularité, imagination, magie. Libre à chacun ensuite d'établir sa hiérarchie entre les personnages de cette fresque disneyenne, qui suffit à prouver en elle-même que la création Disney au sens large du terme est infinie.