Dossier » Télévision » Éditos
Télévision » Éditos

Disney CINEMA : Promesse Non Tenue !

L'article

Publié le 26 juin 2015

Le 8 mai dernier, Disney Cinemagic ferme son antenne pour laisser sa place à Disney CINEMA ! Le communiqué de presse présentant cette nouvelle version annonce alors une toute nouvelle ambition pour la chaine « Cinéma » du bouquet de Disney Télévision. Elle complète ainsi une offre qui se veut équilibrée et complémentaire. Elle se place donc à côté de ses consœurs de l'univers « Jeunesse » : le navire amiral Disney Channel assisté de sa flottille Disney XD (qui tente tant bien que mal de faire aussi bien que Jetix mais dont les audiences n'ont jamais vraiment décollé) et Disney Junior (ex-PlayHouse Disney qui a su s'imposer comme la chaine à destination des tout-petits, leader en France). Il faut enfin également citer Disneynature | tv même si elle ne joue pourtant pas dans la même cour en sa qualité de simple service VOD. Son audience, sa structure de programme et sa distribution (elle n'est distribuée que par Orange et SFR ) sont notamment sans aucune mesure avec la référence du marché, National Geographic Channel.

Disney CINEMA a donc la lourde tâche de faire oublier la moribonde Disney Cinemagic qui n'est jamais parvenue à faire son trou dans l'univers « Cinéma » de la télévision payante en France. Son audience était, il est vrai, faiblarde et il fallait comptabiliser les parts de marché de son canal de rattrapage +1 pour la voir sortir des limbes du classement des chaines cinéma du PAF, le Paysage Audiovisuel Français. C'est simple : Disney Cinemagic était peu ou prou battue par toutes les consœurs de son univers de prédilection : les chaines du bouquet Ciné + cela va sans dire mais aussi celles d'OCS, d'ABsat (pourtant robinets à nanars) et, affront autant suprême que symbolique, les déclinaisons des majors américaines : les bien nommées TCM Cinéma et Paramount Channel ! C'est dire l'ampleur du désastre.
Chronique Disney a déjà eu l'occasion d'exprimer son désarroi sur le triste bilan éditorial de Disney Cinemagic : inutile donc de ressasser le passé. L'avenir se construit désormais avec Disney CINEMA, une chaine qui se veut premium et reflet du cinéma familial de The Walt Disney Company. Il faut entendre par là que contrairement à Disney Cinemagic, Disney CINEMA s'ouvre et assume la diffusion de films venus des différents labels de la compagnie de Mickey, dès lors qu'ils sont à vocation familiale. La grille comporte ainsi des Disney, des Pixar, des DisneyToon Studios mais aussi des Touchstone Pictures, Disneynature et des Lucasfilm (Aucun Marvel n'y est en revanche annoncé).

Pour bien ancrer cette nouvelle ambition, Disney CINEMA a misé sur une identité visuelle résolument adulte et plutôt précieuse. Oublié l'habillage enfantin animé et les jingles sonores cartoonesques de Disney Cinemagic. Disney CINEMA donne, elle, dans la retenue et les génériques Live. Son logo cinq étoiles annonce la couleur : c'est une chaine qui se veut « haut de gamme » ! Elle opte par ailleurs pour une ambiance zen où la symbolique de l'eau est omniprésente. Une étendue calme, un lever de soleil et voilà un travelling qui annonce une naissance : un bloc de cristal, puis un autre, puis encore un autre, puis encore une autre... sortent de l'eau et s'élancent dans les airs. Nombreux hésitent, montent puis descendent. Tous prennent finalement leur place et forment alors la silhouette d'un château iconique. Disney est là et bien là. Il semble même qu'il s'agisse ici d'une représentation du Château de la Belle au Bois Dormant de Disneyland Paris dont l'organisation des tours est différente de celle du Château de Cendrillon repris lui historiquement par le label Cinéma de The Walt Disney Company. Tours figées, les cristaux deviennent ainsi des supports translucides accueillant les protagonistes des programmes à venir. Tout est fluide, calme et classe. La voix masculine de Didier Gircourt, déjà en charge de l'identité sonore de Disney Cinemagic, se veut ici toute en retenue. L'identité de Disney CINEMA en dit donc déjà long sur ses ambitions : du grand cinéma dans une ambiance respectueuse.

La qualité de l'habillage de Disney CINEMA est clairement une réussite à mettre au crédit de la relance de l'offre Cinéma de Disney Télévision France. Mais l'écrin ne suffit pas. Faut-il encore que la ligne éditoriale soit à la hauteur affichée ! Et là, la déconvenue n'est pas loin. Disney Cinemagic était une antenne sans ligne éditoriale claire, mi chaine « Cinéma », mi chaine « Jeunesse » devenue quelques mois après sa naissance un simple robinet à rediffuser en boucle les mêmes films et les mêmes séries animées, souvent bloquées sur leur seule saison 1. Comme un bateau ivre qui tourne en rond, sans capitaine.
Disney CINEMA, elle, ambitionne enfin de tenir son rang : celui d'une chaine de l'univers « Cinéma », vitrine des œuvres familiales des différents labels de The Walt Disney Company, en animation comme en live : Disney, Pixar, DisneyToon Studios, Touchstone Pictures, Lucasfilm et ABC Family. En cela, elle n'invente pas son format. Elle reprend à son compte une ligne déjà suivie par TCM Cinéma et plus récemment par Paramount Channel, à la nuance près qu'elle expurge de son catalogue les films « violents » si tant est qu'il en existe vraiment chez The Walt Disney Company. L'avenir dira par exemple si Disney CINEMA accueillera sur son antenne les films à connotation plus adulte du label Hollywood Pictures comme Arachnophobie ou Sixième Sens.

Mais voilà, si Disney CINEMA copie une recette qui a fait ses preuves, elle en reste, elle, au niveau de l'intention ! Après deux mois d'existence, la chaine est retombée dans les mêmes travers que son ainée. Elle n'est qu'un robinet à films sans aucune démarche éditoriale, ou plus exactement dans une démarche éditoriale sans exigence. Sa grille est construite avec le catalogue de films dont elle a les droits de diffusion immédiate sans chercher à acquérir ceux qui permettraient de donner de la cohérence à sa démarche. Un exemple parmi d'autres : la chaine fait un cycle Toy Story ! S'il existe bien une saga iconique avec laquelle organiser une programmation riche et enthousiasmante sur une chaine Disney, c'est bien elle. Mais voilà... Visiblement, son périmètre n'est pas suffisamment connu par le programmateur qui pousse l'incongruité au point de proposer, dans son cycle, Toy Story 1 et Toy Story 2 mais pas Toy Story 3 ! Idem pour les moyens-métrages qu'elle propose partiellement ! Et que dire du traitement par Disney CINEMA du patrimoine cinématographique annoncé dans le communiqué de presse de lancement si ce n'est que cela relevait du vœu pieu ? Un erratum quelques jours après a ainsi tout bonnement effacé des grilles de programme les films patrimoniaux, à l'exemple du (Le) Dragon Récalcitrant ou Baby... Le Secret de la Légende Oubliée passés à la trappe sans aucune autre forme de procès.
L'absence de traitement du catalogue patrimonial de Disney sur sa chaine « Cinéma » frise l'hérésie ! C'est d'autant plus consternant comme situation qu'aux USA (territoire où Disney CINEMA n'existe pas), sa concurrente TCM ne s'est pas fait prier pour accueillir dans sa grille une case patrimoine Disney !
Disney CINEMA a donc toute la légitimité et toute la matière (la plupart des films sont doublés, et existent parfois même en HD !) pour proposer sur son antenne les films du patrimoine Disney ! Son obstination à s'y refuser est au mieux un signe d'incompétence absolue ; au pire, un affront délibéré à l'histoire cinématographique des labels de sa maison mère...

Agée de moins de deux mois, Disney CINEMA ronronne déjà et il y a peu d'espoir de la voir se réveiller pour sa grille estivale. Elle propose en boucle les mêmes films et n'a déjà plus qu'un semblant d'écriture éditoriale. Elle n'est, ni plus ni moins, qu'une Disney Cinemagic expurgée des séries animées et autres téléfilms patrimoniaux The Wonderful World of Disney.
Est-ce un simple retard à l'allumage ou un véritable et énième gâchis appelé à perdurer : la grille de rentrée permettra de trancher...