The Fourth Anniversary Show
L'écran titre
Titre original :
The Fourth Anniversary Show
Production :
Walt Disney Television
Date de sortie USA :
Le 11 septembre 1957
Genre :
Promotionnel
Réalisation :
Sidney Miller
Durée :
51 minutes

Le synopsis

Walt Disney fête le quatrième anniversaire de son émission de télévision. Il narre, tout d'abord, sa rencontre avec Serge Prokofiev, le compositeur de Pierre et le Loup pour, ensuite, rejoindre les mouseketeers du Mickey Mouse Club et présenter, avec eux, ses futures séries télé comme Zorro ou The Saga of Andy Burnett. Enfin, les enfants arrivent à le convaincre de les embaucher dans son prochain film en préparation, The Rainbow Road to Oz.

La critique

rédigée par
★★★★

The Fourth Anniversary Show est un épisode diffusé dans le cadre de l'émission de la chaîne américaine ABC, Disneyland.

L'épisode The Fourth Anniversary Show est, à plus d'un titre, une véritable pépite. Sa première partie révèle, en effet, le processus qui conduit Walt Disney à se passionner pour une idée. Elle permet également d'envisager son rapport à la musique et sa méthode d'imagination des visuels et images. La séquence où le Maître travaille avec ses collaborateurs vaut ainsi son pesant d'or d’autant plus qu'ici, il s'amuse à jouer son propre rôle pour mieux reconstituer le contexte. Il narre, de la sorte, sa rencontre avec Serge Prokofiev, le compositeur de Pierre et le Loup. Comme Clair de Lune, Pierre et le Loup est à l’origine prévu pour faire partie d’une suite de Fantasia. Sergei Prokofiev visite, en fait, simplement, les studios Disney le 28 février 1938 au cours de la production de Pinocchio et de Fantasia. Il présente alors à Walt Disney sa composition espérant ainsi qu'il la reprenne et l’adapte en animation. Le compositeur avoue d’ailleurs qu'il s'est inspiré de l'œuvre du Maître de l'Animation pour écrire sa partition. Le papa de Mickey accepte mais y apporte néanmoins quelques modifications. Tout d’abord, les personnages sont la plupart du temps nommés à l'exemple des animaux (Sasha l’oiseau, Sonia la canne et Ivan le chat) ou des chasseurs (Misha, Yasha et Vladimir). Autre changement de taille par rapport à l'histoire originelle, Pierre et ses amis connaissent déjà l’existence du loup et vont de plein gré le chasser. Enfin, la conclusion est remaniée dans une happy-end toute disneyenne puisque Sonia n'est finalement pas mangée ! L'échec commercial de Fantasia change la destination de Pierre et le Loup : le court-métrage se voit, en effet, inséré, non pas dans sa suite mais dans un autre long-métrage autonome, La Boite à Musique. En outre, au lieu d'être intégralement musical, il est remonté avec l'ajout d'une narration livrée par Sterling Holloway.

La deuxième partie de l'épisode est, elle, plus festive et promotionnelle. Elle présente le programme pour la nouvelle année de l'émission et d'autres productions télévisées. C'est l’une des rares fois où elle accueille les mouseketeers de l’autre émission emblématique du label Disney, le Mickey Mouse Club. En dehors de Bobby, Karen, Annette et des autres jeunes gens, le public retrouve également Tim Considine du serial The Adventures of Spin & Marty, Tommy Kirk du serial The Hardy Boys et même le tout aussi célèbre Moochie.

En début de séquence, les enfants-show men proposent un petit spectacle musical destiné à revenir sur les trois années de l'émission d'anthologie, Disneyland, et ses épisodes vedettes. Ensuite, Fess Parker, l'acteur de Davy Crockett chante le générique de la prochaine minisérie Disney, The Saga of Andy Burnett avant que Jerome Courtland, qui joue Andy Burnett, n'entonne, lui, la ballade qu'il interprète dans un épisode. Guy Williams, l'éternel justicier de Zorro fait également une apparition en vengeur masqué tout comme Mickey qui lui emboite le pas !

Pourtant, le véritable joyau de The Fourth Anniversary Show est ailleurs. Il se trouve, en effet, dans la présentation d'une de ses futures productions cinématographiques de Disney : The Rainbow Road of Oz adaptée de l'œuvre L. Frank Baum, le fameux auteur américain du (Le) Magicien d'Oz.

Lyman Frank Baum, né à Chittenago dans l’état de New-York en 1856, n’est autre que le fils d'un riche magnat du pétrole. Intéressé par le théâtre dès la fin de son adolescence, il a la chance de se voir confier par son père la direction d’un certain nombre de théâtres et d'opéras à New York et en Pennsylvanie, sur une période s’étalant de 1866 à 1880. Il se marie à Maud Cage en 1882, une jeune femme dont la mère se trouve être l’une des principales figures du mouvement des droits de la femme aux USA. En 1891, après un revers de fortune (il a, en réalité, dilapidé celle de son père !) le couple déménage vers Chicago où Lyman Frank Baum prend un travail de journaliste au "Evening Post" tout en étant par ailleurs représentant de commerce pour une compagnie de porcelaine. Il imagine ainsi des personnages et des situations au cours de ses voyages pour l'aider à raconter des histoires à ses enfants, une fois rentré chez lui. Il s’associe en 1897 avec l'illustrateur Maxfield Parrish pour éditer ses premiers livres pour enfants comme Mother Goose in Prose dont le modeste succès lui permet pourtant d’arrêter son travail de VRP, néfaste pour sa santé. Deux ans plus tard, il s’adjoint les services de l'illustrateur William Wallace Denslow pour signer Father Goose, His Book qui devient, en deux temps trois mouvements, le meilleur livre pour enfants de l'année. En 1900, l’équipe de Baum-Denslow édite un autre best-seller The Wonderful Wizard of Oz (Le Magicien d'Oz) confirmant ainsi leurs réputations d’auteurs de tout premier plan. En 1902 l’équipe s’étoffe avec le renfort de Paul Tietjens et Julien Mitchell pour produire la version comédie-musicale adulte du (Le) Magicien d’Oz dont le succès dépasse toutes les espérances : le spectacle est ainsi donné dans tout le pays et reste à l’affiche de Broadway de 1902 à 1911 ! Parallèlement, Lyman Frank Baum continue d’écrire des livres pour enfants et commence la série d'Oz par sa première suite en 1904 avec The Marvelous Land of Oz. Il s’installe avec sa famille à Hollywood en 1910 et crée en 1914, avec plusieurs associés d'affaires, le studio de cinéma Oz Film Manufacturing Company situé aux côtés de ceux d’Universal. Ils sortent alors un certain nombre de films basés sur les livres d'Oz, que le public boude les considérant trop enfantins ; un marché qui n’existe pas à l’époque : le cinéma étant un divertissement exclusivement à destination du public adulte ! Universal absorbe finalement Oz Film Manufacturing Company, plombé par ses échecs commerciaux...
A partir de 1915 et avec une santé de plus en plus fragile, Lyman Frank Baum se retire plus ou moins même s’il continue à écrire des livres pour enfants incluant une histoire d'Oz tous les ans. Il meurt le 5 mai 1919.

Le pays d'Oz est donc un pays imaginaire, inventé, en 1900, par Lyman Frank Baum, pour être le lieu d'action de son roman Le Magicien d'Oz. Il servira au final de cadre de quatorze romans pour enfants, The Wonderful Wizard of Oz (1900), The Marvelous Land of Oz (1904), Ozma of Oz (1907), Dorothy and the Wizard in Oz (1908), The Road to Oz (1909), The Emerald City of Oz (1910), The Patchwork Girl of Oz (1913), Tik-Tok of Oz (1914), The Scarecrow of Oz (1915), Rinkitink in Oz (1916), The Lost Princess of Oz (1917), The Tin Woodman of Oz (1918), The Magic of Oz (1919) et Glinda of Oz (1920 - Posthume) ; et de six livres courts publiés en recueil dans Little Wizard Stories of Oz (1913) pour les très jeunes lecteurs. Très populaires dans le monde anglo-saxon, seuls les trois premiers romans seront traduits en France sous les titres de (Le) Magicien d'Oz, Le Merveilleux Pays d'Oz et Ozma, la Princesse d'Oz.

Au milieu des années 30, Walt Disney cherche une histoire pour signer son deuxième long-métrage d'animation après Blanche Neige et les Sept Nains. Avec son frère Roy, il pense tout de suite au premier roman de la série Oz, Le Magicien d'Oz. Malheureusement, la famille Baum en vend les droits à Samuel Goldwyn, leur rival de la MGM, pour la somme modique de 40 000 $. Le Magicien d'Oz devient de la sorte un film musical américain de Victor Fleming et sort sur les écrans en 1939. Fortement ancré dans la culture populaire américaine, au même titre qu'Autant en Emporte le Vent, il est l’un des films les plus vus dans le monde et fait de Judy Garland une star internationale. Nombreuses de ses chansons comme Over the Rainbow ou Follow the Yellow Brick Road deviennent parallèlement des standards et autres hymnes populaires. Le film est depuis considéré comme une référence culturelle, surtout sur le continent nord-américain. Ses reprises ou les citations ne se comptent plus, que cela soit au cinéma, dans la littérature, à Broadway ou à la télévision. Film le plus cher produit à l'époque par la MGM, il n’est alors pas rentable puisque ses comptes d’exploitation (ratio recettes / dépenses) sont dans le rouge vif à sa sortie. Entre temps, et depuis les problèmes financiers rencontrés par la MGM au cours des décennies, les droits dessus sont revendus à la Warner qui les détient dès lors sans discontinuer...

Même si Walt Disney n'a pas eu la possibilité de faire avec, le grand film d'animation dont il avait rêvé, il a toujours été attiré par le Pays d'Oz. Dès 1954, il a, en effet, pour projet de réaliser, à partir des livres de L. Frank Baum, une série télé pour le show Disneyland. Il acquiert, à cette fin, les droits de onze livres, le 16 novembre de la même année : Ozma of Oz, The Road to Oz , The Emerald City of Oz, The Patchwork Girl of Oz, Tik-Tok of Oz, The Scarecrow of Oz, Rinkitink in Oz , The Lost Princess of Oz, The Tin Woodman of Oz, The Magic of Oz et Glinda of Oz. Il achète même les droits d'un douzième livre, Dorothy and the Wizard in Oz, pour le prix que lui auront couté les onze autres, dans l’idée d’éviter qu'un autre studio fasse un film sur Oz avant lui. Cela fait, il demande donc à la scénariste de télévision, Dorothy Cooper d'adapter The Patchwork Girl of Oz. En avril 1957, elle revient avec une histoire en deux parties d'abord nommée Dorothy Returns to Oz puis finalement The Rainbow Road of Oz. Mais le sujet est tellement complexe que Walt Disney littéralement emballé par ce qui lui est présenté, change son fusil d’épaule et envisage avec une comédie musicale aux décors et effets spéciaux fantastiques ! Il prévoit ainsi de commencer le tournage en novembre 1957, d’en confier la réalisation à Sidney Miller et la production à Bill Walsh tandis que le casting serait principalement tenu par les mouseketeers du Mickey Mouse Club.

A la rentrée 1957, The Rainbow Road of Oz est sur les rails, en pleine pré-production. Walt Disney va jusqu'à en proposer une présentation dans son émission d'anthologie Disneyland, dans le premier épisode de la quatrième saison, The Fourth Anniversary Show. Il y fait croire alors que ce sont les mouseketeers qui le convainquent d'adapter le film. Ceux-ci lui proposent, en effet, un livre avec des illustrations et trois séquences chantées, toutes censées apparaitre dans la version finale du film : Happy Little Patchwork Way, Oz Can Hop et The Rainbow Road to Oz, cette dernière étant particulièrement entêtante. Pendant 15 minutes, Walt Disney va s’efforcer de donner envie aux téléspectateurs de courir voir cette superproduction...

Mais voilà, le Maître se heurte bien vite à des problèmes insurmontables qui le font stopper le projet en 1958 ! Pourquoi une tel renoncement ?! Plusieurs raisons semblent circuler : le budget est devenu trop important, les mousketeers n'ont pas assez de carrures pour porter le film, le scénario est trop faible, les chansons pas assez charismatiques par rapport à la référence de 1939... Une chose est sure : Walt Disney lui-même a perdu confiance dans le projet. Il se rabat sur une autre comédie musicale (sa toute première !) en adoptant Babes in Toyland en 1961, dans un style très proche de celui qu'il avait imaginé pour The Rainbow Road of Oz.

De son idée initiale d'adaptation du (Le) Magicien d’Oz, il ne reste ainsi que la présentation faite dans cet épisode et les trois chansons interprétées par les mouseketeers ! Pourtant l'histoire de Disney avec ce monde merveilleux ne s'arrête pas là ! Ses studios ressortiront, en effet, de leurs cartons, l'idée d'adaptation du Pays d'Oz et signe, en 1985, le film Oz, un Monde Extraordinaire... Dont le résultat se situe à mille lieues de l’ambition originelle voulue par Walt Disney.

The Fourth Anniversary Show est un épisode indispensable : il permet de voir un Walt Disney révéler plusieurs facettes de son immense talent : conteur d'histoire, présentateur de télévision, producteur de film... Cerise sur le gâteau, il offre l'occasion unique de se promener quelques instants dans « sa » vision des routes colorées du Pays d'Oz...

L'équipe du film

1949 • 2015
Acteur
1901 • 1966
Producteur

L'édition vidéo

L'épisode est sorti, en DVD Zone 1, dans le titre de la collection Walt Disney Treasures : Votre Hôte, Walt Disney.