Mars et Au-Delà
L'écran titre
Titre original :
Mars and Beyond
Production :
Walt Disney Television
Date de sortie USA :
Le 4 décembre 1957
Genre :
Animation 2D / Film "Live"
Date de sortie cinéma :
Le 26 décembre 1957
Réalisation :
Durée :
54 minutes

Le synopsis

Aidé des Docteurs en science Ernst Stuhlinger, Wernher Von Braun et E. C. Slipher, Walt Disney présente les tenants et aboutissants d'une exploration de la planète Mars. Après une évocation de la civilisation humaine, de l'homme des cavernes à l'homme moderne des années 50, le film retrace avec cocasserie la vision de Mars des écrivains du 19e.

La critique

rédigée par
★★★★

Après À la Conquête de l'Espace et Man and the Moon, Mars et Au-Delà est le troisième épisode de l'émission d'anthologie Disneyland à se consacrer à l'espace. Comme les deux précédents, c'est un condensé de fantaisie, de divertissement, de recherche scientifique et autres propos éducatifs. D'un point de vue de l'animation, il représente un tour de force montrant une diversité incroyable et une imagination débordante. Près de 60 ans après sa sortie, Mars et Au-Delà reste ainsi et toujours une pépite des studios Disney.

Bien que réalisé, à l'origine, pour la télévision, l'animation de Mars et Au-Delà est de toute beauté. Ward Kimball, un des Neuf Vieux Messieurs, réalisateur des deux précédents épisodes sur l'espace, est également responsable de cet opus. Et il se surpasse ! L'artiste avouera même qu'il en est très fier, en particulier de la première partie très cartoon. Il faut dire que l'épisode a bien plus d'animation que les deux précédents : étant presque entièrement animé, il est un vrai catalogue du savoir-faire Disney. Il utilise ainsi l'animation minimaliste très stylisée, à la façon du studio UPA, inaugurée chez Disney en 1953 par les cartoons Adventures in Music : Melody et Les Instruments de Musique. Mais le coup de maître ne s'arrête pas là : Kimball propose également des formes abstraites pour étayer certaines représentations hypothétiques d'exobiologie, des présentations scientifiques de l'origine de la vie ou des animations réalistes de constructions spatiales. Le tout est d'une grande beauté justifiant son statut d'épisode le plus cher de la série sur l'espace. Une somme folle à l'époque pour la télévision mais belle preuve d’un Walt Disney qui ne lésinait jamais sur la qualité, persuadé qu'il était de faire un retour sur investissement en proposant des programmes haut de gamme.

Mars et Au-Delà commence en annonçant la couleur : son propos se situe plutôt dans la science-fiction. Le spectateur découvre ainsi Walt Disney qui présente le sommaire en compagnie d'un robot, Garco. Son exposé se développe alors en remontant dans le passé et racontant comment l'humanité à considérer les étoiles durant son histoire et en particulier les notions d'astronomie au fil des siècles avec l'apparence et la place de la Terre au sein de l'univers. Il revient également sur les premières observations de la planète Mars qu'elles soient scientifiques ou littéraires notamment via les descriptions d’auteurs de science-fiction comme H.G.Wells avec La Guerre des Mondes ou Edgar Rice Burroughs avec Le Cycle de Mars narrant les aventures de John Carter sur la planète rouge. La suite s'attarde sur la période contemporaine avec les soucoupes volantes et autres OVNI mais aussi les représentations qui pullulaient alors dans les magazines pulps. Cette partie est illustrée par une digression aussi drôle que superbe où un martien kidnappe une frêle jeune fille terrienne.

La Guerre des Mondes de H.G.Wells
Le Cycle de Mars d'Edgar Rice Burroughs

La deuxième partie de Mars et Au-Delà est bien plus sérieuse. Elle revient sur l'origine de la vie en expliquant comme se sont créés les systèmes solaires, les planètes, la matière organique et enfin la vie et comment celle-ci a évolué au fil des âges pour arriver jusqu'à l'Homme. Preuve de l’investissement sur l'épisode, et alors qu’il aurait très bien pu reprendre la séquence du (Le) Sacre du Printemps de Fantasia qui avait le même thème, Walt Disney préféré faire tout réanimer. Certes, le résultat n'est pas au niveau du classique de 1940 mais l'effort mérite d'être souligné. A partir de là, le propos tente de imaginer les effets sur le corps humain s'il venait à devoir vivre sur les différentes planètes du système solaire de Pluton à Saturne, de Jupiter à Mercure, enfin de Venus à Mars. La conclusion est sans appel : toutes les planètes sont proprement invivables pour l'Homme à l’exception de Mars qui pourrait accueillir l'humanité via des dômes pressurisés ou des combinaisons spatiales. Des conditions précaires certes, mais pas impossibles.

La partie suivante propose un rappel des découvertes faites sur la planète Mars et les hypothèses qui en en ont découlées. Naturellement, les fameux canaux dont l'existence étaient à l'époque quasiment acquises par le grand public sont aussi abordés même si Mars et Au-Delà en reste au stade de la supposition et n'affirme rien sur l'aspect réel de la planète. Ce parti pris est d'ailleurs confirmé par le Docteur E. C. Slipher qui se révèle très prudent aussi bien sur la géologie de la planète rouge que sur la composition chimique de son atmosphère. Cela n'empêche pas les artistes Disney de se laisser aller à l'imagination en proposant des dessins et des animations de ce que pourrait être la surface de Mars ainsi que le potentiel de vie qui pourrait s'y trouver.

Docteur E. C. Slipher
Docteur Ernst Stuhlinger
Docteur Wernher Von Braun

Enfin, les Docteurs Ernst Stuhlinger et Wernher Von Braun vont essayer d'imaginer un voyage vers Mars. Le but n'est d’ailleurs pas d’aborder un voyage spatial au sein de la navette mais plutôt comment technologiquement une fusée partant de la Terre pourrait arriver sur la planète jumelle. C'est ici assurément la partie la plus technique de l'épisode qui se termine tout de même en se posant la question de la nature des découvertes sur Mars des premiers visiteurs terriens : une forme de vie primitive, une ancienne civilisation disparues ou simplement une planète morte ?

La narration ainsi que les voix des personnages sont l'œuvre de Paul Frees. L'acteur a d'abord commencé chez Disney en qualité de narrateur sur de nombreux épisodes de la série Disneyland mais aussi fait des voix dans des films comme Monte là-d'ssus. Il est aussi connu pour être la voix-off de Haunted Mansion dans le parc Disneyland, de nombreuses voix de Pirates of the Caribbean ou encore pour sa narration de Great Moments with Mr. Lincoln. Pourtant, à son sujet, son rôle de doubleur qui restera dans les mémoires est clairement celui de Donald Dingue (Ludwig Von Drake).

Mars et Au-Delà rencontre, comme ses prédécesseurs, un grand succès. Après sa diffusion à la télévision le 4 décembre 1957 sur ABC, il est directement proposé en salle le 26 décembre 1957 dans son intégralité moins les éléments promotionnels du show Disneyland. L'émission sera rediffusée 6 mois plus tard le 11 juin 1958. Des portions seront ensuite utilisées dans d'autres émissions comme Inside Outer Space le 10 février 1963. De même, d’autres seront remontés pour former le court-métrage éducatif, Cosmic Capers, d'une durée de 19 minutes et proposé en 16mm à destination des écoles en décembre 1979. Les scènes des martiens ont également servi dans l'attraction Mission to Mars présentée à Disneyland en Californie et au Magic Kindgom à Walt Disney World en Floride de 1975 à 1992 (Californie) / 1993 (Floride). Enfin, et comme pour À la Conquête de l'Espace, un comics de 32 pages écrit par Don Christensen et dessiné par Tony Sgroi se voit édité en 1957 sous le titre de Walt Disney’s Mars and Beyond (Dell Four Color 866).

Mars et Au-Delà est une véritable pépite. Non seulement, il est la preuve de la grande capacité de Walt Disney à éduquer et divertir en même temps, mais constitue aussi une fabuleuse illustration de Tomorrowland avec toutes les rêves que l'espace peut amener, sans oublier bien sûr un fabuleux tour de force de l'animation Disney en général et du talent de Ward Kimball en particulier. A savourer !

Les personnages

1934
Cinéma

L'équipe du film

1914 • 1983
Compositeur
1901 • 1966
Producteur
1914 • 2002
Réalisateur

L'édition vidéo

Le court-métrage est sorti, en DVD Zone 1, dans le titre de la collection Walt Disney Treasures : Tomorrowland ainsi que dans les éditions vidéos du film IMAX, Objectif Mars.