Fright Night
L'affiche du film
Titre original :
Fright Night
Production :
DreamWorks Pictures
Date de sortie USA :
Le 19 août 2011
Distribution :
Touchstone Pictures
Genre :
Horreur
Disney Digital 3-D
Réalisation :
Craig Gillespie
Musique :
Ramin Djawadi
Durée :
120 minutes

Le synopsis

Tout va bien dans la vie du jeune Charlie Brewster ! Elève de terminale parmi les plus populaires, il sort, en effet, avec la plus jolie fille du lycée et mène une vie d'adolescent sereine et heureuse... Rien ne semble devoir venir gêner cette douce existence, jusqu'au jour fatidique où un nouveau voisin, Jerry, vient s'installer en face de chez lui. Sous les airs d’un homme charmant, se cache, un vampire de la pire espèce...

La critique

rédigée par

Fright Night est un film de série Z de Dreamworks Pictures, distribué par Disney via son label Touchstone Pictures. Remake du film de Columbia Pictures, Vampire, vous Avez Dit Vampire ? sorti dans les années 80, il n'en a malheureusement ni l'humour, ni le second degré... Son bilan frise ainsi la catastrophe : acteurs fades, monstres sans imagination, action poussive et suspense laborieux : un cauchemar donc, mais pas pour la bonne cause !

Vampire, vous avez Dit Vampire ? a fait sensation lors de sa sortie en 1985. Réalisé par Tom Holland et bénéficiant de la participation de Roddy McDowall dans le rôle de Peter Vincent, il est alors fait de bric et de broc ce qui ne l'empêche pas de briller au box-office au point d'enchainer une suite trois ans plus tard. Considéré aujourd'hui comme un classique du genre, il allie à merveille l'humour et le second degré à des effets spéciaux de bonne tenue, bien que kitchs désormais. Son succès repose d'ailleurs sur son objectif premier qui n'est pas de faire peur pour l'idée de faire peur mais bien de surfer sur le fantastique et l'épouvante, tout en conservant un côté fun. Mieux, le mélange de génération de son casting avec le vieux personnage de Peter Vincent en fait un film (relativement) multi-générationnel ; une audace pour le genre...

Si Fright Night reprend globalement la trame de l'opus des années 80, il en oublie tout l'essence. Finis l'humour et le second degré ! Le film se prend au sérieux et prend le parti d'une vision terre-à-terre, fort mal maitrisée. Débutant sur une ambiance effrayante mais digeste, il bascule, en effet, peu à peu, vers une action horrifique dont la légitimité n'est pas forcément évidente. Courses poursuites et combats deviennent alors le lot du long-métrage et finissent (un comble en soi) par lasser le spectateur des années 2000 qui n'en peut d'ailleurs plus de la profusion de productions qui s'offrent à lui sur le thème des vampires, que cela soit sur le petit ou grand écran. Conscient du problème d'embouteillage éditorial, le réalisateur cherche d'ailleurs grossièrement à se démarquer dans le genre. Il insiste ainsi pour s'éloigner de la notion de vampire romantique et sensuel, servi à toutes les sauces actuellement, pour mettre en vedette un être sanguinaire, presque psychopathe. Mais voilà, la définition du personnage est tellement caricaturale que son charisme fait chou blanc. Il faut dire que les effets spéciaux vampirisant réduits à la portion congrue (notamment par rapport à son  film de référence) n'aident pas à sa légitimité. Faisant l'impasse sur les transformations physiques du vampire ou la présence de créatures maléfiques alliées, il conduit à une hérésie maladroitement contrebalancée par un abus de sanguinolent, convenu et laborieux. Dès lors, dans le genre du film d'adolescent sans imagination, difficile de faire pire...

Dans cette ambiance de ratage complet, le casting apparait vite comme le seul élément véritablement effrayant du long-métrage, tant sa médiocrité a de quoi faire peur !
Il serait d'abord grand temps de faire comprendre à Colin Farrell qu'une belle gueule ne suffit pas à faire un bon acteur. Pas crédible pour un sou dans ce rôle de vampire pour midinettes attardées (un pléonasme en soi), il se fourvoie littéralement en sur-jouant absolument tout. A trop vouloir jouer les séducteurs malgré lui, il en devient, en effet, totalement ridicule en en faisant des tonnes et des tonnes dans le genre du monstre sanguinaire.
Il peut toutefois se rassurer en se disant qu'il est assurément le meilleur du casting. Anton Yelchin, dans le rôle du jeune héros, n'a visiblement pas les reins assez solides pour supporter une telle exposition tandis qu'Imogen Poots (sa petite amie dans le film) se croit dans une production Disneynature en jouant constamment la plante verte. Et que dire de David Tennant (en Peter Vincent version rajeunie) si ce n'est qu'il est apte à endosser une fabuleuse carrière à Bollywood tant sa capacité à exprimer ses émotions est artificielle. Comment dans ces conditions parvenir à s'attacher aux personnages ou accorder une once d'intérêt à leurs mésaventures ? La question mérite d'être posée...Sans mauvais jeu de mot, il ne reste, il est vrai, pas grand chose à se mettre sous la dent si ce n'est les scènes d'action, à commencer par l'explosion principale ou la course-poursuite. Techniquement réussies, elles sont toutefois trop scolaires pour totalement convaincre...

Film raté, Fright Night est aussi un bide commercial. Récoltant un peu moins de 18 millions de dollars aux USA malgré le surcout de la 3-D imposée aux spectateurs (alors même qu'elle ne se justifie pas artistiquement parlant), le film peine, en effet, à se rembourser (il a couté 30 millions de dollars) d'autant que ses résultats à l'international ne prennent pas le relai...

 Fright Night est un navet sanguinolent dépourvu du moindre intérêt. A fuir !

L'édition vidéo

Jaquette Fright Night
Jaquette Fright Night
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2011
Zone 2 Simple 2012
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple 2011
Zone B Simple 2012
Editions Blu-ray Disc 3D
Zone A Simple 2011
Zone B Simple 2012