Le Renard et l'Enfant
L'affiche du film
Titre USA :
The Fox and the Child
Production :
Bonne Pioche
Date de sortie France :
Le 12 décembre 2007
Distribution :
Walt Disney Studios Motion Pictures - France
Genre :
Docu-Fiction
Réalisation :
Luc Jacquet
Musique :
Evgueni Galperine
Alice Lewis
David Reyes
Durée :
92 minutes

Le synopsis

Le hasard fait se rencontrer un matin d'automne, au détour d'un chemin, une petite fille et un renard. Alors que leurs univers respectifs devraient les éloigner, une incroyable alchimie apparait entre eux au point de leur ouvrir la voie d'une amitié aussi forte qu'inattendue, avec en point de mire, la révélation de la nature secrète et sauvage...

La critique

rédigée par
★★

La production et distribution française de La Marche de l'Empereur, réalisé par Luc Jacquet, marque, en 2005, la venue de Walt Disney Studios Motion Pictures - France sur le marché, déserté jusqu'à lors, du documentaire à destination des salles obscures. Le succès rencontré par ce film animalier tourne d'ailleurs vite au coup de maitre pour la filiale française de distribution de la Walt Disney Company. A travers le monde, le public se rue, en effet, dans les salles et sur les DVDs tandis que les professionnels décernent à l'œuvre l'Oscar du Meilleur Documentaire.
Luc Jacquet tente ainsi, en décembre 2007, de renouveler son exploit en présentant, toujours sous la coupe de Walt Disney Studios Motion Pictures - France, un nouveau long-métrage, Le renard et l'enfant. Il s'inscrit, à n'en pas douter, dans les traces du papa de Mickey qui s'est, toujours, intéressé aussi bien à la faune et la flore qu'aux peuples et à l'humanité. Impossible, il est vrai, de ne pas trouver un filiation forte entre La Marche de l'Empereur et les True-Life Adventures (Le désert vivant, Lions d'Afrique...) ou Le renard et l'enfant et les docu-fictions disneyens (La Légende de Lobo, Nomades du Nord...)...

Luc Jacquet délaisse ici le genre du documentaire pur pour se consacrer à un docu-fiction, entièrement scénarisé pour délivrer une histoire plus personnelle basée sur ses émotions d'enfance. Il mélange ainsi des séquences animalières dignes des plus grands documentaires sur la faune et la flore à des passages écrits mettant en scène l'amitié entre une enfant et un renard.
La nature révélée dans le film est tout simplement somptueuse. Les animaux sont captés comme rarement et leurs passages marquent les esprits. La course-poursuite du lynx est, pour l'exemple, bluffante en tous points. Leur grande variété (renard, lynx, loutre, ours, loup, hérisson, blaireau, aigle...) est sans aucun doute un véritable atout tant elle offre un panel passionnant des habitants des montagnes françaises ou italiennes. Le rendu de la flore n'est, quant à lui, pas en reste et accroche l'œil, de manière exceptionnelle. Au rythme des saisons, la forêt se révèle, en effet, tour à tour, enchanteresse ou maléfique, riche ou dépouillée, sereine ou agitée. Les paysages -  magnifiques - contribuent aussi à parfaire le sentiment de dépaysement total qui envahit le spectateur au détour de chaque plan. Les décors intérieurs participent d'ailleurs habilement à la démarche, en s'inscrivant dans une présentation douce de l'habitat rural. Les images sont enfin soutenues par une musique discrète en parfait accord avec l'ambiance recherchée et les émotions délivrées. La ballade du générique, particulièrement inspirée, offre à l'évidence un terminus idéal au voyage proposé.

Si Le renard et l'enfant n'a pas à rougir de ses séquences animalières, il n'en est pas de même pour ses scènes de fiction. Le scénario retenu contient, en effet, en lui des longueurs qui plantent l'ensemble du récit. L'attente et les contemplations de la petite fille, par trop appuyés, finissent, il est vrai, pas ennuyer le spectateur qui peut difficilement alors s'empêcher de consulter sa montre. La place accordée à la fillette est sans aucun doute déséquilibrée par rapport à celle donnée au renard si bien qu'il est difficile de savoir quelle est la finalité de l'histoire. Alors que le film aurait dû consacrer la communion entre l'homme et l'animal, il se contente, sans jamais trancher, de passer du récit d'une simple aventure humaine vécue à l'âge enfantin à celui d'une séquence dans la vie d'un renard. Dommage.

Regorgeant d'atouts mais plombé par des longueurs insupportables, Le renard et l'enfant est un film qui aurait sans doute gagné à rester sur le registre du documentaire pur.

L'édition vidéo

Jaquette Le Renard et l'Enfant
Jaquette Le Renard et l'Enfant
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2009
Zone 2 Simple 2008
Zone 2 Collector 2008
Edition Blu-ray Disc
Zone B Simple 2008