Lucky 7
L'écran titre
Titre original :
Lucky 7
Production :
ABC Studios
Date de sortie USA :
24 septembre 2013 - 01 octobre 2013
Genre :
Drame
Création :
David Zabel
Jason Richman
Durée :
86 minutes

Liste et résumés des épisodes

1. Pilot
Genre : Episode télé
Série : Lucky 7
Saison 1 Épisode 1
Date de Sortie USA : Le 24 septembre 2013
Réalisé par : Paul McGuigan
Durée : 43 minutes
Les employés d'une station-service gagnent à la loterie...
2. Inside Job
Genre : Episode télé
Série : Lucky 7
Saison 1 Épisode 2
Date de Sortie USA : Le 1 octobre 2013
Réalisé par : Stephen Cragg
Durée : 43 minutes
L'enquête se poursuit après l'agression de Bob...

La critique

rédigée par
Publiée le 20 février 2014

Produite par ABC Studios et diffusée durant seulement deux semaines sur la chaine ABC du 24 septembre au 1er octobre 2013, Lucky 7 est également une production Amblin Television, le célèbre studio de Steven Spielberg. Seulement composée de deux épisodes, elle ne connaitra aucune diffusion dans l'hexagone.

La série présente aux téléspectateurs le quotidien d'une bande de collègues travaillant dans la station-service, Gold Star, qui va voir son quotidien basculer du jour au lendemain après avoir gagné une somme astronomique à la loterie. Et la trame s'arrête là ! Lucky 7 est ainsi une série totalement atypique, non par son récit mais bien par sa durée de vie éphémère. En effet, seulement deux épisodes vont être diffusés sur l'antenne d'ABC tandis que le public -intéressé- reste encore sans nouvelles des autres mis en boite mais jamais programmés. Il est d'ailleurs étonnant de la part de sa petite sœur, ABC Family, qu'elle n'ait toujours pas pris le relai en intégrant Lucky 7 dans sa grille, ne serait-ce que pour rentabiliser l'investissement. Moins exposée, (l'enjeu d'audience n'étant pas le même entre ABC et ABC Family comme en France pour TF1 et sa filiale NT1) la série aurait une petite chance de seulement exister ! Mais voilà, sa contre-performance est telle qu'elle va terminer ses jours lamentablement remisée dans les réserves de la chaine...

Diffusée le 24 septembre 2013, le premier épisode est un véritable accident industriel pour ABC en termes d'audience en ne réunissant que 4,4 millions de téléspectateurs pour seulement 1,3% sur la cible fétiche des annonceurs américains, celle des 18/49 ans. Elle réussit le tour de force de devenir la série dramatique la moins regardée de l'histoire de la chaine pour un premier épisode ! La semaine suivante, elle s'effondre à 2,6 millions de personnes derrière leur écran et marque ici son arrêt de mort en étant, quelques jours plus tard, purement et simplement annulée. Voici donc une prouesse de plus, pour le réalisateur de talent, mais producteur de télévision malchanceux, Steven Spielberg, qui signe ici encore une fois un échec cuisant sur la petite lucarne, après notamment les fours que sont Terra Nova sur la Fox encore The River sur ABC.

 

Peut-être l'un des raisons de son désamour, Lucky 7 n'affichait aucune vedette à son casting où défilent de nouvelles recrues du petit écran plus ou moins connues.
Matt et Nicky, les personnages des frères Korzack travaillant tous deux à la station-service, sont ainsi respectivement interprétés par Matt Long et Stephen Louis Grush, le premier étant notamment vu dans la piètre adaptation au cinéma de Ghost Rider en 2007.
Summer Bishil, déjà aperçue dans Le Dernier Maitre de l'Air de M. Night Syamalan en 2010, ainsi qu'en 2006 dans le Disney Channel Original Movie, Les Sorciers d'Halloween 4, campe à leurs côtés le rôle de Samira Rajpur.
Lorraine Bruce vient, elle, du théâtre et de la télévision anglaise où elle se fait remarquer principalement dans The Syndicate en 2012, une série adaptée l'année suivante aux Etats-Unis sous le nom de… Lucky 7 ! Elle interprète ainsi dans la version américaine le rôle de Denise Dibinsky.
Enfin, Alexandra Castillo vue dans Fringe et Warehouse 13 joue ici Blanca Clemente tandis que Christine Evangelista, apparue dans White Collar et The Good Wife incarne elle Mary Lavecchia.

 

Le manque d'épisodes ne permet bien sûr pas de se plonger véritablement dans la personnalité de chacun des personnages. Mais il est pourtant un constat aisé à faire : la très grande majorité des intervenants reste sans grand intérêt. Il est d'ailleurs édifiant de n'éprouver aucune émotion ou encore aucun attachement sur un début de saison – durant tout de même près d'une heure et demie – censé présenter et faire aimer au public le plus rapidement possible les personnages de la série.

Concernant sa trame, Lucky 7 est librement adaptée de la série anglaise à succès diffusée sur la BBC depuis 2012 et créée par Kay Mellor, The Syndicate. Là où l'américaine présente de manière globale les relations entre les personnages ou la vie de la station-service ; la version britannique va plutôt s'attarder durant cinq à six épisodes selon la saison à consacrer un épisode entier par personnage pour montrer comment le gain d'une somme pharamineuse affecte son quotidien. Autre originalité de l'œuvre de référence, le changement total du lieu de l'action entre les 2 saisons : la première va traiter du bouleversement dans la vie des employés d'un supermarché après leur victoire à la loterie, la seconde fera de même dans un hôpital. Stoppé manu militari, Lucky 7 n'aura bien évidemment pas les moyens d'explorer cette piste de relance...

 

Décevante à peu-près sur tout, Lucky 7 ne peut pas vraiment plaider non coupable quant à son arrêt brutal. Son intrigue mal amenée, ses personnages inintéressants, son casting trop léger et son rythme laborieux sont en réalité les vraies causes de son retrait si rapide de l'antenne qui, lui, n'est qu'une conséquence d'un ratage complet. La loi de la télévision est dure mais, en l'espèce, elle est juste !