Pretty Little Liars
Saison 1

Pretty Little Liars - Saison 1
L'affiche
Titre original :
Pretty Little Liars - Season 1
Production :
Freeform
Date de sortie USA :
8 juin 2010 - 21 mars 2011
Genre :
Comédie dramatique
Création :
I. Marlene King
Durée :
924 minutes

Liste et résumés des épisodes

1. Pilot
Retour à Rosewood
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 1
Date de Sortie USA : 8 juin 2010
Réalisé par : Lesli Linka Glatter
Durée : 42 minutes
Des adolescentes reçoivent de mystérieux messages…
2. The Jenna Thing
Le Secret de Jenna
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 2
Date de Sortie USA : 15 juin 2010
Réalisé par : Liz Friedlander
Durée : 42 minutes
Une nouvelle arrivante à Rosewood menace les secret des Menteuses…
3. To Kill a Mocking Girl
Faire Son Deuil
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 3
Date de Sortie USA : 22 juin 2010
Réalisé par : Elodie Keene
Durée : 42 minutes
Les relations entre Spencer et sa soeur deviennent de plus en plus tendues…
4. Can You Hear Me Now?
Loin Des Yeux, Loin Du Coeur
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 4
Date de Sortie USA : 29 juin 2010
Réalisé par : Norman Buckley
Durée : 42 minutes
Les Menteuses décident de bloquer les messages de « A »…
5. Reality Bites Me
Dure Réalité
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 5
Date de Sortie USA : 6 juillet 2010
Réalisé par : Wendey Stanzler
Durée : 42 minutes
Les secrets d'Aria sont menacés…
6. There's No Place Like Homecoming
Le Bal de Rentrée
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 6
Date de Sortie USA : 13 juillet 2010
Réalisé par : Norman Buckley
Durée : 42 minutes
Les Menteuses assistent au bal de rentrée du lycée…
7. The Homecoming Hangover
Lendemain de Fête
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 7
Date de Sortie USA : 20 juillet 2010
Réalisé par : Chris Grismer
Durée : 42 minutes
Hanna fait quelques révélations sur Alison…
8. Please, Do Talk About Me When I'm Gone
Ne M'Oubliez Pas
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 8
Date de Sortie USA : 27 juillet 2010
Réalisé par : Arlene Sanford
Durée : 42 minutes
Le frère d'Alison revient à Rosewood…
9. The Perfect Storm
En Pleine Tempête
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 9
Date de Sortie USA : 3 août 2010
Réalisé par : Jamie Babbit
Durée : 42 minutes
Une violente tempête s'abat sur Rosewood…
10. Keep Your Friends Close
Je Vous Vois
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 10
Date de Sortie USA : 10 août 2010
Réalisé par : Ron Lagomarsino
Durée : 42 minutes
Le camping organisé par Mona ne se passe pas comme prévu…
11. Moments Later
Révélations
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 11
Date de Sortie USA : 3 janvier 2011
Réalisé par : Norman Buckley
Durée : 42 minutes
Emily fait un choix difficile…
12. Salt Meets Wound
Chantage
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 12
Date de Sortie USA : 10 janvier 2011
Réalisé par : Norman Buckley
Durée : 42 minutes
Spencer apprend de troublantes nouvelles…
13. Know Your Frenemies
Connais Tes Ennemis
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 13
Date de Sortie USA : 17 janvier 2011
Réalisé par : Ron Lagomarsino
Durée : 42 minutes
Hanna retombe dans ses vieux travers…
14. Careful What U Wish 4
Encore Une Danse !
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 14
Date de Sortie USA : 24 janvier 2011
Réalisé par : Norman Buckley
Durée : 42 minutes
Une rivale vient menacer la relation amoureuse d'Aria…
15. If at First You Don't Succeed, Lie, Lie Again
Un Mensonge Ne Suffit Pas
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 15
Date de Sortie USA : 31 janvier 2011
Réalisé par : Ron Lagomarsino
Durée : 42 minutes
Spencer tente d'obtenir des informations sur la mort d'Alison…
16. Je Suis Une Amie
Je Suis Une Amie
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 16
Date de Sortie USA : 7 février 2011
Réalisé par : Chris Grismer
Durée : 42 minutes
Emily entre en concurrence avec l'une de ses coéquipières…
17. The New Normal
Méprise
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 17
Date de Sortie USA : 14 février 2011
Réalisé par : Michael Grossman
Durée : 42 minutes
Toby vient en aide aux Menteuses…
18. The Badass Seed
Mauvaise Graine
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 18
Date de Sortie USA : 21 février 2011
Réalisé par : Paul Lazarus
Durée : 42 minutes
Les Menteuses participent à une pièce de théâtre organisée par Ezra…
19. A Person of Interest
Témoin Capital
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 19
Date de Sortie USA : 28 février 2011
Réalisé par : Ron Lagomarsino
Durée : 42 minutes
Les manigances de « A » affectent la vie personnelle des Menteuses…
20. Someone to Watch Over Me
Surveillée de Près
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 20
Date de Sortie USA : 7 mars 2011
Réalisé par : Arlene Sanford
Durée : 42 minutes
Hanna fait de surprenantes découvertes sur le passé de Caleb…
21. Monsters in the End
La Fête des Fondateurs
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 21
Date de Sortie USA : 14 mars 2011
Réalisé par : Chris Grismer
Durée : 42 minutes
La fête foraine de Rosewood cache bien des secrets…
22. For Whom the Bells Toll
La Fille Qui En Savait Trop
Genre : Episode télé
Série : Pretty Little Liars
Saison 1 Épisode 22
Date de Sortie USA : 21 mars 2011
Réalisé par : Lesli Linka Glatter
Durée : 42 minutes
Les Menteuses tentent le tout pour le tout afin de démasquer « A »…

La critique

rédigée par
★★
Publiée le 03 août 2016

Pretty Little Liars est une série américaine créée par I. Marlene King, basée sur la série de livres Les Menteuses de l’auteure Sara Shepard, produite et diffusée par la chaîne Freeform (anciennement ABC Family) depuis le 8 juin 2010. En France, les deux premières saisons ainsi qu’une poignée d’épisodes de la troisième sont, dans un premier temps, proposés sur la chaîne OCS Happy entre le 21 janvier 2011 et le 13 avril 2013 ; la diffusion reprend par la suite sur la chaîne OCS Max à partir du 12 octobre 2013, suite à la disparition d’OCS Happy au sein du bouquet de chaînes Orange. Les deux premières saisons de la série sont par la suite diffusées sur la chaîne gratuite D17 entre le 12 avril 2013 et le 10 janvier 2014 avant d’être retirées de la grille suite à des audiences jugées insuffisantes.

I. Marlene King naît le 22 mai 1962. Elle débute sa carrière en 1995 en tant que scénariste et productrice associée du film Souvenirs d’Été, dans lequel figurent des stars du grand écran telles que Demi Moore, Melanie Griffith ou encore Christina Ricci. Sa première expérience avec le format télévisuel se fait avec le téléfilm If These Walls Could Talk en 1996. Portée par des actrices telles que Cher, Demi Moore ou encore Sissy Spacek, la fiction aborde le thème de l’avortement et de ses conséquences au travers du regard de trois femmes vivant à des époques différentes. Succès critique, If These Walls Could Talk est alors nommé dans de nombreuses cérémonies prestigieuses dont les Golden Globes ou les Emmy Awards. King continue ensuite sa carrière de scénariste avec le film Lucky Girl dans lequel Lindsay Lohan incarne une jeune femme dont la chance se transforme en malchance après avoir embrassé un garçon incarné par l’acteur Chris Pine (vu chez Disney dans Un Mariage de Princesse ou encore dans le rôle du Prince dans Into The Woods - Promenons-Nous Dans Les Bois).
I. Marlene King ne connaît pourtant véritablement la renommée qu’en 2010, lorsqu’elle décide d’adapter la série de livres Les Menteuses en série télévisée : intitulée Pretty Little Liars, elle est un véritable succès auprès des adolescentes et fait les beaux jours de la chaîne Freeform.

Sara Shepard naît, quant à elle, le 8 avril 1977 à Philadelphie. Après avoir obtenu un diplôme de littérature de l’Université de New York, elle débute sa carrière en tant que rédactrice du magazine Lifestyle puis finit par abandonner ce poste afin de se lancer dans l’écriture de son premier roman en 2005. Intitulé Confidences, il sort le 12 octobre 2006 et devient le premier opus de la série Les Menteuses qui retrace les mésaventures vécues par quatre adolescentes après la disparition d’une de leurs amies et alors qu’une mystérieuse personne se faisant appeler « A » menace de révéler leurs secrets les plus intimes. Ce premier roman est grand succès d’édition, au point de le retrouver dans la liste des best-sellers du New York Times et d’ouvrir la voie à quinze autres volumes. Construite en quatre arcs de quatre tomes chacun, la série trouvera sa conclusion dans le seizième, intitulé Les Vicieuses, le 4 décembre 2014.
Parallèlement à la série des Menteuses, Shepard est également l’auteure de nombreuses séries littéraires telles que The Lying Game, The Heiresses, The Perfectionists ou encore The Amateurs. Elle rédige aussi deux romans destinés aux adultes, intitulés The Visibles et Everything We Wanted et tient le rôle de Mrs. Shepard dans deux épisodes de la série Pretty Little Liars.

Librement inspirée de la saga Les Menteuses, Pretty Little Liars se démarque toutefois de son matériau d’inspiration. En réalité, seuls les personnages principaux et quelques personnages secondaires, ainsi que l’intrigue principale à propos du mystère concernant l’identité de « A » sont conservés. La série imagine en effet de tracer sa propre voie, non sans difficultés…
Si Pretty Little Liars s’attache principalement à suivre l’enquête menée par les quatre amis, Aria, Emily, Hanna et Spencer concernant la mort de leur camarade Alison, elle a tendance à s’enfoncer profondément dans la médiocrité sur la recherche de l’identité du mystérieux « A ».  L’arc narratif ne semble jamais réellement avancer et soulève plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Une rengaine a de la sorte tendance à s’installer : les filles reçoivent des messages de menace, trouvent de nouveaux indices, déduisent qu’une de leurs connaissances pourrait être « A » avant d’abandonner purement et simplement l’idée quelques épisodes plus tard. Ce schéma qui sert manifestement à faire durer le suspense concernant l’identité du fameux « A » sur plusieurs saisons comme avait pu déjà le faire la série Gossip Girl est certes pratique mais il conduit à voir le récit s’embourber dans son propre concept avec des flashbacks totalement inutiles. L’intrigue principale n’avance jamais tout au long de la première saison : lorsque les héroïnes font un pas en avant, il est toujours suivi inlassablement de trois en arrière au point de lasser le téléspectateur.

Et le constat est le même sur les intrigues secondaires dont il est permis de se demander si elles ne sont pas là que pour meubler les épisodes. Certaines intrigues auraient d’ailleurs pourtant pu permettre des réflexions intéressantes concernant des sujets sensibles, mais là-encore, elles sont abandonnées à l’issue d’un ou deux épisodes pour ne plus jamais être abordées ou alors de façon rapide et maladroite. La période où le personnage d’Hanna souffre d’obésité est édifiante : alors qu’elle aurait pu amener une réflexion sur le sujet de la boulimie, son traitement est tellement faible que le sujet est juste effleuré voire le problème presque légitimé…
De même, Pretty Little Liars se fait un malin plaisir de ne jamais réellement conclure ses intrigues secondaires, si bien que d’un épisode à l’autre, certains personnages disparaissent purement et simplement, parfois sans aucune explication ou lorsqu’il y en a une, au détour d’un dialogue entre les héroïnes comme si de rien n’était. Difficile alors pour le téléspectateur de conserver ses marques…
Pourtant, quand elle le souhaite, la série sait aborder certains sujets de manière juste, sans trop tomber dans les clichés. La découverte de l’homosexualité d’un de ses personnages principaux reste ainsi une des meilleures storylines de la saison. Malgré quelques poncifs telles que la réaction des parents ou la présence de l’amie au courant du secret, l’intrigue se révèle ainsi touchante et bien menée, notamment grâce à la justesse de ses interprètes. 

Pour donner vie à ses Menteuses aux nombreux secrets, il fallait évidemment un casting solide et fort heureusement, il ne déçoit pas et constitue même l’une des seules grandes forces de la série.
Aria Montgomery est donc une jeune fille dont la famille revient à Rosewood après une année passée en Islande et qui débute alors une relation secrète avec son professeur de littérature, Ezra Fitz. Incarné par l’actrice et chanteuse Lucy Hale, appréciée notamment pour sa reprise de la célèbre chanson Let It Go sur l’album We Love Disney, le personnage est peut être l’un des plus rationnels par rapport aux nombreux évènements qui surviennent dans la vie de son groupe d’amies. Mature et réfléchie, Aria tente, en effet, toujours de faire face aux coups du sort tout en essayant de garder secrète sa relation avec son professeur qui ne constitue pourtant pas l’intrigue la plus intéressante de la saison tant son partenaire est incertain.
Aux côtés d’Aria, se retrouve Spencer Hastings, cerveau du groupe : elle n’est pas en reste niveaux secrets et tente de concilier relations amoureuses tumultueuses et vie de famille compliquée notamment avec sa sœur à qui elle tente de cacher un sombre secret. Troian Bellisario prête ses traits à ce personnage qui lutte contre ses démons et vit en marge d’une famille soucieuse de garder son image modèle au sein de la communauté de Rosewood.

Hanna Marin, quant à elle, est la petite pimbêche de service. Ancienne obèse, elle a acquis sa popularité en perdant du poids et en fréquentant Alison. Alors que rien ne semble pouvoir l’atteindre, elle cache comme ses amies de nombreux secrets. C’est l’actrice Ashley Benson, déjà aperçue dans les séries Eastwick et Des Jours et Des Vies, qui prête ses traits à ce personnage qui dissimule ses problèmes derrière son humour pince-sans-rire et ses répliques cinglantes. Tantôt touchante, tantôt drôle, Hanna se révèle intéressante et évolue de façon positive tout au long de la saison malgré le côté cruche que les scénaristes s’évertuent à vouloir lui donner sans parler du ratage sur le traitement du sujet de son obésité…
Enfin, Emily Fields, fille de militaire, essaie pour sa part de gérer ses sentiments amoureux tout en s’efforçant de garder la tête froide face aux nombreuses menaces de « A ». Shay Mitchell apporte toute la candeur nécessaire à ce personnage qui constitue l’un des plus réussis du groupe d’amies.
Mais le tableau ne serait pas complet sans la présence de celle dont tout le monde parle, à savoir Alison DiLaurentis. Véritable petite peste prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut et tourmenter les plus faibles, elle n’hésite pas à utiliser ses amies en les entraînant dans ses combines pour le moins douteuses. C’est l’actrice Sasha Pieterse qui a la lourde charge de donner vie à ce personnage qui ne vit qu’au travers des souvenirs des héroïnes représentés par différents flashbacks au fil de la saison… Et il faut bien reconnaître que la jeune fille parvient à inspirer autant la crainte que le dégoût tant ses actions et postures sont détestables et révèlent un véritable esprit tordu. 

Du coté des personnages secondaires, le constat n’est en revanche pas très glorieux. Nombres semblent transparents et n’ont jamais vraiment l’occasion de briller tant leurs arcs narratifs restent convenus voire totalement inutiles. C’est le cas notamment des parents d’Aria, interprétés respectivement par Chad Lowe (aperçu dans le série Ghost Whisperer) et Holly Marie Combs, (connu pour son rôle de Piper Halliwell dans la cultissime série Charmed), qui s’embourbent dans une storyline peu crédible qui se résout d’un simple claquement de doigts… En réalité, le problème semble se poser pour tous les adultes de la série qui, quand ils ne sont pas sacrifiés sur l’autel du mauvais goût, sont tout bonnement transparents ou totalement inutiles, et ce malgré un casting qui ne démérite pas.
Côté adolescents, les seuls à réellement sortir du lot sont, sans aucun doute, le duo Toby et Jenna, interprétés par Keegan Allen et Tammin Sursok, qui offrent une part de mystère lors de leur retour dans la petite ville de Rosewood et qui s’imposent rapidement comme des personnages déterminants dans la résolution du mystère « A ». Autre bonne surprise de ce casting, l’acteur Tyler Blackburn : le jeune homme interprète Caleb, un jeune rebelle qui tape vite dans l’œil d’une des Menteuses. Rebel à souhait et utilisant le sarcasme à outrance, il est un personnage auquel il est facile de s’attacher et dont l’arrivée tardive au sein de la saison peut se regretter. C’est bien simple : il apporte un peu d’humour dans une série qui a tendance décidément à beaucoup trop de se prendre au sérieux. 

Bien avant la diffusion de son premier épisode, ABC Family mise gros sur le succès de Pretty Little Liars au point d’organiser autour une promotion hors-norme pour la chaine ; que cela soit par le biais d’affiches publicitaires, de présence sur les réseaux sociaux ou via les livres de Sara Shepard qui bénéficient de nouvelles couvertures aux couleurs de la série avec des posters bonus glissés à l’intérieur. 
Le pilote de la série réunit ainsi plus de 2,47 millions de téléspectateurs devenant l’un des plus regardés de la chaîne devançant ainsi le score détenu jusque-là par La Vie Secrète d’une Ado Ordinaire. La première saison de Pretty Little Liars fait par la suite les beaux jours de la chaîne et devient l'un des programmes les plus regardés par les 18-34 ans durant la saison 2010-2011.
Si les téléspectateurs plébiscitent la série, ce n’est absolument pas le cas de la presse spécialisée qui la compare à un mauvais croisement entre Gossip Girl et le film Souviens-Toi… L’Été Dernier : Pretty Little Liars est vue comme une parodie du genre dont elle se revendique et pâle copie des productions de la chaîne concurrente, la CW.

Trop brouillonne et peu crédible, la première saison de Pretty Little Liars a bien du mal à convaincre son auditoire. Elle accumule les clichés propres aux séries pour adolescentes et passe à côté de sujets sérieux qu’elle prétend pourtant vouloir aborder. Le ratage est d’autant plus grand qu’elle a le potentiel pour réussir. Reste alors et seulement un casting de qualité

Pretty Little Liars a un gout de pari manqué, et c’est bien dommage tant l’aventure pouvait être belle…

L'édition vidéo

Jaquette Pretty Little Liars - Saison 1
Jaquette Pretty Little Liars - Saison 1
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2011
Zone 2 Simple 2012