Georgia Dans Tous ses États

Georgia Dans Tous ses États
L'affiche
Titre original :
State of Georgia
Production :
ABC Family
Date de sortie USA :
29 juin 2011 - 17 août 2011
Genre :
Comédie
Création :
Jeff Greenstein
Jennifer Weiner
Durée :
264 minutes

Liste et résumés des épisodes

1. Pilot
L'Audition
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 1
Date de Sortie USA : Le 29 juin 2011
Réalisé par : Ted Wass
Durée : 22 minutes
Georgia est recalée à une audition en raison de son suposée manque de sensualité...
2. Know When to Fold 'Em
La Publicité
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 2
Date de Sortie USA : Le 27 juillet 2011
Réalisé par : Leonard R. Garner, Jr.
Durée : 22 minutes
Georgia doit quitter plus tôt son travail pour tourner une publicité...
3. There's a Place for Us
Chacun à sa Place
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 3
Date de Sortie USA : Le 3 août 2011
Réalisé par : Leonard R. Garner, Jr.
Durée : 22 minutes
Georgia et Jo veulent rentrer dans un club privé...
4. Flavor of the Week
Projet Yaourt !
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 4
Date de Sortie USA : Le 06 juillet 2011
Réalisé par : Leonard R. Garner, Jr.
Durée : 22 minutes
Georgia a du mal à rompre avec ses petits amis...
5. Foot in the Door
Un Rôle en Or
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 5
Date de Sortie USA : Le 03 août 2011
Réalisé par : Ted Wass
Durée : 22 minutes
Georgia a du mal à comprendre le rôle de figurant sur un plateau...
6. Best Friends For-Never
Meilleures Ennemies
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 6
Date de Sortie USA : Le 13 juillet 2011
Réalisé par : Jeff Melman
Durée : 22 minutes
Georgia et Jo craignent de voir leur amitié s'éffilocher au fil du temps...
7. The Mole
L'Espion
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 7
Date de Sortie USA : Le 20 juillet 2011
Réalisé par : Steve Zuckerman
Durée : 22 minutes
Georgia rencontre un garçon dont elle accepte l'invitation à déjeuner...
8. The Popular Chicks
Réputation
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 8
Date de Sortie USA : Le 10 août 2011
Réalisé par : Ted Wass
Durée : 22 minutes
Georgia ment pour faire croire à une ancienne copine de collège qu'elle a réussi à New-York...
9. Mo' Honey, Mo' Problems
Un Quiproquo qui Coûte Cher
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 9
Date de Sortie USA : Le 03 août 2011
Réalisé par : Ted Wass
Durée : 22 minutes
Georgia et Jo sont persuadées que Tante Honey est sur la paille...
10. R-E-S-P-E-C-T
Respect
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 10
Date de Sortie USA : Le 03 août 2011
Réalisé par : Ted Wass
Durée : 22 minutes
Georgia monte son propre spectacle...
11. It's Not Easy Being Green
Du Beau, du Bon, du Bio
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 11
Date de Sortie USA : Le 17 août 2011
Réalisé par : Steve Zuckerman
Durée : 22 minutes
Georgia et Jo se mettent à l'écologie pour plaire à leurs petits copains du moment...
12. Locked Up, A Broad
La Robe Interdite
Genre : Episode télé
Série : Georgia Dans Tous ses États
Saison 1 Épisode 12
Date de Sortie USA : Le 17 août 2011
Réalisé par : Steve Zuckerman
Durée : 22 minutes
Georgia désobéit à sa tante et emprunte l'une de ses robes de grand couturier...

La critique

rédigée par

Georgia Dans Tous ses États est une série produite tout spécialement pour le réseau de télévision, ABC Family.

La série est une sympathique tentative pour Disney d'essayer de remettre en selle, son ancienne actrice fétiche, Raven-Symoné.
Née le 10 décembre 1985 à Atlanta, en Géorgie, Raven-Symoné déménage dès l’âge de trois ans avec sa famille à New York. Enfant, elle s’inscrit très vite à l’Atlanta Faces Young Inc, une agence de mannequins qui lui offre l’opportunité de tourner dans des publicités locales. Elle travaille aussi avec Food Models et apparait dans des spots télévisés pour les produits Ritz, Jell-O, Fisher-Price, et Cool Whip.
Si elle démarre véritablement sa carrière d'actrice en jouant dans les trois dernières saisons du Cosby Show de 1989 à 1992 pour NBC, sa première participation à une production Disney remonte à 1990 dans The Muppets at Walt Disney World, un téléfilm de l'émission TThe Magical World of Disney. Elle tourne ensuite son premier gros rôle au cinéma en 1998 dans Docteur Dolittle, où elle joue la fille d’Eddy Murphy. En 1999, elle enchaine avec sa première prestation d'envergure pour le label de Mickey dans le Disney Channel Original Movie, Zenon, la Fille du 21ème Siècle, où elle endosse le rôle de la meilleure amie de l'héroïne. Elle reprendra respectivement ces deux personnages dans leurs suites respectives, au cinéma, en 2001 pour Docteur Dolittle 2 et à la télévision, en 2004 pour Zenon et la Déesse de la Lune.
A partir de 2002, la jeune comédienne travaille de façon intensive pour Disney. Tout d'abord, elle prête sa voix au personnage de Monique dans la série Disney Channel, Kim Possible. Un an plus tard, elle endosse ce qui deviendra pour elle son plus grand rôle, le personnage-titre de Raven, dans la sitcom de Disney Channel, Phénomène Raven. La série devenue vite très populaire accroit considérablement sa notoriété, soutenue qu’elle est par un marchandisage impressionnant. Elle sera d’ailleurs la première série de la chaîne aux grandes oreilles à durer quatre saisons et dépasser les 100 épisodes ! En 2003, toujours pour Disney Channel, elle participe au Disney Channel Original Movie, Cheetah Girls, en prenant le rôle principal du premier téléfilm musical de la collection. Elle le reprend dans sa suite Les Cheetah Girls 2 en 2006 mais fait l’impasse sur le troisième volet en 2008, Cheetah Girls : Un Monde Unique. Elle fait également une courte apparition dans le film Walt Disney Pictures de 2004, Un Mariage de Princesse aux cotés d’Anne Hathaway.
En parallèle de sa carrière d'actrice, Raven-Symoné fait un joli parcours de chanteuse via le label de musique Disney, Hollywood Records. En plus des deux bandes originales de Cheetah Girls et Les Cheetah Girls 2, elle sort en effet deux albums solo This Is My Time (2004) et Raven-Symoné (2008). Sur le premier opus, quatre de ses chansons sont reprises dans les bandes originales de productions Disney : Grazing in the Grass (Le Roi Lion 3 : Hakuna Matata), This Is My Time (Un Mariage de Princesse), Bump (Princesse on Ice) and Life Is Beautiful (Figure Libre) ; auxquels se rajoute, par ailleurs, sa prestation sur Superstition de Stevie Wonder pour la bande originale du film Le Manoir Hanté et les 999 Fantômes.
Après la fin de la série Phénomène Raven, l'actrice tente de rebondir au cinéma, notamment via le long-métrage Walt Disney Pictures de 2008, Papa, la Fac et Moi, où elle tient le premier rôle aux côtés de Martin Lawrence. En vain, le film est un échec cuisant, critique et commercial. Elle prête ensuite sa voix au personnage d'Iridessa dans La Fée Clochette et ses suites.
Après le demi-succès en 2010 du téléfilm de la collection ABC Family Original Movie, Les Demoiselles d'Honneur s'en Mêlent, la chaine ABC Family, appartenant également à Disney, mise une nouvelle fois sur elle, l'année suivante, pour une sitcom inédite, Georgia Dans Tous ses États. Nouvel échec : la série - ratée en tous points - est annulée après seulement douze épisodes ! En 2012, Raven-Symoné rebondit à Broadway en interprétant Deloris Van Cartier dans la comédie musicale adaptée du film, Sister Act ; le spectacle (qui s’exporte notamment en France en septembre 2012 au Théâtre Mogador) ne tient pas plus qu’une saison et demi...

Georgia Dans Tous ses États est donc un échec cuisant sur toute la ligne. Son idée de départ consiste à voir la jeune Georgia venir s’installer à New-York pour devenir actrice. En attendant de trouver un rôle lui permettant de payer un loyer, elle se fait héberger au rez-de-chaussée de l'immense appartement de sa richissime tante, Tante Honey, qui a la particularité, d’enchainer les relations avec des hommes célèbres et d’en épouser un certain nombre pour en divorcer aussitôt... Georgia est curieusement en collocation chez sa tante avec sa meilleure amie, Jo, une scientifique, toujours mal fringuée et mal coiffée, qui tente, elle, d’intégrer une grande université afin de poursuivre ses études.

Le problème principal de la série est de ne pas disposer d’une base de départ suffisamment solide pour tenir la distance. Il est d’ailleurs clair que la production a tenté, sans doute incitée par les échecs d’audience semaine après semaine, de rectifier le tir sans jamais y parvenir et rajoutant de la confusion à l’ensemble. Dans ces conditions, les personnages - qui se cherchent tout autant que le scénario – n’ont pas les moyens de devenir attachants. Georgia laisse ainsi de marbre, passé le bénéfice du doute que tout téléspectateur accorde à une série lors des premiers épisodes. Certes, sa volonté de se sortir de son milieu social en devenant actrice a de quoi la rendre très sympathique mais l’intention est tuée dans l’œuf au contact du personnage de sa tante millionnaire. Difficile de s'émouvoir de sa condition quand il s’agit de la voir rentrer le soir dans un luxueux appartement ! Et que dire de son petit côté hautain qui fait qu'elle semble trouver tout à fait normal d'habiter dans ce genre d'environnement sans jamais n’être émue de sa chance. Dès lors, le téléspectateur ne se prend jamais d’affection pour elle et - pire - la trouve fausse, ayant, par exemple, du mal à croire qu’elle se résigne, sans le sou, à manger n’importe quoi. Un peu trop grosse la ficelle qui supposerait que Tante Honey héberge sa nièce chez elle, dans des conditions luxueuses, sans penser à la nourrir ou la soutenir un tant soit peu financièrement... Le récit est donc plombé par des non-choix constants : soit il fallait assumer le luxe de la tante, soit la pauvreté de la jeune apprenti-actrice débarquant de sa province... Mais le « un peu des deux » est la pire des solutions.

Au-delà de son environnement, le personnage de Georgia est intrinsèquement insupportable par son incroyable suffisance. Ainsi, quand elle passe des castings, elle se croit sans cesse être celle que le public et les professionnels attendent, sur le thème « je suis là, vous m’avez trouvé ! ». Sauf que... Elle n’est pas crédible pour un sou. Le téléspectateur aurait sans doute pu aimer un personnage de jeune actrice mal-à-l’aise, un peu gauche et manquant d’assurance plutôt que cette vaniteuse et vindicative jeune femme, sure de son talent au pont d'en être horripilante...

Le personnage de la Tante Honey n'est d’ailleurs pas mieux écrit. L’actrice qui le porte, Loretta Devine, a commencé sa carrière à Broadway à la fin des années 70, où sa prestation en qualité de Lorell Robinson dans le musical Dreamgirls en 1981 marque les esprits (Elle participera d’ailleurs, en clin d’œil, à son adaptation cinématographique en 2006). A partir du début des années 90, elle investit l’écran dans de petits rôles que cela soit à la télévision ou au cinéma. Elle est ainsi particulièrement connue pour endosser des personnages secondaires dans diverses séries phare comme Boston Public, Grey's Anatomy ou Eli Stone. Georgia Dans Tous ses États n’échappe pas à la règle et lui accorde là aussi un place en arrière plan. Malheureusement, son rôle ici ne fonctionne pas. Son personnage n’est, en effet, ni très sympathique, ni très drôle. Elle peine à faire croire qu’elle est une croqueuse d’hommes tandis que sa condition de couguar millionnaire blasée n’est pas véritablement assumée. Rien ne marche en réalité avec elle au point de se demander si sa présence n’est pas tout simplement de trop...

Le personnage de Jo subit, quant à lui, les mêmes approximations de définition que ses camarades de jeu. Il est porté par Majandra Delfino (née Maria Alejandra "Majandra" Delfino le 20 février 1981 à Caracas au Venezuela), une actrice, chanteuse, auteur-compositrice-interprète et mannequin américaine, surtout connue pour avoir incarné le rôle de Maria DeLuca dans la série Roswell (1999-2002). En 2004, elle a également participé à Céleste & the City, un film de la collection ABC Family Original Movie.
Alors certes, Jo est celle du trio qui est la plus cohérente et surtout ne varie pas beaucoup d’un épisode à l’autre ; une preuve sans doute que sa définition initiale était la plus solide. Sa condition de scientifique qui a plutôt les pieds sur terre et qui accepte sans broncher les affres que lui fait subir son amitié avec Georgia reste, en effet, la même du début à la fin de la série. Mais cela demeure insuffisant pour véritablement convaincre le téléspectateur et développer son capital-sympathie. Elle a d’ailleurs tendance à vite taper sur les nerfs tandis qu’elle peine à se rendre crédible en tant qu’élève scientifique universitaire. Pour intégrer une université, il faut tout de même avoir un certain de degré d’intelligence et mine de rien, elle n’en montre pas une once en dehors de sa vie estudiantine. Le personnage de Jo donne en réalité l’impression d’être endossé par à une jolie fille, artificiellement enlaidie pour singer une image d’Épinal du geek qui ne sait pas s’habiller et se coiffer. Sauf que... Une élève scientifique universitaire typique, ce n’est pas ça !

Autour du premier trio de personnages, évoluent des rôles secondaires dont certains sont peu à peu récurrents... Parmi eux se trouvent les trois camarades étudiants de Jo. Il y a d’abord Lewis (Kevin Covais), un geek un peu misogyne qui ne supporte pas de voir Jo en tant que leader du groupe tout en étant secrètement amoureux de la jeune fille. Apparaissant dans sept épisodes, il présente le même syndrome que le reste du casting de la série : il tape sur les nerfs ! Ses deux acolytes sont d'ailleurs du même acabit. Seth (Hasan Minhaj) est un étudiant indien (le plus intelligent des trois) qui en pince aussi pour Joe tandis que Leo (Jason Rogel ) est lui d’origine asiatique ; grassouillet, il affiche plutôt clairement son attachement pour Seth. Rien de vraiment enthousiasmant dans ce trio. Le pire est, en fait, atteint quand le téléspectateur s’aperçoit que la production ne mise pas sur les bons relais ! Le personnage du barman dans l’épisode n°3 aurait, en effet, mérité de devenir un rôle récurrent, offrant à Georgia et Jo un beau potentiel d’échanges et de répliques tant l’alchimie des trois semblent prendre. Mieux encore, l’endroit (le bar) permettait de constituer enfin un lieu de rendez-vous stable et crédible pour les personnages... Mais voilà, les scénaristes manquent le coche et zappe Patrick que le téléspectateur se désole de ne plus revoir !

Avec son scénario qui ne tient pas la route et ses personnages caricaturaux et insipides, Georgia Dans Tous ses États pouvait difficilement briller dans ses dialogues... Bien qu’étant supposée être une sitcom, la série n’est absolument pas drôle ! Toutes les blagues tombent à plats et le téléspectateur s’ennuie ferme. A peine sourit-il une fois par épisode et encore, ce n’est pas garanti. Tout est poussif, mal amené et facile. Les travers de Phénomène Raven avec les déguisements idiots ou les situations rocambolesques sont d’ailleurs de retour. Mais ce qui marche pour une sitcom pour adolescentes, ne fonctionne pas pour une série visant les adultes…

Georgia Dans Tous ses États trépasse au bout de son seulement douzième épisode, ABC Family ayant décidé d’arrêter les frais à mi-saison, à la lecture des audiences en baisse de semaine en semaine.
La France voit curieusement la série être diffusée sur Disney Channel. La démarche est atypique puisqu’elle est à la base clairement plus adulte que celles proposées d’habitude sur la chaine. Deux raisons majeurs plaident pourtant pour sa diffusion dans ces conditions. Disney Channel France a d’abord décidé de surfer sur la popularité de Raven-Symoné dont la série Phénomène Raven passe toujours sur son antenne. Ensuite, Disney Channel réalise une double bonne affaire ; financière, la série – qui est un échec et trop courte – ne coute rien sur la marché ; et politique, elle fait également jouer la synergie du groupe et recycle un fiasco... Le téléspectateur lui hésite sur la démarche suivie par la chaine : certes, il prend plaisir à revoir Raven (même si le changement de voix est rude bien que normal : l’actrice n’est plus une ado, il fallait faire « muer » sa voix) ; mais se désole de la piètre qualité du programme...

Série ratée en tous points, Georgia Dans Tous ses États est un calvaire à suivre sur - pourtant seulement - douze petits épisodes.