Marvel 14
Les Super-Héros Contre la Censure

Marvel 14 : Les Super-Héros Contre la Censure
L'affiche du film
Titre original :
Marvel 14 : Les Super-Héros Contre la Censure
Production :
Mettalina Productions
Date de sortie France :
Le 11 septembre 2009
Genre :
Documentaire
Réalisation :
Philippe Roure
Jean Depelley
Durée :
26 minutes

Le synopsis

Au sortir de la guerre, la censure de la presse enfantine s’organise en France autour de la loi du 16 juillet 1949 instaurant la "Commission sur les œuvres imprimées destinées aux enfants". Inspirée d’un travail législatif remontant au gouvernement de Vichy, elle empêche, jusqu’au début des années 80, l’importation des comics américains. Les éditions Lug sont ainsi notamment dans son collimateur.

Après d’autres collections, leur journal et recueil de comics « Marvel » se voit interdire au treizième numéro. Une légende urbaine prétend depuis que le numéro 14 existe bel et bien mais serait tenu au secret...

La critique

rédigée par
★★★

Marvel 14 : Les Super-Héros Contre la Censure  est un court-métrage documentaire français de 26 minutes produit par Mettalina Productions et réalisé par Philippe Roure et Jean Depelley.

Son propos est scindé en deux parties non identifiées en tant que telle. La première – la plus intéressante en réalité – s’attache ainsi à expliquer la genèse de la censure de la presse enfantine en France et de ses conséquences sur l’importation des bandes dessinées étrangères, et notamment des comics. La seconde s’attarde, elle, sur le fantasmé (du moins chez les fans) numéro 14 du journal français de comics, Marvel.

Le documentaire dresse donc, tout d’abord, un état des lieux de la législation applicable à la presse pour enfants post Seconde Guerre Mondiale. Il explique non seulement son origine mais également ses conséquences. Le spectateur apprend ainsi qu’en 1949, quand la question de la censure de la presse enfantine s’est posée, les parlementaires de l’époque, toutes tendances confondues, sont tombés d’accord sur un texte particulièrement strict imaginé, à l’origine, par les fonctionnaires de Vichy. Ainsi, les élus MRP (la Droite Chrétienne Démocrate) et leurs opposants Communistes (le P.C.F. est alors très puissant) s’allient dans le but d’interdire l’importation de bandes dessinées venues notamment des USA. La droite, sous influence de l’église, craint, en effet, pour la moralité des jeunes français tandis que la gauche reproche, elle, aux récits américains leurs anticommunismes revendiqués. La « Commission sur les œuvres imprimées destinées aux enfants » prend alors à cœur de faire retirer tout ce qu’elle estime ne pas correspondre aux bonnes mœurs, en édictant une somme d’interdits considérable. Ainsi, par exemple, les héros ne peuvent pas être masqués au motif que seuls les voleurs cachent leur visage : même Zorro fera les frais de cette directive et tombera le masque ! Les couleurs criardes sont prohibées car par trop existantes : les éditeurs contournent alors le problème en publiant les comics en noir-et-blanc majoritaire avec une seule couleur dominante (le bleu ou le rouge). Les onomatopées sont également proscrites au prétexte qu’un homme civilisé n’en utilise pas ! Du même acabit, les super-héros ne doivent pas avoir de pouvoirs (trop) surnaturels pour ne pas voir le jeune public mystifier des balivernes, les explosions sont interdites et le sang gommé, etc.

La censure faisant feu de tout bois, les éditeurs sont sous pression. Ils en arrivent même à s’autocensurer au-delà des exigences légales, histoire d’échapper à l’interdiction pure et simple de publication. Alors même que leur équipes réécrivent les histoires et reformatent les dessins pour les expurger de tout ce qui peut tomber sous le couperet de la loi ou de la commission de censure, les éditions Lug, spécialisées dans les comics Marvel, en subissent tout de même les foudres. Ils voient ainsi plusieurs de leurs magazines retirés des rayonnages, agonisent sous une multiplication par 15 de la T.V.A. applicable à leurs publications et se résignent même à les éditer avec la mention « BD réservées au adultes » se privant, à l’époque, de la quasi-totalité de leur lectorat. De leur côté, les fans, qui ne comprennent pas tous ce qu’ils se trament sous leurs yeux, pestent contre les éditeurs les accusant de carrément saboter les œuvres qu’ils sont censés pourtant promouvoir...

Le documentaire enchaine alors sur son deuxième thème, celui-là même qui est révélé dans le titre. Le mythe du numéro 14 du magazine Marvel. Il prend alors des airs d’enquêtes judiciaires (allant même jusqu’à flouter un intervenant) et part à la recherche de tous les indices sur ce fameux numéro. Remontant le fil des responsabilités au gré des fusions et acquisitions dans le monde de l’édition, il laisse la conclusion à l’ancienne directrice des éditions Lug qui explique que la maquette du numéro 14, aujourd’hui perdue, était prête mais n’a jamais été mise sous presse.

Marvel 14 : Les Super-Héros Contre la Censure est un documentaire intéressant qui permet de bien comprendre le processus de censure qui s’est appliqué pendant plus de trois décennies à la presse enfantine en France. L’histoire du Marvel 14 ne vaut en revanche que pour l’anecdote...

A noter :
Ce documentaire existe sous la forme de 56 minutes.

L'édition vidéo

Jaquette Marvel 14 : Les Super-Héros Contre la Censure
Jaquette Marvel 14 : Les Super-Héros Contre la Censure
Edition DVD Video
Zone 2 Simple 2012