Pirates des Caraïbes
Le Secret du Coffre Maudit

Pirates des Caraïbes : Le Secret du Coffre Maudit
L'affiche du film
Titre original :
Pirates of the Caribbean : Dead Man's Chest
Production :
Disney
Date de sortie USA :
Le 7 juillet 2006
Genre :
Fantastique
Réalisation :
Gore Verbinski
Musique :
Hans Zimmer
Durée :
145 minutes

Le synopsis

Jack Sparrow n'en finit décidément pas de régler ses comptes avec son passé ! Le pacte lui promettant le commandement du mythique Black Pearl, conclu treize ans auparavant avec l'hideux et maléfique Maître des sept mers, Davey Jones, en échange de son âme, est en effet depuis peu d'actualité. Le pirate, de nouveau aux commandes de son navire fétiche, doit ainsi honorer sa dette. Mais le prix à payer lui semble désormais trop lourd : donner son âme à Davey Jones revient, il est vrai, sans rédemption possible, à devenir, comme tous les membres de son équipage maudit, un repoussant fantôme squelettique. Bien décidé à ne pas subir le sort qui lui est réservé, Jack Sparrow part immédiatement en quête du coffre maudit du Maître des sept mers pour en délivrer les âmes emprisonnées et rompre ainsi le sortilège...

La critique

rédigée par
★★★

Disney dans sa volonté d'adapter, au cinéma ou à la télévision, la trame de certaines attractions de ses parcs à thème n'a pas toujours été très heureux. La Tour de la Terreur et Les Country Bears n'ont ainsi pas laissé un souvenir impérissable. D'ailleurs, quand en 2003, le studio de Mickey remet ça avec Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl, peu de gens parient alors sur le succès du film. Mais c'est sans compter sur le remarquable casting, Johnny Deep en tête, ou le staff de production emmené par Jerry Bruckheimer, passé maître dans l'art du divertissement. La sauce prend et  l'incroyable se produit. Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl est littéralement plébiscité par le public qui se rue dans les salles. Tous les analystes d'Hollywood  sont pris de court. Après plus de 305 millions de dollars au box-office américain, le long-métrage se paye même le luxe de  répéter ce phénomène dans le monde entier. Le succès dépasse alors l'entendement et offre au premier opus le rang envié de "film culte".

Rien d'étonnant, dès lors, à ce que les dirigeants des studios Disney décident, unanimes, de remettre à l'affiche toute la troupe des personnages flibustiers qui a su si brillamment conquérir le coeur du public. Pourtant la chose n'est pas aisée. Faire un second opus ne rime, en effet, pas à grand chose, si ce n'est, à gonfler le tiroir caisse, au risque indéniable de décevoir en tuant intrigues et personnages. Seule une trilogie, toute entière mise au service de l'histoire, prend vraiment un sens. Elle présente également le double avantage de permettre des économies d'échelles substantielles dans la production (les mêmes équipes sont en place pour le deuxième et le troisième opus)  et de ne pas gêner l'agenda des stars qui, enchaînant les tournages, peuvent ainsi mener leur carrière respective sans handicaper le rythme de sortie de la trilogie. A l'image des Retour vers le futur ou Matrix, les épisodes 2 et 3 de la saga des Pirates de Caraïbes sont donc tournés d'un bloc et présentés au public à douze mois d'intervalles  (contre six pour les aînés).

Si Pirates des Caraïbes : La malédiction du Black Pearl était fortement lié à l'attraction dont il s'est inspiré, sa suite directe Pirates des Caraïbes : Le secret du coffre maudit s'en détache visiblement. Oubliés, en effet,  les  nombreuses références et clins d'œil incessants à Pirates of the Caribbean, le manège ouvert à Disneyland en Californie en 1967 puis décliné dans les parcs Disney du monde entier.
Pirates des Caraïbes : Le secret du coffre maudit se concentre, lui, sur sa filiation avec le premier volet et le passage de relais au dernier épisode, même s'il ne néglige pas quelques allusions lointaines aux parcs à thème telles les séquences sur l'île de Tortuga ou - et c'est le plus frappant - l'atmosphère du film, en droite lignée avec celle du land  Adventureland des resorts Disney, et en particulier de celui de Disneyland Paris.

Le scénario, quant à lui, frappe fort. Minutieusement élaboré pour s'inscrire dans une trilogie aboutie, il repose, en effet, sur les richesses du premier opus dont il reprend folklore, rythme, suspense et fantastique. Les vielles histoires de flibusteries et leur lot de mystification prennent ici un sens moderne et ouvrent la voix à de multiples rebondissements aussi prenants qu'inattendus. Les légendes des océans sont, dans la même idée, appelées à la rescousse et offrent ainsi des personnages époustouflants, aux premiers rangs desquels Davy Jones, une créature mi-humaine, mi-marine dont le nom est fort judicieusement prononcée par Will Turner dans le premier volet. Ajouter à cela  le Hollandais volant ( un fameux bateau fantôme) ou le Kraken ( un monstre marin qui terrorisait les mers de Norvège  en attaquant les navires pour les engloutir avec ses puissantes tentacules) et vous obtenez une histoire magique qui résonne dans l'inconscient collectif des spectateurs conviés à  un hommage vibrant à 20000 lieux sous les mers.

Pirates des Caraïbes : Le secret du coffre maudit ne se contente pas, toutefois, de détourner, à la sauce fantastique, la mémoire des légendes marines. En quête de crédibilité, il s'attache également à aborder, ici ou là,  quelques épisodes historiques marquants, telle la prise de pouvoir de la Compagnie des Indes, dont la finalité a fait oublier à ses auteurs les principes mêmes de l'humanité ou de la liberté. L'humour est, quant à lui, toujours aussi très présent et sert, comme dans le premier opus, de liant au récit.  La séquence chez les Pelegostos est, à ce titre, une parodie grinçante de l'ethnocentrisme des occidentaux dans leur façon d'aborder, toujours avec des idées fausses, les autres civilisations. Les scénaristes, visiblement amusés, ont poussé le vice à créer, de toutes pièces, une langue inédite, le "Umshoko", que Johnny Deep s'évertue à vouloir parler sans accent. Tout simplement irrésistible ! Le ressort comique du film repose enfin, comme son aîné, sur sa capacité à s'inscrire dans l'irrévérencieux. Et c'est tout le récit qui s'en trouve changé dans un élan de rébellion à l'ordre établi, chère aux pirates.

La galerie de personnages est sans aucun doute l'autre grande force du film. Le spectateur retrouve, ainsi, avec un plaisir évident, des visages familiers. Il découvre cependant bien vite ses héros sous un jour nouveau, bien éloigné des standards des productions hollywoodiennes habituelles. Tous les personnages, malmenés par le récit, révèlent, en effet, un côté de leur personnalité, qui, les rendant plus humains car faillibles, n'en sont que plus attachants. Cette volonté de ne pas faire dans l'angélisme dégoulinant de bons sentiments est, sans aucun doute, à mettre au crédit du producteur Jerry Bruckheimer, rompu à l'écriture des séries les plus réalistes du petit écran américain actuel. Pirates des Caraïbes : Le secret du coffre maudit amène bien sûr son lot de nouveaux personnages dont les traits et le charisme sont définitivement à  la hauteur du récit.

Filiation brillante, scénario inspiré, personnages aboutis : le film se devait d'avoir des moyens à la hauteur de ses ambitions. Et c'est assurément  le cas ! La musique de Hans Zimmer, épique à souhait, est d'une beauté rare. Les décors sont, eux, somptueux et garantissent à coups sûrs, le dépaysement. Enfin, les effets spéciaux accumulent les performances, à de rares exceptions prés où certains plans, tournés en studio, déçoivent ici et là. Le procédé du fond bleu pour l'incrustation d'images, parfois perfectible, fait  notamment bien pâle figure avec le résultat obtenu pour Starwars : Episode 3.

Pirates des Caraïbes : Le secret du coffre maudit  réussit le tour de force de faire mieux que son - pourtant culte - aîné dont il évite, avec bonheur, certaines longueurs, en particulier les allers-retours en mer inutiles au déroulement de l'histoire.
Véritablement jubilatoire, le film est divertissant de bout en bout, au point de rendre son cliffhanger (fin ouverte en français) insupportable. Gageons que des millions de spectateurs vont connaître un phénomène de manque jusqu'à la sortie du dernier opus de la trilogie : mais que va t'il donc bien pouvoir arriver à Jack Sparrow, Will Turner et Elizabeth Swann ?

L'édition vidéo

Jaquette Pirates des Caraïbes : Le Secret du Coffre Maudit
Jaquette Pirates des Caraïbes : Le Secret du Coffre Maudit
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2006
Zone 1 Collector 2006
Zone 2 Simple 2007
Zone 2 Collector 2007
Editions Blu-ray Disc
Zone A Collector Multizone 2007
Zone B Collector 2007