Le Chihuahua de Beverly Hills 2

Le Chihuahua de Beverly Hills 2
La jaquette
Titre original :
Beverly Hills Chihuahua 2
Production :
Disney
Date de sortie USA :
Le 01 février 2011
Genre :
Comédie
Réalisation :
Alex Zamm
Musique :
Chris Hajian
Durée :
80 minutes

Le synopsis

Papi et Chloé sont désormais mariés et parents de cinq chiots tous plus espiègles et turbulents les uns que les autres. Désireux d’aider leurs maitres en proie à des difficultés financières, ils décident de participer à un défilé de mode pour remporter le 1er prix…

La critique

rédigée par

Le Chihuahua de Beverly Hills, somme toute sympathique, a été, en son temps, laminé par la critique et les spectateurs. Cette volée de bois-vert n’a, pour autant, pas empêché ses recettes mondiales de taquiner les 150 millions de dollars (dont 94 sur le seul sol américain) qui, au regard de son budget s’établissant à 20 « petits » millions de $, en ont fait une opération financière fort juteuse. Ses DVDs, notamment, se sont s'arrachés comme des petits pains ! Il faut dire que Disney maitrise depuis toujours le genre et connait parfaitement la valeur marchande des films « où les chiens parlent ». La saga Air Bud - dont le onzième volet, Les Copains Fêtent Halloween : La Légende du Chien Maudit, sort à l'automne 2011 - en est la preuve ultime, s’il en était encore besoin ! Cette « saga » ne s'est d’ailleurs jamais aussi bien portée que depuis son sixième épisode, Cinq Toutous Prêts à tout, où les chiots se sont mis à parler remplissant concomitamment le tiroir-caisse des amis de Picsou. Dès lors, il était presque écrit que Disney allait capitaliser sur « son » Chihuahua de Beverly Hills dans une démarche qui prend des airs de franchise. Et... Bien lui en a pris, du moins financièrement, puisque le film est arrivé premier des ventes le jour même de sa sortie !

A l’évidence, le marché des suites vidéos est donc toujours aussi lucratif. L'arrivée de John Lasseter à la tête de la division Animation du trust Disney/Pixar avait pourtant bouleverser les recettes de la branche vidéo (au sens économique comme stratégique). Une de ses premières décisions est, en effet, le changement d’attaches de DisneyToon Studios. Il passe, il est vrai, cette division de la branche télévision à la branche cinéma et la place directement sous ses ordres. John Lasseter chamboule ainsi vite son calendrier. Il stoppe immédiatement toutes les suites vidéos calamiteuses des Grands Classiques (Les Aristochats 2, Chicken Little 2, Bienvenue Chez les Robinson 2) et arrête, dans la foulée, le massacre orchestré avec la pitoyable collection des Disney Princess : Les Histoires Merveilleuses. Désormais, seules des productions liées à Disney Consumer Products sont mises en chantier, avec pour impératif, d'être toutes des œuvres originales. Les dessins-animés Disney « direct en vidéo » se font depuis rares... La nature ayant horreur du vide (et en l’espèce surtout le tiroir-caisse !) la branche vidéo de la compagnie de Mickey entreprend donc de combler le calendrier avec des suites de films "Live", un domaine échappant à l’autorité de John Lasseter. Ainsi, rien qu'en 2011, pas moins de trois long-métrages sortent directement en vidéo : Les Copains Fêtent Halloween : La Légende du Chien Maudit, La Fabulous Aventure de Sharpay (un spin-off d'High School Musical) et Le Chihuahua de Beverly Hills 2...
 

Les démons du passé sont à l'évidence de retour ! Si, dans les années 1990-2000, le grand public a eu son lot de suites animées ratées car réalisées à bas coûts, (Le Bossu de Notre-Dame 2 : Le Secret de Quasimodo décrochant sans doute la palme de l’ineptie totale), les films "Live" du label Disney ont, en effet, choisi manifestement de prendre la relève en 2011.
Le Chihuahua de Beverly Hills 2
est ainsi un nanar absolu. Alors certes, son film de référence, Le Chihuahua de Beverly Hills, n’était pas lui-aussi (et c’est un euphémisme !) un chef d'œuvre. Mais, malgré son assise bien maigre, il avait au moins le mérite d’être correctement construit, réalisé et mené. Sa suite n’a visiblement pas cette chance. Son histoire est, il est vrai, insipide à souhait. Débutant par une scène qui le positionne à destination du très, très jeune public (à moins qu’il ne s’agisse d’un deuxième degré imbécile, le doute restant permis...), le spectateur assiste médusé à un mariage, en bonne et due forme, de deux toutous... Sauf que la dynamique ne fonctionne pas un instant. Cette situation plombe alors l’ensemble d’autant que le réalisateur a choisi de conserver un ton similaire tout au long du récit. Le film s’essouffle ainsi dès la première moitié ; une hérésie au regard de la durée de l’opus, de seulement 80 minutes ! Pire, la trame est tellement faible que le spectateur a véritablement le sentiment que les scénaristes ont cherché à passer le temps en usant et abusant d’historiettes narrées par Papi... N’y suffisant pas, un laborieux rebondissement est même inséré pendant le défilé de mode rendant le tout incroyablement idiot : de là à penser que les auteurs ont parié sur le fait que le public partirait, de toutes les façons, avant la fin ; il n’y a qu’un pas aisément franchissable...

Côté casting, c’est la débandade : aucun acteur du premier opus ne rempile ! Ainsi Erin Cahill, Marcus Coloma et Susan Blakely remplacent Piper Perabo, Manolo Cardona et Jamie Lee Curtis dans les rôles respectif de Rachel Ashe, Sam Cortez et Tante Vivianne. Même Andy Garcia et Drew Barrymore désertent les voix des personnages de Delgado et Chloé ; Papi conservant en revanche George Lopez. Les stars-maison de Disney, venues principalement de la chaine amiral Disney Channel, sont donc, presque malgré elles, appelées à la rescousse pour faire des voix s’agissant d’Emily Osment (Hannah Montana), Bridgit Mendler (Bonne Chance Charlie) et Madison Pettis (Cory et dans la Place, La Mission de Chien Noël) ou carrément assumer un personnage à l’exemple d’Elaine Hendrix (A Nous Quatre, Inspecteur Gadget 2), Brian Stepanek (La Vie de Palace de Zack et Cody) ou Phill Lewis (La Vie de Croisière de Zack et Cody). Tout ce petit monde se résout alors à surjouer sans jamais parvenir à se rendre convaincant...

Après visionnage, le bilan est sans appel : le DVD du Chihuahua de Beverly Hills 2 ne peut servir qu’à caler une armoire...

L'édition vidéo

Jaquette Le Chihuahua de Beverly Hills 2
Jaquette Le Chihuahua de Beverly Hills 2
Editions DVD Video
Zone 1 Simple 2011
Zone 2 Simple 2011
Editions Blu-ray Disc
Zone A Simple 2011
Zone B Simple 2011