Kingdom Hearts

Kingdom Hearts
La jaquette
Titre original :
Kingdom Hearts
Date de sortie Japon :
Le 28 mars 2002
Pegi :
Tout le monde
Langue :
Français
Type de jeu :
Aventure
Multijoueur :
Aucun
Développeur :
Square
Musique :
Yoko Shimumora
Jeux testé sur :
Playstation 2
Également disponible sur :
Playstation 3 (Kingdom Hearts HD 1.5 ReMix)
Playstation 4 (Kingdom Hearts 1.5 + 2.5 ReMix)

Liste des niveaux

Liste des mondes visités :
Les îles du Destin
La Ville de Traverse
Le Pays des Merveilles
Le Colisée de l’Olympe
La Jungle Profonde
La Forêt des Rêves Bleus
Agrabah
Monstro
Atlantica
La Ville d’Halloween
Le Pays Imaginaire
La Forteresse Oubliée
La Fin du Monde

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 10 mai 2017

Mélanger les personnages les plus emblématiques de l’univers Disney à ceux d’une des plus grandes sagas vidéoludiques de ces dernières années : Final Fantasy ? Pure hérésie pour certains, idée de génie pour d’autres. Pourtant, c’est précisément ce que propose Kingdom Hearts en faisant cohabiter deux univers aux antipodes l’un de l’autre pour un résultat plus qu’enchanteur qui touche à l’âme d’enfant de bien des joueurs.

L’idée de créer l’univers qui caractérise Kingdom Hearts remonte à la fin des années 90 lors d’une discussion entre deux producteurs de jeux vidéo, Shinji Hashimoto et Hironobu Sakaguchi, exprimant leur désir de mettre au point un jeu similaire à Super Mario 64, produit par Nintendo, et offrant la possibilité de contrôler des personnages dans un univers entièrement modélisé en trois dimensions. Toutefois, les deux hommes déplorent alors que les seuls personnages de la culture populaire qui pourraient rivaliser avec le célèbre plombier à la casquette rouge seraient les personnages Disney, un recours qui leur semble alors tout bonnement impossible. Heureux hasard, leur conversation est entendue par Tetsuya Nomura qui accepte de diriger le projet : Kingdom Hearts est officiellement sur les rails.
Le projet ne sera pas de tout repos pour Nomura qui se voit vite imposer de nombreuses conditions par Disney. Le label exige ainsi notamment que l'un de ses héros devienne le personnage principal du nouveau jeu ! Mais le créateur vidéoludique n'en démord pas : il impose aux studios que le personnage central soit au contraire une création totalement originale !

Le développement du projet débute ainsi véritablement en février 2000 quand à nouveau de nombreux problèmes viennent perturber sa gestation. L'équipe de développement préfère ainsi se concentrer sur le système de jeu si bien que le scénario prévu à l’origine se révèle trop simpliste, dans l'idée de toucher le plus grand nombre de personnes, enfants compris. Et ce scénario n’est pas au goût de tout le monde ! L'un des producteurs prévoit ainsi un échec cuisant pour le jeu s'il n'est pas rapidement remanié. Il est fort heureusement entendu et le jeu sort enfin après deux années de développement au Japon.
Et force est de constater que si le projet peut sembler curieux sur le papier, il se révèle totalement convaincant une fois la manette en main !

Ce qui frappe le plus dans Kingdom Hearts, c’est en effet son scénario qui parvient habilement à mêler une histoire totalement originale aux intrigues des différents films Disney, faisant interagir des personnages bien connus avec de nouvelles têtes créées spécialement pour les besoins du jeu.
Parmi elles, se trouve Sora, jeune garçon de 14 ans vivant sur les îles du Destin en compagnie de ses amis Riku et Kairi. Il se voit choisi par la Keyblade, une épée magique en forme de clé, afin de sauver les différents mondes des Ténèbres représentés par les Sans-Coeurs. Accompagné de Donald et Dingo, Sora part donc à l’aventure pour retrouver ses amis et le Roi Mickey et sauver les mondes Disney de la destruction.

Le point de départ de Kingdom Hearts permet ainsi aux héros de visiter de nombreux univers issus des films d’animation Disney. Que cela soit pour venir en aide à Alice, ou encore explorer les profondeurs marines en compagnie d’Ariel, le jeu fait la part belle à l’immense galerie de personnages Disney, héros comme méchants : il touche ici la corde nostalgique du joueur qui voit ses héros préférés l’accompagner dans les nombreuses aventures que Sora est amené à vivre au cours de sa progression.
Mais là n'est pas l'essentiel ! Si les aventures vécues par Sora, Donald et Dingo dans les mondes Disney sont sympathiques à suivre, elles ne sont rien de plus qu’un prétexte pour tisser un scénario plus complexe tournant autour de ses nombreux personnages. Le jeu met en lumière des thèmes pas aussi enfantins qu’il n’y paraît et qui ont la capacité d'émouvoir le joueur à plus d’un moment dans la partie.

Les personnages peuplant le récit constitue à l'évidence l'une des grandes forces de Kingdom Hearts

Du coté des nouveaux personnages, Sora est celui qu’il est impossible de ne pas aimer. Très attaché à ses amis, il n’hésite pas à partir à l’aventure en compagnie de Donald et Dingo afin de les retrouver. Sa relation avec les deux acolytes de Mickey est d’ailleurs plus que touchante tant leurs joutes verbales sont à la fois drôles et bien senties la plupart du temps.
Riku, quant à lui, se révèle être un personnage bien plus complexe qu’il n’y paraît. Éternel rival de Sora, il ne cesse de revenir dans les aventures de ce dernier à de nombreuses reprises allant même jusqu’à se laisser tenter par les forces du Mal… Toutefois, le personnage est loin d’être manichéen et propose une réflexion plus qu’intéressante sur la frontière qui sépare le Bien du Mal.
Enfin, Kairi est celle qui vient compléter le trio d’amis. Entourée de mystère, la jeune fille souffre de son absence trop prononcée dans le récit, si bien qu’il est difficile de réellement s’attacher à elle malgré les quelques beaux moments qu’elle offre lors de chacune de ses trop rares apparitions.
Donald et Dingo sont eux aussi de la partie et constituent la plus grande surprise de Kingdom Hearts ! Jamais ces personnages, trop souvent dans l’ombre de Mickey, n’avaient eu une aussi belle occasion de briller tout en conservant les caractéristiques qui leur sont propres. Une excellente surprise qui ravira leurs fans.

Si le scénario et les personnages principaux de Kingdom Hearts participent grandement à sa réussite, il faut admettre que les graphiques du jeu y sont aussi pour beaucoup. Ils s’appliquent, en effet, à respecter le design de chaque univers Disney visité, et autant dire que le résultat est plus que bluffant. Qu'il est plaisant pour le joueur de déambuler dans les différents films d’animation qui l’auront marqués tant ceux-ci regorgent de petits détails sympathiques aptes à faire vibrer sa corde nostalgique ! De même, les caractéristiques nippones des nombreux personnages de la saga Final Fantasy, ainsi que de ceux créés spécialement pour le jeu, ne jurent jamais avec les différents univers Disney visités, s’y intégrant toujours parfaitement. 
Enfin, les mondes originaux ont pour leur part le mérite de proposer des idées plus ou moins originales. Au nombre de quatre, ils se distinguent par leur originalité et leur volonté de se démarquer clairement des univers Disney. Parmi eux, le monde de la Forteresse Oubliée, véritable univers labyrinthique et mystérieux à l’influence steampunk servant de repère à l’association de méchants Disney formée par l’impitoyable Maléfique, remporte la palme de l’originalité tant il a le mérite de proposer de nombreuses bonnes idées et des décors totalement différents avec ceux aperçus dans le reste du jeu. Il fait à l'évidence de l’ombre aux trois autres mondes restants, à savoir Les îles du Destin, la Ville de Traverse et la Fin du Monde qui, s'ils restent sympathiques, ne sont jamais mémorables.

Square oblige, le gameplay de Kingdom Hearts est grandement influencé par la série des Final Fantasy en proposant quelque chose de varié mais redondant. Privilégiant ainsi le système de hack and slash qui met en avant les combats, Kingdom Hearts permet d’offrir une énorme variété de possibilités afin de venir à bout des ennemis rencontrés. Ainsi, l’arme de prédilection de Sora, à savoir, la Keyblade, forme l’accessoire principal du joueur pour terrasser ses ennemis. Véritable concentré de puissance, cette épée en forme de clé renferme de nombreux atouts tels que des pouvoirs magiques ou encore la possibilité d’invoquer des personnages de l’univers Disney pour aider Sora et ses amis à se tirer de situations délicates. Entièrement personnalisable à l’aide de portes-clés qui seront offerts aux joueurs par les personnages Disney rencontrés au fil de l’aventure et permettront d’améliorer ses compétences d’attaque et de magie, la Keyblade constitue l’alliée la plus précieuse des gamers tout au long de l’aventure.
Toutefois, la Keyblade ne serait pas aussi puissante sans l’utilisation de sorts divers et variés destinés à venir à bout de certains ennemis. La plupart du temps élémentaires (feu, glace, foudre,…), certains sont essentiels à l’avancement du joueur pour l’aider dans quelques situations délicates ou encore déverrouiller certains artefacts magiques. En outre, grâce à la Keyblade, Sora se trouve en mesure d’invoquer des personnages bien connus de l’univers Disney tels que Simba, Bambi, Dumbo ou encore Clochette et le Génie afin de lui venir en aide, chacun possédant des talents propres, bien utiles à la poursuite de l’aventure.
Enfin de nombreux objets trouvables tout au long du voyage, tels des potions permettant de restaurer la santé des personnages ou encore des éthers qui redonneront de la puissance magique à Sora, apparaissent ici ou là comme autant d'aides aux protagonistes dans leur quête.

Pour l'assister dans ses nombreux combats, Sora est, durant l’intégralité du jeu, accompagné de ses amis, Donald et Dingo. Si le canard colérique, ici reconverti en magicien, se révèle très utile tout au long de l’aventure, il n’en est pas de même pour le pauvre Dingo qui se contente de foncer dans tout ce qui bouge et qui se retrouve hors-service la plupart du temps. Toutefois, Donald et Dingo ne sont pas les seuls acolytes sur lesquels peut compter le joueur : selon le monde dans lequel les trois compères se trouvent, il sera possible d’intervertir un des membres du groupe afin d’y intégrer des héros comme Ariel, Tarzan ou encore Aladdin et Jack Skellington et bénéficier ainsi de leurs compétences.
Les atouts de chacun des personnages sont également un des éléments essentiels de Kingdom Hearts, en particulier ceux de Sora que le joueur peut activer en gagnant des points d’expérience qui ne s’acquièrent que lorsqu’un ennemi est vaincu. Ces points d’expérience sont ainsi un moyen de monter le niveau des personnages principaux mais également de booster leurs différentes caractéristiques telles que l’Attaque, la Défense ou encore la Magie.
Enfin, pour voyager entre les mondes, Sora et ses amis ont besoin de l’aide du vaisseau Gummi. L’occasion pour les développeurs d’introduire des petites phases de jeu permettant de couper l’action et prenant la forme d’un rail shooter. Seulement, l’aspect simpliste et l’angle choisi pour ces phases de « voyage », bien que sympathiques, se révèlent souvent ennuyeuses et sans intérêt, si bien que le joueur pourra être amené à s’en désintéresser totalement alors que le potentiel était présent pour rendre l'expérience bien plus intéressante.

Si Kingdom Hearts possède de nombreuses qualités, aucune n’arrive à la cheville de la musique du jeu et de son casting vocal. Véritable pépite symphonique reprenant les thèmes principaux des différents univers Disney traversés, la compositrice Yoko Shimomura signe ici une partition de toute beauté entre hommages et nouveautés. Elle livre ainsi de nombreux thèmes iconiques comme Hikari ou encore Simple and Clean, qui se sont depuis inscrits dans l’inconscient collectif de beaucoup de joueurs du monde entier. Ces deux thèmes se voient même utilisés un temps pour promouvoir le jeu au Japon avec pour l’occasion, Utada Hikaru qui enregistre les versions japonaises et anglaises de la chanson Simple and Clean, commercialisée en mars 2002.
Et que dire du casting vocal impressionnant de Kingdom Hearts qui prend la peine de reprendre de nombreuses voix originales des personnages Disney aussi bien dans sa version originale que dans sa version française. Ce sont ainsi Hayley Joel Osment (connu pour son rôle culte dans le film de M. Night Shyamalan : Sixième Sens), David Gallagher et Hayden Panettiere (voix originale de Couette dans 1001 Pattes (a bug's life)) qui prêtent respectivement leurs voix à Sora, Riku et Kairi dans la version originale du jeu, tandis que dans sa version française, le doublage de ces personnages est attribué à Donald Reignoux, bien connu des fans Disney pour ses nombreuses voix de personnages tels que Felix Fixe Jr. dans Les Mondes de Ralph ou encore du montagnard Kristoff dans La Reine des Neiges, mais aussi à Mathias Kowzolski et Kelly Marot.
Mais le casting vocal de Kingdom Hearts ne serait pas complet sans les doubleurs français ayant prêté leurs voix aux nombreux personnages Disney tels que Richard Darbois (Le Génie, Oogie Boogie), Éric Métayer (Iago) ou encore Roger Carel (Jiminy Cricket, Winnie l’Ourson) et Emmanuel Jacomy (La Bête, Tarzan) qui reviennent donner de leur tonalité afin de replonger les joueurs dans une nostalgie bienvenue.

Annoncé en grande pompe à l’E3 en mai 2001, Kingdom Hearts fascine autant qu’il intrigue durant sa promotion. Ainsi, plusieurs modes de démonstration se voient mises à disposition lors du Tokyo Game Show de 2001 afin que les futurs joueurs puissent prendre connaissance de l’univers et des mécanismes de jeu présents dans le produit final. Pour sa sortie américaine, Square mise sur le casting vocal impressionnant du jeu afin de jouer sur la corde nostalgique des gamers vis à vis des univers Disney repris dans le jeu.
Kingdom Hearts sort finalement le 17 septembre 2002 aux États-Unis et rencontre un véritable succès aussi bien commercial que critique. Le jeu se place ainsi dans le top 3 des meilleures ventes de jeux vidéo lors de ses deux premiers mois de commercialisation si bien qu’en avril 2003, ce ne sont pas moins d’un million de copies qui ont été vendues lui permettant ainsi d’intégrer la prestigieuse liste des jeux « Platinum », statut réservé aux jeux de PlayStation 2 ayant passé la barre symbolique du million d’exemplaires vendus. Il n’est d’ailleurs pas étonnant de voir Kingdom Hearts intégrer par la suite le classement des « dix meilleurs jeux PlayStation 2 vendus en Amérique du Nord », si bien qu’en 2013, il est annoncé que plus de vingt millions d’exemplaires ont été écoulés à travers le monde. Un véritable record !
Les critiques plébiscitent elles aussi Kingdom Hearts lui accordant différentes places dans les classements des meilleurs jeux vidéo de 2002, IGN le plaçant même au 22ème rang dans son classement des « meilleurs jeux de PS2 de tous les temps ». Si le gameplay est parfois fortement critiqué, notamment à cause de la caméra capricieuse et des phases à bord du vaisseau Gummi, beaucoup de journalistes s’accordent sur la beauté des graphismes et de son histoire.

Plus de 15 ans après sa sortie, Kingdom Hearts passionne toujours autant les joueurs. De nombreux produits dérivés sont, il est vrai, créés afin de capitaliser sur la popularité de Sora et de ses amis ! Ainsi, il n’est pas étonnant de voir le premier opus de la série adapté sous forme de manga par Shiro Amano, sortissous la forme de quatre volumes. Mais le succès est tel que le jeu se voit doté d’une version longue, baptisée Final Mix, apportant de nouvelles scènes et de nouveaux boss et réglant aussi plusieurs éléments du gameplay critiqués dans la première mouture. Toutefois, cette nouvelle version ne sera rendue disponible qu’au Japon dans un premier temps, les fans étant obligés de patienter jusqu’en 2013 pour le voir arriver en Europe et en Amérique du Nord au sein de la compilation Kingdom Hearts HD 1.5 ReMix.

Kingdom Hearts représente en réalité la première pierre d’une mythologie plus complexe qu’il n’y paraît. Le succès est tel que de nombreuses suites voient le jour et ce, sur différents supports. Ainsi, en 2004, la série s’exporte sur GameBoy Advance avec le jeu Kingdom Hearts: Chain of Memories reprenant les événements survenus dans le premier opus mais en adoptant un gameplay bien différent basé sur l’utilisation de… cartes à jouer. Les fans devront par la suite attendre l’année 2005 avant de retrouver Sora et ses amis sur consoles de salon avec la sortie de Kingdom Hearts II, suite directe de Kingdom Hearts: Chain of Memories. Deux opus mineurs sortiront aprés sur Nintendo DS, intitulés Kingdom Hearts: 358/2 Days et Kingdom Hearts: ReCoded, ils ne sont rien de plus qu’un approfondissement de l’histoire de certains personnages croisés au cours des précédents volets de la saga. Enfin, Kingdom Hearts: Birth By Sleep et Kingdom Hearts 3D: Dream Drop Distance, sortis respectivement sur PSP et Nintendo 3DS, viendront compléter le tableau déjà bien rempli des opus de la saga en apportant chacun une pierre importante à l’édifice construit par les volets précédents, l’un permettant d’avoir un aperçu des événements survenus avant le début de la saga principale tandis que l’autre vient ouvrir de nombreuses pistes concernant la fin de l'arc narratif Xehanort : Kingdom Hearts III.

Touchant au plus profond de l’âme nostalgique de ses joueurs, Kingdom Hearts est une véritable pépite vidéoludique ayant marqué son temps et les esprits. Rien d'étonnant dès lors à le voir s’installer au panthéon des jeux vidéo les plus connus tant l’expérience se révèle magique et enchanteresse. Il est désormais impensable de ne pas vivre ou revivre les moments de jeu féérique apportés par Kingdom Hearts tant le retour en enfance est plaisant et bien mené. Un véritable must !

Les Plus
• Un scénario captivant
• Des personnages attachants
• Des univers Disney parfaitement respectés
Les Moins
• Une caméra parfois capricieuse
• Des quêtes un peu trop répétitives

Nos Réseaux Sociaux