Le Défi du Tyran
La Crise de la Flotte Noire - 3

La Crise de la Flotte Noire - 3 : Le Défi du Tyran
La couverture
Titre original :
The Black Fleet Crisis - Book 3 : Tyrant’s Test
Éditeur :
Fleuve Noir
Date de publication France :
Le 24 février 1999
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars Légendes
Auteur(s) :
Michael Kube-McDowell
Autre(s) Date(s) de Publication :
Bantam Spectra (US) : 1er janvier 1997
Nombre de pages :
313

Le synopsis

An 17 après la Bataille de Yavin (Univers Légendes)
La Nouvelle République, dont l’alliance qui la forme s’est brisée, affronte désormais un ennemi sans merci. Chewbacca part ainsi en mission pour tenter de délivrer Yan, otage maltraité des Yevethas. Leia, quant à elle, manœuvre pour inciter le Sénat à agir contre la menace de la Flotte Noire, quelque qu’en soit le prix à payer. Enfin, Luke entre dans le jeu avec l'atout de la dernière chance : une arme invisible...

La critique

rédigée par
★★
Publiée le 25 mai 2016

Le Défi du Tyran est le dernier tome de la trilogie de La Crise de la Flotte Noire écrit par Michael Kube-McDowell.

Le roman revient au canevas du premier opus de la trilogie, La Tempête Approche, en mélangeant les intrigues d’un chapitre à l’autre. Les trois protagonistes des deux premiers volets (Lando, Luke et Leia) sont bien-sûr présents tandis qu’un quatrième fait son entrée en scène : Chewbacca. L’auteur continue ainsi à proposer un style d’accès facile voire carrément addictif. Le lecteur reste toutefois dubitatif devant la conclusion de cette petite saga dont les enjeux sont très inégaux et finalement mal abordés.

Chewbacca avait ainsi quitté Yan et Leia avec le Faucon Millenium au début du Tome 1 pour retourner sur Kashyyyk. Le lecteur pensait là à une astuce pour se débarrasser à bon compte du personnage, histoire de justifier son absence de toute la trilogie. Ce tome 3 dément donc cette impression. Il y avait bien une intrigue qui permet de retrouver le wookie sur sa planète natale où il assiste au rituel de passage à l’âge adulte de son fils. Eh oui ! Chewbacca a un fils ! Il s’agit de Lumpawaroo, le fameux Lumpy dans le téléfilm renié par George Lucas, Au Temps de la Guerre des Étoiles diffusé le 17 novembre 1978. Le clin d’œil est de la sorte très amusant d’autant plus que, dans le roman, il fait équipe avec son père et d’autres wookie pour sauver Yan de ses geôliers.

La partie sur Leia et sa guerre contre les Yevethas reste, quant à elle, toujours la plus intéressante. Les batailles de palais au sein du Sénat afin de garder son poste de Présidente sont en effet passionnantes ; la politique dans Star Wars étant toujours bien abordée. Le problème reste tout de même qu’après deux livres et demi de tergiversation sur la légitimité de frapper ou non les ennemis que sont les Yevethas, une fois la décision prise, tout se passe très (trop) vite et la résolution arrive trop facilement pour convaincre de sa légitimité.

L’auteur essaie, en réalité, tant bien que mal de raccrocher entre eux les wagons des intrigues qu’il a créées au cours des trois romans. Il commence d’ailleurs avec celle de Luke : il retrouve bien les Fallanassis mais ces derniers refusent de lui dire où se trouve celle qui croit être sa mère. Il apprendra au final qu’Akanah, à l’origine de sa quête, n’est qu’une vile affabulatrice. La pirouette était de toute façon obligatoire dans la mesure où la trame suivie, si elle aboutissait, contredisait la prélogie des films. L’auteur arrive donc à tomber raccord à la saga même si l’intrigue sur Luke finit dans une impasse. Enfin, pas tout à fait dans la mesure les Fallanassis qui sont pacifistes décident d’aider la Nouvelle République à combattre les Yevethas. La solution pour les vaincre est en revanche ridicule de facilité !

Il est temps également d’en finir avec la dernière intrigue, celle de Lando, toujours prisonnier avec Lobot, C-3PO et R2-D2, du vaisseau fantôme, le Vagabond. Et dès le début de ce troisième tome, le lecteur se rend compte que ce récit est en fait indépendant des deux autres puisque tous les chapitres autour d’eux sont indiqués comme des « Interludes ». En fait, leurs aventures auraient pu presque être le sujet d’un roman à part entière en reliant tous leurs chapitres répartis sur les trois romans de la saga de La Crise de la Flotte Noire. Le seul petit lien avec l’ensemble se trouve ainsi en toute fin quand Luke vient les aider à sortir du vaisseau. Là aussi, la conclusion apparait trop facile.

Au final, Le Défi du Tyran est un roman qui se lit bien et dont la première moitié est plutôt passionnante ; dommage, en revanche, qu’il se finisse en eau de boudin et referme ses différentes histoires plutôt maladroitement.