L'Académie Jedi - 2 : Sombre Disciple
La couverture
Titre original :
The Jedi Academy Trilogy - Volume 2 : Dark Apprentice
Éditeur :
Fleuve Noir
Date de publication France :
Le 23 septembre 1999
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars Légendes
Auteur(s) :
Kevin J. Anderson
Autre(s) Date(s) de Publication :
Bantam Spectra (US) : 1er juillet 1994
Pocket (FR) : octobre 1996
Nombre de pages :
283

Le synopsis

An 11 après la Bataille de Yavin (Univers Légendes)
Que faire du Broyeur de Soleils, l'arme suprême ravie aux Impériaux par La République ? La question est loin d'être tranchée tandis que la lutte contre le Côté Obscur de la Force reprend de plus belle...

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 19 octobre 2014

L'Académie Jedi - 2 : Sombre Disciple se lit aussi facilement que le tome précédent même si l'auteur en fait trop dans sa volonté à étonner.

Il développe toutefois de bonnes idées. La première consiste à voir la fameuse Académie Jedi se mettre en action. Arrivés sur Yavin 4, les apprentis Jedi commencent en effet à recevoir les enseignements de Luke Skywalker entre exercices physiques et cours de maitrise de l'esprit...
L'autre atout du roman est assurément tout son propos sur le contexte politique de La Nouvelle République qui vacille avec la grave maladie de Mon Mothma ou la disgrâce de l'Amiral Ackbar... Le lecteur sent bien qu'il y a des traitres et des hypocrites même si les réponses ne sont pas pour tout de suite.
Enfin, la troisième bonne idée de l'opus est à rechercher dans la résurrection de l'ancien Seigneur Sith, Exar Kun, mort depuis des siècles mais dont l'esprit a survécu dans les anciens temples de la quatrième lune de Yavin. Ce Maître du Mal par excellence redevient ainsi terriblement difficile à combattre pour les Jedi, apprentis comme maitres…

Mais voilà, la mise en œuvre de tout cela est bien trop rapide : l'auteur va décidément trop vite en besogne et notamment dans son traitement du personnage de Gantoris ou encore la capacité du Seigneur Sith à convertir à tout va des éléments importants du casting… Difficile dans ces conditions de ne pas perdre en crédibilité !
L'autre erreur majeure est également l'accumulation de méchants dans le roman : en plus du Seigneur Sith et de ses apprentis, il y a aussi l'Amirale Natasi Daala qui n'a plus la prestance remarquée dans le premier roman et semble n'être au final qu'un chef qui se laisse aller à la colère ; sans oublier le traitre à l'origine de l'accident de l'Amiral Ackbar ainsi que Furgan, un Ambassadeur de l'Empire comploteur à souhait…

L'Académie Jedi - 2 : Sombre Disciple n'est clairement pas du même niveau que le premier opus de la trilogie. Le lecteur sent que l'auteur vacille et part dans tous les sens en espérant alors qu'il va relever la barre dans le dernier opus.