La Nouvelle Rébellion
La couverture
Titre original :
The New Rebellion
Éditeur :
Fleuve Noir
Date de publication France :
Le 24 février 2000
Genre :
Science-fiction
Label :
Star Wars - Univers Légendes
Auteur(s) :
Kristine Kathryn Rusch
Autre(s) Date(s) de Publication :
Bantam Spectra (US) : 7 novembre 1996
Presses de la Cité : 25 mars 1998
Nombre de pages :
455

Le synopsis

An 17 après la Bataille de Yavin (Univers Légendes)
Quelque part dans la galaxie, un homme à tête de mort cause un holocauste instantané. L'angoisse est totale : les morts se comptent désormais par millions. La catastrophe se répète bientôt dans la capitale où un attentat est perpétué contre les hautes instances politiques. Le Sénat est en émoi : Han Solo est soupçonné et Leia sommée de démissionner. Luke Skywalker, quant à lui, penche plutôt pour Brakiss, un ancien de l'Académie Jedi passé au Coté obscur de la Force. Mais il ne s'avère être qu'un élément du péril...

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 03 janvier 2017

La Nouvelle Rébellion est un roman unique perdu dans une bibliographie où les récits hors des séries à plusieurs tomes n'ont jamais vraiment brillé dans l'Univers Légendes de Star Wars, en particulier à ses débuts. Pourtant, il se révèle passionnant et se dévore d'une traite avec un plaisir évident. Si le roman n'est étrangement précédé d'aucune réputation, ni bonne, ni mauvaise, sa qualité devrait être soulignée car l'auteure a parfaitement su adopter les codes de cette galaxie lointaine.

Kristine Kathryn Rusch est née le 4 juin 1960 à Oneonta dans l'État de New York. Écrivaine très prolifique, elle touche à tous les genres de la science-fiction au fantastique en passant par la fantasy ou la romance, et ce, sous divers pseudonymes. Elle reçoit, entre autres, le prix Hugo 1994 et le prix World Fantasy pour son travail d'éditrice dans The Magazine of Fantasy & Science Fiction, ainsi que le prix Locus du meilleur roman court 1992 pour la nouvelle La Galerie de ses Rêves. Elle est principalement connue  - du moins aux États-Unis - pour son cycle de fantasy, Les Fey, et celui de science-fiction, Les Experts Récupérateurs. Elle a également écrit pour des franchises établies comme Star Trek dont elle signe plusieurs romans ou encore la novélisation du premier film X-Men. Bizarrement, sa seule et unique incursion dans Star Wars est le roman La Nouvelle Rébellion.

Et pour une unique incursion, elle est franchement réussie ! L'auteure a, en effet, eu à cœur de s'inscrire dans l'existant. Les clins d'œil aux précédents ouvrages de l'Univers Étendu sont ainsi nombreux : L'Académie Jedi bien-sûr mais également La Croisade Noire du Jedi Fou, Les Enfants du Jedi et même le comics L'Empire des Ténèbres ou la série de romans pour la jeunesse Les Jeunes Chevaliers Jedi. Elle s'est d'ailleurs particulièrement inspirée de cette dernière dont elle reprend un des antagonistes des premiers tomes, Brakiss. Ici, le personnage est plus jeune, avant qu'il ne soit appelé pour former l'Académie des Ombres mais déjà hors de l'Académie de Luke Skywalker qu'il a essayée de noyauter en vain. Brakiss hésite ici toujours entre le bien et le mal même s'il se fait peu d'illusions sur lui-même et son penchant naturel pour le Côté Obscur. Il ne représente toutefois pas la vraie menace du livre : un être bien plus mauvais est à l'œuvre...

La réussite du roman vient, en effet, de son véritable méchant, Kueller, qui a de quoi réellement inquiéter le lecteur. Dès le début de l'histoire, il anéantit sans sourciller des millions d'êtres vivants et crée un énorme trouble dans la force. Sa dangerosité est ainsi de vouloir, petit à petit, devenir le nouvel empereur en avançant ses pions : militairement, politiquement et psychologiquement. Il distille la peur, la suspicion et le doute au sein de la Nouvelle République. Sa motivation est en revanche limpide : il orchestre une vengeance dont la cible unique est les Skywalker, frère et sœur sans oublier les jeunes futurs Jedi que sont les enfants de Leia. La froideur et le manque d'humanité de Kueller pour les vies qu'il détruit donnent des frissons. C'est d'autant plus vrai que, plus le roman avance, plus le lecteur a l'impression d'être face à un gosse qui fait un caprice. Ce trait de caractère rend ainsi la menace encore plus dangereuse car imprévisible. A son sujet néanmoins, la fin du roman, qui révèle de la véritable identité de Kueller, est un peu facile tout en restant parfaitement crédible.

L'autre bonne idée du récit est de permettre à chaque personnage principal de jouer un rôle important dans le livre. Bien-sûr les héros ont la part belle : Luke enquête sur les attaques, Leia s'empêtre dans une bataille politique visant à sa destitution, Yan et Chewbacca se lancent à la poursuite d'un bandit étrangement lié à l'attentat contre le Sénat Galactique et Lando s'affaire à protéger son ami Yan d'une menace qui plane sur lui... Alors certes, les aventures de Yan, Chewbacca et Lando dans le Quartier, un amas d'astéroïdes cachant des contrebandiers notoires, est sympathique mais ne fait pas vraiment avancer l'histoire. C'est tout le contraire avec les démêlés politiques de Leia, passionnants, tandis que les aventures de Luke sont elles aussi intéressantes. Mieux encore, le roman a la bonne idée de donner un rôle primordial aux droïdes R2-D2 et C-3PO. D'habitude présents uniquement pour amuser la galerie, ils sont ici essentiels à l'intrigue. Enfin, tout bon récit Star Wars se doit d'avoir une bataille spatiale ; l'Amiral Ackbar et l'ancien pilote Wedge Antilles montrant pour la peine leur talents militaires.

La Nouvelle Rébellion est un roman peu connu mais qui contient pourtant tous les ingrédients d'une bonne aventure Star Wars : des combats aux sabres lasers, des disciples du Coté Obscur, des contrebandiers, des droïdes, des batailles spatiales, des joutes politiques intergalactiques et un rôle équilibré pour chacun des héros. Une belle surprise !

Nos Réseaux Sociaux