Poe Dameron - 2 : Sous les Verrous
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 15 mars 2017
Genre :
Comics
Auteur(s) :
Charles Soule (Scénariste : Poe Dameron #4 à #7) Phil Noto (Dessinateur : Poe Dameron #4 à #6) Angel Unzueta (Dessinateur : Poe Dameron #7)
Nombre de pages :
144

Le sommaire

Les Histoires :
• Sous les Verrous (I) : Poe Dameron #4 (06/07/2016)
• Sous les Verrous (II) : Poe Dameron #5 (17/08/2016)
• Sous les Verrous (III) : Poe Dameron #6 (07/09/2016)
• Avis de Tempête (Prologue) : Poe Dameron #7 (26/10/2016

La critique

rédigée par
★★
Publiée le 06 juillet 2017

Poe Dameron - 2 : Sous les Verrous continue logiquementde proposer les aventures de Poe Dameron. Si le récit s'avère plutôt correct sans être exceptionnel, le dessin de Phil Noto demeure lui toujours aussi décevant. Heureusement, pour la dernière histoire du recueil, il est remplacé par Angel Unzueta dont le coup de crayon est autrement plus convaincant.

Charles Soule présente ici deux histoires. La première est Sous les Verrous regroupée en trois issues. Elle raconte comment Poe Dameron et son équipe se retrouvent dans la prison de Mégalox Bêta pour aller à la rencontre du prisonnier Grakkus le Hutt. Ce dernier est, en effet, censé connaître la dernière position de Lor San Tekka, que la Résistance et le Premier Ordre essayent désespérément de localiser. L'Agent Terex est d'ailleurs sommé par le Premier Ordre de récupérer cette information et corrompt à cette fin à la fois les gardiens de la prison et les prisonniers. Poe Dameron est, pour sa part, bien plus chevaleresque et promet même de faire évader le Hutt. La trame est ainsi classique même si une certaine originalité du récit se retrouve dans la configuration même de la prison. Cette dernière consiste, ainsi, à permettre aux détenus de conserver une vraie liberté de mouvements sur la planète dès lors qu''ils restent sous le champ de force gravitationnelle généré par une station orbitale où travaille le personnel pénitentiaire. Il n'y a donc pas besoin de gardiens sur site puisqu'il est impossible de s'échapper. En dehors du champ de force, la gravité de la planète est, en effet, dix fois supérieure à la normale et stopperait net toute personne tentant de se faire la belle.

Le vrai problème du comics se trouve dans le dessin qui n'est décidément pas à la hauteur. Alors qu'il aurait dù donner lieu à des prouesses graphiques, il affiche un rendu d'une banalité quelconque. Tout, dans le rendu visuel livré par Phil Noto est plat, sans relief ou détails. Et ce, peu importe l'environnement, que cela soit les vaisseaux, l'espace ou même la crasseuse prison planétaire. Pire, les visages des personnages passe à la moulinette d'une fadeur graphique devenue la règle. Poe Dameron semble ainsi avoir la cinquantaine, soit dix ans de plus que dans la réalité. Et pour couronner le tout, les couleurs choisies n'aident en rien les dessins ; tout est ici peu avenant.

Phil Noto cède fort heureusement sa place pour un numéro à Angel Unzueta. Né en 1969, l'auteur espagnol travaille, à partir de 1995, sur de nombreux comics aussi bien pour Marvel comme DC Comics. Pour Star Wars, il participe à Les Ruines de l'Empire ainsi que Star Wars Annual #1 : Mission Secrète : Coruscant, tous deux publiés en 2015. Ici, il propose dans le dernier issue du recueil un dessin bien plus convaincant en particulier pour les personnages, qu'ils soient humains ou extra-terrestres, seul Poe Dameron continuant de pêcher un peu dans son rendu. De même, les décors et les batailles sont enfin mieux retranscrits et désormais convaincants.

Dans ce prologue d'Avis de Tempête, Charles Soule réussit , quant à lui, à proposer un récit prenant bien que concentré sur une seule issue. Il propose ainsi de rencontrer un nouveau personnage, Suralinda Javos, une ancienne militaire devenue journaliste d'investigation. Cette dernière retrouve Poe Dameron pour lui annoncer un scoop mettant à jour les véritables intentions du Premier Ordre. Mais elle cache, en réalité, très bien son jeu et n'est peut-être pas si fiable qu'elle n'y parait au premier abord. La trame de cette issue est certes classique mais fonctionne plutôt bien et surtout, fait la part belle à Poe Dameron dans les courses-poursuites et les combats héroïques.

Poe Dameron - 2 : Sous les Verrous contient des histoires globalement convaincantes. Malheureusement, elles sont plombées aux trois quarts par des dessins décevants qui pénalisent par trop le récit. Un bilan regrettable quand il est su qu'il existe si peu de récits se déroulant aux alentours de Star Wars : Le Réveil de la Force.

Nos Réseaux Sociaux