Deadpool
La couverture
Éditeur :
Panini Comics
Date de publication France :
Le 05 novembre 2014
Collection :
Marvel NOW !
Auteur(s) :
Gerry Duggan (Scénariste)
Brian Posehn (Scénariste)
Tony Moore (Dessinateur)
Nombre de pages :
136

Le sommaire

• Introduction 
• Deadpool Président ! Chapitre 1 (Dead Presidents #1) (2013)
• Deadpool Président ! Chapitre 2 (Dead Presidents #2) (2013)
• Deadpool Président ! Chapitre 3 (Dead Presidents #3) (2013)
• Deadpool Président ! Chapitre 4 (Dead Presidents #4) (2013)
• Deadpool Président ! Chapitre 5 (Dead Presidents #5) (2013)
• Deadpool Président ! Chapitre 6 (Dead Presidents #6) (2013)
• Galerie de couvertures
• Dans la même collection

La critique

rédigée par
★★★
Publiée le 22 mars 2015

Deadpool Président ! est un comics publié en France par Panini Comics le 5 novembre 2014 dans la collection Marvel NOW!. Il s'inscrit dans le cadre de la ReÉvolution voulue par Marvel et orchestrée par la relance, dès octobre 2012, de plusieurs séries estampillées Marvel NOW!, qui succèdent à la saga précédente, Avengers vs. X-Men. Tous les comics de l'éditeur sont ainsi relancés, l'offre étant par ailleurs complétée par l'ajout de nouveaux titres dont Uncanny Avengers et All-New X-Men. Dans le cadre de cette ReÉvolution, Deadpool connaît lui-aussi une cure de jouvence dès novembre 2012. Deadpool – Tome 1 contient les six épisodes de la série Deadpool Président ! écrite par Gerry Duggan et Brian Posehn et dessinée par Tony Moore. Publiés aux Etats-Unis de janvier à mai 2013, puis en France à partir du 16 juillet, chacun des épisodes est compilé dans ce recueil. 

    
Couvertures de Dead Presidents # 2 à 6

Le personnage de Deadpool est une création de Rob Liefeld et Fabian Nicieza. Apparaissant pour la première fois dans le comics New Mutants vol. 1, publié en février 1991, il s'agit de l'un des protagonistes les plus allumés, les plus violents et les plus excentriques de l'univers Marvel. Orphelin connu sous le nom de Wade Wilson, il porte le nom de l'un des hommes qu'il tua alors qu'il servait en tant qu'assassin pour la CIA. Cancéreux, atteint par plusieurs tumeurs, il participe à l'expérimentation de l'Arme X, puis se voit doté par le professeur Killbrew d'un pouvoir d'autoguérison dérivé de celui de Wolverine. Complètement dérangé, se parlant à lui-même ainsi qu'aux lecteurs, Wade porte les séquelles de ses expériences, en particulier sur sa peau, en partie détruite. Tueur à gage, ami ou ennemi des autres héros Marvel en fonction de ses humeurs et de ses contrats, il use d'une violence extrême contre ses ennemis et ses proies, ne renonçant à aucun moyen pour arriver à ses fins, même si cela doit passer par des blessures très graves dont il parvient à se soigner. Sadique et psychopathe, il n'est pas rare qu'il perde un membre, qu'il soit décapité, que ses tripes soient éparpillées ou que son corps soit marqué par des plaies par balles et autres brulures. Mais rien ne peut en venir à bout. Deadpool prend d'ailleurs un certain plaisir à commenter avec sarcasme chacune de ses souffrances, pour le plus grand malheur de ses compagnons et ennemis, souvent exaspérés.

George Washington
Theodore Roosevelt

Dans Deadpool Président !, Wade est confronté à la résurrection de tous les présidents américains, ramenés à la vie par un certain Michael, ancien du S.H.I.E.L.D. et nécromancien, désireux de rappeler les anciens dirigeants d'entre les morts afin de mettre un terme aux crises qui touchent les Etats-Unis. Mais alors qu'il pensait utiliser la sagesse des anciens élus, le magicien se retrouve bientôt confronté à des zombies bien décidés à supprimer ce qu'ils estiment être le plus grand mal du pays, ses habitants, les Américains eux-mêmes. Après que Captain America, qui a décapité Harry Truman, ait fait la une des journaux, le S.H.I.E.L.D. décide de confier la lutte contre les présidents à un héros moins visible et moins propre sur lui, Deadpool. Aidé du fantôme de Benjamin Franklin et de Stephen Strange, le justicier cinglé affronte ainsi chacun des dirigeants des Etats-Unis, des plus connus aux plus méconnus, de George Washington à Ronald Reagan, en passant par Theodore et Franklin Roosevelt, Abraham Lincoln, Richard Nixon, Gerald Ford, John Kennedy, ou encore l'énorme William Taft, coincé dans sa baignoire !

Franklin Roosevelt
Abraham Lincoln

Deadpool Président ! est écrit par Gerry Duggan et Brian Posehn. Duggan est né à New York. Elevé dans le New Jersey, il sort diplômé de l'Emerson College puis s'installe à Los Angeles où il débute une carrière de scénariste pour la télévision et la bande dessinée. Son nom est notamment associé aux albums Nova, Hawkeye vs. Deadpool ou encore Death of Wolverine : Deadpool & Captain America.

Posehn, quant à lui, voit le jour à Sacramento le 6 juillet 1966. Après des études à la Sonoma Valley High School et à l'Université de Sacramento, il débute par de petits rôles à la télévision dans de nombreuses séries, notamment Friends et Seinfeld, ainsi qu'au cinéma, dans des films comme Les Quatre Fantastiques et le Surfer d'Argent. Egalement sur les planches, où il pratique le stand-up, Posehn écrit quelques scénarios pour différents comics, en particulier avec Gerry Duggan, comme The Last Christmas ou la série Deadpool dans le cadre de la relance Marvel NOW!.

Richard Nixon
Gerald Ford

Tony Moore est né le 20 décembre 1978 à Lexington, dans le Kentucky. Il fait des études de dessin et de peinture à l'Université de Louisville, quittant les bancs de la fac avant d'obtenir son diplôme pour poursuivre sa carrière d'illustrateur de comics, démarrée avec Battle Pope, qu'il a créé avec Robert Kirkman. Toujours avec Kirkman, il développe la franchise Masters of the Universe, ainsi que la série The Walking Dead, participant à son adaptation à la télévision. Nommé pour deux Eisner Awards, il s'associe avec Simon Oliver, avec qui il travaille pour le compte de DC/Vertigo ; et avec Rock Remender pour l'éditeur Dark Horse Comics. Pour Marvel, il a notamment dessiné certaines aventures de Ghost Rider, The Punisher, Venom et Deadpool. Deadpool Président ! n'est d'ailleurs pas sans rappeler le style réaliste de The Walking Dead.

Ronald Reagan
John Kennedy

Comme l'ensemble des aventures de Deadpool, Deadpool Président ! fait montre d'une extrême violence. Le héros, adepte d'une brutalité gratuite et directe, est par ailleurs victime des attaques nombreuses des présidents ressuscités. Le sang coule à flot, les coups pleuvent, les corps sont ainsi mutilés à l'infini, dès lors que le personnage principal peut se régénérer et que ses ennemis sont des morts-vivants. Mais cette violence, aussi crue soit-elle, se laisse parfaitement regarder, tant elle est tournée en dérision. Comme à son habitude, Deadpool commente ses blessures et fait de l'humour noir, tant et si bien que finalement, le lecteur se délecte de chacune de ses frasques.

William Taft
Harry Truman

Nombres de comics sont irrévérencieux et outranciers. Mais Deadpool Président ! a quelque-chose de bien particulier. L'histoire est franchement politiquement incorrecte. Ne respectant pas l'image des grands dirigeants des Etats-Unis, les créateurs du comics ne portent jamais aux nues les présidents défunts. Pire, ils les tournent en dérision, appuyant sur les défauts de chacun. Le passage avec le président Taft, énorme et coincé dans sa baignoire, est hilarant. Et que dire des dents en bois de Washington, défoncées par Deadpool, pour le plus grand malheur du premier président des Etats-Unis qui finit chez le dentiste. Même l'honorable président Franklin Roosevelt, qui attaque New York assis dans son fauteuil, n'est pas épargné, Deadpool s'amusant de blagues sur les handicapés (certaines d'entre elles étant cependant perdues dans la traduction française) ! Même Benjamin Franklin, sous ses traits de fantôme, est représenté comme un obsédé sexuel, amateur de belles pépés !

Deadpool Président !, et ce malgré une fin assez étrange, se déguste sans modération, avec une délectation infinie tant son ton est irrévérencieux. Même si la majorité des présidents est formée d'illustres inconnus, le lecteur ne peut que sourire et rire des combats opposant Deadpool à l'ensemble des dirigeants américains morts. Tous y passent, en effet, sans exception. Même Jimmy Carter est de la partie, se retrouvant malgré lui au milieu de ses défunts homologues ! L'humour est exceptionnel, l'un des moments de gloire du comics demeurant le passage où, déguisé en Marylin Monroe, le héros extermine John Fitzgerald Kennedy.

Ne respectant rien, surtout pas les grands hommes américains, Deadpool Président ! se déguste pour tout ce qu'il est : une histoire bien écrite, des dessins remarquables, un ton très drôle et un côté politiquement incorrect vraiment réussi.