Hot Space
La jaquette
Éditeur :
Hollywood Records
Date de sortie USA :
Le 5 mars 1991 (US / Hollywood Records)
Le 21 mai 1982 (UK / EMI / Parlaphone)
Genre :
Rock
Artiste(s) :
Queen
Durée :
43 minutes

Liste des morceaux

01. Staying Power - 4:10
(Freddie Mercury)
02. Dancer - 3:46
(Brian May)
03. Back Chat - 4:31
(John Deacon)
04. Body Language - 4:29
(Mercury)
05. Action This Day - 3:33
(Roger Taylor)
06. Put Out the Fire - 3:15
(May)
07. Life Is Real (Song for Lennon) - 3:39
(Mercury)
08. Calling All Girls - 3:53
(Taylor)
09. Las Palabras de Amor (The Words of Love) - 4:26
(May)
10. Cool Cat - 3:26
(Deacon, Mercury)
11. Under Pressure (Avec David Bowie) - 4:02
(David Bowie, Deacon, May, Mercury, Taylor)

Bonus Track de l’Édition Hollywood Records de 1991 :
12. Body Language (1991 Bonus remix de Susan Rogers) - 4:44
(Queen)

La critique

rédigée par
★★
Publiée le 31 janvier 2016
Les chansons

Toutes les chansons ont été produites par Queen, Arif Mardin, Reinhold Mack et David Bowie.

01. Staying Power
Staying Power ouvre la porte des auditeurs à un nouveau style complètement différent et inattendu du groupe Queen. Une chanson aux airs disco dans la veine d’Another One Bites the Dust. Elle est performée lors du Hot Space Tour et voit alors remplacés les sons de synthé par de vrais coups de batterie, rendant la musique beaucoup plus vivante.

02. Dancer
Jouée entièrement sous synthé par Brian May, Dancer est une fusion entre le rock et le disco dans ce qui forme une sorte de suite au morceau Dragon Attack de l’album Flash Gordon. La chanson reprend, en outre, quelques thèmes semblables à du Led Zeppelin. Pour l’anecdote, le message de fin - en allemand - fut enregistré dans un hôtel de Munich et proclame « Bonjour, voici votre message de réveil ». Enfin, les paroles de Dancer sont les seules qui concordent avec le thème de l’album "Hot Space" (Espaces Chauds).

03. Back Chat
Écrite par Deacon, Back Chat est manifestement sous influence de black music, à laquelle se rajoutent un son de basse et un rythme de guitare bien inhabituelle pour son auteur. Elle n’en reste pas moins un bon morceau.

04. Body Language
Body Language est une chanson atypique dans le catalogue du groupe, dénuée qu’elle est de guitare. Elle est ainsi composée par Mercury uniquement au synthé. Son vidéo clip, jugé trop sexuel, a en outre créé le scandale dans certains pays au point d’être interdit de diffusion.

05. Action This Day
Écrit par Roger Taylor qui ne signe que deux chansons sur cet album, le titre prend des airs de new wave, avec ses sons de tambours et de saxophone, ajoutés in fine par le producteur du groupe, Mack.

06. Put Out the Fire
Put Out the Fire est une chanson pour la paix et contre les armes à feux écrite par Brian May (qui confesse avoir réalisé le solo de guitare sous l’emprise de l’alcool) et chantée par Mercury. Le premier couplet fait clairement référence à l’assassinat de John Lennon par Mark Chapman « (…) Ils l’appelaient héros (Lennon) (…) dans cette terre libre (…) mais ne voulait pas me serrer la main, (…) il m’a déçu donc j’ai pris mon arme (Chapman) et je l’ai explosé (…) ». La mort de Lennon a été un choc à travers la planète, et bien logiquement chez les fans de Queen : la présence de Life is Real (Song for Lennon) juste après sur l’album n’est ainsi pas un hasard…

07. Life Is Real (Song for Lennon)
Life Is Real (Song for Lennon) est donc une chanson hommage à John Lennon, assassiné en 1982. Mercury et Lennon étaient très proches, le second demandant même au premier de chanter sa chanson Imagine sur scène. Life Is Real (Song for Lennon) affiche un ton plutôt mélancolique, reposant sur l’utilisation du piano. Il s’agit également d’une des seules chansons du groupe écrite avant que la mélodie ne soit créée. La chanson serait une référence aux paroles « Life is Real » de la chanson « Love » de John Lennon écrite en 1970. Son ouverture fait également écho à deux autres de ses titres « (Just Like) Strating Over » et « Beautiful Boy (Darling Boy) ».

08. Calling All Girls
Écrite par Roger Taylor (il s’agit de sa première à être sortie en tant que single), Calling All Girls est une chanson composée pour la guitare, pas forcément très réussie. Son vidéo clip fait une énorme référence au film de George Lucas, THX 1138.

09  Las Palabras de Amor (The Words of Love)
Écrite par May, elle s’inspire des fans ibéro-américains et constitue une allégorie à la guerre des Malouines (conflit opposant l’Argentine au Royaume-Uni dans les îles Malouines en 1982).

10. Cool Cat
Écrite par Mercury et Deacon, la chanson devait être un duo avec David Bowie qui, n’aimant pas le résultat final, décide de quitter le projet sans l’enregistrer. Tous les instruments y sont joués par Deacon y compris les tambours et le synthé.

11. Under Pressure (Avec David Bowie)
Chanson en duo avec David Bowie, elle est en réalité créée par hasard, lors d’une séance d’improvisation entre Bowie et Mercury à Montreux en Suisse. Il s’agit d’une des chansons les plus efficaces, quasiment iconique.

L'album

Queen est un groupe de rock anglais formé en 1970 à Londres par Freddie Mercury, Brian May et Roger Taylor avant que l'année suivante le bassiste John Deacon les rejoigne. Son premier album sort en 1973 et passe plutôt inaperçu malgré quelques bonnes critiques. En 1974, Queen fait sa première émission TV dans Top of the Pops en y chantant Seven Seas of Rhye avant de sortir le mois suivant le deuxième album Queen II.  Au contraire de son ainé, il fait un carton et se place directement à la cinquième place des charts anglais. Quelques mois plus tard, le single Killer Queen fait décoller la carrière du groupe qui enchaine alors une tournée anglaise à guichets fermés. Il ne reste plus ensuite qu'à conquérir le reste de l'Europe, puis les Etats-Unis et bientôt... le monde !
Le quatrième album A Night At the Opera sort le 3 décembre 1975, avec pour premier single Bohemian Rhapsody qui devient également le premier clip vidéo de l'histoire ! A partir de là, Queen joue dans des salles de plus en plus grandes devant un public de plus en plus nombreux. Un an plus tard sort A Day At the Races, qui atteint la première place des charts Album grâce au single Somebody to Love qui squatte lui la deuxième place des 45 T.
Le groupe sort en 1977 News of the World contenant les singles We Are the Champions et We Will Rock You. Il se classe premier aux Etats-Unis et en France ! L'album rencontre un tel succès que Queen décide de partir pour sa première tournée mondiale qui affichera complet partout !

Le groupe enregistre alors son septième album Jazz qui reste plus de 27 semaines dans les charts et repart avec en tournée tout  livrant parallèlement son premier album live Live Killers qui sort le 22 juin 1979.
Années 1980 aidant, l'album The Game marque l'utilisation par le groupe du synthé ; Queen continuant d'ailleurs d'explorer de nouveaux horizons comme le funk avec l'énorme tube Another One Bites The Dust. Freddie Mercury change, de nouveau, de look, se met à porter du cuir et coupe ses cheveux tout en arborant une petite moustache : il assume manifestement de plus en plus son homosexualité.
Pour fêter ses 10 ans, Queen sort l'album Greatest Hits qui sera onze fois disque de platine et restera 500 semaines dans les charts marquant là une première dans l'histoire de la musique ! Sort également le single Under Preassure en duo avec David Bowie.
Après le faux pas que constitue l'album décevant (Hot Space), Queen est très attendu : pas de déception cette fois-ci ; Radio Ga Ga se classant directement à la première place dans 19 pays !  Devenu monument du rock, le groupe se produit en 1985 devant plus de 250 000 personnes lors du festival Rock in Rio au Brésil, puis le 15 Juillet lors du Live Aid organisé par Bob Geldof à Londres et diffusé dans le monde entier ; la prestation de Queen étant une anthologie live pendant plus de 20 minutes devant 72 000 spectateurs !
En 1987 après quelques autres succès, le groupe se fait de plus en plus discret même si quelques albums sortent. Il signe en 1990 un contrat avec Hollywood Records, une compagnie de disque appartenant à Disney et dont les fans conspuent autant la filiation avec Mickey que le manque d'expérience (elle est toute récente). Alors nouveau dans le milieu artistique, Hollywood Records n'avait pas encore d'artistes à son nom et cherche alors à remplir son catalogue. Après l'arrêt de leurs contrats avec EMI, les Queen en pleine quête de maison de disque, tombent sur le label Hollywood Records qui offre au groupe une belle somme d'argent qu'ils ne peuvent refuser. Après quelques mois de négociations, le groupe signe chez Disney qui aura le droit d'exploiter tout le catalogue de Queen aux États-Unis (Island Records s'occupant du reste du monde).
En janvier 1991 après la sortie du single The Show Must Go On, Freddie Mercury se révèle atteint du SIDA : il décèdera le 24 novembre 1991 à l'âge de 45 ans des suites d'une pneumonie...

Hot Space est donc le dixième album du groupe de rock anglais Queen, sorti le 21 mai 1982. Il affiche un changement total de look et style en prenant des airs disco, pop, R&B et dance, tous déjà bien présents en ce début de décennie 80 et notamment chez Queen dans Another One Bites the Dust présente sur l’album The Game. Mais voilà, Hot Space déstabilise trop les fans du groupe qui vivent mal l’abandon du rock pur et dur.

La décision de changer radicalement de style vient pourtant, en réalité, du succès de la chanson Another One Bites the Dust qui se classe à la première place des charts anglais et américains. Under Preassure confirme la dynamique et, enregistrée en duo avec le chanteur David Bowie, offre au groupe son deuxième numéro 1 aux États-Unis.

Comme leur album précédent The Game, Hot Space est enregistré à Munich en Allemagne dans une période plutôt trouble pour le groupe. Un conflit s’est fait jour entre ses membres : Brian May et Roger Taylor vivent, en effet, mal de devoir passer du rock à la pop et détestent Paul Prenter le nouveau manager de Freddie Mercury à qui il reproche « de trop se laisser influencer ».

Il faut dire qu’avant l’année 1979, Queen n’avait jamais eu recours au synthétiseur dans ses albums ! C’est uniquement depuis The Game que le groupe commence à utiliser le Oberheim OB-X (un synthétiseur analogique de la marque Oberheim) dans plusieurs de ses morceaux. Avec Hot Space, il pousse manifestement le bouchon un peu trop loin ; le synthétiseur s’entendant sur tous les morceaux ! Très différents du son des Queens des années 70, Hot Space est ainsi un mixte de funk, de dance et de disco, le rock cédant sa place à du pop-rock. Ce choix revient en réalité à Freddie Mercury et son manager Paul Prenter contre l’avis de Brian May et Roger Taylor, qui expliquent au passage ne « même plus pouvoir approcher Freddie ».

Plombé par ses sonorités trop pop-dance, Hot Space est littéralement rejeté par les critiques et par les fans du groupe. Tous pardonnent toutefois bien vite à Freddie Mercury de s’être amusé à jouer avec de nouveaux sons. Hot Space prend alors peu à peu le statut d’album OVNI que Michael Jackson, comble de l’ironie, cite toute de même comme l’une de ses inspirations pour Thriller.

Pour apprécier Hot Space, il faut donc admettre en postulat d’écoute qu’il n’a aucune filiation avec le reste de la discographie du groupe dont il ne supporte définitivement pas la comparaison. Hot Space peut alors dans cette optique être vu comme une parfaite rétrospective des années 80, désuète certes mais indispensable.