30 Ans de la Convention de Disneyland Paris
Vue d'ensemble
Date d'ouverture :
Le 25 février 2017
Type d'événement :
Cérémonie
Crédit Photos :
Christophe Petit Tesson (via AFP), Département de Seine-et-Marne
 

Le synopsis

À l'occasion de l'anniversaire des trente ans de la convention signée le 24 mars 1987 liant les pouvoirs publics français avec The Walt Disney Company dans l'objectif de créer le futur Euro Disney Resort, aujourd'hui devenu Disneyland Paris, un grand évènement est organisé au Disney's Newport Bay Club.

La critique

rédigée par
★★★★
Publiée le 24 mars 2017

En 1984, la volonté de Disney d'implanter un Resort sur le continent européen prend un nouveau tournant avec l'arrivée à la tête de la compagnie de Michael Eisner. Des années de pourparlers entre la société et les pouvoirs publics français aboutiront finalement à la signature de la convention pour la création et l'exploitation d'Euro Disneyland en France et le projet d'intérêt général relatif au quatrième secteur de Marne-la-Vallée, le 24 mars 1987. Un partenariat extraordinaire alliant l'entreprise américaine Disney, et l'État français est ainsi lancé. Cinq années de travaux plus tard, Euro Disney Resort (aujourd'hui nommé Disneyland Paris), alors le deuxième plus grand Resort Disney du monde, titre qu'il occupe toujours vingt-cinq ans après, ouvre ses portes le 12 avril 1992.

Pour célébrer comme il se doit ce partenariat unique entre l'État Français et une multinationale américaine, Disneyland Paris organise le 25 février 2017 à l'Hôtel Disney's Newport Bay Club, une cérémonie en l'honneur de la convention signée trente ans plus tôt. François Hollande, le Président de la République française en personne, fait l'honneur aux invités de se joindre à l'évènement. Il ne s'agit là que de la deuxième visite officielle d'un Président de la République française en exercice à Disneyland Paris depuis son ouverture ; François Mitterrand étant le précédent en 1994. Sont alors conviés au Newport Bay Club Convention Center, de nombreux élus de la région comme le député du département, Franck Riester, mais aussi de Val d'Europe agglomération (anciennement le SAN du Val d'Europe), des journalistes, et plus largement les personnes impliquées dans la création de la convention et dans l'implantation de la compagnie en France depuis 1984. La cérémonie des 30 Ans de la Convention de Disneyland Paris se déroule alors au cœur du Newport Bay Club Convention Center. Les invités entrent dans le lobby d'accueil où hôtes et hôtesses se chargent de leur remettre des badges nominatifs, les dirigent vers la consigne ou les invitent à se servir au buffet sucré dressé pour l'occasion. Aux alentours de dix-sept heures, chacun se rend dans la plus grande salle du centre, Providence Town, où une scène sur laquelle est reproduit Le Château de la Belle au Bois Dormant attend les convives.

Une fois le Président de la République dans la salle, la cérémonie peut commencer avec l'arrivée sur scène de la Présidente de Disneyland Paris, Catherine Powell. Celle-ci fait d'ailleurs une entrée remarquée en trébuchant ; ses talons s'étant emmêlés avec sa robe. Peu déstabilisée par la situation, elle se déchausse et s'amuse avec l'assistance déjà conquise par son naturel et son aisance, d'autant qu'elle s'exprime dans un français quasi impeccable. S'excusant de ne pas accueillir François Hollande au pied du véritable Château de la Belle au Bois Dormant, la saison hivernale ne le permettant guère, elle attire l'attention sur sa reproduction sur la scène. Elle insiste sur les inspirations françaises de l'ouvrage (les tours du château d'Ussé ayant inspiré La Belle au Bois Dormant à Charles Perrault, les toitures rappelant celles des Hospices de Beaunes) ou encore sur les origines normandes de Walt Disney (et sur le fait que le beurre d'Isigny-sur-Mer est servi à table dans tous les Parcs Disney du monde). Revenant avec brio sur les liens uniques entre l'entreprise de divertissement et les pouvoirs publics français, elle met en avant différents chiffres impressionnants sur la participation de Disneyland Paris dans l'économie française et européenne tout comme dans le secteur de l'emploi : la destination génèrant chaque année plus de cinquante-six mille postes directs et indirects. Elle rappelle que pour un emploi créé à Disneyland Paris, trois le sont ailleurs, par ricochet ; que l'entreprise permet de faire revivre des métiers d'arts oubliés tels que la peinture en lettres et la dorure à l'or fin ; qu'à eux tous, les Cast Members parlent vingt langues et représentent cent nationalités. Catherine Powell tient à rappeler l'aura indéniable de la France dans le monde et comment le pays le plus visité au monde continue à faire rêver.

Afin de relier passé et futur, Catherine Powell cite Walt Disney ("Disneyland ne sera jamais achevé tant qu'il restera dans ce monde une parcelle d'imagination") et se plait à imaginer les trente années à venir. À l'aube des célébrations du 25ème Anniversaire de Disneyland Paris, son discours marque à coup sûr une vitalité sans précédent dans l'histoire de l'entreprise, au lendemain de l'augmentation de participation de la maison-mère The Walt Disney Company dans la filiale française et à l'aube de l'ouverture de Villages Nature Paris.

Elżbieta Bieńkowska, commissaire européenne au Marché intérieur et à l'Industrie, prend ensuite la parole pour marquer le caractère unique de Disneyland Paris au sein du secteur touristique européen. Alors que Paris reste la capitale mondiale du tourisme, Disneyland Paris est en effet le leader européen du marché. Son intervention se veut plus solennelle que celle de Catherine Powell, la barrière de la langue y étant certainement pour beaucoup.

Le Président de la République François Hollande revient ensuite au travers d'un discours de dix-sept minutes sur l'impact extraordinaire de Disneyland Paris dans l'économie française et le milieu du tourisme européen en rendant dans un premier temps hommage aux responsables politiques à l'origine du partenariat entre l'entreprise et les pouvoirs publics français. Laurent Fabius, Jacques Chirac et Édith Cresson (présente dans la salle), les trois Premiers ministres en place pendant le développement de l'implantation sont donc évoqués comme acteurs-clés de l'implantation en France de la destination touristique. "En France, tout commence par des polémiques et tout finit par des anniversaires" dit-il avec humour pour rappeler l'accueil mitigé du projet initial dans les années 80 et les inquiétudes de l'époque. Abordant les origines françaises de Walt Disney, sans omettre quelques pics à son homologue américain Donald Trump (bien qu'il ne le nomme jamais directement, disant simplement qu'en France, il est une habitude de prêter des origines françaises à tous les Américains... sauf quelques-uns), François Hollande revient sur l'importance du tourisme dans l'héxagone et sur les raisons qui font de Disneyland Paris l'un de ses acteurs principaux. Il rappelle que chaque euro dépensé par les pouvoirs publics a été multiplié par onze par le privé. Aux sceptiques protectionnistes, il rappelle que 80% des achats effectués par Disneyland Paris sont français, que l'entreprise emploie quinze milles salariés et a créé cinquante mille emplois directs et indirects. Il relève aussi que le Resort représente plus de 6% des recettes touristiques de la France, ce qu'il juge considérable !

Depuis les années 80, la France est la première destination touristique au monde. François Hollande dit que cette force ne tient pas seulement à la beauté de ses paysages, à la qualité de sa gastronomie, à l'accueil des Français qui sont tous chaleureux dès qu'ils voient un étranger (cette touche d'ironie provoque l'hilarité dans la salle), à sa culture et son patrimoine mais également à ses infrastructures, à la qualité de ses transports, aux services publics et au haut niveau de formation du personnel. Pour lui, ce sont tous ces facteurs qui ont convaincu Disney de choisir la France pour y installer son Resort européen. Cependant, il se veut malgré tout conscient des défis actuels tels que le terrorisme qui sont un frein au tourisme, notamment en 2016 et vante les différentes démarches mises en place pour rendre à la France son attractivité touristique qui a été écornée par les terribles attentats de Paris du 13 novembre 2015 et de Nice, le 14 juillet 2016.

Ouvrant sur l'expansion du Grand Paris, les candidatures de la France à l'organisation des Jeux Olympiques 2024 et (il insiste sur le choix de cette conjonction de coordination) de l'Exposition Universelle de 2025, le Président présente les différents grands projets du domaine du tourisme dans les années à venir, montrant le dynamisme du pays en la matière. Dans son discours, la notion de confiance entre l'État français et Disneyland Paris est l'un des éléments les plus marquants, un tel lien rarement observé entre les forces publiques et la destination Disney en France. Avec conviction, il clame alors que la France est aimée ; pas seulement par une Britannique (c'est une allusion au discours de Catherine Powell) mais par la plupart d'entre eux. Joueur, il poursuit : "elle est aimée par les Américains... enfin, la plupart des Américains", provoquant à nouveau des rires dans l'assistance. Il insiste sur l'amour réciproque que la France porte aux autres pays ; que cet amour vaut pour le monde entier et que si certains ont des doutes, notamment l'un d'entre eux, il lui enverra un billet pour Disneyland Paris pour qu'il comprenne ce qu'est la France. Cette dernière allusion à Donald Trump déclenchant les applaudissements et concluant son discours, François Hollande quitte la scène et se fait remercier chaleureusement par Catherine Powell.

Les discours terminés, François Hollande et Catherine Powell s'offrent un bain de foule et participent au cocktail dressé pour l'occasion dans l'autre partie de la salle Providence Town où s'est déroulée la cérémonie. À l'occasion de sa visite à l'Hôtel Disney's Newport Bay Club, le Président de la République en a profité pour rencontrer les Cast Members du Yatch Club, l'un des deux restaurants de l'Hôtel. Accompagné par Daniel Dreux, vice-président des ressources humaines de Disneyland Paris, François Hollande a pu rencontrer les sommeliers, serveurs et cuisiniers du restaurant avec qui ils ont échangés sur leur expérience au sein de l'entreprise.

Alors que Disneyland Paris célébrait le même jour, sur Central Plaza, devant Le Château de la Belle au Bois Dormant, la venue du trois cent vingt millionième visiteur dans ses Parcs, la destination fêtait, avec un peu d'avance, les trente ans d'un partenariat unique en son genre entre les pouvoirs publics français et l'entreprise américaine. La présence de François Hollande vient offrir un aspect unique à cet évènement tant elle confirme l'assurance et la confiance de l'État envers Disneyland Paris tout en remerciant la destination pour son implication dans l'économie et le tourisme en France.

Nos Réseaux Sociaux