Eyvind Earle
Date de naissance :
Le 26 avril 1916
Lieu de Naissance :
New York, État de New York, aux États-Unis
Date de Décès :
Le 20 juillet 2000
Lieu de Décès :
Monterey, en Californie, aux États-Unis
Nationalité :
Américaine
Profession :
Artiste
Peintre
Réalisateur
Producteur

Le portrait

rédigé par
Publié le 06 juin 2015

Nombre d'artistes ont marqué de leur empreinte l'œuvre des studios Disney. Parmi eux, Gustaf Tenggren a largement laissé son style à Blanche Neige et les Sept Nains et Pinocchio. Tyrus Wong a donné ses tons pastels à Bambi. Mary Blair a influencé les classiques des années 40 et 50 comme Saludos Amigos, Cendrillon, Alice au Pays des Merveilles ou Peter Pan. Walt Peregoy a laissé son nom au générique de films comme Les 101 Dalmatiens et Merlin l'Enchanteur. Ken Anderson a mis sa touche personnelle au (Le) Livre de la Jungle ou Robin des Bois. La liste est loin d'être exhaustive, mais un nom mérite d'y être ajouté, celui d'Eyvind Earle, peintre talentueux dont l'œuvre a largement inspiré la filmographie de Disney.

Eyvind Earle est né à New York le 26 avril 1916. Tout petit déjà, il baigne dans l'univers de l'art. Son père, Ferdinand, est un peintre professionnel ayant étudié avec l'artiste français William Bouguereau et James Abbott McNeill Whistler, artiste américain dont l'œuvre majeure demeure le mythique portrait de sa mère. A l'âge de dix ans, le jeune Eyvind est mis au défi par son paternel. Il peut soit lire cinquante pages d'un livre ou bien produire une peinture chaque jour. Hésitant, le garçon choisit les deux ! Rapidement, il devient l'élève de Ferdinand qui lui enseigne son art. Mais la jeunesse d'Eyvind est marquée par la séparation de ses parents. Soucieux de garder un œil sur son enfant, Ferdinand l'enlève et l'emmène avec lui à Hollywood. Rapidement, le père et le fils déménagent à Mexico, à Cuba puis partent pour l'Europe, en particulier pour le Sud de la France, à Ascain, où Eyvind expose ses premières œuvres à seulement 14 ans. S'éloignant de son père, Eyvind Earle retourne bientôt en Amérique et retrouve sa mère en Californie.

Autumn Eucalyptus
Herd of Horses
The White Wave
Three Horses

Eyvind Earle débute sa carrière chez United Artists où il devient assistant dessinateur. Il suit en parallèle les cours de son père, professeur à l'Art Center School of Design de Los Angeles. Comptant sur l'aide financière de certains amis, il s'embarque en 1935 pour Mexico où il se consacre à la peinture. Un an plus tard, il revient à Hollywood et expose avec succès ses réalisations. L'année de ses 21 ans est l'occasion pour lui d'un nouveau projet : relier Los Angeles à New York à vélo en produisant chaque jour une nouvelle peinture. Le pari est osé et une fois encore couronné de succès. Les quarante-deux œuvres créées lors de son excursion sont exposées dans la Grosse Pomme, à la galerie Charles Morgan qui vient d'ouvrir ses portes. Earle est désormais un artiste reconnu et dès 1938, sa troisième exposition affiche complet et l'une de ses peintures est acquise par le Metropolitan Museum of Art pour intégrer la collection permanente de l'institution.


Cartes postales dessinées par Eyvind Earle

En 1940, Eyvind Earle crée sa propre entreprise. Usant de la technique de la sérigraphie, il produit des cartes de Noël. Mais la Seconde Guerre Mondiale fait rage et en 1943, il doit accomplir son service militaire dans la marine. A la fin du conflit, il diversifie son activité en peignant des portraits et en œuvrant dans la publicité. Earle n'abandonne pas son travail de créateur. En 1947, il intègre l'American Artists Group, entreprise spécialisée dans les cartes pour qui il dessine 580 modèles vendus à plus de 300 millions d'exemplaires au cours d'une collaboration longue de près d'un quart de siècle. Ce travail est un jour remarqué par John Hench, artiste des studios Disney, grâce à qui il entre en contact avec Walt.

La Petite Maison
Livre pour enfants adapté de Peter Pan
Adventures in Music : Melody
Les Instruments de Musique

Eyvind Earle entre aux studios de Mickey en 1951 comme décorateur. Son premier travail à ce poste concerne le court-métrage La Petite Maison. Earle produit également plusieurs décors pour Peter Pan, ainsi que les illustrations du livre pour enfant reprenant l'histoire du film, en s'inspirant, comme pour le cartoon, du travail de Mary Blair. Repéré par Walt, il est promu directeur artistique du petit film en trois dimensions Adventures in Music : Melody, réalisé par Charles Nichols et Ward Kimball. Eyvind Earle peut pour la première fois exercer son art, bien qu'encore assez timidement. Ses décors reprennent le style anguleux si particulier du film et très éloigné du style propre aux productions Disney. L'artiste réalise le même genre de fond pour Les Instruments de Musique, toujours mis en scène par Nichols et Kimball.

Les Cacahuètes de Donald
Dingo Toréador
Pêché Mignon
La Belle et le Clochard

Eyvind Earle est ensuite associé à la production d'autres courts-métrages : Les Cacahuètes de Donald, Dingo Toréador, Pêché Mignon et Donald Visite le Grand Canyon. En 1954, il réalise par ailleurs les décors de la balade romantique entre Lady et le Clochard dans La Belle et le Clochard. Pour la première fois, le spectateur peut entrapercevoir son style propre, avec ses formes géométriques simples, un soucis du détail important, notamment dans la conception de l'écorce des arbres, ainsi qu'une gamme de couleurs réduite.

La Belle au Bois Dormant

Le projet suivant marque l'apogée de l'œuvre disneyenne d'Eyvind Earle. Pour la première fois, le style d'un artiste est placé au centre d'un projet ambitieux. Et si d'autres artistes, comme Mary Blair, ont largement influencé d'anciens classiques, leur œuvre a toujours été modifiée afin de s'ajuster aux canons des studios Disney. Là, Earle peut exercer son art en créant un style médiéval en partie inspiré par l'œuvre de Dürer, de Breughel ou de Boticelli, ainsi que par quelques œuvres de créateurs asiatiques. Ce sont les autres artistes et animateurs qui doivent s'y conformer. Ce projet particulier est l'adaptation de La Belle au Bois Dormant. De 1954 à 1958, Eyvind Earle travaille en tant que directeur artistique et responsable des couleurs. Pour correspondre au format du film, tourné en Cinémascope, il crée pendant cinq ans des dizaines de fonds panoramiques à la gouache. Son sens du détail est tel que la conception de chaque décor nécessite beaucoup de temps. La technique d'Earle est simple sur le papier : chaque décor débute par des aplats de couleurs et des formes géométriques symbolisant un bâtiment, un buisson, un arbre. Ensuite, couche après couche, les couleurs et les détails sont apportés (briques, écorce, feuillages, fleurs, ombres…). Simple à décrire, cette technique est néanmoins difficile à mettre en œuvre et c'est une armée d'assistants qu'Earle doit former. Le style d'Earle oblige également les animateurs, parfois récalcitrants, à adapter leurs personnages aux décors dans lesquels ils évoluent. Ainsi, le style rond des productions Disney passées laisse place à un film plus anguleux avec des personnages, développés par Marc Davis, plus rectilignes. Si le résultat est à la hauteur, la durée et les coûts de production sont tels que Disney promet alors de ne plus jamais s'engager dans un projet aussi ambitieux, basé sur l'œuvre d'un seul artiste. 

Pendant la production de La Belle au Bois Dormant, Eyvind Earle travaille sur d'autres projets. Il peint tout d'abord quelques dioramas du château de Disneyland. Il participe également à plusieurs productions dont Jack and Old Mac de Bill Justice et The Truth About Mother Goose. Il crée aussi les décors de Paul Bunyan de John Lounsbery. Earle apparaît en outre dans le court-métrage Quatre Artistes Peignent un Arbre, un film de 16 minutes faisant la promotion de La Belle au Bois Dormant un an avant sa sortie et diffusé à la télévision le 30 avril 1958 dans l'épisode An Adventure in Art de l'émission Disneyland. Réalisé par Wilfred Jackson et Charles Nichols et présenté par Walt Disney, le programme montre aux téléspectateurs quatre artistes des studios, Eyvind Earle, Walt Peregoy, Marc Davis et Joshua Meador, installés au cœur de la nature pour peindre un arbre au cœur d'une clairière. Chaque artiste a la liberté de le restituer dans son propre style. Earle se focalise sur le tronc de l'arbre et le représente avec le même style que celui de La Belle au Bois Dormant, avec un soucis du détail très profond.

Quatre Artistes Peignent Un Arbre
Conception du château de Disneyland
Paul Bunyan
The Story of Christmas

Eyvind Earle quitte Disney en mars 1958, quelques mois avant la sortie de La Belle au Bois Dormant, et fonde son propre studio. En 1963, il réalise, produit et conçoit les décors de The Story of Christmas, film racontant la Nativité. Créé pour la chaine NBC, le court-métrage de 18 minutes est mis en musique par Tennessee Ernie Ford. La carrière de l'artiste se poursuit ensuite avec des illustrations pour différents livres et magazines, ainsi qu'avec la réalisation de publicités animées et d'émissions de télévision. En 1966, Eyvind Earle retourne à la peinture, art auquel il se consacre jusqu'à la fin de sa vie, tout en produisant également quelques sculptures, quelques dessins et quelques sérigraphies. En 1998, sa carrière est couronnée d'un Windsor McCay Award lors de la 26ème cérémonie des Annie Awards. En 2015, l'artiste est enfin promu Disney Legend pour l'ensemble de sa carrière au sein des studios de Mickey.

Eyvind Earle est mort le 20 juillet 2000, laissant au monde pléthore de peintures, de dessins et autres œuvres d'art aujourd'hui gérés par l'Eyvind Earle Publishing LLC. Présent dans certains des plus grands musées du monde, l'artiste a considérablement marqué l'œuvre de Disney, au point d'avoir bâti un film autour de son style si particulier. Un cas presque unique dans l'histoire des studios Disney.

La filmographie