Peter Ustinov
Date de naissance :
Le 16 avril 1921
Lieu de Naissance :
Swiss Cottage, Londres, au Royaume-Uni
Date de Décès :
Le 28 mars 2004
Lieu de Décès :
Genolier, canton de Vaud, en Suisse
Nationalité :
Britannique
Profession :
Acteur
Producteur
Réalisateur
Scénariste
Metteur en Scène

Le portrait

rédigé par
Publié le 21 février 2015

Quel point commun existe-t-il entre l'Empereur Néron, George IV, Lentulus Batiatus, Barbe-Noire, Hercule Poirot, Charlie Chan, Mirabeau ou encore Le Morse d'Alice au pays des merveilles ? Un acteur de légende, également scénariste, producteur et réalisateur, Peter Ustinov.

Peter Alexander Freiherr von Ustinov est né le 16 avril 1921 dans le quartier londonien de Swiss Cottage, au sein d'une ancienne famille de la noblesse croisant des origines russe, allemande, italienne et française. Son père, Jona « Klop » von Ustinov était en effet le descendant d'un aristocrate russe, Plato von Ustinov. Devenu baron de l'Empire allemand, le patriarche s'est notamment battu au grade de lieutenant pendant la Première Guerre mondiale. Et sa mère, Nadia, était quant à elle une peintre et chorégraphe française dont le père, Léon Benois, né à Saint-Pétersbourg dans une famille descendant de Jules-César Benois, un expatrié ayant quitté la France pour la Russie au moment de la Révolution, servait comme architecte à la cour impériale. Dans les années 1930, la famille Ustinov s'installe à Londres, Jona intégrant le service presse de l'ambassade d'Allemagne. Devenu citoyen britannique en 1935, la famille change de nom, troquant le patronyme von Ustinov par celui d'Austin. Bientôt, Jona est engagé par le MI5, les services secrets du Royaume-Uni, qui le chargent notamment d'enquêter sur la politique et les velléités d'Hitler à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

Polyglotte maîtrisant l'anglais, le russe, le français, l'italien et l'allemand, le jeune Peter Austin fait ses études à la Westminster School, où il partage les bancs avec Rudolf von Ribbentrop, le fils aîné du ministre des affaires étrangères de l'Allemagne nazie Joachim von Ribbentrop. C'est là que l'enfant s'entend dire par ses camarades qu'il vaudrait mieux reprendre le nom d'Ustinov, bien mieux qu'Austin, à la condition, cependant, de supprimer la particule « von ». C'est ce patronyme que le futur acteur adoptera tout au long de sa carrière, Peter Ustinov. Quittant la Westminster School dès 16 ans, il entre à la London Theater School, où il suit les cours de Michel Saint-Denis et s'essaye à écrire quelques pièces de théâtre. L'adolescent de 17 ans débute sa carrière en 1938, année où il monte sur les planches du tout récent Players' Theatre, sur lesquelles il interprète ses premiers sketches et fait ses premières imitations. Cette activité, à laquelle il s'estime ne pas être prédestiné, est un moyen pour lui de fuir les querelles intestines entre ses parents, et surtout les conflits et autres gamineries entre ses camarades d'écoles. Il intègre en outre la troupe de l'Alesbury Theatre et joue dans Pygmalion et White Cargo.

The Goose Steps Out
Un de Nos Avions n'Est pas Rentré

Le succès est au rendez-vous et Peter Ustinov apparaît dans plusieurs pièces dont The Wood Demon en 1938, L'Evêque de Limpopo Land en 1939 et Fishing for Shadows, sa première pièce, écrite en 1940. Cette année-là, il est également engagé pour faire partie de la revue Swinging the Gate, où il tient son premier grand rôle. Toujours en 1940, il met en scène House of Regrets suivie de Squaring the Circle en 1941. Au cour de sa carrière, décennies après décennies, Ustinov n'abandonnera jamais le théâtre, jouant notamment le rôle de Caligula dans Frenzy, et apparaissant dans Le Roi Lear encore Une Soirée avec Peter Ustinov, un one-man-show dans lequel il évoque sa vie, ainsi que dans L'Amour des Quatre Colonels, Romanoff et Juliet, La Chaise Vide, Le Soldat Inconnu et sa Femme ou La Dixième de Beethoven dont il est également l'auteur.

    

Peter Ustinov fait ses débuts au cinéma en 1940, dans les courts-métrages Hullo fame d'Andrew Buchanan et Mein Kampf - My Crimes de Norman Lee. Il apparaît ensuite dans le film de propagande Un de Nos Avions n'Est pas Rentré, réalisé par Michael Powell en 1942 et dans lequel il interprète le rôle d'un prêtre, ainsi que dans The Goose Steps Out de Basil Dearden et Will Hay. Il est alors incorporé dans le Royal Sussex Regiment, l'un des corps de l'armée britannique. Il y rencontre notamment l'acteur David Niven, dont il devient l'ordonnance. A cette époque, Ustinov co-écrit avec Eric Ambler les scénarios de The New Lot et de L'Heroïque Parade, réalisé par Carol Reed avec Niven dans le rôle titre. L'histoire est celle de conscrits réputés incapables, qui découvrent la réalité de la Seconde Guerre mondiale lors de manœuvres et de combats en Afrique du Nord.

Quo Vadis
Le Beau Brummel

A la fin du conflit, Peter Ustinov poursuit sa carrière en participant au scénario du film de propagande La Vraie Gloire dans laquelle il joue son propre rôle. En 1946, il réalise son premier long-métrage pour le Ministère de l'aviation, School for Secrets avec Ralph Richardson, Raymond Huntley, John Laurie et David Tomlinson. Il met en scène ensuite deux comédies, Vice Versa, d'après F. Anstey avec Roger Livesey, Anthony Newley et Petula Clark, et Private Angelo d'après Eric Linklater dans lequel il joue le premier rôle. Sa carrière d'acteur au cinéma se poursuit ensuite avec des films comme Odette, agent S23 d'Herbert Wilcox et surtout Quo Vadis de Mervyn LeRoy dans lequel il joue l'Empereur Néron, décrochant au passage le Golden Globes du meilleur acteur dans un second rôle. Il joue ensuite devant la caméra de Ken Annakin dans Hotel Sahara, puis dans La Boîte magique, Le Beau Brummel, L'Egyptien, La Cuisine des Anges, Lola Montès, ou encore Les Espions. De 1952 à 1955, il apparaît aussi à la radio dans la comédie In All Directions, diffusée sur les ondes de la BBC, où il partage la vedette avec Peter Jones. Ensemble, les deux acteurs jouent leur propre rôle, improvisant souvent leur texte. Vadrouillant dans Londres, ils recherchent Copthone Avenue, rencontrant sur leur chemin des personnages rocambolesques que les comédiens interprètent souvent eux-mêmes.

Spartacus
Topkapi

Honoré de la médaille Benjamin Franklin par la Royal Society of Arts, Peter Ustinov poursuit sa carrière dans les années 1960. Stanley Kubrick lui offre notamment le rôle du trafiquant d'esclaves Lentulus Batiatus dans Spartacus. Apparaissant aux côtés de Kirk Douglas, Laurence Olivier, Jean Simmons, Charles Laughton ou Tony Curtis, il décroche une nomination aux Golden Globes et l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. En 1961, il réalise Romanoff et Juliet, l'adaptation de l'une de ses pièces de théâtre, puis en 1962 Billy Budd, où il joue avec Terence Stamp, Robert Ryan et Melvyn Douglas. Le film lui vaut une nomination au BAFTA du meilleur scénario. En 1964, Jules Dassin le fait tourner dans Topkapi. Pour son interprétation d'Arthur Simon Simpson, Ustinov reçoit une nouvelle nomination aux Golden Globes et son deuxième Oscar de meilleur acteur dans un second rôle. Lady L., qu'il réalise, L'Encombrant Monsieur John, Les Comédiens complètent sa filmographie. Chauds, les Millions d'Eric Till lui vaut avec Ira Wallach une nomination à l'Oscar du meilleur scénario. Toujours durant la décennie 1960, Peter Ustinov enregistre une version de Pierre et le Loup pour laquelle il remporte un Grammy Award, et met en scène des opéras : Gianni Schicchi de Puccini, L'Heure Espagnole de Ravel, Erwartung de Schoenberg, La Flute Enchantée de Mozart. Le succès est tel qu'Ustinov s'exile en Suisse pour échapper à la pression fiscale britannique !

    

1968 marque la première collaboration entre Peter Ustinov et les studios Disney. Robert Stevenson lui offre en effet le rôle-titre de sa nouvelle comédie, Le Fantôme de Barbe-Noire, avec Dean Jones et Suzanne Pleshette. Ustinov y interprète le fantôme du légendaire pirate, revenu d'entre les morts grâce à une formule magique cachée dans une vieille bassinoire et prononcée inconsciemment par Steve Walker, l'entraîneur d'athlétisme d'une petite bourgade à qui le revenant va prêter main forte. Le travail pour Disney se poursuit avec le grand classique Robin des bois dans lequel l'acteur prête brillamment sa voix au Prince Jean. S'en suit la comédie Objectif Lotus, toujours réalisé par Stevenson, dans laquelle Peter Ustinov joue le rôle Hnup Wan, un espion chinois à la recherche du secret du Lotus X. Enfin, en 1976, le comédien anglais apparaît dans Le Trésor de Matacumba, film d'aventure de Vincent McEveety se déroulant dans l'Amérique au lendemain de la Guerre de Sécession. Ustinov y joue le rôle du docteur Ewing T. Snodgrass, un charlatan en costume venant en aide aux enfants Davie et Thad.

Le Fantôme de Barbe-Noire
Objectif Lotus

Au cours des années 1970, la carrière cinématographique de Peter Ustinov ralentit au profit du théâtre et de la télévision. Apparaissant notamment dans des émissions comme Le Muppet Show, un rôle marque cependant la décennie, celui d'Hercule Poirot, le héros d'Agatha Christie, qu'Ustinov interprète dans Mort sur le Nil, réalisé en 1978 par John Guillermin, pour lequel il est nommé au BAFTA du meilleur acteur. Aux côtés de Jane Birkin, Bette Davis, Mia Farrow, George Kennedy ou encore Angela Lansbury, il campe pour la première le détective belge, qu'il retrouve dans Meurtre au Soleil en 1982, ainsi qu'à la télévision dans Le Couteau sur la Nuque, Poirot Joue le Jeu, Meurtre en Trois Actes, et à nouveau au cinéma dans Rendez-Vous avec la Mort.

Mort sur le Nil
Le Muppet Show

Auteur de son autobiographie, Cher moi, en 1977, Peter Ustinov est nommé ambassadeur de l'UNICEF. Parcourant le monde à la rencontre des enfants dans le besoin, le comédien s'entretient avec les puissants et les gouvernants, l'un de ses rendez-vous, avec le premier ministre indien Indira Gandhi, étant notamment organisé le jour où celle-ci est assassinée. Humaniste et philanthrope, Ustinov sert également à partir de 1991 comme Président du World Federalist Movement, une organisation rattachée aux Nations Unies et qui se bat pour la création d'une gouvernance mondiale avec une constitution et des institutions communes.

    

Passionné de tennis, de voitures et de yachting, Peter Ustinov poursuit sa carrière au théâtre, à la télévision et au cinéma. En 1981, il joue notamment le rôle de l'inspecteur Charlie Chan dans Charlie Chan and the Curse of the Dragon Queen. Il interprète également Mirabeau dans La Révolution Française - Les Années Lumières, réalisé par Robert Enrico pour célébrer le bicentenaire de la Révolution française. Apparaissant dans Lorenzo de George Miller, Le Célibataire de Gary Sinyor, il joue dans son dernier film, Luther, en 2002. Plus présent à la télévision, Ustinov est notamment au générique du Tour du Monde en 80 Jours, d'Alice au Pays des Merveilles ou encore de La Ferme des Animaux.

La Révolution Française
Luther

Couronné par deux Oscars, un Golden Globe, un BAFTA, trois Emmy Awards, un Grammy Award, sans compter les nombreuses nominations notamment aux Tony Awards et les autres prix honorifiques à travers le monde, Peter Ustinov est devenu docteur honoris causa du Conservatoire de Cleveland au Royaume-Uni, recteur de l'Université de Dundee, docteur ès lettres de l'Université de Lancaster, docteur ès beaux(arts de l'Université de Lethbridge, docteur honoris causa des Universités de Toronto, Georgetown, Ottawa. Membre de l'Académie des beaux-arts de Paris, au fauteuil d'Orson Welles, il est fait commandeur puis chevalier de l'Ordre de l'Empire britannique par la Reine Elisabeth II en 1975 et 1990. Celui qui est désormais Sir Peter Ustinov devient par ailleurs chancelier de l'Université de Durham, l'école étant renommée en 2002 Ustinov College. L'acteur donne également son nom au Television Scriptwritting Award décerné par l'Académie internationale des Arts et Techniques de la télévision. 

Marié à trois reprises à Isolde Denham, la demi-sœur d'Angela Lansbury, puis Suzanne Cloutier et Hélène du Lau d'Allemans, Peter Ustinov disparaît le 28 mars 2004, des suites d'un diabète et d'insuffisance cardiaque. Acteur de légende, à l'ascendance extraordinaire, Peter Ustinov reste, aujourd'hui encore, un inoubliable comédien.